Les pouvoirs publics aux prises avec les fusillades meurtrières

Sur son très bon blog de sociologie, Denis Colombi a récemment signalé l’analyse de Jay Wilkinson, du Montclair Socioblog, suite aux tueries quasi-simultanées aux États-Unis et en Allemagne. Les événements sont très similaires dans les deux cas : dans le comté de Genève, en Alabama, et à Winnenden, dans le Baden-Württemberg, deux tueries1 ont été perpétrées par de jeunes hommes se servant d’armes à feu pour faire une dizaine de victimes, puis se donner la mort.

Avant de réagir à l’analyse de Jay Wilkinson, on peut rappeler ce qui intéresse la science politique – et plus exactement l’étude des politiques publiques – dans ces événements. Il n’y a pas que la police allemande ou les médias qui émettent des hypothèses (fausses, dans un premier temps, dans les deux cas) sur l’origine de ces meurtres. Les pouvoirs publics s’en soucient aussi, et quelques lignes d’analyse peuvent expliquer pourquoi et comment.

La mise sur agenda du problème

C’est un résultat des analyses menées en psychologie politique2 : face à des événements ayant trait à la souffrance, à la mort et aussi à la violence, les pouvoirs publics se sentent naturellement investis d’une mission de justice et de réparation (envers les victimes, et envers la population en général), mais aussi de changement : les affaires se présentant sous forme de crises traumatiques aboutissent généralement à des propositions de loi et à d’autres formes de régulation devant assurer que la situation ne se reproduise plus.

Ce sentiment est exacerbé par la concentration de l’attention médiatique, qui rend le mandat des autorités publiques encore plus prégnant. par analogie, on peut citer, en France et dans un passé récent, les chantiers législatifs et exécutifs lancés autour du “droit au logement opposable” après la mobilisation des Enfants de Don Quichotte autour du Canal Saint-Martin3. Cependant, les pouvoirs publics sont conscients de ces mécanismes : lors de la tuerie de Dunblane, en Écosse, les autorités britanniques avaient ainsi rejeté les appels à légiférer contre les armes de poing, en raisonnant que ce serait un cas typique de “panic legislation” qui n’empêcherait pas la tragédie de se reproduire (cet incident reste l’un des plus graves qu’ait connu la Grande-Bretagne, avec celui de Hungerford).

Les récits causaux liés au problème

La mise sur agenda, quasi-spontanée, du problème posé par les fusillades récentes, ne constitute qu’une dimension d’étude possible parmi plusieurs autres. L’étude des récits causaux qui émergent du côté des pouvoirs publics est également intéressante pour la science politique : ces récits rassemblent des éléments narratifs dont l’effet causal ou déterminant semble établi, et dont les décideurs publics se saisissent par la suite pour intervenir sur le sujet4.

Dans le cas des fusillades, la circulation des armes à feu est évidemment mise en cause : ces tueries ne pourraient pas avoir lieu avec une même amplitude si les meurtriers n’étaient équipés que d’armes blanches. Par conséquent, les pouvoirs publics se sentiront obligés de prendre une décision, ou une non-décision5, au sujet des armes à feu. Dans les deux cas, ils devront justifier leur position ; j’y reviens plus tard.

On remarque que les médias et d’autres sources d’information aiment aussi évoquer les jeux vidéo dans leurs récits causaux, car les tueurs sont souvent de jeunes hommes jouant aux jeux vidéo, et qu’il faut peu d’imagination pour imputer un comportement violent réel à un comportement violent virtuel. Ce raccourci s’est vu lorsqu’un garçon de cinq ans a été accusé (à tort) d’avoir poignardé sa soeur pour une dispute liée à un jeu vidéo. Ce récit est présent dans la couverture médiatique de la tuerie de Winnenden, et dans plusieurs autres6.

On ne sait pas trop ce que comptent faire les pouvoirs publics s’il retiennent le récit causal du jeu vidéo ; peut-être coller des mises en garde sur les jeux, comme c’est déjà le cas sur beaucoup de produits en circulation. Sur les armes à feu, on peut s’attendre à des réactions différentes en Allemagne et aux États-Unis. C’est ce que prévoit Jay Wilkinson, traduit par Denis Colombi, dans l’analyse suivante :

Voilà ma prédiction sur ce qui va se passer. Quelques pays européens, peut-être même l’Allemagne, vont rendre leurs lois sur les armes encore plus strictes. Aux États-Unis, les gens vont secoueur la tête, pleurer, prier, et se concentrer sur l’histoire personnelle du tueur et de ses victimes […] Ici, aux États-unis, on se concentrera sur des explications individuelles. “Les authorités sont à la recherche d’un motif”, nous dit CNN. C’est malheureux ce qui est arrivé, mais qu’est-ce qu’on n’y peut ? Il est simplement impossible de prévoir quand quelqu’un va péter les plombs.

