Pédagogie Facebook

Trois questions dans une conversation récente (le billet traîne depuis plusieurs mois) avec plusieurs amis enseignants :

  1. Faut-il être ami avec ses étudiants sur Facebook ?
  2. Comment gérer Facebook pendant les cours ?
  3. Y a-t-il quoi que ce soit à gagner au niveau pédagogique avec Facebook ?

Mes réponses sans périphrases, mais j’attends des avis contradictoires :

  1. Ça n’a, à mon sens, aucune importance. Oui, pourquoi pas, idéalement après la fin du semestre pour éviter toute paranoïa. Sur les risques inhérents à l’exercice, je dirais que ça tient de la sélection naturelle…
  2. Ayant vu les dégâts en cours de statistiques (les étudiants les moins capables étant les premiers à se permettre des écarts d’attention qu’ils ne peuvent pas ensuite rattraper), je prêche pour le filtrage à la birmane.
  3. J’imagine qu’un groupe Facebook peut servir pour sonner le rappel des exercices et des examens, et pour distribuer de l’information ; mais l’email devrait suffire, non ?

Expressions régulières (et disponibilité des données)

J’ai déjà évoqué les “regex” au sujet du nettoyage de données : il s’agit d’une chaîne de caractères qui permet de sélectionner des extraits de n’importe quel texte en se basant sur une syntaxe régulière, et de les remplacer par autre chose. Savoir se servir des expressions régulières rend un nombre de services incalculable.

Il existe des variantes intéressantes de ce procédé. Voici une ligne de code pratique pour renommer des fichiers dans un terminal Unix ou Mac OS X, et qui utilise une expression régulière1 très basique :

ls Bild*.jpg | awk '{print("mv "$1" "$1)}' | sed 's/Bild/Photo/2' | /bin/sh

Mon téléphone portable est configuré en allemand (ne me demandez pas pourquoi), et les photos qu’il prend sont appelées “Bild0561.jpg”, “Bild0562.jpg” et ainsi de suite. Cette ligne de code remplace “Bild” par “Photo”.

Sous Stata, un procédé similaire est utilisé par la commande non-native renvars qui permet de renommer des groupes de variables en une seule ligne. Outre les noms de variables, les expressions régulières permettent d’effectuer certaines étapes de la préparation de données très rapidement.

Les applications ne manquent pas. Les premiers principes de manipulation s’apprennent très vite, et ils économisent des heures de travail manuel, à condition d’avoir un éditeur de texte – comme TextMate sur Mac OS X – qui permet d’utiliser les expressions régulières dans sa fonction find/replace.

Ce type d’outil devient très pratique dès lors que l’on cherche à travailler sur des données originales, assemblées par ses propres soins ou qui n’existent pas sous la forme de dataset dans l’un des formats courants en analyse quantitative. La faible visibilité des travaux de recherche souffre de ce travers supplémentaire que les données des auteurs sont rarement publiques.

Heureusement, même si la pratique qui consiste à publier ses données dans un format exploitable reste encore très faible, elle est au moins reconnue comme bonne pratique. Je cite souvent un texte de Jeremy Freese sur ce sujet, et je suis régulièrement le développement de Dataverse, la plateforme de publication de données promue par Gary King. La France n’a pas encore trouvé ses porte-étendards de l’open data access.

Un exemple récent : en lisant un compte-rendu d’ouvrage2 écrit par Nicolas Mariot, j’ai voulu récupérer les données du vote qui amène Adolf Hitler au pouvoir le 23 mars 1933. Par chance, Gary King a travaillé sur le sujet, et a publié ses données.

(Avez-vous remarqué que les trois chercheurs cités dans cette note disposent tous d’un site Internet ? Une autre forme de disponibilité publique.)

