Humour électoral

J’ai complètement oublié de poster un poisson d’avril, du style « Ça y est, le manuscrit de thèse est bouclé ! » Encore plus cynique, cette vidéo que je garde précieusement dans mes archives depuis mai 2007.

(Billet rédigé à la hâte avec quatre jours de retard.)

Abstention

Non, le titre de cette note n’est pas une indication de vote. Au contraire, j’aimerais attirer l’attention sur quelques chroniques récentes, à défaut de pouvoir écrire quoi que ce soit de réfléchi de mon côté :

  • Éric Dupin, “Performance du FN et piège républicain.” La chronique est confirmée par la page du Canard enchaîné de cette semaine : l’exécutif pense déjà au second tour de l’élection présidentielle de 2012, espérant pouvoir à nouveau phagocyter l’électorat d’extrême-droite. Si l’électeur frontiste est un animal bayésien, même naïf, cette stratégie est vouée à l’échec.
  • Pierre Maura, “Le FN progresse-t-il vraiment partout ? Attention aux chiffres !” L’argument principal incite à la prudence quant à l’augmentation supposée nationale de l’extrême-droite. Le conseil de méthode que je donne aux étudiants est assez simple à cet égard : ne jamais lire les fréquences (pourcentages de votants), toujours se reporter aux écarts de suffrages depuis la dernière élection comparable, même si cette méthode arrive parfois aux même conclusions.
  • Camille Peugny, “Le terreau du Front National.” L’auteur note la montée du vocabulaire “psychologisant” dans la description de la société. Je ne sais pasi si l’on peut réellement parler d’une augmentation mesurable, mais ce qui est sûr, c’est que la science politique n’est pas neutre de ce point de vue : “fantasme”, “crise de nerfs”, “non-dit”, tout y est.

Mon opinion irréfléchie, pour terminer, sur le scrutin : du peu que j’en sais, l’élection cantonale utilise un découpage des circonscriptions à peu près aussi honnête vis-à-vis de la démographie nationale que les rotten boroughs de l’Angleterre d’avant 1832, avec des ratios territoriaux qui donnent le même nombre de sièges à une poignée d’électeurs dans l’ouest et à un millier d’entre eux dans l’est. Je laisse le soin aux spécialistes de publier le design exact de l’élection.

L’abstention peut aussi contenir un message méta-électoral lorsque le scrutin lui-même utilise une architecture intuitivement incompatible avec la notion de démocratie représentative. Et toutes mes félicitations au passage à Bernard Henri-Lévy, élu dès le premier tour au poste de Ministre parallèle à l’Échec diplomatique.

Rien à voir, ou presque : histoire d’assurer ma propre publicité dans le champ scientifique, je vous recommande le séminaire “Figures médiatiques de la représentation”, également consultable en ligne grâce à la plateforme Hypothèses sur laquelle je rédige ce blog et dans laquelle je suis impliqué en tant que membre du conseil scientifique. J’ai récemment participé au séminaire en tant que discutant, et en suis très content. Merci à Gaël pour son invitation, et à tous les participants pour le reste.

Le séminaire n’avait rien à voir avec BHL, mais les termes de “figures médiatiques de la représentation” me sont venus spontanément en rédigeant ce billet.

Patrick Roy

Le député Patrick Roy, pour lequel j’ai beaucoup de sympathie pour plusieurs raisons, est gravement malade. Son récent retour dans l’hémicycle a donné lieu à cette scène de vie parlementaire est assez inhabituelle :

Le discours de quelques minutes est en visionnage intégral sur le site du Parisien. Ceux qui savent que je travaille sur la lutte contre le cancer se doutent bien que je vais inclure cet épisode dans mon manuscrit de thèse pour illustrer l’unanimité politique sur ce thème, dont François Fillon, il y a quelques années, disait devant la même Assemblée nationale qu’il n’était « ni de droite, ni de gauche ». L’économie morale du cancer et sa symbolique guerrière et héroïque pourraient difficilement être mieux exprimées que dans cette congrégation d’hommes politiques applaudissant debout l’un des leurs pour le soutenir dans sa lutte contre la maladie.

