N’enseignez qu’au prix de votre propre ignorance

Via Alexandre, un homologue blogueur du côté des économistes, ces résultats presque troublants :

Research in Sweden has found that teachers with high measured cognitive skills are actually bad for lower-ability pupils. And researchers in North Carolina have found that the effect of teachers’ qualifications upon pupil’s achievements are often statistically insignificant, or even negative, once they control for the fact that better-qualified teachers tend to teach better pupils anyway.

La note de Chris Dillow est à lire en intégralité, et contient des liens vers les recherches mentionnées.

Le résultat n’est pas trop étonnant du point de vue de la reproduction des élites ; cela rajoute juste une strate intéressante dans mon discours sur les héritiers et sur ce que signifie appartenir à une branche universitaire dominée (vous avez bien deviné, je rédige mes amphis introductifs en ce moment).

Réponse : Régis Debray

La citation sur l’importance du rite funéraire pour la classe politique, postée ici il y a quelques jours, était de Régis Debray. Elle est tirée de son (dense) ouvrage Critique de la raison politique, sous-titré L’inconscient religieux, paru en 1981 chez Gallimard.

Merci à Xavier, qui est allé jusqu’à lire du Max Gallo dans du Debray, avant de trouver la bonne réponse ! Et a posteriori, je vois pourquoi, c’est vrai qu’il y a de l’emphase dans la plume des deux. Régis Debray a toutefois poussé l’analyse beaucoup plus loin, et je recommande L’État séducteur.

Bravo !

Pastorale grippale

La science politique adore les fiascos, qui prêtent si volontiers le flanc à l’analyse. La sociologie des organisations adore également les dysfonctionnements graves, les décisions absurdes. Et la sociologie en général aime bien se pencher sur les échecs, les accidents, les catastrophes.

Le dernier fiasco en date, si l’on en croit l’espace médiatique, concerne la gestion gouvernementale de la grippe A-H1N1. Dans un ouvrage récent sur le principe de prévention, deux sociologues avancent une hypothèse simple : la santé publique s’en sortirait beaucoup mieux si l’on communiquait plus, et mieux, sur les décisions prises dans ce domaine. En discutant avec quelques amis, je me suis aperçu que leur hypothèse se vérifiait facilement : la plupart des fumeurs que je connais, par exemple, sont convaincus que l’interdiction de fumer dans les lieux publics est une mesure prise contre leur propre tabagisme. Ils n’ont pas foncièrement tort : l’État a intérêt, ne serait-ce que financièrement, à ce que les fumeurs se fassent rares dans la population. Mais leur jugement sur cette interdiction prend une toute autre tournure, moins défiante, quand j’évoque la réduction des insuffisances respiratoires chez les serveurs des bars et des restaurants.

Sur la grippe A-H1N1, l’ancien directeur général de la santé William Dab dit à peu près la même chose, en citant les scandales précédents en santé publique pour arriver à un constat : “En matière de sécurité sanitaire, entre l’Etat et la société, il y a une forme d’immaturité.”1 Un chercheur spécialisé sur ces questions ne dit pas autre chose, et insiste sur la communication institutionnelle.

Deux autres arguments venant de l’écoute de la radio un matin de la semaine dernière. Premièrement, Nicolas Sarkozy a justifié son action en déclarant que la grippe avait tué 219 personnes, ce qui lui interdisait l’inaction. Cet argument m’intéresse dans le cadre de mes recherches sur le cancer, où la mortalité est souvent citée en motif d’action. On voit bien ici à quel point cet argument est rhétorique : la mortalité peut varier de 1 à 1000, les justifications des pouvoirs publics restent identiques. À noter que 219 décès ne correspondent à presque rien : sur la population française, on compte plus de 500 000 décès par an. La grippe A-H1N1 représente moins de 0.5% de ce chiffre ; une légère variation de température peut probablement causer plus de décès. En 2007, la grippe “simple” a fait 233 morts. C’est moins que les homicides, par exemple (374 la même année)2.