  1. Add. février 2013 : en réaction à ce billet, un ami m’a fait remarquer il y a fort longtemps que « * » n’était pas une « regex » mais un caractère « catch-all » (attrape-tout) que l’on appelle une « wildcard« . Désolé Alexandre de n’avoir corrigé ce billet que plusieurs années après cette juste remarque. []
  2. À noter : ce texte est en accès libre grâce à la revue Sociologie et à sa plateforme de diffusion, basée sur un partenariat entre Revues.org (gratuit) et Cairn (payant). Ce modèle de publication est le plus moderne à mes yeux. La prochaine étape sera l’open access intégral, mais c’est un autre débat. []

Blogging scientifique : la taille des textes

Trop court, trop long… La taille des textes se pose pour n’importe quel travail, de la copie d’étudiant au manuscrit de thèse. Les textes publiés dans les revues scientifiques n’échappent pas au problème, étant donné que les limites actuelles mélangent des critères scientifiques et des critères obsolètes liés à la publication imprimée. Qu’en est-il des blogs scientifiques ?

En règle générale, la publication en ligne se fait sur un format court, voire très court, qui correspond à un seul “feuillet” en jargon journalistique, sinon plus court. Contrairement aux mauvaises pratiques des sites Internet de certains supports de presse, elle se fait également sur une seule page. Les textes plus longs sont sériés, à la manière des romans de Charles Dickens, d’abord publiés sous forme de feuilletons de revue.

Un travail scientifique (déjà cité) de notes publiées sous forme de série est le feuilleton de la réforme des retraites par Antoine Bozio, sur Ecopublix. Au passage, Antoine Bozio (que je ne connais pas et dont je doute qu’il lise ce blog) est en train d’écrire un monument du blogging scentifique en langue française, je l’écris pour la postérité de l’analyse : allez donc le lire.

Voici un autre exemple, avec un autre doctorant en économie, Roy Mill, qui a détourné le format du blog pour produire un court manuel de manipulation de données sous Stata. Et encore un autre exemple : Daniel Little, que je cite dès que j’en trouve l’occasion pour partager ce joyau qu’est son blog, publie sous la forme d’un ouvrage généraliste d’épistémologie et de sciences sociales. J’ai aussi souvenir d’un enseignant en philosophie à la retraite qui publiait ses mémoires sous cette forme, en rajoutant des numéros de chapitres.

Les formats varient, mais en règle générale, toujours, il faut se limiter à des paragraphes courts et à une longueur de texte qui corresponde au lectorat : dans le cadre d’un blog qui vise même marginalement au-delà d’un public de niche, le format scientifique classique doit être adapté à la lecture en ligne.

Pour terminer sur une illustration un peu déviante mais d’excellente qualité, je signale les quasi-aphorismes de Martin Kusch, sur son pseudo-blog qu’il transforme aussi en recueil annuel. La concision n’est pas un carcan, il suffit de réfléchir à la demande (le lectorat) avant de penser à l’offre (le texte), et de trouver un point optimal.

Terrorisme et sciences sociales

Dans la suite d’une mention rapide de l’ouvrage de Scott Atran, Talking to the Enemy: Faith, Brotherhood, and the (Un)Making of Terrorists, et de son compte-rendu par Herbert Gintis, je publie quelques notes assemblées sur le terrorisme il y a assez longtemps, en mars 2009. (Mise à jour : un autre compte-rendu de l’ouvrage, qui passe par le paradoxe de l’absurdité chez Hobbes, est également à noter. Je renvoie aussi à un billet de Denis Colombi, et au papier de Gambetta et Hertog, dont je n’arrive plus à déterminer si je le cite assez ailleurs dans mes réflexions sur le terrorisme.)

