Franck Louvrier et son potentiel démocratique

Aucune définition opérationnelle de la démocratie ne requiert que les élites dirigeantes disent la vérité à leurs électeurs, ce qui se comprend très bien à la lecture de la colonne de Franck Louvrier dans Le Monde de ce soir. Pour rappel, “Franck Louvrier est conseiller à la présidence de la République pour la communication et la presse”.

Le papier commence par évoquer deux “mobilisations en ligne” : celle qui précède l’élection de Barack Obama aux États-Unis, et celle qui survient après la “réélection” de Mahmoud Ahmadinejad en Iran. Selon Franck Louvrier, “la révolte citoyenne des Iraniens en 2009 répon[d] à la fièvre mobilisatrice des Américains en 2008, pour montrer que pouvoir de construction et pouvoir d’opposition sont les deux faces d’une même pièce.”

On aimerait y croire, mais lorsque l’on se penche un peu plus précisément sur l’utilisation d’Internet par Barack Obama, on observe que la composante “démocratique” dont Franck Louvrier dit tant de bien a été complètement mise de côté par le candidat, qui s’est servi de Facebook et d’autres supports comme d’une plate-forme partisane, et pas comme d’un forum délibératif1. Le seul candidat à une élection politique de premier ordre ayant récemment joué la carte du débat horizontal sur Internet n’est pas cité par Franck Louvrier, et pour cause, mentionner les tentatives de participation citoyenne sur le site Internet de Ségolène Royal en 2007 aurait peut-être fait un peu tâche dans sa colonne.

Il y a, ensuite, la référence à l’utilisation de Twitter lors des manifestations en Iran. Ce que ne signale pas Franck Louvrier, c’est que ce style de protestation en ligne peut être muselé de trois manières au moins. La première consiste à faire ce que l’Iran a fait : attaquer ex post, en recherchant les diffuseurs d’images pour les jeter ensuite en prison. C’est la vieille méthode, à base de services secrets et de prisons politiques. La deuxième manière, plus technique, consiste à faire ce que la Chine ou la Birnamie savent faire : couper complètement leurs télécommunications au moment opportun.

La troisième manière consiste à voter les lois qui permettent de surveiller, ex ante, le contenu des échanges sur Internet. C’est exactement ce que les chambres législatives françaises examinent depuis quelques mois. L’ironie veut que ces projets de loi soient cités par… Franck Louvrier, dans des termes très différents. Le projet de loi HADOPI se retrouve ainsi cité pour son exemplarité démocratique, ce qui n’a pas fini de me faire rigoler2.

Un dernier passage délirant de la colonne concerne le rapport au contenu. Franck Louvrier écrit : “il en va de même pour l’étudiant révolté des rues de Téhéran que pour l’artiste qui enregistre sa chanson à Paris : l’enjeu est [que] la reconnaissance de la source soit partie intégrante de la construction du sens”. C’est une impasse totale de sa part sur le principe de l’anonymat, qui fait partie intégrante non seulement des usages d’Internet, mais aussi de ses protocoles techniques, qui permettent de se dissimuler derrière des systèmes de communication à très faible niveau de traçabilité. C’est précisément ce qui permet de nombreuses actions menées en ligne, mais cela échappe complètement à l’auteur.

Je vous recommande la lecture intégrale de la colonne, j’ai omis de nombreux passages à peu près aussi absurdes que ceux cités ci-dessus, mais Maître Eolas en a souligné d’autres. Le texte de Franck Louvrier n’est pas seulement remarquable pour ses incompréhensions et pour ses contresens, c’est aussi un exercice de propagande assez intéressant qui laisse penser que le principe du “plus c’est gros, mieux ça passe” est toujours en vogue dans certains milieux.

  1. À noter aussi, le soutien en ligne ne s’est pas converti en capital militant durable, comme le montre le manque de soutien pour la réforme du système de santé. []
  2. Plus drôle encore, Franck Louvrier remarque que “le Conseil constitutionnel a reconnu définitivement l’accès à Internet comme un droit fondamental des Français”, sans préciser que le Conseil a pris cette décision lors d’une censure du projet de loi du gouvernement qu’il sert. Disclaimer : j’ai signé les pétitions contre les projets de loi DADVSI et HADOPI ; les liens mentionnés dans cette note sont eux-mêmes très partisans sur le sujet. []

Quelques notes rapides autour d’un texte de Philippe Schmitter

Ce n’est pas un billet à proprement parler, mais j’ai commencé à noter quelques idées, que je compte développer dans un futur distant, sur un autre blog. Le texte qui a inspiré ces notes est un entretien avec Philippe Schmitter, que je lis autant que faire se peut (mais presque jamais, paradoxalement, pour ses travaux sur le corporatisme ou sur les transitions démocratiques).

L’objectif est d’en faire une “vraie” note (en anglais, on dirait full-fledged), avec des éléments de réflexion sur la science politique, la comparaison, et la méthodologie d’une science sociale—l’usage du singulier n’étant pas anodin. L’usage de deux langues (anglais puis français, ou l’inverse, ce n’est pas important) m’est par ailleurs réellement utile dans le processus.

Bonnes vacances !