Tocqueville nowhere to be found in Wisconsin

C’est moi, ou plus d’un mois après le début de la plus grande labour dispute de ces dernières années aux États-Unis, Le Monde n’a publié qu’un seul article de fond sur le sujet ? Libération et Le Figaro ne font apparemment pas mieux, et France Info n’en a pas parlé non plus. Voilà pour mon échantillonnage des médias.

Je ne trouve presque rien non plus dans la blogosphère, qui a l’air plus intéressée par un sondage délirant sur le premier tour de l’élection présidentielle de 2012. La blogosphère colle de plus en plus près à l’agenda médiatique dans mon expérience des choses, et c’est évidemment un reproche sous forme de constat (que je ne peux pas démontrer par ailleurs).

Ce qui se passe dans le Wisconsin peut avoir des effets spectaculaires sur le champ politique américain, dans une mesure équivalente à ceux décrits par Theda Skocpol quand elle étudie les périodes les plus progressistes des politiques sociales aux États-Unis. Le débat nous échappe complètement.

Au passage, ce dernier lien pointe vers Persée, ressource libre en péril : une autre forme de défaite intellectuelle hexagonale (promis, moins de Finkielkrautisme à l’avenir, mais la conjoncture n’aide pas).

Comment ne rien comprendre aux sondages

Add. La commission des lois se penchera là-dessus aujourd’hui.

Add. Rajout du graphique ci-dessous pour préciser ce qui est entendu par intervalle de confiance plus bas. Il faut descendre à un niveau de confiance de 67% (en fait, à une déviation standard au lieu de deux) pour empêcher un chevauchement entre les trois candidats. Le standard le plus courant est à 95%, avec quelques variations de 90% à 99%.

Tout ceci s’appliquerait sur un échantillon probabiliste, que l’industrie sondagière française ne se donne jamais la peine de construire de toute manière. À partir de là, les résultats sont inévitablement pifométriques, ce qui donne toute la mesure du sérieux de l’exercice tel qu’il est pratiqué dans l’Hexagone. Je propose d’appeler le niveau de confiance des sondages électoraux français le niveau Lyon Sprague de Camp.

Harris Interactive 2011

Je suppose qu’aucun lecteur de ce blog n’a raté la polémique autour d’un récent « sondage d’opinion » :

  • qui suppose que les intentions de vote sont mesurables à une échéance suffisamment distante de l’élection pour que la population échantillonnée contienne à la fois de futurs abstentionnistes et de futurs électeurs, dans des proportions non mesurables ;
  • qui suppose que l’on peut jouer avec les items de réponse pour simuler des candidatures sans tenir compte des préférences qui seraient raisonnablement imputables aux électeurs précédemment évoqués comme supposés existants (two wrongs do not make one right) ;
  • qui suppose que l’erreur standard sur n = 1618 peut être conservée à 0.010 (±2%) par une formule magique qui établit donc un taux de réponse valide de 100% aux questions sans aucun biais supplémentaire, ce qui m’échappe complètement mais qui doit probablement s’appeler « miracle du redressement » dans les instituts commerciaux1 ;
  • qui suppose qu’on peut raisonnablement constituer un échantillon représentatif de la population des électeurs dans une population en ligne recrutée à partir d’incitations monétaires parfaitement à même d’introduire un biais d’auto-sélection impossible à pondérer ;
  • et qui appelle, pour terminer, des réactions qui se renvoient à peu près toutes dos à dos dans leur incompréhension de l’échantillonnage non randomisé sur Internet—à supposer qu’il s’agisse réellement d’une incompréhension, et pas de l’expression d’intérêts personnels.

Avant de commenter plus avant, est-ce que quelqu’un peut juste me mentionner une seule source sur ce débat qui ne tombe sous le coup d’une des erreurs relevées ci-dessus ? Je n’ai trouvé qu’un seul observateur entièrement raisonné sur ces questions.

Un graphe pour accompagner. Il ne faut pas tenir compte de l’ordre des points : une fois que l’on prend les intervalles de confiance, il n’y a plus aucune robustesse statistique derrière cet agencement régulier en apparence.