Il y a quelques années, l’anthropologue Maurice Godelier écrivait dans un rapport sur les sciences humaines (cité et disponible dans cette note) qu’une priorité de la science devait être de comprendre le wahhabisme. Son propos permet de saisir un biais très profondément ancré dans l’opinion publique, chez les élites dirigeantes mais aussi dans certains travaux d’histoire des sciences : que le progrès scientifique passe principalement par la découverte de nouvelles espèces animales ou végétales, ou par la révélation d’éléments visibles à des échelles infra-microscopiques. En réalité, une bonne partie du progrès scientifique passe soit par la démonstration de résultats presque purement théoriques, soit par l’observation de phénomènes sociaux et humains qui ne demandent pas à être découverts (ils sont visibles de tous) mais expliqués. Hélas, le financement de la recherche par les autorités publiques, élues par l’opinion précitée, semble plutôt passer dans les équipements lourds, l’exploration de l’inconnu et la recherche appliquée—trois objectifs légitimes en soi mais qui concentrent trop de ressources par rapport à ce que l’on alloue aux autres perspectives.

Le terrorisme est un phénomène observable par à peu près n’importe quel individu doté d’un radio-transistor. Même en se servant de moyens d’information extrêmement pauvres, comme le journal télévisé, il est donné à tout le monde de reconstituer le trajet-type du terrorisme, en particulier au Moyen-Orient et au niveau international. Tous les médias expriment un biais évident pour cette forme de terrorisme, motivée par des conflits territoriaux et fondée sur une opposition idéologique en appelant à la religion. Les formes non religieuses et purement politiques du terrorisme, comme le terrorisme marxiste des Tigres tamouls, est plus discret dans les pages “Actualité”, sauf lorsque des progrès significatifs sont accomplis contre sa prolifération, ou lorsque les mouvements s’auto-dissolvent.

Le terrorisme contient souvent, pour ses protagonistes, des éléments de sacrifice. Dans certains mouvements marxistes, la guerilla pouvait aussi correspondre à une sorte de “suicide révolutionnaire”. Dans le terrorisme moyen-oriental, beaucoup d’actes de terrorisme consistent en des opérations-suicide plus ou moins protocolaires, selon le réseau d’organisateurs qui en a la charge. Une partie du protocole consiste à présenter les terroristes comme des “martyrs” de leur cause. Ce terme a une forte connotation religieuse, et il remplit également une fonction sociale (auprès des familles des victimes, par exemple).

Le premier numéro de la revue International Theory a été publié en 2009, et l’un de ses articles concerne justement le terrorisme, les suicides et le statut de “martyr”. L’auteur explore ce qu’il désigne comme les bases structurelles du terrorisme, ce qui rappelle la publication de l’article controversée de Robert Pape, “The Strategic Logic of Suicide Terrorism”, dont j’ai déjà parlé. En plus de l’ouvrage de Scott Atran, voici une bonne base de lecture sur le sujet, que l’on peut compléter avec des ouvrages plus généralistes comme ceux de Gilles Kepel et Olivier Roy sur le jihad, par exemple.

Je passe le sujet connexe qu’il faudrait ouvrir sur la torture : George W. Bush, dans son immense intelligence qui ne cessera jamais de m’inquiéter sur la possibilité de la démocratie sans destruction, a récemment montré qu’il y croyait, plus qu’il n’avait les preuves (inexistantes) de son efficacité (qui est un mythe persistant, abandonné par d’autres leaders politiques ; mais il reste la peine de mort dans ce même registre inquiétant).

Sur le baccalauréat

Le séminaire “Politique des sciences” a recommencé, et son organisateur principal continue à mener un travail extrêmement chronophage pour lequel il faudra que je le remercie de vive voix : il retranscrit l’intégralité des débats. Je vous encourage à consulter le blog du séminaire, qui archive l’ensemble des débats de l’an dernier (une de mes interventions y est retranscrite, mais je vous laisse chercher).

Dans la première séance de cette année, les débats se sont ouverts sur une intervention qui vise à pourfendre une idée très répandue : il n’y aurait pas d’examen d’entrée à l’université. Or, cet examen existe, puisque l’accès aux études supérieures est conditionné par l’obtention du baccalauréat. Les très faibles capacités d’expression écrite et orale des étudiants de première année ne doivent pas masquer cette première sélection.

