Les (hommes) politiques ne se cachent pas pour mourir

J’avais l’habitude, sur un autre blog, de mener un petit jeu à base de citations : trouvez l’auteur. Voici un exemple approprié dans le contexte de ce blog, à relier à un événement récent qui a peiné tous les lecteurs attentifs des rapports de la Cour des comptes :

Ne voit-on pas, derrière chaque dépouille unificatrice, les pires ennemis se congratuler et se serrer les coudes dans la condoléance ? L’espace d’une cérémonie, ce qui unit les plus éloignés ou les plus hostiles des leaders en exercice paraît plus fort que ce qui les divise ; et ce qui les unit c’est que les uns et les autres s’efforcent de lutter contre la mort, et que cette lutte est finalement assez dérisoire, au point que la cohue des bâtisseurs d’Empire et autres défenseurs de l’ordre inspire une sorte de pitié.

Le commentaire débute sur une allusion aux funérailles des grands chefs d’État. L’auteur observe que “ces entractes entrouvrent sur l’inconscient politique d’une façon à la fois drolatique et pathétique”. Il est facile de l’identifier si l’on a l’habitude de lire les intellectuels français qui s’intéressent, inter alia, au rapport politique et sacré. La citation est aux pages 376-377 d’un ouvrage paru en 1981.

Vos suggestions ?


8 réponses sur « Les (hommes) politiques ne se cachent pas pour mourir »

  1. Ça pourrait du Abélès, Anthropologie de l’État, mais non ! Les circonvolutions littéraires sur “la cohue des bâtisseurs d’Empire”, c’est plutôt…

  2. On se rapproche !

    Indice : François Mitterrand (ce n’est pas de lui, naturellement).

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search