[Je n’ai reproduit qu’un extrait, la traduction est plus longue.]

Il est objectivement juste d’affirmer que l’on ne peut pas prévoir ces tueries : au mieux peut-on procéder à des raisonnements probabilistes, qui identifient les conditions de probabilité maximales de l’événement. Néanmoins, il est objectivement justifié de s’interroger aussi sur les motifs des meurtriers, car ces motifs existent et l’on retrouve souvent leur trace matérielle, sur des forums Internet, dans des vidéos (comme dans le cas de la tuerie de Jokela, en Finlande) ou dans des courriers laissés par les tueurs. Deux raisonnements valables co-existent, sans vraiment s’exclure mutuellement ; néanmoins, au niveau des réponses politiques, Jay Wilkinson présume que le raisonnement dominant va façonner la réponse des pouvoirs publics.

Les schèmes de pensée dominants

On peut approfondir un peu cette dernière analyse. L’existence de deux raisonnements non exclusifs mais tout de même disjoints est une donnée intéressante : elle montre que notre manière d’interpréter les événements qui nous entourent est déterminé en profondeur par nos habitudes de pensée, par nos routines de raisonnement – bref, qu’il existe des cadres, des repères stables dans lesquels nous accomplissons nos actes, y compris nos actes mentaux.

Ces cadres structurent profondément notre existence au niveau individuel, mais aussi au niveau collectif, comme le montre l’exemple des tueries : ainsi, Jay Wilkinson sous-entend que “l’Allemagne”, c’est-à-dire la majorité des décideurs publics allemands avec le soutien possible de l’opinion, construira un récit aboutissant à la mise des armes à feu, alors que “les États-Unis” aboutiront à un récit focalisé sur des variables personnelles et psychologiques, liées au tueur et à son entourage proche.

Si des schèmes de pensée différents existent dans les deux pays, si l’un avantage les causes “environnementales” (les armes à feu) et l’autre les causes “génétiques” (le patrimoine psychologique du tueur), alors il faut aller chercher les facteurs qui peuvent les expliquer. À partir des travaux de sociologues comme Frank Dobbin sur les fondements culturels de l’organisation rationnelle (du travail, de la pensée…), on peut s’attendre à ce que ces facteurs résident dans l’histoire culturelle des deux pays.

Mais on peut aussi utiliser les travaux du sociologue Karl Mannheim (1893-1947), qui identifiait deux styles de pensée systématiquement présents dans l’histoire des sciences : un discours ayant inspiré les Révolutions française et américaine, qui se focalise sur la Raison et le libre-arbitre des individus, et un discours conservateur, réactionnaire, né dans l’Allemagne de Goethe, qui se concentre sur ce que les individus héritent de la collectivité7.

Ici, le discours américain (imaginé par Jay Wilkinson) met clairement le libre-arbitre du tueur en avant, alors que le discours allemand insiste sur le rôle de la collectivité (la responsabilité des parents, détenteurs, et de la société, circulatrice, d’armes à feu). On retrouve bien les schèmes de pensée dans deux pays marqués par l’héritage révolutionnaire et contre-révolutionnaire dont se sert Karl Mannheim dans sa définition des styles de pensée.

Conclusion : dispositions et situations

Cette mini-étude de cas montre ce que peut apporter une réflexion comparée à l’étude des comportements des décideurs publics, et des politiques publiques en général. En mobilisant un peu de sociologie des sciences (enfin, de sociologie tout court, car à l’époque de Karl Mannheim, les frontières disciplinaires sont encore très souples), j’ai essayé de montrer qu’une formation multi-disciplinaire est aussi un atout à cette fin. Enfin, je souhaitais montrer comment l’on pouvait “cumuler” des analyses : celle de Jay Wilkinson, de Denis Colombi, et la mienne ici.

Pour terminer, je souhaite citer un extrait du récent ouvrage de Jon Elster, Explaining Social Behavior8. Par coïncidence, je suis tombé sur ce passage quelques heures après avoir publié cette note. Or la réflexion de l’auteur colle parfaitement au thème abordé ici.

