Théorie politique, rattrapage de fin de semestre

Je ne lis pas beaucoup de théorie politique, mais je suppose que n’importe quel chercheur en science politique se tient au courant sur au moins trois questions :

  1. Quelles sont les institutions à même de mieux capturer l’esprit des principes du gouvernement représentatif ?1
  2. Faut-il que la connaissance et/ou l’intellect joue un rôle dans la question 1 ?
  3. Quelles théories de la justice peut-on défendre au-delà du bon gouvernement ?

Pour simplifier, je propose de décomposer la littérature en deux questions et trois sous-questions, et j’évacue les classiques (Downs, Simon, Rawls, etc.).

Q1 nécessite de combiner deux pans de la littérature : celle sur le design institutionnel (Q1.1), et celle sur la rationalité de l’électeur (Q1.2). À quoi bon donner des institutions intelligentes à des électeurs idiots ? Ou faut-il justement écrire les institutions en prévision de la stupidité de l’électeur, avec l’objectif de la rectifier ? Une fois que l’on s’est mis d’accord sur la rationalité de l’électeur, qu’en déduit-on sur le rôle donné à l’expertise dans la pratique du bon gouvernement (Q1.3, qui reprend Q2) ?

J’ai d’immenses manques sur Q1.1 mais je suppose qu’on peut trouver de bons textes sur la question chez Adam Przeworski, bien que ce ne soit pas l’entrée la plus évidente dans cette littérature. Dans les propositions les plus récentes, il y a le livre, que je n’ai pas lu, de John Gerring et Strom Thacker, qui plaide pour des institutions centripètes : État centralisé doté d’un régime parlementaire à représentation proportionnelle. Je laisse ça aux spécialistes des régimes et des élections, et je ne doute pas que l’on puisse encore écrire des choses intéressantes sur le sujet.

Q1.2 m’intéresse un plus parce que j’ai l’impression, contrairement à Q1.1, que les arguments contemporains sont en régression par rapport aux classiques—autrement dit, que les arguments de Bryan Caplan sont plus idiots que trois lignes chez Montesquieu ou John Stuart Mill. Je ne suis pas le seul à le penser, et un échange récent sur les libertarians ne donne pas envie de changer de camp, surtout qu’il y a d’excellents travaux récents sur la rationalité du vote2. Les théories post-Nozick semblent plus bêtes que l’originale, ce qui est d’autant plus flagrant au vu de l’excellente entreprise de démolition du rational choice par Gintis, Bowles et par tous ceux qui veulent faire de la modélisation microéconomique assise sur des bases empiriques solides3.

Q1.3 est très importante pour l’analyse des politiques publiques, parce qu’elle touche à la place de l’expertise dans les processus de décision. David Estlund a été lu et commenté, et je conseille volontiers à quiconque de passer une heure à lire ce que son epistocracy signifie en pratique. Il faudrait aussi se pencher sur les principes régissant la démocratie directe ou délibérative, mais je n’ai rien vu de récent chez James Bohman.

La seconde question, Q2, sur les principes de justice sociale, est très frustrante, parce que j’aimerais la voir inscrite dans la littérature française, mais trouve les approches de Jean-Fabien Spitz ou Alain Supiot trop restrictives. Écrire une théorie de la justice sociale dans le travail, pour le second, ou citer principalement Philip Pettit sur l’égalité, pour le premier, me paraît étrange. Où sont les discussions du dernier livre d’Amartya Sen ? S’il est peut-être trop récent pour avoir été digéré dans l’Hexagone, qu’en est-il de celui de Gerry Cohen ? (À sa décharge, Spitz parle de Cohen mais seulement en l’intégrant dans le courant plus large du luck egalitarianism—choix étrange : je ne critiquerais pas Roemer et Cohen ensemble, pour plusieurs raisons. Mais son objectif semble d’être la politisation des théories de l’égalité, en utilisant un clivage gauche-droite moyennement convaincant sur des auteurs anglo-américains.)

De cette courte revue de la littérature, je retiens surtout le dernier livre d’Amartya Sen, et son analyse en cours. J’ai la chance d’étudier un domaine où Q2 est tout à fait d’actualité, mais je suis un peu gêné de ne pas trouver une excuse pour lire Estlund ou Bohman. Voici en tout cas un échantillon des noms qui me trottent dans la tête quand je pense à ce qui appartient à la philosophie politique et morale (ou à l’éthique), et qui traînent aussi dans mes lectures.

  1. Le terme « capturer » est un anglicisme qui me semble suffisamment à propos dans le cas présent. []
  2. Ce qui n’est pas la même chose que de rendre l’électeur rationnel. []
  3. Insérer aussi ici un argument trop bref sur les travaux liés aux origines génétiques des comportements []