Discipline de cours

Then the prosecuting authorities put pressure on you, and that confirms all you thought. (Ulrich Scholze, ancien membre de la Rote Armee Fraktion)

À quelques jours d’intervalle, un ami a dû exclure, pour la première fois de sa vie, un étudiant de son cours, et une autre amie m’expliquait être exaspérée par le comportement d’un(e) ou deux étudiant(e)s qui cherchaient à la pousser dans ses retranchements pour la faire sévir. Ces anecdotes ont eu lieu alors que ces deux amis mènent leurs cours comme je mène les miens, sur le modèle d’une relation à peu près horizontale avec les étudiant(e)s, où toutes les formes de hiérarchie sont réduites, au moins dans l’intention, au strict minimum.

Dans les deux cas, les étudiant(e)s se comportent comme Dennis, le paysan anarcho-syndicaliste du film Holy Grail des Monty Pythons. Dennis démontre au roi Arthur que sa monarchie n’est pas constitutionnelle, mais surtout, ses “éléments de langage” ont pour effet de rendre sa prophétie auto-réalisatrice : Arthur s’énerve et use de son monopole de la violence physique, ce qui conduit à cette réplique sublime (que l’on trouve aussi dans un vieux jeu vidéo, Marathon). “Come and see the violence inherent in the system! Help! Help! I’m being repressed!”

La technique de Dennis est simple : produire une assertion sur le comportement violent du roi ; provoquer délibérément ce comportement ; en inférer qu’il avait raison depuis le départ. Après s’être fait insulter, Dennis répond : “What a giveaway! Did you hear that? That’s what I’m on about”. L’étudiant(e) qui cherche à provoquer une réaction d’autorité verticale chez un(e) enseignant(e) qui s’est fixé comme principe de ne pas recourir à ce type de réaction poursuit, mutatis mutandis, la même stratégie.

À bien y réfléchir, c’est aussi le comportement de la Rote Armee Fraktion (RAF) en Allemagne de l’Ouest dans les années 1966-1968 : profitant du fait que le régime allemand de l’époque possédait déjà une presse libre et un appareil judiciaire rendant une justice non-expéditive, les membres du “Baader-Meinhof Komplex” avaient tout le loisir de dénoncer une fiction, le régime ouest-allemand fasciste, qui, s’il avait existé, les aurait liquidés en toute discrétion sans autre forme de procès et sans aucune répercussion publique.

Diego Gambetta, qui fournit cette interprétation, infantilise cette stratégie en la présentant sous les traits du caprice d’enfant : “The RAF’s attitude was reminiscent of a teen tantrum: The state is bad; it deserves to be hit hard. Instead of a pat on our head it responds by shooting us when shot at, arresting and putting us in jail! Bastards! Fascists! You see, we were right all along. The state is so very fascist! Free the comrades! Avenge the fallen!

L’étudiant(e) qui cherche à obtenir un geste d’autorité du “prof horizontal” me paraît poursuivre la même prophétie auto-réalisatrice, mais ses motifs sont moins clairs que chez Dennis, qui cherche à valider son point de vue auprès des sympathisants de sa commune anarcho-syndicaliste, ou que chez Baader-Meinhof, qui cherchent aussi à valider leur discours pour mobiliser leurs sympathisants. Quel peut bien être l’enjeu chez l’étudiant(e) ? Peut-être obtenir une sorte de prétexte pour ne pas travailler, parce que “le/la prof est pas cool” ?

Small print: promis, c’est la dernière fois que je parle de Diego Gambetta ou d’un jeu vidéo des années 1990 pour les trente jours à venir.

Rédaction d’exposé

(Le dilemme du prisonnier, illustré par la rédaction d’un exposé par deux étudiants. Inspiré par ce papier que je recommande à tous les amoureux de l’Italie.)

Soient deux étudiants E1 et E2 à qui l’on assigne la tâche de rédiger un exposé.

Les deux étudiants peuvent se mettent d’accord pour travailler le moins possible, avec l’objectif d’obtenir la moyenne. On dira qu’il s’agit de deux feignasses (F).

Les deux étudiants peuvent se mettre d’accord pour travailler le plus possible, avec l’objectif d’obtenir la note maximale. On dira qu’il s’agit de deux bosseurs (B).

