Un peu de travail parlementaire

Si vous vous intéressez au travail parlementaire, vous aurez noté le parallélisme entre deux projets de loi en cours : alors qu’en France, le gouvernement a décidé de reporter le vote à septembre pour avoir le temps de construire une majorité parlementaire, aux États-Unis, le gouvernement souhaite au contraire faire adopter la réforme du système de santé dès que possible, afin de progresser aussi rapidement que possible dans l’agenda des réformes.

Dans les deux pays, l’opposition a fait son travail. En France, la gauche mène depuis plusieurs jours une stratégie d’obstruction basé sur le dépôt d’amendements identiques et de rappels au règlement. Il y a certainements inflation en la matière : lors du débat sur le Pacs, la stratégie de l’opposition avait été la même, mais il y avait moins d’amendements discutés, et les débats avaient été moins longs que la chronologie “DADVSI/Hadopi” intégrale. Les débats se termineront ce soir. Aux États-Unis, l’opposition est plus idéologique que procédurale. La Blue Dog Coalition, un groupe de Représentants démocrates mais fiscalement conservateurs, est à l’origine des critiques fondées sur les coûts de la réforme.

L’issue des débats est incertaine. En France, le vote final est dicté par le fait majoritaire : le gouvernement va devoir contraindre la direction de son groupe parlementaire à contraindre à son tour les députés de la majorité, ce qui ne va pas de soi, mais une majorité devrait se dégager. L’inconnue réside plutôt dans l’attitude du Conseil constitutionnel, qui a déjà rejeté de larges parties du projet législatif1. Aux États-Unis, le résultat même du vote n’est pas certain, et l’enjeu est beaucoup plus important : il s’agit d’une réforme sans précédent, et dont l’histoire politique n’incite pas à l’optimisme.

  1. Les décisions du Conseil constitutionnel sont au moins autant des jugements moraux que juridiques. Le Conseil lui-même se comporte comme un gardien des bonnes moeurs politiques, autant qu’un gardien de la Constitution. []

2012

  1. Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la présidentielle de 2012 ?
  2. Le cas échéant, remportera-t-il l’élection ?
  3. Quelles en seront les conséquences immédiates ?

Je ne peux pas répondre à ces questions (parce que leur structure logique ne m’y autorise pas, ce qui répond par ailleurs à un sujet du baccalauréat de cette année), mais je suis convaincu que :

  1. Nicolas Sarkozy sera candidat à sa succession.
  2. Nicolas Sarkozy remportera l’élection présidentielle.
  3. Ce sera l’un des moments les plus intéressants pour la science politique française.

La réponse 3 est évidemment très partielle, mais je pense qu’une victoire de Nicolas Sarkozy (enfin, de la droite) sera intellectuellement très stimulant pour les politistes français, qui pourront alors observer un parti politique d’opposition perdre quatre élections présidentielles d’affilée dans un régime à dominante exécutive équilibré par l’alternance.

Les dégâts seront tels pour le Parti socialiste que la traversée du désert du Parti conservateur britannique dans la période 1997-2007 aura l’air d’une promenade de santé en comparaison (voilà un champ d’étude intéressant : “j’étudie les partis politiques d’alternance qui perdent successivement N≥3 élections de premier ordre”). On peut tout imaginer, jusqu’à la disparition pure et simple du parti. Même les partis peuvent mourir.

Aussi, quand on compare la déliquescence de la gauche britannique dans les années 1960 à celle de la gauche française aujourd’hui, on réalise le long chemin de croix qui attend les élites politiques qui ne se destinent pas à “l’ouverture”. Toute l’histoire intellectuelle de la “nouvelle gauche”, celle de ses revues, de ses factions, de ses manifestes, jusqu’à la période récente, montre que la multiplication des “clubs d’idée” au sein du Parti socialiste n’est que la première étape d’un long processus, qui aboutira nécessairement à une situation de compromis entre les restes fumants de la vieille intelligentsia et les quelques nouvelles élites qui auront tiré leur épingle du jeu.

Enfin, la gauche peut encore gagner en 2012, si elle arrive à ventiler son vivier de leaders d’opposition et à faire émerger un leadership efficace en une seule année, 2010. C’est aussi probable que la production d’un joli graphique sous Microsoft Excel, mais ça s’est déjà vu.

Un exemple de raisonnement quotidien

À quoi ça pense, un doctorant ? J’avais rédigé le billet suivant sans vraiment réfléchir au fil rouge du texte, et au moment de rajouter un titre, gros blanc. Du coup, j’ai décidé de faire une pirouette réflexive et de segmenter mon billet en insérant des “étapes-clé”, pour montrer comment un doctorant “raisonne” au quotidien. Ce n’est qu’un exemple personnel, sans généralisation possible.