Jon Elster consacre un court chapitre à la question des individus et des situations. Alors que notre comportement est généralement réglé par le contexte, affirme-t-il (résultats de psychologie expérimentale à l’appui), nous avons spontanément tendance à chercher des explications dans les dispositions (la personnalité, pour faire simple) des acteurs. La psychologie appelle ce biais la fundamental attribution error (erreur fondamentale d’attribution). Cette erreur s’exprime de manière différente selon les contextes culturels, et peut-être cette observation permet-elle de replacer les intuitions de Jay Wilkinson dans un contexte plus large, où certaines populations9 expriment un biais plus fort que d’autres.

Voici l’exemple que cite Jon Elster, exemple tout à fait en phase avec la discussion ci-dessus :

… in 1991, an unsuccessful Chinese physics student shot his adviser, several fellow students, and then himself. In the same year, an American postal employee who had lost his job shot his supervisor, several fellow workers and bystanders, and then himself. Both events were widely reported in English and in Chinese newspapers, the former consistently explaining them in dispositional terms (“disturbed,” “bad temper,” “mentally unstable”) and the latter in situational terms (“easy access to guns,” “had just lost his jobs,” “victim of pressure to succeed”).

[Je coupe le raisonnement avant sa fin (p. 187) car je cite à titre illustratif ; je n’ai pas eu le courage de traduire.]

Les analyses présentés dans cette note se sont faites en grande partie à chaud, sur des faits pas encore tout à fait stabilisés et avec des fragments de raisonnement plutôt qu’une réflexion complète, mais je pense que ces fragments montrent toutefois ce que les sciences sociales peuvent dire en plus, et entre elles, sur des événements particuliers mais associables à des comportements réglés, réguliers, et intelligibles lorsque le regard devient suffisamment rétrospectif et les données de suffisamment bonne qualité.

Si ce n’est pas faire œuvre de science (sociale), alors il vaudrait mieux que je me recycle dans la percolation de mauvais café, mon autre formation de spécialiste…



Citer ce billet
François (2009, 16 mars). Les pouvoirs publics aux prises avec les fusillades meurtrières. Polit’bistro. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/syk4

  1. J’utilise les termes “fusillade”, “tuerie”, “tueur” et “meurtrier” sans grande distinction dans la suite de mon texte. []
  2. Voir, par exemple, le texte de M. Kent Jennings, “Political Responses to Pain and Loss”, paru dans l’American Political Science Review en 1999. Ces mêmes facteurs peuvent mobiliser au niveau individuel, comme l’ont montré M. Kent Jennings et Ellen Ann Andersen dans le cas de militants associatifs luttant contre le sida (“The Importance of Social and Political Context: The Case of AIDS Activism”, Political Behaviour, 2003 ; en France, les travaux d’Olivier Filleule et Christophe Broqua montrent probablement la même chose). []
  3. Cet exemple est repris dans le petit manuel Sociologie de l’action publique de Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès (Armand Colin, 2006), dans la section consacrée à la mise sur l’agenda politique (agenda-setting) des problèmes sociaux. []
  4. La formation des récits causaux est expliquée dans l’article de Deborah Stone, “Causal Stories and the Formation of Policy Agendas”, publié par la revue Political Science Quarterly en 1989. []
  5. Les autorités peuvent effectivement ne rien faire : cette dimension du pouvoir est très importante, comme l’ont expliqué Peter Bachrach et Morton Baratz dans leur article “The Two Faces of Power”, paru dans l’American Political Science Review en 1962. []
  6. Il faut noter que les récits causaux se satisfont de règles que les scientifiques rejettent : ainsi, pour les jeux vidéo, la corrélation semble suffire à de nombreux observateurs, alors que le raisonnement scientifique se doit de rester sceptique face à cette corrélation, et doit demander une preuve de la relation de cause à effet. En effet, en toute probabilité, le jeu vidéo n’est ici qu’un proxy (une manifestation proximale, un symptôme) de la violence, et non sa cause ; inverser la flèche causale revient à commettre une erreur d’interprétation au plan scientifique, mais les discours publics se passent, par nature, de vérification scientifique. []
  7. Karl Mannheim, “Conservative Thought”, in Essays on Sociology and Social Psychology, 1953. Je connais ce texte parce que je m’en sers sur un petit projet de recherche. []
  8. L’ouvrage est paru chez Cambridge University Press en 2007. Lire Jon Elster peut être un véritable chemin de croix, mais ce livre-là est très appréciable. []
  9. En fait, l’ouvrage de Richard Nisbett, The Geography of Thought (Free Press, 2003), montre qu’il s’agit d’ères géographiques plutôt que de groupes populationnels, mais c’est un détail ici. []

5 réponses sur « Les pouvoirs publics aux prises avec les fusillades meurtrières »

  1. “Enfin, je souhaitais montrer comment l’on pouvait “cumuler” des analyses : celle de Jay Wilkinson, de Denis Colombi, et la mienne ici.”

