Le mot de la fin (d’année)

Ce petit mot tranche avec l’optimisme de la recension précédente.

Le rythme de recension a diminué sur ce blog. Je n’y peux hélas pas grand chose : je n’ai pas trouvé grand chose à me mettre sous la dent, en tout cas pas en français et en science politique. La faible diffusion des travaux à l’intérieur même de la discipline est responsable de cet état de fait. La contribution de la science politique à l’échelle de la société française (les termes “vide abyssal” me viennent à l’esprit mais quelque chose me dit qu’il vaudrait mieux les faire sauter au marbre) se mesure à l’aune de ce mutisme.

Pour la fin d’année, prenez une bonne résolution : publiez en ligne ! HAL-SHS le permet, le droit d’auteur le permet, tout y incite—même le CNRS. Les exemples étrangers ne manquent pas : Adam Przeworski, Charles Tilly… On peut même formuler le propos à la façon de Nicolas Sarkozy : “J’vais vous dire, madame Chazal : pourquoi est-ce qu’on serait le seul pays d’Europe qui ne publie pas sa science politique en ligne ?” (La véracité du propos est hors-sujet.)

On terminera sur un message à caractère informatif de Max Weber :

Max Weber

Bonnes fêtes !

Le CURAPP rétro-publie en ligne

Le CURAPP, un laboratoire de science politique hébergé par l’Université de Picardie vient de placer ses publications en ligne, en accès gratuit pour celles vieilles de 15 ans et plus. Le délai est démesuré (mon pifomètre m’indique que les moving walls des revues sont de cinq ans en moyenne), mais l’initiative est excellente.

Félicitations sincères aux directeurs, Fr. Lebaron et Fr. Buton, ainsi qu’aux équipes techniques responsables du projet, et espérons que cela produise un effet viral sur d’autres laboratoires de recherche en science politique !

La Parlementarisation de l’islam politique

En ce moment je joue à “découvre un nouveau membre de ton labo de recherche chaque jour”. C’est le premier effet collatéral de se trouver dans une structure de grande taille : beaucoup de personnes ne se croisent jamais, et donc ne travaillent ni ne communiquent jamais. La recension suivante provient donc de mon laboratoire de rattachement : 

L’article montre que l’efficacité de la répression des régimes autoritaires arabes a amené les partis se réclamant de l’islam politique à adopter un profil modéré, s’exprimant notamment par la participation aux élections parlementaires. [halshs-00195432]

Sur un thème proche, on pourra lire l’excellente interview d’Henry Laurens dans le hors-série du Monde 2 sur l’Orient compliqué (le reste du hors-série est un recyclage d’articles de Gilles Paris, intéressants au demeurant, mais pas très frais).

Sur le régime politique chinois

Cette recension vient en soutien à Josep Colomer, dont l’excellent blog vient d’être censuré par les autorités chinoises. Le fichier qui suit est un copié-collé de trois de ses textes récents [1,2,3], réalisé avec son accord, et diffusé via ce blog afin de contourner l’interdiction chinoise. Les textes concernent la nature du régime politique chinois et ses changements concevables.

Télécharger : colomer.pdf [13 pages]

Cette recension est peu de choses – l’hébergeur de ce blog a déjà eu maille avec les autorités chinoises, et la diffusion du fichier en Chine restera limitée en toutes circonstances. Cette recension nous éloigne aussi de la science politique française. Mais je tenais à faire passer l’idée, en creux, qu’il manque une démarche revendicative et internationaliste au sein de la discipline.

Mise à jour : on m’apprend de source sûre que ce blog était déjà censuré en Chine. Il faudra donc compter sur les voyages présidentiels pour faire connaître la science politique française en Chine. 

Bloguer la politique

S. Pène :

La campagne des élections présidentielles a trouvé grâce au Web et en particulier grâce aux blogs de nouveaux supports pour la profession de foi politique et la pratique militante. Beaucoup espèrent y rencontrer une rénovation du dialogue entre candidats et électeurs, qui ferait des blogs l’image même de la vie politique souhaitée. Cependant, l’analyse du dispositif d’échange qui se crée montre que la pratique des blogueurs comporte une contestation profonde des fondements de la démocratie représentative : le contrôle de la vérité des projets politiques, la hantise de la ruse des politiques s’inspirent plus du droit de la consommation que de la culture politique. Ainsi les blogs contribuent-ils à éclairer les difficultés actuelles de l’idéal démocratique qu’à les résoudre.  [hal-00122422]

Merci Enro !