1. L’accident

Une partie des raisonnements naissent spontanément, de manière accidentelle et contingente, au contact des lectures quotidiennes non scientifiques, qui incluent la presse.

J’ai commencé à réfléchir, ce matin, en lisant dans le journal que les dirigeants politiques ne dorment pas assez, selon l’ancien directeur de cabinet de Tony Blair. L’influence du sommeil sur la cognition, et donc sur les décisions politiques des élites dirigeantes : voilà un facteur qui apparaît peu dans la science politique française !

2. L’état de l’art

J’ai voulu développer la remarque précédente, en faisant un état de l’art mental du sujet : comment la science politique aborde-t-elle la cognition ?

En France, mon impression est que les politistes s’intéressent beaucoup à l’influence des idées et des normes dans la production des phénomènes politiques, mais sous-estiment quasi-systématiquement les biais physiques qui affectent la cognition, le manque de sommeil en étant un. Je n’ai pas le souvenir d’avoir reçu un seul enseignement sur le sujet. Le seul texte de psychologie sociale enseigné et cité par le mainstream de la profession est celui de Kahneman et Tversky sur la prospect theory, qui a elle-même des origines psychologiques plus profondes.

Il y a évidemment beaucoup d’autres biais psychologiques fondamentaux, renseignés avec précision dans la summa sociologica de Jon Elster et dans l’ouvrage de Rose McDermott, tous deux reprenant des classiques de la psychologie sociale, ce qui permet de faire le point sur cette littérature tout en lisant deux auteurs très connus chez les politistes anglo-américains. L’étude contrôlée des émotions rentre aussi dans cette ligne d’analyse.

3. Les argumentaires

À la fin de mon état de l’art mental, j’ai repéré un biais national, ce qui n’est pas vraiment intéressant dans la mesure où je suis plutôt hors-cadre dans mon travail (je n’appartiens pas vraiment à une tradition scientifique nationale et ne recherche pas cette position).

Par conséquent, j’ai essayé d’identifier les argumentaires scientifiques qui sous-tendent ces biais dans la littérature scientifique.

Si j’essaie de détailler ce que j’ai pu lire dans la littérature scientifique, j’arrive à trois positions tranchant sur le sujet :

  1. (P1) les idées sont surdéterminées par la psychologie individuelle ou par des préférences invincibles comme la maximisation de l’utilité, et ne jouent en conséquence aucun rôle explicatif dans l’activité sociale ;
  2. (P2) les idées sont un facteur de biais parmi d’autres, et constituent une variable à prendre systématiquement en compte ;
  3. (P3) les idées sont elles-mêmes surdéterminantes, en particulier sous la forme du discours, et peuvent constituer une variable cruciale dans de nombreux cas de figure, ergo, leur pouvoir explicatif est suffisant pour éclipser toutes les autres variables dans toute analyse guidée par le principe de parcimonie.

4. L’évaluation

Nouvelle étape, évaluer les positions à partir de ce que je sais du monde réel et du raisonnement scientifique (qui est très marqué par la spécialisation disciplinaire).

  1. La position P1 est une forme de plaidoyer total pour la psychologie évolutionniste et la microéconomie qui rend la démarche sociologique quasiment futile, ce qu’ont bien compris les sociologues qui en ont montré les limites.
  2. La position P3 est, à mon avis, totalement artificielle (elle n’est soutenable que sur le papier) ; c’est la résultante de notre éloignement, en tant que scientifiques, de l’activité sociale et politique en général…
  3. La position P2 est la plus plausible, encore faut-il s’appliquer à lier les idées à leurs antécédents – les caractéristiques structurelles, intangibles des problèmes, les systèmes de croyance individuels, les raisonnements collectifs, les cultures ou “styles” nationaux… –, à leurs conséquences pratiques, et à leurs co-variants. La plupart des modèles développés dans cette optique sont hélas tronqués, ou alors échouent en chemin, en tout cas selon mes critères personnels (par exemple, en cherchant à hiérarchiser ou à périodiciser les différentes variables : ces deux opérations sont utiles mais insuffisantes dans une étude réellement processuelle, qui doit étudier la substance des liens causaux entre variables, ce que seule la sociologie analytique tente réellement de faire dans ma vision de la chose scientifique).

5. Le bilan

Cette petite gymnastique a un intérêt : elle permet de travailler sa culture épistémique personnelle, en renforçant ses propres biais et en se fixant une petite feuille de route mentale qui doit servir à diriger des lectures et des raisonnements futurs.

Dans le raisonnement ci-dessus, je me suis rassuré tout seul sur deux choses : d’une part, sur la nécessité d’écrire des schémas explicatifs multivariés lorsque l’on travaille sur des sujets aussi complexes que la décision politique ; d’autre part, sur la fonctionnalité du langage positiviste, qui s’exprime en modèles, en variables, et ainsi de suite.