Exercices de process-tracing

Histoire de ne pas laisser croire que ce blog s’est définitivement converti aux trucs de geeks comme les expressions régulières ou la cartographie amateur, je signale que David Collier a mis en ligne des exercices de process-tracing en prévision de la prochaine édition de Rethinking Social Inquiry, un instant classic de la méthodologie qualitative.

Voilà un document utile pour concrétiser une méthode de recherche encore un peu flottante. En langue française, on en trouve mention dans de rares travaux pas vraiment relayés aux sommets de la discipline, mais j’avais beaucoup apprécié le papier de Pierre-Louis Mayaux au Congrès AFSP 2009, qui l’évoquait assez longuement. Idéalement, la preuve de la validité du process-tracing comme méthode de recherche (et pas d’enquête) se fera sur le terrain doctoral, dans quelques thèses qui devraient se terminer dans les années à venir.

La Revue française de science politique a récemment publié un article de Pierre Favre qui évoque les nouveaux paradigmes de la science politique française, qui connaîtrait une période de révolution scientifique. L’article enterre la socio-histoire du politique et la sociologique “structurale-constructiviste” dans un même cercueil (les années 1990) “empiriquement progressif” mais “théoriquement dégénératif”, et promet le titre de paradigme aux problématiques qui se développent en ce moment, dans une nouvelle science politique française qui aurait adopté la culture épistémique d’une science naturelle (p. 1002). Pierre Favre identifie les nouveaux paradigmes avec moins de précision – ce que la théorie des paradigmes scientifiques elle-même explique bien – mais mentionne implicitement la science politique de l’Union européenne comme berceau de la nouvelle science politique française.

Je cite cet article pour deux raisons1 : d’abord, parce que l’article de Pierre Favre constitue lui-même une forme de tentative de process-tracing épistémologique ; ensuite, parce que cette technique fait probablement parties des cadres d’analyse amenés à connaître un très large succès au sein de la science politique française, si celle-ci prolonge son assimilation des problématiques néo-institutionnalistes jusqu’aux cadres méthodologiques du case study sur lesquels reposent une large partie des études de ce courant de recherche.

  1. Pour trois raison en réalité : j’ai personnellement intérêt à ce que sa vision des choses soit correcte, vu que j’inscris mes propres recherches dans un courant actuellement en formation autour des institutions, qui succède à l’institutionnalisme en lui donnant plusieurs axes de travail supplémentaires. []

Blogging scientifique et périodicité

Ce blog semble avoir trouvé sa périodicité à raison d’un billet grosso modo tous les quatre jours quitte à prendre un peu de retard sur l’actualité. Je garantis qu’il y aura des plages de silence de temps à autre. Cette stratégie de publication a fonctionné peu ou prou pour mon blog personnel, où je tournais à un billet quotidien, mais vais désormais viser une périodicité différente.

Une périodicité fixe force à passer un peu de temps à coordonner les dates de publication de chaque note, ce qui oblige à retourner régulièrement dans ses archives ; l’intérêt de cette contrainte est qu’elle permet du coup de mieux connaître ses propres archives, d’y apporter plus de soin (au niveau des mots-clés, par exemple), et d’y faire plus souvent référence.

La pré-publication induit aussi un décalage avec l’actualité immédiate : par exemple, un événement qui se produit à t ne pourra être couvert que vers t+16 si la périodicité est de quatre jours et que trois notes sont déjà prévues. On peut évidemment substituer la note prévue vers t+4 avec celle qui porte sur l’actualité “brûlante” pour réduire le délai à son niveau minimal. Dans tous les cas, ce décalage est aussi une forme de recul utile au blogueur et au lecteur.

J’en profite pour signaler que mon bien-aimé co-blogueur Joël est en congés prolongés dans le-vrai-monde-du-travail, comme me le disait le notaire de mes parents il y a quelques mois en apprenant que je faisais “une thèèèse” (prononcer avec la voix d’un prêtre au chevet d’un convalescent), mais qu’il va bien (Joël, pas le notaire ; il faut suivre un peu dans les parenthèses et les appositions).

Il m’arrive aussi de poster d’autres types de contenu sur Facebook, Twitter, Delicious, quelques blogs d’amis et un autre blog personnel plutôt discret, mais Polit’bistro concentre la plupart de mes notes sur les sujets scientifiques en langue française.

Souvenir de vacances ? non, de conférence

Ça ne m’était jamais arrivé : une conférence à laquelle j’étais présent pour une communication scientifique a fait l’objet d’un petit film, avec une musique super-cheesy que je vous laisse découvrir.

On s’y croirait (presque) ; en réalité, les panels n’ont pas tous autant de participants que les amphis bondés que l’on aperçoit. Un de mes anciens collègues d’Édimbourg fait partie des interviewés, et j’ai reconnu plusieurs autres participants, jeunes et âgés, hommes et femmes.

C’était une chouette conférence, et ESPANET est un excellent réseau de recherche. Buzz réussi, donc, puisque je me retrouve à en faire la promotion plusieurs mois après… !

Blogging scientifique, la suite

Dans la suite des quelques notes partagées sur ce blog au sujet des blogs scientifiques, je me suis fait une petite liste des points sur lesquels j’aimerais bien revenir un peu plus tard. Les liens deviendront actifs au fur et à mesure de la publication des notes (les dates de publication sont indiquées entre parenthèses, suivant ma pratique de pré-publication).