L’un des étudiants peut choisir d’adopter un comportement de Feignasse en espérant que l’autre adopte le comportement du Bosseur. S’il réussit, il obtient un double bénéfice matériel (la note) et symbolique (le plaisir d’avoir réussi à obtenir une note sans lever le petit doigt). Le Bosseur, lui, subit un préjudice symbolique (la douleur de s’être fait traiter comme une vache à lait estudiantine).

Supposons que l’enseignant soit parfaitement objectif dans son jugement, qu’il attribue la même note aux deux étudiants, et simplifions en posant des notations extrêmes : deux Feignasses obtiennent 10/20 chacun, deux Bosseurs obtiennent 20/20 chacun.

Si l’un des étudiants s’est comporté en Feignasse et l’autre en Bosseur, il faut styliser un peu plus. Supposons que l’exposé contienne deux parties : la partie du Bosseur vaudra 20 et la partie de la Feignasse 10. La note sera de 15, mais les éléments symboliques rentrent en compte. En stylisant, on dira que la Feignasse obtient 15 points de bénéfice symbolique, et que le Bosseur subit 15 points de préjudice symbolique.

On note le comportement de l’étudiant E1 en colonne, et le comportement de l’étudiant E2 en ligne. En divisant les notes obtenues par 10 pour simplifier, les quatre scenarii envisageables s’écrivent :

Dilemme du prisonnier

L’enseignant qui surnote les Feignasses et qui sous-note les Bosseurs prend le risque de rendre le scénario (F,F) relativement plus attractif que le scénario (B,B), selon l’utilité que placent les étudiants dans les points au-dessus de la moyenne : si les rendements sont très fortement croissants de 10 à 15 et décroissants au-delà de 15, par exemple. La courbe d’indifférence des étudiants peut servir à ajuster la notation pour valoriser les comportements (B,B) en rendant les comportements (F,F) très coûteux.

Le jeu se répète à chaque exposé. Bien sûr, l’information sur le comportement des agents est imparfaite (les étudiants E1 et E2 se trompent sur leurs comportements respectifs, ou sur la notation de l’enseignant) et incomplète (l’enseignant ignore comment s’est préparé l’exposé, à moins qu’il ne prenne conscience de la différence entre les deux parties de l’exposé). Les étudiants Bosseurs peuvent aussi adapter leurs préférences, en devenant indifférents à l’exploitation des Feignasses pour en supprimer le préjudice symbolique.

Je me demande si cette explication du dilemme du prisonnier peut se réécrire de manière à illustrer d’autres jeux. Avec un peu de stylisation pédagogique, on peut aboutir à des choses intéressantes : par exemple, le vote pour le délégué de classe illustre assez bien le théorème d’impossibilité (si l’enseignant refuse d’agir en dictateur, s’entend).

J’apprécie beaucoup Michèle Tribalat

Donc, quand elle passe à la radio, je fais une note d’une ligne pour le signaler.

(Ce n’est pas complètement déconnecté des élections, puisque ces chiffres touchent à l’immigration. Pour rappel, la question “Y a-t-il trop d’immigrés en France ?” récolte toujours des taux de réponses positives très élevés. Pour les commentaires purement électoraux, voir , , et pour des chiffres tangibles.)

Mise à jour, juin 2015 : tous les quatre ans environ, je détruis les archives de mes blogs personnels. Ce blog n’étant pas concerné, je retombe sur ce billet au hasard d’une recherche sur toute autre chose.

En 2009-2010, le débat sur les statistiques ethniques (notamment en milieu carcéral) m’intéressait beaucoup, et j’appréciais les personnes qui y participaient : du peu que je m’en souvienne, il y avait des contributeurs de qualité de chaque côté de l’argument.

Le débat n’est pas devenu anachronique : au contraire, la (dé)socialisation des prisonniers, leur regroupement par origine géographique et leur surnombre sont toujours des sujets d’actualité, de même que les “statistiques ethniques” en règle générale.

Or si le sujet était déjà un terrain miné il y a quelques années, il l’est encore plus aujourd’hui, s’étant politisé de la pire manière possible, mais peut-être aussi de la manière la plus prévisible, par un récit qui commence avec l’Algérie française et qui se termine dans les avatars contemporains du clientélisme électoral.

De plus, je ne suis pas sûr d’apprécier beaucoup le nouveau personnage public de Michèle Tribalat, qui disserte désormais sur la liberté d’expression dans les colonnes de Figaro Vox pour établir un rapport de force qui n’a plus rien à voir avec le débat initial.

