Politique et santé publique, un cas d’espèce

Je n’ai pas le temps d’en faire la couverture intégrale, mais le débat engagé autour des centres d’injection supervisés est un cas d’espèce pour l’analyse des politiques de santé publique dédiées à la lutte contre la toxicomanie (à consulter en introduction, les travaux d’Henri Bergeron et de Patrick Peretti-Watel) :

  • Un bel événement déclencheur : la publication d’une expertise scientifique présentant un problème public et une solution qui semble avoir fait ses preuves à l’étranger, sa remise aux services ministériels compétents, et une annonce de la ministre en charge du problème (mots-clés : mise à l’agenda, expertise scientifique et intelligence gouvernementale1, apprentissage et diffusion internationale des politiques publiques2).
  • Une politisation rapide et multivariée, très saillante dans l’espace médiatique : opposition gouvernementale et positionnement des partis politiques3, opposition d’une partie des députés de la majorité parlementaire par voie d’appel4, oppositions dans la mairie de Paris et réactions diverses dans d’autres municipalités concernées (mots-clés : politisation, apprentissage et diffusion infranationale des politiques publiques5).
  • Une fabrication express de cadres interprétatifs et autres raccourcis cognitifs et symboliques : “salles de shoot”, “drogatoriums”, “anti-chambres de la mort” (façon Sarah Palin ?), et toutes sortes de remarques dans le droit fil de la rhétorique réactionnaire : thèse de la perversité (la mesure créerait un effet pervers en trivialisant l’injection et en encourageant des doses d’injection plus élevées), thèse de l’inanité (la mesure n’aura aucun des effets attendus), thèse de la compromission (des efforts précédents et des principes défendus jusqu’à présent)… (mots-clés : cadres mentaux, stigmate, rhétorique réactionnaire)

Pendant ce temps, au Mexique, un ancien président propose de légaliser la production, la distribution et la vente de drogues, pour mettre fin aux trafics des cartels.

Billet rédigé en écoutant une chanson du nouvel album de Laurie Anderson qui s’appelle “Only An Expert (Can Deal With the Problem)”.



Citer ce billet
François (2010, 20 août). Politique et santé publique, un cas d’espèce. Polit’bistro. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syme

  1. L’intelligence gouvernementale consiste notamment à tenir compte de l’opinion publique, très opposée aux centres d’injection supervisés. []
  2. À consulter, les travaux de Donley Studlar sur la diffusion des politiques de lutte contre le tabagisme, et sur le rôle des instruments internationaux comme la FCTC. []
  3. À noter que même le Front national, parti hors-système, s’est positionné, avec une ligne dure qui rappelle celle des “sidatoriums” pour “sidaïques” dans les années 1980. []
  4. Le rôle des médias est ici essentiel, étant donné qu’ils participent à rendre les préférences des acteurs connues de tous, ce qui peut influer sur l’analyse du phénomène. []
  5. À consulter, les travaux de Charles Shipan et Craig Volden portent sur le poids de ces phénomènes au niveau infranational. []

6 réponses sur « Politique et santé publique, un cas d’espèce »

  1. Cas intéressant, mais la chronologie simple n’est-elle pas trompeuse? On pourrait tout autant dire que des associations (ASUD etc.) ont produit une mobilisation de longue date, que d’autres ont interpellé la ministre de la santé lors de la conférence sur le SIDA et autres STDs* (en l’occurrence, hépatite C ici) et ont mené un travail intense tout au long du mois d’août — mois creux de l’activité journalistique, et que le rapport n’est finalement que ce qui est repris dans les médias comme caution scientifique.
    Ce que cela dirait pour la science politique, c’est que moins que les experts scientifiques, c’est leur mobilisation par certains acteurs à l’interface du monde politique et scientifique qui les rends visibles et efficients, pas que leur publication créée de la mise à l’agenda. Mais c’est juste une hypothèse.

    * http://www.dailymotion.com/video/xe3m08_a-vienne-bachelot-prends-sa-claque_webcam

    1. La chronologie n’est pas trompeuse à l’échelle de la controverse, mais elle l’est à l’échelle de la politique publique, effectivement ; on peut certainement régresser de quelques mois voire de plusieurs années pour trouver les sources (associatives et autres) du problème public cristallisé dans les “salles de shoot”, ce que prédit par ailleurs les théories à la Kingdon (toujours au statut d’hypothèse).

      L’observation est, par conséquent, exacte : la science politique aurait tort d’utiliser une théorie désincarnée de l’expertise scientifique (mais y a-t-il vraiment des candidats pour ce faire ?), qui ne peut pas se passer d’acteurs sociaux pour la faire avancer : communautés épistémiques, groupes circonstanciels (malades, victimes), etc. L’économie morale de l’expertise en santé publique pèse aussi ici dans l’équation, ce que Constance Nathanson a déjà résumé assez efficacement.