Cette observation a suscité un échange très vif au cours du séminaire, bien retranscrit par l’organisateur. L’orateur qui a répondu à la première intervention l’a accusé d’énoncer tout un tas de contre-vérités, dont notamment celle du baccalauréat comme premier examen universitaire, qui serait une fiction.

À ce stade, je n’ai pas d’avis, mais j’ai Google et Stata.

Pour mesurer à quel point le baccalauréat reste sélectif, il faut utiliser les statistiques ministérielles, qui indiquent la proportion d’une classe d’âge détenant le baccalauréat, et la proportion de candidats reçus à l’examen. Ces tableaux n’existent pas à ma connaissance sous forme de fichier manipulable, j’ai donc accompli le travail de préparation des données moi-même pour les années 1851–2008 (les années 2009-2010 demandaient un travail supplémentaire d’harmonisation que j’ai décidé d’esquiver). L’archive baccalaureat.zip contient les données et le code pour reproduire les graphiques sous Stata.

Un premier graphique montre la proportion de bacheliers dans une classe d’âge de 1851 à 2008 :

Fig. 1

Le graphique montre deux choses. D’une part, si l’on est honnête avec les données et que l’on utilise un axe vertical intégral, on observe clairement qu’il reste environ un tiers de chaque classe d’âge qui n’obtient pas le baccalauréat : c’est la somme des candidats qui échouent à l’examen et des individus qui ne présentent pas l’examen, étant sortis du système scolaire avant d’accéder à l’épreuve.

D’autre part, très rapidement après la création de plusieurs filières de baccalauréat, le baccalauréat général est fortement concurrencé par ces nouvelles filières. Cette observation est difficile à réaliser sans un support statistique car ces bacheliers non-généraux sont fortement sous-représentés dans l’entourage, sélectionné par homophilie, des individus susceptibles de lire ces lignes.

Un second graphique indique la proportion de détenteurs du baccalauréat général parmi les bacheliers :

Fig. 2

La proportion de détenteurs du baccalauréat général parmi les bacheliers est toujours supérieure à 50% et se maintient de manière stable au-dessus de ce seuil depuis la fin des années 1990, mais sur les trois décennies précédentes, la concurrence des autres filières a fait diminuer cette proportion de manière quasi-linéaire. En 1989, le baccalauréat général n’est attribué qu’à moins de deux tiers des bacheliers.

Un troisième graphique montre comment les nouvelles filières ont participé à la massification des bacheliers :

Fig. 3

Le baccalauréat est-il sélectif ? Oui, dans la mesure où un tiers de chaque classe d’âge ne détient pas le baccalauréat, et que si l’on prend en compte la filière et la mention, on peut obtenir des sélections assez restreintes. Mais ces graphiques ne permettent pas d’expliquer un phénomène relativement cruel : l’utilisation de la première année d’université comme dispositif d’élimination différée. En effet, avec la démocratisation, s’est apparemment constituée une catégorie de bacheliers parfaitement inaptes à rentrer à l’université.

Je le constate moi-même depuis que j’enseigne à l’université en première année, où ma mission principale consiste à expliquer à trois quarts de mes étudiants qu’ils ne savent pas s’exprimer correctement, et qu’un tiers d’entre eux n’en sera jamais capable, dans les délais et à l’aune des critères universitaires actuels. L’explication du premier intervenant au séminaire cité en début de note porte sur l’échec pratique du collège unique, qui n’a pas atteint son objectif (autrement louable) de former 80% d’une classe d’âge à un niveau suffisant :

Le gros problème que nous avons est qu’il y a eu une massification de l’enseignement secondaire pour amener ces fameux 80% d’une classe d’âge au baccalauréat. Ce qui en soi est très bien. Mais avec un manque de moyens et un manque de connaissance du terrain qui fait qu’aujourd’hui le baccalauréat n’a plus cette fonction là. Ce que je vise ici c’est le collège unique, non pas comme but en soi, qui était très bien, mais la manière dont il s’est mis en place. Et, à mon avis, c’est la chose précisément sur laquelle il faut se concentrer, d’autant plus que le rôle de l’université est aussi de former les formateurs du secondaire.