Immigration / France (ESS4)

Je rajoute ce graphique pour appuyer cet argument : l’idée fausse que la France est un pays d’immigration massive n’est pas réservée à l’extrême-droite. Aucun parti politique n’a de discours responsable sur cette question, et la majorité s’est faite piéger comme pas deux sur ce point.

De même, les réactions populistes à la crise financière et à la récession économique n’apparaissent pas qu’à l’extrême-droite. Les inégalités socioéconomiques structurelles disparaissent derrière des écrans de fumée électoralistes.

Quel que soit le score de l’extrême-droite dans un an, ses soubassements idéologiques sont solidement ancrés dans la représentation politique nationale : la sécurité, l’immigration et la fiscalité dominent, et les points aveugles de la décision publique restent en l’état.

Cela me semble une source d’inquiétude beaucoup plus générale que l’ordre des candidats au premier tour. Surtout qu’à mes yeux, le scrutin est joué : le président sortant n’a aucune chance. Même Valéry Giscard d’Estaing partait de plus haut2.

  1. On peut lire dans la presse que les sondeurs craignent le dévoilement imminent de leurs « secrets de fabrication » si le Sénat prend cette décision ; le terme « fabrication » convient tout à fait et mérite d’être souligné. Par ailleurs, l’argument selon lequel il n’y a pas d’intervalle de confiance possible pour un échantillon constitué par la médiocre méthode des quotas, c’est-à-dire en stratifiant puis en sélectionnant les enquêtés, ce qui rend la méthode non-probabiliste, est absurde : l’intervalle ne peut pas être inférieur à celui d’un échantillon stratifié, il existe donc au moins à ce niveau. On lit sous la même plume que la « marge d’erreur » (qui n’en est pas une, par ailleurs : le « 95% » d’un intervalle de confiance n’est pas une marge d’erreur de 5%) est « plus petite pour les petits chiffres », ce qui est amusant venant d’un professionnel, étant donné que cela fait reposer l’intervalle de confiance sur la donnée elle-même plutôt que sur sa distribution et sur la taille de l’échantillon, en plus du niveau de confiance. Bref, ils en fument de la bonne dans les instituts de sondage. []
  2. Argument emprunté à une discussion avec un électoraliste authentique. []

Vulgarisation informatique

L’email suivant a été envoyé à tout le personnel de mon université il y a environ trois mois. Verbatim :

Bonjour,
tout d’abord désolé pour les perturbations involontaires survenues au
campus [xxx].

en effet le SCD doit passer tout son parc informatique en adresses privées
172.27. comme le reste des composantes

pour préparer le terrain j’ai installé un petit serveur DHCP de test bien
configuré pour délivrer une seule adresse ip static pour un pc dont j’ai
bien mentionné la mac-adresse et refusant l’accès à toute autre demande.

Le fichier log mentionne bien le refus des demandes faites à mon serveur.

Si le vrai serveur DHCP faisait bien son rôle avec une bonne configuration
il n’aurait pas laissé mon serveur recevoir les demandes d’accès à sa
place ou même s’il l’aurait laissé comme les demandes sont rejetées de mon
serveur il aurait pris le relais pour leurs donner l’accès.

QUESTION : n’a plus le droit pour faire des tests?

J’avais initialement posté ce billet par erreur le 7 février, et un jour après, Baptiste Coulmont a publié un billet qui traite du même sujet.

Portofolios académiques

J’ai déouvert, il y a quelques mois, que Dan Sperber avait mis en ligne toute sa production de recherche. Pourquoi la pratique de mettre en ligne ses publications, et autres documents connexes, n’est-elle pas plus répandue en France ?

