Vote suisse

Les Suisses ont apparemment voté “massivement” l’interdiction de nouveaux minarets. On connaît la proportion de votes en faveur de l’interdiction, mais je ne trouve pas le nombre de votants.

J’ai tiqué en lisant les propos rapportés de Tariq Ramadan, qui manque rarement une occasion de souligner la faillite morale de l’Occident :

L’intellectuel musulman Tariq Ramadan a jugé « catastrophique » le résultat du référendum. Pour M. Ramadan, qui vit à Genève et enseigne à l’Université britannique d’Oxford, « les Suisses ont exprimé une vraie peur, un questionnement profond sur la question de l’islam en Suisse ».

Un politologue suisse dit exactement l’inverse, et remarque même que le moment du vote a été l’occasion pour les élites politiques d’afficher publiquement leur solidarité avec les musulmans vivant en Suisse. Son scepticisme m’a paru immédiatement plus convaincant que l’hypothèse du “questionnement profond”, et incite à se poser la question : que se passerait-il si ce vote devait avoir lieu en France, tant au niveau du vote que du comportement des élites politiques ?

Add. Quelques informations dans Le Monde sur ce que donnerait le vote en France :

L’organisation d’un référendum sur l’interdiction de construire des minarets serait une mauvaise chose pour 54 % des Français, indique un sondage BVA pour Canal+, jeudi 3 décembre. Les réponses diffèrent selon la couleur politique des sondés : 61 % des sympathisants de droite approuvent l’idée d’un référendum, contre 31 % parmi les sympathisants de gauche.

D’autres chiffres dans l’article, qui utilise deux sondages et révèle un clivage partisan très fort entre sympathisants de gauche et de droite. Il faudrait réfléchir de manière très approfondie sur les contrôles et les redressements (forte probabilité de biais dans les réponses par désirabilité sociale) avant de réfléchir à quoi ressemblerait le vote final.

Sociologie des crises politiques, tournée 2009

Michel Dobry a récemment publié une nouvelle édition de son livre Sociologie des crises politiques, initialement publié en 1986. Il a participé à une émission de radio que j’aime beaucoup, et qui est encore écoutable en ligne à l’heure où nous passons sous presse.

Personnellement, je n’ai jamais réussi à cerner précisément ce que propose cet ouvrage, qui est rédigé dans un style très obscur qui m’échappe (cette fiche de lecture le laisse également transparaître que ce qui se pense clairement ne s’énonce pas nécessairement clairement). Peut-être la version “live” est-elle plus accessible.

Add. En fait non, je n’ai pas beaucoup mieux compris l’entretien radiophonique que le texte. Je n’y mets peut-être pas assez du mien (le texte est dit “classique” mais n’est pas essentiel à ma thématique de recherche).

On reconnaîtra tout de même une qualité majeure à Michel Dobry : il ne trivialise pas sa discipline, tant au niveau de la validité des démonstrations (scientifiques) que de l’importance d’en tirer des résultats (scientifiques). La recherche en SHS au quotidien n’offre pas toujours ce même spectacle de rigueur.

Sociologie électorale comparative

Le comparatisme international est extrêmement rare en sociologie internationale. Stein Rokkan avait jadis ouvert la voie1 , et estimait que la comparaison internationale de données électorales agrégées était seule à même d’éclairer les processus politiques communs aux différents pays européens. Toutefois, force est de reconnaître que la pratique comparative est demeurée rarissime chez les électoralistes, surtout sur la base de données agrégées2 .

Le mémoire réalisé par Jean-Baptiste Feller dans le cadre du master de sociologie politique de l’IEP de Paris, intitulé « Villes, vote et modes de vie » (et que j’ai découvert grâce à cette note de François), offre un exemple intéressant de comparaison transnationale, plutôt qu’internationale, de données électorales écologiques. L’auteur compare en effet trois villes, Lille, Cologne et Turin, du point de vue des comportements électoraux et de leur articulation avec des variables sociologiques – qui résument, pour l’auteur, ce qu’il appelle des « styles de vie ».

A titre personnel, je regrette que dans le cas français le Front national ait été écarté de l’étude et, au-delà, je trouve un peu dommage le choix de dichotomiser d’emblée l’analyse entre droite et gauche, comme si ces catégories allaient de soi dans les trois pays étudiés. Toutefois, ce choix est nuancé par l’étude, ponctuellement, de forces politiques prises individuellement.