Personnellement, je supporte assez mal la fonction que le système éducatif m’assigne. Mes deux parents sont enseignants dans le secondaire, et l’un d’entre eux, qui est né à quelques kilomètres de l’université où j’enseigne, m’avait prévenu : “Tu vas devoir faire le travail que les collègues n’ont pas fait”. C’est exactement ce qui se passe : en première année, les étudiants des deux filières où j’enseigne passent un “baccalauréat invisible” délivré à ceux qui peuvent à la fois mémoriser et exprimer les contenus de leurs enseignements.

Cette manière de voir les choses a des conséquences sur mes enseignements : par exemple, je refuse de noter les travaux d’étudiants objectivement insuffisants pour atteindre une note d’environ 7/20, de manière à ne pas accepter de travaux situés dans la dernier tiers de ma grille de notation, car ces travaux ne sont, en définitive, pas des travaux d’étudiant. Il faudra peut-être que j’élabore un jour cette idée, qui m’est venue en lisant l’ouvrage de Stéphane Beaud, 80% au bac… et après ?.

Pour terminer, je ne contredis pas ici le second intervenant, qui explique que l’université sert de catégorie résiduelle à l’enseignement supérieur français : elle récupère principalement, dans ses filières générales, des étudiants exclus d’autres cursus, comme les grandes écoles ou les filières techniques et professionnelles. Je me pose la même question finale que lui : “comment arriver à sortir de cette mécanique infernale ? Ce qui n’est aucunement contradictoire avec le désir légitime d’améliorer le niveau de tous les bacheliers”.

Add. Pour ceux qui veulent un argument plus complet, allez voir la figure 5 du dernier papier de Louis Chauvel. Le baccalauréat est toujours sélectif, mais il y a une bien pire nouvelle selon Louis Chauvel : son pouvoir d’intégration à la classe moyenne a baissé dans le temps. Et merci à Arthur Goldhammer pour le lien !

Add. Le dernier ouvrage de Louis Maurin contient apparemment ses propres observations sur le baccalauréat (et sur plein d’autres choses intéressantes). Un graphique équivalent à ceux publiés ci-dessus fait partie du texte. Je suis d’accord avec son opinion sur la sociologie française, sans être sociologue moi-même : trop de sticking with the underdogs, pas assez de stratification sociale.

Politique et santé publique, retour sur événement

En rapport aux brèves notes que j’avais mises en ligne au sujet de l’épisode politique des centres d’injection supervisés, le blog Europe-27etc. a publié un texte sur ce sujet (accompagné d’un relais vidéo) le mois dernier, à la même époque où une collègue et amie m’a fait rencontrer un membre fondateur du projet.

Le texte n’apporte aucune information de plus sur le récit exact de la controverse, qui avait été discuté dans les commentaires de ma note initiale. Concernant ce récit, on peut raisonnablement émettre l’hypothèse qu’il commence bien avant l’été 2010, étant donné que les politiques publiques ne naissent pas ex nihilo mais apparaissent d’abord dans ce que John Kingdon, dans un ouvrage classique de l’analyse des politiques publiques, appelle la primeval soup des idées fournissant un support à l’élaboration des problèmes publics et de leur traitement par les autorités publiques.

Comme l’a suggéré un habitué du bistro, les différents fora de discussion sur la santé publique où se rencontrent décideurs politiques et acteurs non gouvernementaux fournissent une première hypothèse sur la constitution du problème public. Le rapport d’expertise rendu ultérieurement, et sur lequel la ministre et ses services se sont appuyées pour lancer la déclaration qui ont fait scandale, n’ont alors qu’un rôle instrumental et intermédiaire dans le récit causal, qui dévie du récit journalistique sur ce point et sur d’autres.