  • La périodicité (24/11/2010) : j’expérimente depuis cette année la pré-publication à des fins de publication périodique fixe, et je le recommande fortement pour le recul que cela procure sur l’actualité et sur ses propres archives.
  • La taille des textes (22/12/2010) : pour une meilleure lecture en ligne, je recommande des textes courts, quitte à utiliser les notes de bas de page pour stocker les informations secondaires.
  • La gestion des commentaires (18/01/2011) : je réponds quasi-systématiquement aux commentaires, en tout cas au moins une fois pour chaque auteur de commentaire ; leur nombre total est sans intérêt.
  • Les statistiques de fréquentation : à partir de mes différentes expériences du blogging, je dirais qu’il est possible, sinon souhaitable, de n’accorder aucune valeur à ces indicateurs.
  • La critique argumentée (14/01/2011) : la défiance constructive (ou pas) des autres opinions en ligne est probablement consubstantielle à la tenue d’un blog sur le moyen terme.

La liste de questions est élaborée à partir des discussions entre auteurs de blogs sur Hypothèses et à partir de mes propres idées sur la question. Les thèmes concernent le blogging en général, scientifique ou autre. J’essaierai de revenir sur chaque point, sauf sur les statistiques de fréquentation, où je pense que chacun peut réaliser rapidement que cet indicateur n’a pas d’importance, sauf pour mesurer des cas particuliers (comme le succès hors du commun d’une note particulièrement reprise).

J’en profite pour signaler qu’une des notes citées dans ma présentation à l’EHESS sur ce thème vient de remporter le prix du meilleur billet d’économie aux Journées de l’économie de Lyon.

Cartographie pas si facile

Suite à ma note sur le megacombo “R + Google Map Charts” et aux commentaires avisés d’Éric Verdeil, un autre blogueur du coin, j’essaie de fabriquer des cartes avec maptools sous R et spmap sous Stata. J’essaie, plus exactement, de reproduire ce type de cartes, qui ont un lien avec ma thèse (message subliminal à quelques lecteurs et à moi-même).

Après quelques heures de code et une bonne dizaine d’emails échangés avec Baptiste Coulmont, dont les conseils avisés m’ont permis de régler plusieurs problèmes que je n’aurais jamais réussis à élucider tout seul, je pense avoir simplement réussi à me prouver que ce n’était pas simple.

Mais après quelques minutes de code supplémentaire, toujours avec l’aide inestimable de Baptiste Coulmont, je peux enfin mettre cette note à jour et visualiser correctement, voire même élégamment (si le terme est approprié), le taux de mortalité par cancer du poumon chez les femmes en 2008 dans les 27 États-membres de l’Union européenne, en suivant un modèle de l’European Cancer Observatory :

J’ai utilisé un fonds de carte EuroGeographics, des données de l’International Agency for Cancer Research, et la patience de Baptiste, plus quelques autres correspondants qui recevront bientôt tous un email de remerciements avec un lien vers une page permettant de répliquer l’intégralité de ma démarche.

En attendant, le code est disponible, avec la carte et des explications je ne sais pas vraiment si j’ai le droit de distribuer les fichiers SHP (shapefile) utilisés pour la carte, même avec une mention complète de la source.

Comme l’écrit Baptiste, le code final n’est pas très impressionnant, mais il a fallu de nombreuses étapes avant d’arriver à intégrer exactement les bonnes commandes, et à résoudre les situations illogiques. Le même résultat sous Stata (non reproduit ici) est moins élégant, mais s’obtient en une demi-douzaine de lignes à partir d’un modèle disponible dans la documentation du module approprié.

Controverses sociologiques

Une controverse à couteaux tirés a eu lieu il y a quelques semaines entre Hugues Lagrange et d’autres sociologues qui ont lu son ouvrage sur “le déni des cultures”. Je n’ai pas lu l’ouvrage, je n’ai donc pas d’opinion. Si je me permettais, je dirais que la culture n’est pas une variable, mais comme cela reviendrait à m’inscrire dans le débat (je ne sais pas de quel côté, d’ailleurs), je passe cela sous silence.

Je note simplement que la controverse est assez violente, si je me base sur les échanges entre Laurent Muchielli et Hugues Lagrange sur France Culture il y a quelques semaines, ou sur le texte de Didier et Éric Fassin publié par Libération en réaction à l’ouvrage. Et aujourd’hui, je lis ceci au sujet de la sociologie américaine :

The worst part is that many in our profession don’t even realize just how aloof they are compared to society at large. I particularly like Imber’s use of the word “vilification” when referring to Banfield and Moynihan. Sociology is the only discipline where scholars are genuinely vilified. In other words, moral judgment is passed on scientific work to the point that it replaces standards of scientific merit. Those we disagree with aren’t simple wrong, they’re morally reprehensible.

Vrai ou faux aux États-Unis ? et en France ? Je ne sais pas, mais j’espère que c’est faux, dans les deux cas. Encore une fois, je rappelle par précaution que je n’ai pas de position dans ce débat, étant incompétent pour en juger ; mais la violence (symbolique) des échanges (en milieu tempéré) que j’ai pu écouter ou lire autour de cet ouvrage m’a surpris, d’où ma question.

En passant, sur le même thème, une référence : Mario Small.