  • Parce qu’il n’existe pas de demande correspondant à cette offre ? (peut-être)
  • Parce que la propriété intellectuelle l’interdit ? (peut-être, même si c’est faux)
  • Parce que les plagiats se multiplieraient ? (peut-être, même si c’est également faux : la numérisation augmente les opportunités mais diminue les plagiats non détectés)
  • Parce que cela serait conçu comme une démarche mégalomane ? (peut-être, mais bof…)
  • Parce que la pratique représente une coût trop élevé ? (peut-être, mais bof aussi…)
  • Parce que les chercheurs ne produisent rien ? (sans commentaire)

Honnêtement, je ne sais pas, mais je remarque un fossé culturel entre les États-Unis et l’Europe, en plus d’un fossé disciplinaire, sur cette pratique “open source” de la publication scientifique. Dans les disciplines où la possibilité de réplication des résultats et l’analyse secondaire des données existantes sont des impératifs quasi-catégoriques, la mise en ligne est très recommandée, et l’absence de mise en ligne presque suspecte.

Jeremy Freese a écrit un texte très élaboré sur le sujet, où il invite la sociologie à rejoindre les autres disciplines déjà converties à l’open-source social science, mais le texte porte sur les données, et la seule objection sérieuse concerne la confidentialité de certaines d’entre elles. Concernant les publications, il n’y a vraiment pas d’objection sérieuse.

Le double argument sur la propriété intellectuelle témoigne d’un manque de connaissance flagrant du droit et de l’économie des biens culturels et scientifiques ; il est apparemment invoqué par certains réfractaires à la plateforme HAL-SHS. L’argument “mégalomane” suppose qu’il n’existe aucune autre forme d’orgueil scientifique, ce qui est plus que vraisemblablement faux.

Il reste le coût de la pratique, calculé en temps passé à effectuer la mise en ligne, mais si d’autres y arrivent, alors même qu’ils doivent être bien occupés par ailleurs, c’est qu’un facteur supplémentaire rentre en ligne de compte. Le coût technique lui-même ne peut pas jouer un rôle majeur, car il est faible. Il n’y a pas non plus de fossé “générationnel”.

Je pense que le premier facteur est celui qui joue le plus : la règle mertonienne concernant la publicité des travaux scientifique n’a jamais pesé très lourd, la demande de réplication est encore plus faible que la demande de consultation, et il n’y a pas, comme dans le monde artistique, un public de consommateurs et de recruteurs plus large que le monde académique lui-même, dont on suppose qu’il a déjà accès aux textes d’une autre manière.

Que ces postulats soient faux, au moins en partie, n’a pas d’importance : s’il fallait établir la liste des raisons pour lesquelles les portofolios académiques n’existent qu’à l’état résiduel dans des disciplines comme la mienne, je produirais la liste ci-dessus. Je suis tenté de rajouter un point sur l’anti-américanisme, l’esprit de paroisse face à l’impérialisme linguistique, mais je n’oserais pas déclencher une nouvelle guerre des Gaules.

Verdict

La République des sciences est déjà accaparée par plusieurs démons plus ou moins dangereux, et en voici un qui revient à la charge : c’est aujourd’hui que sera rendu le verdict dans un procès qui oppose Joseph Weiler à l’auteur d’un ouvrage dont il a publié, dans une revue scientifique de droit international, un compte-rendu très critique (via, via).

J’écris ce billet le 29 janvier 2011, sans connaissance du jugement final. Je ne connais aucun des protagonistes personnellement, mais je connais assez bien les recherches de Joseph Weiler, qui apparaissent régulièrement dans mes plans de cours. Mon opinion personnelle sur cette affaire est identique à celle du politiste Robert O. Keohane, qui soutient Joseph Weiler en dénonçant la manoeuvre procédurale d’en recourir aux tribunaux pour régler un différend scientifique. Cette manoeuvre me semble parfaitement orthogonale aux standards professionnels que tout scientifique devrait se promettre de suivre.

La procédure judiciaire est, de plus, dénoncée par Joseph Weiler comme un cas classique – et inquiétant aux yeux de nombreux observateurs – de forum shopping : éditeur lui-même américain d’une revue européenne dont les comptes-rendus apparaissent sur un site Internet américain, il se retrouve à défendre dans un tribunal français le compte-rendu rédigé par un universitaire allemand d’un ouvrage publié par un éditeur néerlandais, rédigé en anglais par un auteur de nationalité française mais travaillant… en Israël. Ses explications sur les motifs qui peuvent amener à cette stratégie sont a priori convaincantes aux yeux de quelqu’un comme moi qui ne connaît le forum shopping que dans sa définition politique (un comportement des agents – États, individus, groupes d’intérêt – où ceux-ci sélectionnent stratégiquement leur litigation forum, ou venue, parmi différentes juridictions à différents niveaux de gouvernement, en vue de maximiser leurs intérêts).

