Ressources pour R, logiciel libre de statistiques

Une fois de plus, nos collègues de QUANTI ont fait du beau travail en publiant un billet introductif à R. J’avoue être un peu jaloux : j’avais repéré l’introduction, en français, que Julien Barnier a écrite tout exprès pour les sociologues – et sympathisants, comme nous ! – et voulais en faire un billet. Grillé…

Ce travail est d’utilité publique. Pourquoi ? Parce que :

  • R est libre ;
  • donc R est gratuit (et quand on connaît le coût des licences SAS ou SPSS, ça fairait faire de sacrées économies à nos labos que d’imposer progressivement R, quitte à ce que l’argent économisé serve à financer le développement de nouvelles interfaces ou nouvelles fonctions);
  • mais R est aussi, du coup, fortement collaboratif ;
  • R a probablement, aujourd’hui, la plus grosse communauté d’utilisateurs au plan international (source) ;
  • surtout, R a sûrement la plus grosse communauté de développeurs du monde : potentiellement, n’importe quel utilisateur de R. En tous les cas, dans bien d’un domaine, dès qu’un chercheur développe une nouvelle idée/formule/procédure/méthode, il l’implémente dans R, ce qui fait qu’elle y est disponible bien avant SPSS/SAS etc.
  • Surtout, et c’est ça qui me décide à faire l’effort de passer à R, je peux tout faire dedans, alors qu’avant (et encore aujourd’hui, partiellement, vu que je suis dans le processus de passer à R), je devais jongler entre plusieurs logiciels, pas forcément bien articuler. Pour donner un exemple, il m’est arrivé de vouloir cartographier des analyses factorielles : il fallait que je fasse mon ACP (par exemple) sous SPSS, puis que je fusionne les résultats avec mes données cartographiques sous Excel, enfin que je récupère tout ça sous MapInfo… et en général, il y avait un bug au milieu. R me permet de gérer toute la chaîne sans interruption, avec le même format de données, en pouvant sauver un script pour ne pas avoir à réinventer la roue la prochaine fois que je veux faire la même chose.
  • De plus, R étant un logiciel libre et en ligne de commande, il n’y a virtuellement pas de limite aux réglages que je peux effectuer. Par exemple, pour faire des graphiques, je peux en faire d’infiniment plus beaux sous R que sous Excel, par exemple.

Bref, depuis quelques mois, je suis un grand, grand fan de R (d’ailleurs, je gonfle tous mes amis collègues avec). J’ai même acheté ce livre sur Amazon.com, c’est dire (mes amis me trouvent bizarre depuis). Mais, au-delà du côté geek, je pense sincèrement que l’Université tirerait un très grand profit à 1) installer R sur ses machines 2) former ses personnels susceptibles de faire du traitement de données à R 3) former les étudiants à R. Sur ce dernier point, je l’ai déjà dit ailleurs, je trouve consternant le manque de formation à l’analyse de données des étudiants en sciences sociales français (et de leurs enseignants aussi, d’ailleurs). Désormais, le coût des logiciels ne sera plus un argument…

Quelques ressources pour R :

Il y a bien sûr beaucoup, beaucoup d’autres ressources pour R. N’hésitez pas à signaler celles que vous utilisez en commentaire !

Où en est la parité électorale ?

En ce moment je prépare un petit cours sur la France pour des étudiants étrangers. En première séance, j’aimerais leur faire un tableau socio-économique mais aussi démographique, géopolitique, et ainsi de suite. Il va falloir, par exemple, que je compile une carte avec les positions militaires de la France dans le monde—je n’ai pas encore commencé à chercher les données pour celle-ci.

Ce matin, je me suis brièvement penché sur “l’accès des femmes et des hommes aux mandats et fonctions électives” afin de voir comment la parité a progressé sous la Cinquième République. L’Insee a d’excellentes données sur la part des femmes élues dans les mairies, dans les conseils, et dans les assemblées. Voici le graphe pour la part des femmes maires, élues sénatrices et élues députées depuis la Seconde guerre mondiale. Les données sont continues et sont fournies à l’Insee par le Ministère de l’Intérieur.

Exemple de lecture : aux élections législatives de 1978, les femmes représentaient 4% des députés élus. Les sénatoriales sont une élection à renouvellement partiel, par conséquent la part des femmes dans une élection donnée ne correspond pas au rapport hommes/femmes dans l’hémicycle, qui a beaucoup évolué en faveur de ces dernières (qui restent trois fois moins nombreuses que les hommes).