La sociologie électorale, la nouvelle généalogie ?

Il est des disciplines savantes qui intéressent un large public, qui les pratiquent, avec parfois autant voire plus de savoir-faire, de temps et de passion que les savants professionnels. A titre d’exemple, évoquons la généalogie ou l’astronomie, dont l’engouement auprès d’un large public ne se dément pas. D’un pur point de vue scientifique, et bien que d’aucuns seraient tentés de dénigrer l’incursion du profane dans leur champ, cette participation des amateurs est très profitable : ils disposent en effet d’une ressource rare, le temps, qui fait souvent défaut au scientifique professionnel (quiconque a déjà fréquenté les archives sait qu’on y trouve essentiellement des retraités se livrant à des recherches généalogiques). De plus, les effectifs d’amateurs, bien supérieurs à ceux des chercheurs professionnels, permettent depuis longtemps ce qu’on appellerait, à l’heure du web 2.0, le « crowdsourcing ». L’histoire de l’astronomie est là pour en attester, puisque de nombreux objets stellaires ont été découverts par des amateurs. De même, la connaissance généalogique acquiert grâce au travail de fourmis de milliers de passionnés une ampleur qui serait sinon impossible.

Le même phénomène serait-il en train de se produire avec la sociologie électorale ? Peut-être bien. Plusieurs indices concordent. Ainsi, la Coopol, développée par l’équipe de Benoît Thieulin, vient de lancer un outil permettant aux militants socialistes de mener leurs campagnes électorales. N’étant pas membre du PS, je n’ai pu tester cet outil, et doit donc m’en remettre aux explications données par le communiqué du PS. Elles sont relativement floues : je ne sais pas quel est le découpage territorial choisi (probablement des IRIS, vu la taille de 2000 habitants par unité annoncée), et si certaines données sont classiques (part des différentes CSP, résultats électoraux), d’autres sont plus mystérieuses (« abstentionnistes de gauche » et « indécis ») : le communiqué indique qu’elles ont été « élaborées par des chercheurs qui travaillent sur des enquêtes d’opinion ». Dans ces conditions, je serais curieux de savoir comment ces données ont été géolocalisées au niveau des IRIS…

Autre initiative, un peu différente : celle lancée par plusieurs acteurs du Net, plutôt orientés web social et 2.0 (owni.fr, 22 mars, la Netscouade, Regardscitoyens.org…), et intitulée « Libérons les bureaux de vote ». Il s’agit, en recourant au crowdsourcing, de constituer une base de données de tous les bureaux de vote français en les géolocalisant. Les utilisations qui pourraient être faites de ces données ne sont pas explicitement mentionnées ; compte tenu des initiateurs de l’opération, on peut imaginer qu’elles servent aussi bien pour des usages non lucratifs et « citoyens » que dans le cadre – marchand – des activités de conseil de 22Mars ou la Netscouade. Je ne serais ainsi pes surpris de retrouver un jour ces données sur la Coopol…

En tout état de cause, et dès lors que ces données seront publiques et exploitables, ces initiatives – qui s’inscrivent, au moins pour la deuxième, dans un mouvement assez large de revendication de publicisation des données produites par les gouvernements ainsi que de « data journalism » – me semble très positif à tous égards. Je pense qu’il est bon que le commentaire sur la chose électorale cesse d’être un discours ésotérique, que seuls quelques initiés – généralement nourris de sondages… – seraient autorisés à tenir. Avec des données ouvertes, chacun pourra tester, retester, vérifier, falsifier les discours tenus sur ces sujets dans l’espace public. Ce sera sans doute parfois à tort et à travers – et ce d’autant plus que le grand public comme les journalistes manquent, en France, de culture statistique. Mais gageons que les choses ne feront que s’améliorer de ce point de vue.

Dernière chose : on peut s’étonner de l’absence , totale pour autant que je puisse en juger, des électoralistes professionnels de ces projets. Désintérêt de leur part ? Manque d’affinités avec la culture web sous-jacente à ces initiatives ? Méfiance de la part des initiateurs de ces projets ? Je ne sais. Je suis pourtant persuadé que ces deux mondes, savants de la chose électorale et amateurs éclairés et intéressés à divers titres, auraient beaucoup à gagner à se rencontrer, échanger et collaborer.