Pour autant, Joseph Weiler a choisi de se défendre avant tout par l’argument de la liberté scientifique et universitaire :

The thrust of our argument was that absent bad faith and malice, so long as the review in question addressed the book and did not make false statement about the author such as plagiarism, it should be shielded from libel claims, let alone criminal libel. Sorting out of the truth should be left to academic discourse, even if academic discourse has its own biases and imperfections.

Plusieurs législatures, dont la Grande-Bretagne et les États-Unis, ont très récemment modifié leurs lois de manière à ce que ce type de procès ne puisse plus avoir lieu. La France en a eu l’idée sur le papier, sans que rien n’en émerge jusqu’à présent ; au contraire, en France, la priorité semble être à la criminalisation des échanges en ligne. L’Union européenne, dans son rôle d’hydre bénigne de la liberté, a pour sa part rendu au moins une décision qui devrait mettre fin à ces procès qui font à chaque fois deux victimes symboliques : la liberté de parole des universitaires, qui se voit qualifiée d’intention de nuire dans des situations où cette intention est manifestement absente, et le fonctionnement régulier des tribunaux nationaux, qui se retrouvent à rendre justice contre des décisions supranationales qu’ils finiront de toute manière à appliquer, alors même qu’attendent des affaires judiciaires où cette équivoque n’existe pas.

N’ayant aucune compétence légale pour juger du reste de la procédure, je serais curieux de voir quelqu’un comme Maître Eolas commenter le procès. Sur le plan des symboles attaqués, en revanche, je pense qu’on peut aller plus loin : la procédure de forum shopping est probablement l’élément le plus disqualifiant pour l’auteur estimant avoir fait l’objet d’un traitement diffamatoire, car cette procédure témoigne d’une stratégie offensive, exploitant à la fois le support juridique français et la composition institutionnelle des tribunaux français, si l’on fait l’hypothèse qu’en France, les professions légales sont plus autonomes du champ académique qu’elles ne le sont aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, ce qui affecte négativement la probabilité d’une décision de justice en faveur de Joseph Weiler, celui-ci n’ayant mobilisé qu’un argument académique dans sa défense.

Cependant, je ne pense pas qu’il faille défendre Joseph Weiler par contraste manichéen : on ne peut pas lui donner raison en se contentant de déduire (avec une marge d’erreur spéculative qui plus est) qu’il y a, chez son opposant, un élément stratégique offensif contradictoire avec l’éthique professionnelle qui devrait être celle du champ académique. De même, je n’ai jusqu’à présent apporté nulle part la preuve qu’il faille défendre la liberté de parole scientifique et universitaire—je répète volontairement les deux termes pour préciser ce qu’il faut entendre par “liberté académique” lorsque le terme est traduit de l’anglais. Cette preuve peut être fournie de deux manières. On peut la dériver de la liberté individuelle à l’expression ; mais dans ce cas, le problème se déporte hors du champ académique, et il faut alors commenter le bien-fondé de la loi du 29 juillet 1881 et la jurisprudence française en matière de diffamation. Je préfère rechercher pragmatiquement une raison d’être à la liberté académique, et je pense qu’en la matière, Henry Farrell a déjà démontré tout ce qu’il y avait à démontrer.

En France, je n’ai repéré qu’un seul écho hexagonal de l’affaire jusqu’à présent. Un débat français sur cette affaire pourrait aussi souligner la responsabilité des universités dans la définition de la liberté académique : il y a un débat de fond à avoir sur cette question, et des cas très différents à confronter. Un problème, toutefois, se situera au niveau du télescopage des controverses : au sein de la science politique française, d’autres controverses finissent devant les tribunaux, et les analogies qui ne manqueraient inévitablement d’émerger seraient, à mon avis, plus facilement invalides que valides, si j’en juge par ma connaissance limitée des controverses récentes ou en cours.