En lecture rapide (c’est ce que je vais proposer de faire à mes étudiants), on voit que sur une période de cinquante ans (1947-1997), la France n’a jamais élu plus de 10% de femmes aux élections renouvelant ces trois mandats. La situation évolue au tournant des années 1990-2000, ce qui correspond aussi à l’évolution législative (voir les travaux de l’Observatoire de la parité hommes-femmes, et le complément en fin de note). Enfin, la tendance de fond, celle où l’on lit le mieux les évolutions socio-culturelles de long terme et l’influence des données longitudinales, est à l’augmentation du nombre de femmes élues sur ces trois mandats.

Si l’on regarde un peu mieux ce qui se passe à l’Assemblée nationale, à présent, voici ce qui se passe au niveau des candidatures et de l’élection à proprement parler :

Là aussi en lecture rapide, on voit que la féminisation des candidatures évolue plus vite que celle des mandats, ce qui n’est pas surprenant si l’on tient compte des phénomènes étudiés par les électoralistes : prime au sortant, sélection par les partis (je n’ai pas vérifié l’hypothèse que les femmes sont envoyées au front sur des circonscriptions difficiles, mais cela doit pouvoir se vérifier facilement), etc. Il y a aussi des discontinuités : la courbe cesse de correspondre à une fonction strictement croissante dans les années 1980-1990.

Maintenant il faut que je contrôle ces premières données statistiques par un peu de lecture sur le site de l’Observatoire, par quelques publications glanées en ligne, et par des commentaires. Je compte aussi rajouter la Grande-Bretagne (mes étudiants sont britanniques) et jeter un coup d’oeil aux données européennes. Si cela ne correspond pas vraiment au mode d’écriture d’un enseignement, il faut me prévenir tout de suite…

À la relecture, Joël m’a fait remarquer que citer l’évolution législative nécessite de rentrer dans le détail des scrutins municipaux.

La révision constitutionnelle de 1999 fait appel au “législateur” (terme réifiant pour parler des chambres parlementaires et du gouvernement) et aux partis politiques pour assurer la parité ; mais c’est la loi du 6 juin 2000 qui met en oeuvre ce principe en contraignant ces derniers à présenter un nombre égal d’hommes et de femmes pour tous les scrutins de liste à la proportionnelle. Si l’on veut dessiner un portrait honnête de la parité, il faut donc observer en détail la féminisation des conseils municipaux et régionaux, celle des élections européennes, et l’évolution des sièges au Sénat (qui ne se renouvelle qu’au tiers à chaque élection ; la part des femmes élues et le rapport hommes/femmes ne sont pas équivalents). C’est ce que fait l’Observatoire de la parité.

Le cas des conseils municipaux est intéressant. La loi sur la parité que je viens de mentionner ne s’applique que dans les communes de 3500 habitants et plus, soit une infime minorité d’entre elles (il me faudrait des données en histogramme ici, mais l’exercice désormais annuel du recensement permet de s’en rendre compte simplement en feuilletant les populations légales). La féminisation des conseils municipaux, si elle existe (on part toujours d’une hypothèse nulle), n’est pas attribuable uniquement à la contrainte légale ; il y a aussi quelque chose qui ressemble à un effet d’entraînement, qu’il faudrait qualifier (effet de halo écologique entre grandes agglomérations et banlieues, par exemple).

Voici le graphique qui montre la féminisation du mandat de maire, qui sert de contrôle, et la féminisation du mandat de conseiller municipal. La barre verticale marque la loi du 6 juin 2000.

En lecture rapide, la féminisation des conseils municipaux progressait déjà en l’absence de la loi, et elle progressait déjà plus vite que celle des maires. De plus, si l’on fait la pente de la courbe avant et après la loi sur la parité forcée dans les scrutins de liste, il n’y a pas photo, le graphique montre un décrochage significatif d’une dizaine de points. La parité arithmétique n’est pas atteinte, mais encore une fois la contrainte ne touche que les grandes communes et pas les neuf dixièmes de petites municipalités de moins de 3500 habitants.

Le dernier graphique compare la féminisation des communes et celle de l’Assemblée Nationale à partir des données déjà présentées. La comparaison montre quelque chose de remarquable : la féminisation des candidatures à la députation et la féminisation effective des conseils municipaux progressent de manière assez similaire, alors que la féminisation des maires et des députés progresse également de manière similaire à des valeurs plus faibles.

Dans cette comparaison, les discontinuités citées plus haut dans la féminisation des candidats à l’Assemblée nationale apparaissent désormais comme des pics de féminisation par rapport à la féminisation des conseillers municipaux. Pour déterminer exactement ce qui se passe dans ce graphique, il faudrait passer des statistiques descriptives à des techniques d’analyse – de régression linéaire – permettant de placer les scores de féminisation sur une courbe ; tous les graphiques présentés ci-dessus sont des “nuages de points”, relier les points par une courbe serait abusif en l’absence d’un modèle d’analyse qui spécifierait, en premier lieu, si les valeurs prises par la variable “taux de femmes élues” sont indépendantes ou pas.