L’étude fait en tout cas la preuve d’une belle maîtrise des outils, qu’ils soient statistiques ou cartographiques. De plus, il y a une réelle volonté de comparer, et non de simplement juxtaposer trois monographies. Au plan transnational, c’est suffisamment rare pour être signalé…

  1. Stein Rokkan, « The comparative study of electoral statistics: an introductory note », in S. Rokkan et J. Meyriat (dir.), International guide to electoral statistics. Vol. I: National elections in Western Europe, Paris, Mouton, 1967. []
  2. citons tout de même à titre d’exemple le chapitre de Mattei Dogan, « Political Cleavage and Social Stratification in France and Italy », dans S. M. Lipset et S. Rokkan (dir.), Party Systems and Voter Alignments, New York, The Free Press, 1967, pp. 129-195, et pour ce qui concerne la comparaison internationale de données de sondage, beaucoup plus répandue, Bruno Cautrès et Anthony Heath, « Déclin du « vote de classe » ? Une analyse comparative en France et en Grande-Bretagne », Revue internationale de politique comparée, 1996, vol. 3, n° 3. []

Délinquance juvénile, identité nationale, et sciences sociales

J’ai récemment donné un cours de construction d’objet de recherche en sciences sociales ; une séance était illustrée par l’article de Jean-Claude Chamboredon sur la délinquance juvénile (texte, par ailleurs, trop long et trop difficile en dessous du niveau doctoral pour une séance de deux heures ; mais le chapitre 1 de l’ouvrage récent de Gérard Mauger va utilement s’y substituer dans ma prochaine maquette).

Le soir même de la dernière séance du cours, des magasins étaient vandalisés à Grenoble après le match-retour Algérie-Égypte (gagné par l’Algérie ; il y avait déjà eu des événements similaires après le match-aller, perdu par l’Algérie). À la fin de la séance de travaux pratiques sur le texte de Chamboredon, nous avions lu des extraits de discours de Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux (années 2006 et 2009 respectivement), en appliquant la grille de lecture de l’article : le forum pseudo-expert (doxique, comme dirait l’autre) que constituent les Rencontres de Beauvau, les prénotions du discours d’État sur les bandes, sur l’âge et les motifs des délinquants, et ainsi de suite. Le phénomène social observable le soir même se rajoutait dans le corpus d’observations possibles.

Ces événements liés à l’actualité sportive rejoignaient aussi l’actualité de l’identité nationale, événement également mentionné dans le cours pour parler des prénotions, de la sociologie et de leur “polémique incessante”, comme l’écrivent Bourdieu, Chamboredon et Passeron dans Le métier de sociologue, entre le discours public et le discours scientifique (de Gérard Noiriel, Patrick Weil, ou Fernand Braudel, qui a d’ailleurs ses ambiguïtés comme l’écrit Noiriel dans Penser avec, penser contre). Voici quelques observations qui tentent de connecter la délinquance juvénile et l’identité nationale, basé sur ce que j’ai vu à Grenoble1 :

  • Quelque chose qui n’a pas à voir avec la délinquance, mais avec l’identité nationale : il était remarquable de voir que les jeunes issus de l’immigration clamaient leur joie par « Vive l’Algérie » (et même « Vivent les Arabes », ce qui est encore plus intéressant), en se concentrant sur le premier match de la soirée, alors que, pour la plupart d’entre eux, ils proviennent de familles qui ont quitté, sinon fui l’Algérie (celle qui réprimait les harkis, celle du Front Islamique du Salut des années 1990, celle du chômage de masse, etc.), et eux-mêmes sont presque toujours Français ; un peu plus tard dans la soirée, l’équipe “Black-Blanc-Beur” de la France s’est qualifiée grâce à deux joueurs noirs, Antillais si j’ai bien suivi, mais leur capital affectif allait à l’Algérie, pays dont ils se sont éloignés, et pas au pays d’accueil2.
  • Quelque chose qui a à voir avec les deux thèmes : le vandalisme s’est concentré sur les magasins de vêtements de sports3, et les jeunes (des groupes de filles et des groupes de garçons, mais pas des banades organisées d’enfants de 13 ans) chapardaient des maillots… de l’équipe de France ! Je les ai vus passer, dans les mains de jeunes très rarement dissimulés (arborant un foulard sur le visage, ou marchant avec un “manteau rembourré”). Les maillots étaient encore sur leurs cintres. La police n’est intervenue qu’a posteriori au centre ville.
  • Dernier point : les bars du quartier où se concentre l’immigration ne contenaient que des hommes, de deux générations (de 18 à 55 ans selon mes observations), alors que les voitures qui passaient dans les rues étaient mixtes hommes-femmes, et uniquement composées de jeunes. Il y a des remarques à faire ici en termes d’analyse écologique, de distribution spatiale entre la sphère privée et l’espace public, etc.

