Pastorale grippale

La science politique adore les fiascos, qui prêtent si volontiers le flanc à l’analyse. La sociologie des organisations adore également les dysfonctionnements graves, les décisions absurdes. Et la sociologie en général aime bien se pencher sur les échecs, les accidents, les catastrophes.

Le dernier fiasco en date, si l’on en croit l’espace médiatique, concerne la gestion gouvernementale de la grippe A-H1N1. Dans un ouvrage récent sur le principe de prévention, deux sociologues avancent une hypothèse simple : la santé publique s’en sortirait beaucoup mieux si l’on communiquait plus, et mieux, sur les décisions prises dans ce domaine. En discutant avec quelques amis, je me suis aperçu que leur hypothèse se vérifiait facilement : la plupart des fumeurs que je connais, par exemple, sont convaincus que l’interdiction de fumer dans les lieux publics est une mesure prise contre leur propre tabagisme. Ils n’ont pas foncièrement tort : l’État a intérêt, ne serait-ce que financièrement, à ce que les fumeurs se fassent rares dans la population. Mais leur jugement sur cette interdiction prend une toute autre tournure, moins défiante, quand j’évoque la réduction des insuffisances respiratoires chez les serveurs des bars et des restaurants.

Sur la grippe A-H1N1, l’ancien directeur général de la santé William Dab dit à peu près la même chose, en citant les scandales précédents en santé publique pour arriver à un constat : “En matière de sécurité sanitaire, entre l’Etat et la société, il y a une forme d’immaturité.”1 Un chercheur spécialisé sur ces questions ne dit pas autre chose, et insiste sur la communication institutionnelle.

Deux autres arguments venant de l’écoute de la radio un matin de la semaine dernière. Premièrement, Nicolas Sarkozy a justifié son action en déclarant que la grippe avait tué 219 personnes, ce qui lui interdisait l’inaction. Cet argument m’intéresse dans le cadre de mes recherches sur le cancer, où la mortalité est souvent citée en motif d’action. On voit bien ici à quel point cet argument est rhétorique : la mortalité peut varier de 1 à 1000, les justifications des pouvoirs publics restent identiques. À noter que 219 décès ne correspondent à presque rien : sur la population française, on compte plus de 500 000 décès par an. La grippe A-H1N1 représente moins de 0.5% de ce chiffre ; une légère variation de température peut probablement causer plus de décès. En 2007, la grippe “simple” a fait 233 morts. C’est moins que les homicides, par exemple (374 la même année)2.

À la radio, un chroniqueur expliquait la défiance des individus en parlant du “loup dans la bergerie” lorsque l’État veut rassurer et protéger les citoyens en leur forçant la main pour les vacciner. Les discours anti-hygiénistes fonctionnaient déjà à plein sous la IIIe République, et persistent toujours ; certains pays occidentaux ont même des mouvements sociaux anti-vaccination très bien organisés. Que le discours médiatique soit critique du pouvoir pastoral exercé par l’État n’est donc pas très étonnant.

La notion de pouvoir pastoral, proposée par Michel Foucault, a des racines théologiques expliquées dans le lien mentionné, ce qui permet presque de faire la jonction avec mon jeu-concours sur le rite funéraire en politique.

Add. J’ai oublié, dans ma note, de citer l’entretien avec François Ewald. Extrait :

Le principe de précaution est toujours lié à la défense d’un système de valeurs précis. Si vous considérez que la santé n’est pas une valeur qui doit être hautement protégée, alors il n’y a pas de précaution particulière à prendre en matière sanitaire. Les choix faits par Roselyne Bachelot dans le cas du risque H1N1 supposent que la société veut se protéger au maximum, que le décès d’une seule personne devrait pouvoir être évité. Si vous vous appelez Marc Gentilini ou Bernard Debré, que vous êtes médecin, que vous voyez beaucoup de gens mourir et que vous relativisez les situations, vous ne donnez pas au principe de précaution la même interprétation. Une association écologiste qui se bat contre une société qui fabrique des OGM va surpondérer la protection de l’environnement face aux bénéfices potentiels d’un progrès technique. Nous sommes donc, en réalité, dans une bataille de valeurs.

  1. Deux choses à noter : le “scandale” de la grippe A-H1N1 ne s’est pas soldé par une surmortalité évitable, c’est un échec de gestion pour ceux qui veulent lire le surplus de vaccins dans ce sens ; et la France n’a pas le monopole des scandales de santé publique, même si la “sécurité sanitaire” est assez hexagonale, au moins dans les termes. []
  2. Données Inserm, codes CIM J10-J11 et X85-Y09 respectivement. []

2 réponses sur « Pastorale grippale »

  1. Le fait le plus intéressant à mon sens, c’est effectivement l’écart entre les réactions étatiques face à telle ou telle source de mortalité. Il suffit de comparer en France les chiffres de la mortalité routière à celle due à la grippe A.

    Cela devient tellement patent que je me demande quand il y aura une réaction; en effet, en poussant la logique ici à l’œuvre à fond, cela veut dire que, dans le fond, l’État devient le gardien de… l’immortalité des citoyens. Pourquoi pas ? On voit cela aussi quand quelqu’un de très très vieux, mais en assez bonne santé selon les proches, meurt à l’hôpital. Il faut nécessairement un responsable.

    Pour ne pas parler des … militaires qui meurent à la guerre… inacceptable !

    1. Il y a un peu de ça dans les développements sur le “thanatopouvoir”, dans la lignée foucaldienne. L’auteur cité dans le cadre du jeu-concours a également des mots assez intéressants sur l’immortalité, la dimension sacrée de la vie et son application en politique, et ainsi de suite.

      Et oui, je suis aussi marqué par l’absence de corrélation entre l’attention des pouvoirs publics et la part effective des phénomènes contribuant à la mortalité. Concrètement, si la politique de santé (publique) était strictement rationnelle en situation d’information quasi-parfaite, alors une annonce politique sur deux en la matière concernerait les cardiopathies.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search