À la radio, un chroniqueur expliquait la défiance des individus en parlant du “loup dans la bergerie” lorsque l’État veut rassurer et protéger les citoyens en leur forçant la main pour les vacciner. Les discours anti-hygiénistes fonctionnaient déjà à plein sous la IIIe République, et persistent toujours ; certains pays occidentaux ont même des mouvements sociaux anti-vaccination très bien organisés. Que le discours médiatique soit critique du pouvoir pastoral exercé par l’État n’est donc pas très étonnant.

La notion de pouvoir pastoral, proposée par Michel Foucault, a des racines théologiques expliquées dans le lien mentionné, ce qui permet presque de faire la jonction avec mon jeu-concours sur le rite funéraire en politique.

Add. J’ai oublié, dans ma note, de citer l’entretien avec François Ewald. Extrait :

Le principe de précaution est toujours lié à la défense d’un système de valeurs précis. Si vous considérez que la santé n’est pas une valeur qui doit être hautement protégée, alors il n’y a pas de précaution particulière à prendre en matière sanitaire. Les choix faits par Roselyne Bachelot dans le cas du risque H1N1 supposent que la société veut se protéger au maximum, que le décès d’une seule personne devrait pouvoir être évité. Si vous vous appelez Marc Gentilini ou Bernard Debré, que vous êtes médecin, que vous voyez beaucoup de gens mourir et que vous relativisez les situations, vous ne donnez pas au principe de précaution la même interprétation. Une association écologiste qui se bat contre une société qui fabrique des OGM va surpondérer la protection de l’environnement face aux bénéfices potentiels d’un progrès technique. Nous sommes donc, en réalité, dans une bataille de valeurs.

  1. Deux choses à noter : le “scandale” de la grippe A-H1N1 ne s’est pas soldé par une surmortalité évitable, c’est un échec de gestion pour ceux qui veulent lire le surplus de vaccins dans ce sens ; et la France n’a pas le monopole des scandales de santé publique, même si la “sécurité sanitaire” est assez hexagonale, au moins dans les termes. []
  2. Données Inserm, codes CIM J10-J11 et X85-Y09 respectivement. []

Les (hommes) politiques ne se cachent pas pour mourir

J’avais l’habitude, sur un autre blog, de mener un petit jeu à base de citations : trouvez l’auteur. Voici un exemple approprié dans le contexte de ce blog, à relier à un événement récent qui a peiné tous les lecteurs attentifs des rapports de la Cour des comptes :

Ne voit-on pas, derrière chaque dépouille unificatrice, les pires ennemis se congratuler et se serrer les coudes dans la condoléance ? L’espace d’une cérémonie, ce qui unit les plus éloignés ou les plus hostiles des leaders en exercice paraît plus fort que ce qui les divise ; et ce qui les unit c’est que les uns et les autres s’efforcent de lutter contre la mort, et que cette lutte est finalement assez dérisoire, au point que la cohue des bâtisseurs d’Empire et autres défenseurs de l’ordre inspire une sorte de pitié.

Le commentaire débute sur une allusion aux funérailles des grands chefs d’État. L’auteur observe que “ces entractes entrouvrent sur l’inconscient politique d’une façon à la fois drolatique et pathétique”. Il est facile de l’identifier si l’on a l’habitude de lire les intellectuels français qui s’intéressent, inter alia, au rapport politique et sacré. La citation est aux pages 376-377 d’un ouvrage paru en 1981.

Vos suggestions ?

Identité, suite

J’ai déjà écrit ce que je pensais du débat sur l’identité nationale, qui se révèle être un plantage monumental quelle que soit la règle d’évaluation utilisée. Aujourd’hui, je découvre cet excellent papier de James Fearon, qui tente une analyse du terme en tenant compte de sa signification en langage ordinaire. Je conseille sa lecture comme un bon exemple de travail de conceptualisation.

L’auteur en cite un autre, William MacKenzie, qui avait parlé, dans son ouvrage Political Identity, d’un “meurtre” du terme, vu l’utilisation qui en était faite dans la Grande-Bretagne des années 1970. Rien n’est plus vrai aujourd’hui en France, où la notion sert à effectuer un meurtre symbolique fonctionnellement identique (pour le coup).