Je jette ces points sans plus de détail, au bénéfice de l’observation sauvage et de la réflexion décousue d’où émerge l’imagination sociologique, et sans avoir le temps de pousser le raisonnement assez loin pour parler d’une rupture totale avec les prénotions ou d’une analyse correctement menée et organisée en termes de charges symboliques, de déterminants sociaux, ou même de construction de l’objet. Mais l’essentiel y est pour une discussion au format “carnet de recherche”.

Je dois maintenant rédiger ma séance de politiques de santé : avec la réforme aux États-Unis et les policy fiascos de la vaccination en France, il sera encore facile de lier science politique et actualité.

  1. J’étais assis en terrasse au centre ville au moment des événements. []
  2. J’espère formuler cette observation sans être compris de travers, en ayant neutralisé les termes : je ne regrette absolument pas le comportement observé (surtout moi, averse au football et au nationalisme), ni ne l’encourage ; je suis neutre et me contente de constater un phénomène que je trouve sociologiquement significatif. []
  3. Ces magasins de survêtements de sport sont parfois tenus par des gens du quartier, eux-mêmes issus de l’immigration, ce qui m’a rappelé le vandalisme sur les voitures des riverains lors des émeutes de novembre 2005. Je fais peut-être une erreur ici (ecological fallacy, comme celle du vote Front national dans les régions à forte population immigrée ; quelques éléments ici), si la délinquance opère une sélection dans les cibles. []

Classements, mobilisations, sur les autres blogs Hypothèses

Les mobilisations 2008-2009 dans le secteur universitaire continuent en ligne : une note de Sylvain Piron revient sur les classements, un dispositif de contrôle de la performance très répandu dans l’enseignement supérieur comme dans d’autres secteurs1 ; et un nouveau blog couvrira le séminaire alternatif de l’EHESS, qui vient de débuter.

  1. On pense, par exemple, aux classements et palmarès d’hôpitaux. []

Expérimentations naturelles

Le dernier numéro de Political analysis, la revue de la section « méthodologique » de l’APSA, est consacré aux expérimentations (ou « expériences » ?) naturelles (« natural experiments »).

Quiconque fréquente un peu les revues anglo-saxonnes sait que l’expérimentation en général, et l’expérimentation naturelle en particulier, est devenue ces dernières années une sorte de mantra de la science politique internationale – à tel point qu’il nous devient difficile de répéter le credo durkheimien selon lequel, en sciences sociales, l’expérimentation n’existe pas (et doit être remplacée par la comparaison) – sans même parler de la position de Passeron sur ce point, qui semble à mille lieues des conceptions épistémologiques du mainstream anglo-saxon.

Je n’ai pas encore lu le dossier, et j’essaierai si j’en ai le temps d’en faire une recension. Mais à parcourir le texte introductif au dossier, signé de Gregory Robinson, John E. Mcnulty et Jonathan S. Krasno, il semble que ces auteurs insistent sur le fait que cette notion d’ « expérimentation naturelle » est discutable et incertaine, et qu’il s’agit plus d’un artifice langagier (pour faire comme si on faisait des sciences dures) que d’une réalité bien établie. Tout cela m’a l’air passionant, et sera sans doute à l’origine de très vifs débats, vu que Political Analysis est la meilleure revue de science politique du point de vue de son facteur d’impact.

La science politique américaine est sauvée

L’alerte lancée précédemment sur ce blog n’a plus lieu d’être pour le moment : l’amendement Coburn, qui visait à retirer tout financement fédéral par la National Science Foundation à la science politique américaine, n’a pas été adopté. Analyse électorale complète ici. En conjonction avec la politique de Terminator, ma réponse politique à cet événement sera : Fuck you, Sen. Coburn; this would not have happened if you had answered my email about the logical fallacies in your amendment.

