Nouvelle acquisition de capital culturel

Je profite de mon cours dans un grand établissement parisien pour découvrir le capital culturel de la future noblesse d’État : même lorsque l’on y est préparé, c’est toujours très impressionnant1. Dans ma classe de vingt-deux élèves, j’ai (au moins) deux félicitations au baccalauréat parmi les neuf élèves français2 ; tous ont un baccalauréat scientifique ; et leur capital linguistique brut suffirait à lui seul à les placer dans une fraction extrêmement réduite, située au sommet de l’ordre scolaire.

Notez, de surcroît, le phénomène de reproduction presque parfait : dans ma classe de lycée, il y avait, de mémoire, au moins deux élèves avec les félicitations ; j’étais également en cursus scientifique ; et le capital linguistique d’un lycée international – neuf en France à ce niveau – est nécessairement très élevé. J’ai un peu travaillé après mon lycée pour me retrouver dans ma situation actuelle, mais finalement pas tant que ça : je n’ai pas vraiment modifié ma position sociale, élitaire dès le départ3.

En discutant, j’apprends que le taux de boursiers a fortement augmenté dans cet établissement, ce qui est perçu comme un indicateur de démocratisation de l’accès à cet établissement. J’étais aussi intuitivement enclin à le croire. Quelques heures plus tard, en lisant Pierre Maura, j’ai découvert le tout nouveau blog de Camille Peugny4, qui est le réel sujet de cette note, et sa note sur la démocratisation des classes préparatoires. À lire pour mieux comprendre comment, et dans quelles proportions, se démocratise l’accès au capital culturel en France.

À signaler aussi, le deuxième blog d’Alain Lipietz, qui se promet un peu plus “économiste” premier (mais tout aussi engagé, et c’est très bien). Ça me fait d’autant plus plaisir que j’avais réveillé son passé d’économiste régulationniste en 2005 (time flies!), au moment du referendum sur le traité constitutionnel européen.

Triple avertissement : j’ai veillé à laisser un flou relatif sur mon lieu d’enseignement, et un flou absolu sur l’identité de mes (très chouettes) élèves. Les commentaires devront préserver ce double flou. J’ai aussi veillé à désarmer toute critique anti-élitiste, qui serait injuste et incompréhensible à ce niveau d’observation (voir ma première note). Au niveau d’une société, toutefois, le dernier numéro de Philosophie Magazine m’a conforté dans mes penchants égalitaristes : même si je tiens compte de l’argumentaire resserré mais très complet de Jean-François Mattéi dans ce numéro, les sociétés contemporaines présentent des niveaux d’inégalités qui me paraissent suffisamment élevés pour justifier des opinions radicalement égalitaristes.

  1. Note à ceux qui extrapoleraient à partir d’un usage contrôlé de la terminologie bourdieusienne, j’ai bien écrit “impressionnant” et pas “choquant”. C’est un choix conscient de la société française s’inflige à elle-même depuis les écoles napoléoniennes. Personnellement, je suis plutôt tendance “Marc Bloch 1943” : je vous laisse le soin de retrouver les textes, c’est un jeu de piste amusant sur Google. []
  2. En 2007, la mention “très bien” ne concerne que 6% des effectifs du baccalauréat général, mais plus de quatre étudiants sur cinq dans l’établissement ; je vous laisse imaginer l’écart éducatif entre mes neuf élèves et leur classe d’âge, sachant que le baccalauréat général ne concerne que 30% d’une classe d’âge. []
  3. La seule distinction supplémentaire que j’ai acquise depuis mon lycée semble se rapporter à la localisation géographique : d’un environnement d’élites provinciales, je suis passé aux élites parisiennes. C’est tout sauf fortuit. L’arrière-goût balzaco-rastignien est très prononcé. Est-ce que Bel-Ami est parisien depuis le début du récit ? []
  4. Camille Peugny a été formé à l’OSC et a récemment rejoint les sociologues de Paris 8—bravo aux deux parties, c’est un très chouette recrutement ! Disclaimer trivial : j’ai des amis à l’OSC et à Paris 8. []