La mise sur agenda obéit à cette logique de la primeval soup mais aussi à d’autres, comme par exemple celle du biais psychologique qui concentre l’attention sur les événements liés à la souffrance et à la mort ; j’en avais parlé au sujet de fusillades meurtrières aux États-Unis. C’est ce biais qui explique pourquoi la naïveté de l’économiste Herbert Gintis dans un de ses derniers compte-rendus d’ouvrage est feinte : le terrorisme est objectivement plus préoccupant pour les pouvoirs publics, quand bien même il est objectivement moins préoccupant que d’autres causes de mortalité prématurée (cf. ce billet sur le terrorisme).

À noter que l’agenda-setting n’est pas une théorie limitée à l’exposition des policy inputs : elle peut se combiner à une stratégie d’évaluation, la mise sur agenda faisant partie intégrante des policy outputs si l’on considère que l’action publique se comprend et s’évalue non seulement à ses effets mais aussi à son mode de production. Cette logique alimente mes propres travaux en cours, sur un autre sujet lié à la santé publique.

Quelques papiers sur la crise financière

En faisant un petit tour des disciplines, voici ma bibliographie personnelle sur la crise financière :

Toute dimension scolastique mise à part, vous aurez noté qu’il s’agit de papiers signés par des “leaders sous-disciplinaires” dans leurs branches de spécialisation respectives. Empressez-vous de télécharger ceux qui sont susceptibles de changer d’adresse.

J’avoue que le dernier papier est un pied-de-nez poli mais sans ambages à la discipline économique, mais après tout, pour s’informer sur la crise financière plus en détail d’un point de vue économique, il y a une large blogosphère, y compris francophone (dont voici le point d’entrée le plus commode), à consulter.

Mises à jour :

  • Je verse au recueil ce très bon aperçu des difficultés actuelles de l’Europe à affronter ses démons financiers, par Alexandre Delaigue d’Éconoclaste.
  • Je rajoute aujourd’hui ce long récit de Paul Krugman sur la crise financière en Europe, où l’on passe par le désert du Nevada pour comprendre la “Trinité Maudite” de Mundell-Fleming.
  • Et je n’ai pas le temps de parler du chapitre 24 d’Économie et société, où Max Weber mentionne (rapidement, en quelques pages) la monnaie dans les facteurs responsables des crises spéculatives, alors qu’il ne la mentionne pas dans l’idéal-type du capitalisme qu’il décrit quatre chapitres plus tôt, en décrivant la création de la Banque d’Angleterre et l’absence d’équivalents fonctionnels en Inde et en Chine.
  1. Attention, le papier est un peu long, avec sa centaine de pages bien tassée ; mais rassurez-vous, ça continue, il y a un complément d’une quarantaine de pages. J’attends l’ouvrage. L’auteur est également très fort pour publier d’excellents feuillets très ramassés dans la London Review of Books. []

Google Refine

Le data management version Google a l’air plus que prometteur. Je n’ai pas regardé sous le capot, mais ça ressemble fort à un mélange de SQL, de JSON et des « regex/p » (expressions régulières, déjà citées plusieurs fois sur ce blog). Si vous n’avez aucune idée de ce que sont ces acronymes, Google Refine offre justement la possibilité de se servir de tous ces outils dans une interface assez intuitive et sans être un geek assermenté.

Google Refine évoque le data journalism dans sa video de présentation, mais l’on peut imaginer que l’outil sera extrêmement utile à l’université également, surtout dans les sciences sociales où les données ont souvent besoin d’être retouchées avant exploitation. Ce type d’outils éviterait ainsi le phénomène « open data dead on arrival » et permettrait vraiment d’aborder les phénomènes (sociaux) quantifiables sous un angle nouveau. Une vraie révolution en marche !

Les commentaires indiquent déjà que ma crainte principale (un ralentissement du travail sur des datasets larges) est infondée. Je ne vois que du bien à en dire pour le moment, et j’attends surtout de pouvoir tester l’outil. Le data management étant en passe de devenir une compétence au moins aussi essentielle que l’analyse des données elle-même, je sais que j’aurai le nez là-dedans dans les mois à venir.