Les principes de justice sociale dans un film d’horreur

Tous les films de la série Saw mettent en scène des jeux particulièrement cruels, où un candidat involontaire doit effectuer des choix impliquant des sacrifices assez atroces (souffrance auto-infligée, mort douloureuse pour une des deux parties du jeu, et ainsi de suite). Les jeux sont systématiquement paramétrés de manière à ce que le spectateur effectue lui aussi des choix, conscients ou pas, sur des critères rationnels ou pas. Il ne s’agit jamais de choix de Sophie, où le candidat serait contraint de faire un choix alors qu’aucun calcul ne peut produire de choix acceptable1.

Les éléments du dernier film en salle, Saw VI, recoupe le contexte politique actuel aux États-Unis : l’un des personnages principaux travaille pour une compagnie d’assurance-maladie. Une scène le montre en train de refuser un traitement de pointe à un patient sous prétexte qu’il ne remplit pas les critères permettant à l’assurance de se préserver une forte marge de profit. La plupart des systèmes de soins font réaliser ces calculs à des agences indépendantes, dont les calculs utilisent des données basées sur des budgets publics et des résultats médicaux, mais dans le cas des États-Unis, ce calcul est laissé aux acteurs privés, dont les choix reflètent des préférences plus proches de celles d’un marché ; en conséquence, les mécanismes assurantiels s’y appliquent radicalement2. Le film montre un de ces mécanismes, sa réception par le patient (qui ressent une injustice), et toute une suite de développements assez malsains de sa part3.

Le film a retenu mon attention parce qu’un des candidats dans ces jeux macabres est un fumeur, et que les principes de justice sociale peuvent s’appliquer à ce cas précis : faut-il responsabiliser les fumeurs en leur retirant la possibilité d’accéder à des soins qu’ils auraient pu éviter en cessant de fumer ? Plus concrètement, faut-il accepter de financer les dépenses de santé des fumeurs, ou faut-il les “responsabiliser” en refusant de financer les traitements pour des cancers du poumon ? Il y a plusieurs manières de poser cette question4. John E. Roemer a étudié cette question d’un point de vue égalitariste, notamment ici, et là, page 182-sq..

Il s’agit de questions sur lesquelles je ne dispose pas d’une expertise suffisante pour m’exprimer plus avant (les mécanismes économiques de l’assurance, le tabagisme et le carcinome du poumon, et les principes de justice sociale), mais si les films Saw (et en particulier le dernier) vous ont mis la puce à l’oreille, voilà trois directions possibles pour un peu de lecture thématique. Les économistes du coin auront peut-être quelques notes là-dessus (mots-clé : aléa moral, assurance, tabagisme, allocation, justice distributive).

  1. Le choix de Sophie vient d’un roman de William Styron, où une autorité insurmontable (un médecin officier nazi dans un camp de concentration) demande à une mère de choisir de sauver un seul de ses deux enfants, sans possibilité de sacrifice personnel. []
  2. Je ne rentre pas dans le détail, il faudrait laisser ça à un économiste ; fort heureusement, le petit bouquin de Pierre-Yves Geoffard explique tout cela très bien. []
  3. Concrètement, le film est fondé sur un modèle de justice “rétaliative”, pour faire un anglicisme : l’anti-héros principal place des individus opérant des choix qu’il perçoit comme injuste (ici, un choix capitaliste) dans une situation de choix plus juste selon ses propres critères, pour leur révéler leur propre erreur. Tout ceci est assez tordu, mais l’on peut quand même s’en servir pour réfléchir aux principes de justice. []
  4. Et la plupart évacuent des dizaines de paramètres : l’information des fumeurs sur leur pratique et ses risques pour la santé ; le lien précis entre un “style de vie”, le tabagisme, et une pathologie, le carcinome du poumon ; etc. []

On déporte aussi les universitaires

Tout est vrai et généralisable dans la série entroisparties de Jorge Cham, l’auteur de PhD Comics. J’ai aussi eu quelques démêlés avec la police aux frontières en essayant de quitter la France pour le Royaume-Uni, sauf que dans mon cas, je n’ai pas réussi à quitter la délicieuse bourgade de Beauvais. J’ai surtout vécu la déportation, en Grande-Bretagne, d’une collègue canadienne, qui a dû terminer sa thèse à quelques milliers de kilomètres de l’université ou elle enseignait et faisait diriger ses travaux.