Deux cas de grippe porcine chez France Télécom

Cardon, dans le “Canard enchaîné” du 16 septembre 2009 On pouvait, à la rigueur, laisser le bénéfice du doute aux propos du PDG de France Télécom, Didier Lombard (Polytechnique/ENST) sur la “mode” du suicide, dans son entreprise. Les propos d’Olivier Barberot, diplômé de l’École des Mines, DRH dans la même structure, laissent toutefois peu de place à l’erreur :

C’est pas dramatique, j’ai vu pire que ça. Le nombre de suicides n’augmente pas : il y en a eu 28 en 2000 et 29 en 2002. (Le canard enchaîné, 16 septembre 2009, qui rappelle : 23 suicides dans les derniers 18 mois chez France Télécom).

Olivier Barberot omet de préciser que, dans les années 2000-2002, les effectifs de France Télécom étaient nettement supérieurs aux effectifs actuels, le groupe ayant réduit ses “sureffectifs” d’environ 40 000 employés entre 2002 et 20081. L’entrée Wikipedia de France Télécom ne contient pas de données précises, alors il faut se rabattre sur les rapports annuels :

  • ETP France, 2000 : 148 846
  • ETP France, 2002 : 141 061
  • ETP France, 2008 : env. 100 0002

Rapporté au nombre de suicide, voici le taux de suicide à France Télécom et celui de la population générale sur ces mêmes années. Les statistiques que j’utilise ne permettent que de révéler la tendance : à la hausse chez France Télécom, à la baisse dans la population générale.

  • 2000 – FT : 18,8 ; GEN : 18,4
  • 2002 – FT : 20,5 ; GEN : 17,8
  • 2008-2009 : FT : env. 23 ; GEN (2006) : 17,13

À la louche, le risque de suicide pour un employé de France Télécom est actuellement d’environ un tiers plus élevé (1.35) que pour le reste de la population française4. Les inégalités de santé ne sont pas un phénomène nouveau : voici un exemple dans une grande entreprise française. Un seul organe de presse s’est-il donné la peine de faire sortir cette tendance ?

Ce serait peut-être le moment pour les associations professionnelles des sciences sociales (on pense immédiatement à l’AFS ou à l’ASES) de faire parvenir à ces deux managers, en colis avec accusé de réception, un classique des sciences sociales, annoté d’un lien vers le site Internet du Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc, Inserm)5.

Disclaimer : il n’est pas avéré des deux personnes citées qu’elles soient malades de la grippe porcine. Mais l’on peut au moins faire l’hypothèse que leur lecture hallucinée (pour ne pas dire plus) du phénomène qui touche leur organisation, une “mode” peu “dramatique” et sans gravité apparente, puisqu’il y a eu “pire”, est attribuable à une conjonctivite ou quelque chose d’autre les empêchant de regarder la réalité en face.

  1. Le rythme des suppressions semble stable dans cette période. []
  2. ETP : équivalents temps plein. Étonnamment (ou pas), le nombre d’employés ne fait pas partie des “key figures” mentionnées dans les documents à destination des actionnaires. Le rapport annuel 2008 ne contient plus le chiffre des effectifs, il faut se fier à un quotidien suisse et à l’AFP. En 2007, le groupe comptait environ 108 223 employés en France, et avait annoncé des réductions d’environ 17 000 postes ; 100 000 est une estimation de l’ordre du raisonnable. []
  3. Taux pour 100 000. Il faudrait contrôler la répartition hommes/femmes dans les deux séries pour obtenir une approximation plus fiable, si l’on veut contrôler le “suremploi” des hommes chez France Télécom ; ceci dit, ce biais est probablement annulé par le fait que France Télécom n’emploie pas les classes d’âge qui se suicident le plus, et que l’on utilise le taux de 2006 pour la population générale alors que la tendance est clairement à la baisse (Le Monde rapporte un taux de 16,2 en 2008), sauf chez les très âgés. Voici les taux dans la population masculine : 27,9 (2000), 26,6 (2002), 25,6 (2006). []
  4. J’ai tenté de corriger plusieurs biais pour faire baisser l’écart avec des hypothèses ultra-conservatrices, mais je n’arrive jamais à un chiffre inférieur à la population générale chez France Télécom, sauf en “estimant” 30 suicides sur deux ans chez France Télécom et aucun contrôle sur la population générale (auquel cas on arrive à des taux proches chez les employés FT et chez les femmes dans la population générale ; c’est clairement aberrant). Mais allez-y, essayez. []
  5. Les informations citées proviennent toutes du site Internet de France Télécom. Les liens ont été fournis lorsqu’il s’agit de documents datés. Les taux de suicide dans la population générale sont fournis par l’Inserm (lien cité). []