    Merci pour la citation – même si j’ai un peu l’impression d’usurper le terme “analyse” pour le coup :). Je crois en tout cas que c’est l’un des très grands avantages des blogs pour les sciences sociales : la possibilité de croiser et de cumuler très rapidement et avec une très grande liberté les analyses, les réflexions, les résultats, etc.

  2. Je suis bien d’accord–et le passage que j’ai rajouté ce soir sur Elster montre que les possibilités sont immenses !

  3. C’est assez compliqué de faire comprendre aux médias la différence entre corrélation et causalité.
    Je suis tout à fait d’accord avec l’idée que les jeux vidéo ne sont qu’un symptôme. Par contre ces discours sont symptomatiques d’une “pathologisation” d’un objet / d’une pratique, et d’un déni du social.

    Je le développe dans ces posts :
    http://www.gameinsociety.com/post/2009/03/12/Littleton-reloaded

    Sur le cadrage idéologique des JV, le cas de zone interdite :
    http://www.gameinsociety.com/post/2009/03/09/Le-cadrage-ideologique-du-jeu-video-par-Zone-interdite

    Sur le traitement médiatique et la construction sociale de la violence et l’addiction des jeux vidéo:
    http://omnsh.org/spip.php?article173

  4. Sur les politiques publiques des jeux :

    – en Europe, un système auto-régulé a été mis en place par les industriels entre 2001 et 2003. Il n’a aucune efficacité juridique, mais seulement informative. Il a été consacré par l’UE à plusieurs reprises comme étant le système de régulation du jeu vidéo le plus efficace.
    – on assiste à un effritement de l’auto-régulation, du moins des résistances nationales : Allemagne, Grande-Bretagne
    – en allemagne, ils ont mis en place un système de régulation nationale assez restrictif, en théorie, qi interdit les jeux faisant apologie de la guerre, de la gloire guerrière, du nazisme et toute référence à la GM2
    – en GB, l’office de régulation des films est en train d’imposer son système de régulation et lui donner une valeur pénale.
    – en France, est prévu la création d’une autorité administrative, mais ça reste des mots dans la loi sur la délinquance des mineurs. La responsabilité pénale des revendeurs est souhaitée, mais pour se faire, il faut reconnaître une signalétique officielle.

    Concernant les politiques publiques en France, on assiste à une imposition de problématique des entrepreneurs de la “psy” : décentrement du débat de la violence vers l’addiction. En fait, cette problématique tente de se greffer au jeu d’argent pathologique, et donc d’inclure à la marge le jeu vidéo. De manière vulgaire, des intérêt bassement matériels (gagner des financements pour la recherche en psychologie clinique, en créant un marché de l’addiction au jeu vidéo) et des querelles académiques (l’addiction sans drogue existe-t-elle?) motivent ces acteurs.

    La difficulté est qu’il y a éclatement des politiques publiques sur le jeu, selon les ministères (famille, santé, économie numérique, intérieur, etc.) les propos diffèrent, et on assiste à des double bind (les jeux c’est mal, les jeux sont bons), car chaque ministère agit dans son coin, sans consultation, ni commission / médiateur interministériel. Donc d’un côté on a un crédit d’impôt adopté pour le jeu vidéo, des créateurs de jeu consacré chevaliers des arts et des lettres, et de l’autre des rapports et amendements sur l’addiction, et la violence.

    En complément de “legislative panic”, il y a le concept de “moral panic” du sociologue anglais de la LSE, Stanley Cohen, Floks devils and moral panic, 1973, Routledge. Il montre que le fait divers tragique permet de mettre en place un dispositif de dénonciation (notamment dans les médias) d’un groupe de marginaux (à l’époque les rockeurs) qui dépasse l’événement et entraîne un débat sur des enjeux sociaux plus large et une stigmatisation sur la pratique déviante.

  5. Compléments très intéressants, merci ! Si vous voulez venir en faire une note complète au bistro, pas de souci, faîtes-moi signe.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search