Un rappel méthodologique pour terminer : aucune de ces données ne vaut grand chose sans un contrôle du taux de femmes dans la population générale. Ce taux peut varier si l’accroissement naturel de la population est déséquilibré en faveur d’un sexe ou de l’autre, ou si le solde migratoire présente un déséquilibre équivalent. Je n’ai pas effectué ce contrôle parce que ces deux propositions ne me paraissaient pas du tout probables et parce que j’avais terminé mon café.

Dans les revues, vol. 1

Les nouvelles du front dans le paysage des revues scientifiques, en science politique et en sciences sociales :

  • La grande nouvelle du début 2009, c’est l’arrivée en ligne sur le portail Cairn d’une bonne pelletée de revues, et la science politique est très bien dotée : Politix, Pouvoirs (qui a aussi un chouette site dont j’ai déjà dit du bien ailleurs) mais aussi Mots et Politique européenne.

    La mise en ligne peut vraiment contribuer à désenclaver des titres comme Politique européenne, qui n’était pas très présents comme Politix ou Mots l’étaient déjà (via persee.fr et via revues.org respectivement).

    Paradoxalement, les réductions budgétaires au CNRS font que l’accès à Cairn via BiblioSHS est menacé alors même que ce portail devient un point de passage obligé pour les chercheurs francophones en SHS ; il faudra donc que les UMR ou les universités financent elles-mêmes l’accès à ce portail à l’avenir. Aux dernières nouvelles cependant, et probablement sous la pression de nombreux chercheurs mécontents, le CNRS serait en train de renégocier cela.

  • Les membres de la section de recherche en méthodes qualitatives à l’APSA ont dû recevoir le dernier numéro de sa newsletter Qualitative & Multi-Method Research, qui contient d’excellents articles sur l’inférence causale dans les études de cas.

    Les auteurs des textes seront familiers à tous ceux qui travaillent sur des études de cas qualitatives : John Gerring (cf. son excellent bouquin, bientôt en deuxième édition chez Cambridge), Gary Goertz (et hop, un deuxième excellent ouvrage de méthodologie), et évidemment David Collier (connu pour le “Collier and Collier 1991” sur l’Amérique latine, mais aussi pour le manuel de méthodologie “Brady and Collier 2004”).

    Le deuxième dossier est aussi à signaler : les articles portent sur les expériences de terrain (field experiments). Le premier texte est signé Thad Dunning, que j’avais déjà remarqué par son papier APSA sur les faits sociaux.

  • Le dernier numéro de Politique et Sociétés, la revue de la SQSP, contient le premier article publié en science politique sur “mon” objet de recherche (la lutte contre le cancer).

    Je me sens un peu moins seul désormais, même s’il s’agit d’un article de science de l’information et de la communication et pas de science politique. Le texte est signé par Benoît Lafon [site personnel] et Hélène Romeyer.

    Sur la communication (publique ou politique) et la santé, on peut aussi consulter un numéro récent de Questions de communication, par le même groupe de recherche issu du Gresec, à Échirolles (en banlieue grenobloise, à côté de mon propre labo de recherche à l’IEP Grenoble).

  • La science politique étant souvent amenée à traiter des conflits fondés sur les intérêts et l’autorité scientifiques, le dernier numéro mis en ligne de la revue Enquête sur les controverses scientifiques sera très utile aux chercheurs qui voudraient s’initier à l’étude des controverses.

    Le numéro contient notamment un texte de David Bloor, traduit en français. Cet auteur, dont les travaux représentent une branche importante de la sociologie des sciences, est peu accessible en français, ce qui m’avait poussé à publier une note de recherche et un entretien dans la revue Tracés, qui prend de l’essor en ce moment – elle aussi est passée en ligne l’an dernier, et son fondateur organise actuellement un cycle de conférences sur les SHS.

Pose du zinc en cours

Les auteurs du Polit’bistro travaillent sur l’installation du comptoir, d’où le look pas très sexy du blog à l’heure actuelle. La situation devrait heureusement s’améliorer rapidement. En attendant, vous pouvez d’ores et déjà rajouter le feed du Polit’bistro à votre agrégateur RSS (instructions). Vous pouvez aussi fouiller un peu dans la colonne de liens et dans notre listing de blogs, il y a d’autres choses intéressantes à lire en ligne sur la politique et les politiques.

Mise à jour : le comptoir est désormais bien posé.