Revue “Pouvoirs”, l’état des libertés

La revue “Pouvoirs” m’a contacté pour me signaler la parution de son nouveau numéro sur l’état des libertés. Il y a un an, j’avais signalé la mise en ligne de cette excellente revue1, accessible avec un moving wall de trois ans.

Je recense ce numéro sur le bistro pour rappeler que les archives de la revue sont accessibles à tous en ligne, ce qui est exemplaire, mais aussi pour signaler ce nouveau dossier sur les libertés, qui est particulièrement pertinent alors que le Parlement entérine progressivement les dispositions de la loi “HADOPI”, dont Christophe Bouillaud a déjà écrit tout le bien qu’il en pense.

Puisqu’il est question de répression, je vais aussi en profiter pour empiéter sur les plates-bandes d’un autre blogueur politiste, en joignant un accompagnement musical qui illustre moins le propos qu’un état d’esprit : rendez-vous sur Spotify ou Deezer.

  1. Je n’ai pas d’actions dans la revue, mais j’y ai publié un petit papier. []

Le discours présidentiel a-t-il une influence sur l’opinion ?

La question est posée après le discours de Barack Obama sur le système de santé. Je ne demande pas si ce discours est utile : son utilité immédiate est de convaincre non pas l’opinion mais ses représentants, et en particulier, les représentants démocrates doutant encore du bien-fondé d’introduire un pilier assurantiel public dans le système de santé américain. Je demande si le discours peut modifier substantiellement l’opinion publique.

On peut spéculer longtemps, en partant de clichés grossiers sur la population américaine, sur Obama, etc.En réalité, tous les blogs de politistes américains s’étant posés la question concluent que non, ce discours n’aura pas d’effet sur la popularité du président américain, et qu’il ne modifiera pas les préférences de la population vis-à-vis de la réforme. Les arguments sont clairement formulés, empiriquement nets, et précis dans leur approche du problème posé. Bref, rien à redire : la blogosphère académique a fait son travail.

Nous sommes une trentaine

On est heureux d’apprendre, dans ces premiers résultats d’enquête, qu’une trentaine de politistes français déclare avoir un blog (sur environ 205 déclarant être dotés d’une “page Internet”). Le résultat doit être remis en question : j’en ai identifié beaucoup moins que ça. De plus, selon la même source, plus de 40% des politistes disposant d’une “page Internet” y déposent leurs textes publiés : est-ce vraiment le cas ? Mon anecdotal evidence m’indique que ce taux est peut-être celui des politistes américains, mais pas français, où la plupart des pages institutionnelles listent (au mieux) un curriculum vitae dont l’actualisation varie fortement. Dernier point, l’enquête sonde pour deux types de médias (“page Internet” et “site Internet”) mais je n’ai pas vu de contrôle permettant de déterminer le recoupement entre les deux ; le tableau page 17 semble toutefois suggérer que les deux items sont non-sécants.

Ces premiers doutes étant posés sur ces résultats préliminaires, le reste des tris à plat de l’enquête est intéressant, de même que ce rapport (quantitativement beaucoup plus développé grâce aux ACP sous Spad) sur les revues et les pratiques de publication. Dans les deux cas, peut-être aurait-il fallu rendre public le dataset, histoire de faciliter les analyses secondaires et la réplication (l’une des saines marottes de Jeremy Freese). À noter, enfin, que les populations sondées ne sont apparemment pas les mêmes (c’est ce que la différence dans les spécialisations reportées dans les deux enquêtes semble indiquer). Il y a beaucoup d’autres résultats à commenter, mais le temps manque.