Ce sont des préoccupations de classe moyenne exerçant des professions intellectuelles supérieures, mais ça en dit long sur le sort réservé aux migrants qui n’ont pas les ressources dont “nous” disposons1. Mon périple à Beauvais fut incroyablement difficile, coûteux et énervant, alors que j’avais toutes les formes de capital économique, culturel et social à ma disposition : une carte bleue2, un accès Internet, une bonne maîtrise de la langue française, des contacts dans trois administrations3, ma couleur de peau4 et un téléphone à couverture internationale ; à la sous-préfecture, les balayeurs africains qui faisaient la queue à 7h45 le matin pour renouveler leur carte de séjour n’avaient rien de tout ça. Tout parle, dans ces cas-là : je portais mon sac Samsonite avec un ordinateur portable, eux des pochettes plastifiées.

On peut juste espérer que les mini-scandales épisodiques autour de dominants (comme cette Suédoise expulsée de JFK à New York après un interrogatoire façon Al-Qaeda, je n’ai plus la source) attirent l’attention sur le sort des dominés, pour faire changer les normes. Par exemple, les États-Unis viennent d’ouvrir leur territoire aux séropositifs ; plusieurs problèmes s’étaient manifestés lors des conférences internationales sur le sida.

  1. Notez comme la conscience de classe fonctionne à plein régime dans ces cas-là. []
  2. Très pratique pour les 75 euros du dernier hôtel ouvert à 23 heures, et dont le papier peint a laissé une marque. []
  3. Référence à mes contacts à l’université, mais c’était inutile, l’épisode se déroulant un weekend. []
  4. On peut aussi noter que je suis un homme dans un univers nettement “gendered” : le policier et le responsable du service visas/passeports de la sous-préfecture est un homme (qui statue et décide), le réceptionniste de l’hôtel ou le secrétaire à l’accueil de la préfecture est une femme (qui renseigne et obéit). []

La géographie (électorale), ça sert à faire la guerre (électorale)

Chaque grand parti possède, en interne, son ou ses spécialiste(s) de la « carte électorale ». Mais ce travail d’étude et d’utilisation de la carte électorale reste souvent relativement confiné à ces spécialistes, d’autant que les spécialistes des « études d’opinion », qu’ils soient membres du parti ou collaborateurs extérieurs, jouent depuis les années 1980 un rôle de plus en plus important.

Il semble toutefois que la carte électorale connaisse un certain retour en grâce : Benoît Thieulin, responsable de la campagne Internet de Ségolène Royal en 2006-2007 et aujourd’hui patron de la Netscouade, expliquait ce matin dans l’émission « Parti pris » de LibéLabo que la CooPol, le nouveau réseau social du Parti socialiste, donnerait une place importante aux cartes électorales – a priori donc, tous les militants devraient pouvoir s’en emparer, comme aux Etats-Unis les militants de la campagne d’Obama ont utilisé d’énormes bases de données – individuelles et territoriales – pour optimiser les activités militantes en direction des quartiers et des individus les plus susceptibles de faire la différence (ce qui ne sont ni des électeurs réguliers et convaincus, ni des opposants farouches). A l’évidence, le projet de la direction du PS, inspiré par le rapport de la fondation Terranova sur la campagne d’Obama auquel Benoît Thieulin avait contribué, consiste à rationaliser l’organisation militante du PS afin d’obtenir un « rendement électoral » supérieur.

Il y a fort à parier que, si ce mouvement se confirme et trouve son équivalent dans d’autres partis, on va assister (comme aux Etats-Unis) au développement de nouveaux profils de professionnels de la politique partisane et électorale, qui seront peut-être moins des communiquants travaillant sur une vision très en surplomb et globalisante de « la société française », mais qui s’intéresseront davantage aux territoires, avec une connaissance fine des résultats électoraux. Le développement de bases de données très fines (une ANR est en cours pour constituer et exploiter une base de données des résultats électoraux au niveau du bureau de vote) alimentera probablement ce mouvement. Nos étudiants vont-ils progressivement se désintéresser des cursus en « communication politique » pour se réintéresser à la sociologie et la géographie électorales – disciplines sinistrées s’il en est du point de vue du désintérêt éprouvé par les étudiants pour elles ? Il y a en tout cas sans doute des coups à jouer du point de vue de l’offre de formation professionnalisante à proposer en science politique…