  2. A ajouter au tableau : un sondage opportun(iste) sur les Français et les drogues, paru cet été, semblant bien montrer une montée de l’intolérance aux drogue/é(e)/s dans l’opinion publique française, sondage commandité si je ne me trompe par un organisme para-étatique ad hoc consacré à la lutte contre les drogues…

    Je suis d’accord avec Etienne il ne s’agit là que d’une séquence (bien analysée par vous par ailleurs) dans un jeu de beaucoup plus long terme. Les acteurs favorables à une réduction des risques ont perdu cette manche.

    1. Je n’ai pas relevé les dernières enquêtes de la MILDT et de l’OFDT, mais je ne suis pas étonné du résultat, observé au niveau mondial si l’on regarde la question “Voulez-vous bien habiter à côté de junkies” dans les données WVS (je reformule la question de mémoire).

      Le seul avantage stratégique de cette polémique me semble être que tout le monde joue désormais à jeu ouvert : chacun a dû publier sa position, notamment les acteurs politique de soutien, comme les écologistes. Ça a son utilité pour les acteurs pro-réforme, je pense.

  3. Oui oui, d’accord avec l’idée des acteurs qui portent les politiques etc., mais ce que je me demandais, c’est si la première phrase “un bel élément déclencheur: la publication d’un rapport de l’INSERM” était vraiment appropriée. Il est difficile de faire une analyse toute choses égales par ailleurs, étant donné que l’enrôlement de ces experts a dû jouer et qu’on n’a qu’un cas, mais je suis prêt à parier que sans *ce* rapport de l’INSERM, on aurait eu la polémique quand même. Soit elle se serait produite sans ce rapport, soit elle se serait produite avec un autre rapport / type d’expertise (celui qui est mobilisé maintenant: “ça marche dans d’autres pays”).

    Et qu’une chronologie plus fine montrerait que rien ne suit la publication du rapport (dont on n’a pas entendu les auteurs d’ailleurs), et tout suit la mobilisation. Ce qui n’a rien d’étonnant quand on connait le fonctionnement du milieu des médias.

    Bref, moins que les communautés épistémiques et le pouvoir des experts, ce sont les activités de “plaidoyer” (advocacy) qu’il faudrait sûrement étudier de plus près pour comprendre ce cas. Mais ca reste une hypothèse!

    1. Je vois bien le raisonnement, mais j’ai deux légers désaccords, également exprimés à titre spéculatif :

      1. Sur l’événement déclencheur, l’hypothèse la plus plausible est évidemment celle qui consiste à envisager qu’il y ait eu une étape précédant la publication du rapport : pour que les acteurs puissent exprimer leurs positions sur le problème qu’il soulève, il faut qu’ils aient pris le temps d’élaborer leur position. Le rapport n’est pas essentiel à l’existence d’au moins deux positions antagoniques et à leur défense dans l’espace public.

      En revanche, il faut raffiner le contrefactuel évoqué : sans ce rapport de l’INSERM, on aurait eu une polémique, mais pas celle-ci. Ce qui est impressionnant dans celle-ci, c’est la perméabilité des médias au discours des acteurs : tous en ont parlé. Pourquoi ? Parce que les expertises collectives collectives font partie de l’intelligence gouvernementale en matière de santé publique, au même titre, par exemple, qu’un discours du Directeur général de la santé ou un rapport annuel de l’OFDT. Les Britanniques ont des structures équivalentes, dont l’avis est également très facilement médiatisé (voir la vive controverse autour de David Nutt).

      Ces expertises donnent lieu à des communiqués machinalement repris par les médias : il y a une caractéristique routinière, quasi-mécanique au phénomène, qu’il n’aurait pas été possible d’obtenir – je choisis un verbe “actif” pour rappeler que je suis d’accord avec le principe d’une mobilisation sous-jacente – sans aucun rapport ou par un autre type d’expertise dominé (la comparaison entre pays est par ailleurs inscrite dans le rapport lui-même). En cela, la publication du rapport me semble avoir des propriétés remarquables et distinctes de la mobilisation elle-même, d’autant plus que, si le rapport a été commandé par les pouvoirs publics eux-mêmes, alors on est dans une forme de mise sur agenda très intéressante (l’auto-inscription chez Pierre Favre).

      Deuxième léger désaccord beaucoup plus court : les communautés épistémiques sont des structures de plaidoyer ! La notion traite moins du pouvoir des experts que de leur organisation transnationale dans des réseaux partageant une orientation commune vis-à-vis du statu quo. Je vois l’opposition soulevée entre les deux catégories d’explications, entre mobilisation (sociale) et expertise (scientifique), mais Haas est définitivement dans la première catégorie. J’ai certainement passé trop de temps avec les STS, mais je ne connais aucun partisan des explications où l’expertise n’est pas mobilisée comme une ressource par un réseau composite de mouvements sociaux.

      Il reste une question : pourquoi un résultat si médiocre ? Car après tout, rien ne change dans cette controverse, les acteurs énoncent leur position et puis s’en vont, l’affaire médiatique est classée sans suite. Je pense qu’on peut émettre l’hypothèse que les cadres mentaux dominants, évoqués par les chiffres de l’opinion publique, ne laissaient aucune autre issue à la controverse : en gros, il y a eu médiatisation, mais sans un changement dans la structure des opportunités discursives.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search