Incertitudes du plagiat, édition Web

Mise à jour : Marie-Anne Paveau a pris le soin de réunir d’autres points de vue critiques, dont celui d’Olivier Bouba-Olga. Cette controverse me fait découvrir certains clivages dormants entre enseignants du secondaire et du supérieur troisième cycle, et permet aussi de “retrouver” une partie de la blogosphère universitaire.

Le récit d’une petite opération de contre-espionnage pédagogique a beaucoup circulé ces derniers jours : une enseignante a expérimenté avec le plagiat et observe qu’il s’est généralisé au point où elle ne souhaite plus faire confiance à ses élèves pour utiliser les technologies numériques.

David Monniaux a dit ce qu’il fallait dire sur le modus operandi, sur les problèmes de généralisation de l’argument, et surtout sur le partage des responsabilités vis-à-vis du problème de fond que représente la copie servile :

Là où je rejoins l’auteur de l’article cité, c’est que le problème relève premièrement du manque de réflexion personnelle et de l’absence d’esprit critique (auxquels, je pense, s’ajoute le désir d’en faire le minimum pour des activités imposées., inintéressantes et sans enjeu). Le problème est, justement, que ces traits sont encouragés par l’enseignement secondaire à la française.

Damien Babet a aussi rédigé sa propre critique, qui rend encore plus claire la distribution objective des mérites et des torts dans le phénomène du plagiat :

Internet rend plus compliquée l’hypocrisie pédagogique des exercices traditionnels. On prétend que ce qui importe c’est la démarche, alors qu’on juge le résultat. Mais un même résultat peut maintenant s’obtenir par de nouveaux moyens. La fausse monnaie du web dévalorise nos trésors de papier. Disons-le plus brutalement : les corrigés en ligne rendent accessible aux enfants de pauvres le petit truc du perroquet bien dressé qui nous permettait, auparavant, de distinguer la progéniture bourgeoise, celle qui aime sincèrement Flaubert. Voilà le scandale. Tout se mélange. Tout se vaut. “Maintenant tout est devenu horizontal” me disait un collègue (nostalgique). Pour nous, la situation n’est pas confortable. Je suis sur le point d’abandonner la lutte contre le “plagiat” (mémoriser un cours ou un manuel scolaire, c’est bien, emprunter une phrase sur le web, c’est du “plagiat”, allez comprendre), mais je ne sais pas trop où je vais.

Les universitaires connaissent intimement le problème du plagiat, et ne sont pas toujours très au clair sur les circonstances ou les technologies qui s’y appliquent. Mais dans le cas de figure présent, le plagiat scolaire est un problème commun à l’enseignement secondaire et aux études universitaires, et si j’étais dans le secondaire, je lirais attentivement les deux commentateurs pré-cités.

Je suis très partagé sur ce que la technologie fait aux études. Par exemple, au sujet de la prise de notes par ordinateur, je ne vois toujours aucun apport concret, plutôt l’inverse, même si je conçois que ma suggestion initiale d’essayer d’y changer quoi que ce soit n’est pas fonctionnelle. Concernant le plagiat, j’ai trop peu d’expérience –sauf quelques anecdotes tragicomiques— pour dresser un portrait de mes anciens étudiants qui ne soit pas excessivement déformé.

Tout comme les notes, le plagiat est un aspect de l’enseignement que j’ai très vite choisi de traiter à la marge. Par exemple, je ne vais pas laisser passer un plagiat flagrant, mais je ne me change pas non plus en moteur de recherche quand je corrige mes copies. De la même manière, j’utilise une échelle de notes pour évaluer les travaux que je corrige, mais j’utilise un barème sans aucune sophistication, sur 5 ou 10 points. Dans les deux cas, je passe moins d’une minute par copie à penser au plagiat ou à décider de la note finale.

Le temps que je ne passe pas à me soucier du plagiat m’est offert par la nature des exercices que je donne. Le problème ne se pose par exemple presque pas en statistiques, tous les travaux sont personnalisés et “réplicalisés”. Les travaux doivent être accompagnés de leur code de réplication, ce qui impliquerait, pour un plagiaire, de falsifier des fichiers de programmation. Internet contient des milliers de fichiers de programmation, mais je n’ai jamais observé de plagiat, car mes étudiants plagient directement mon manuel pour le cours, comme je les y encourage, en leur montrant comment adapter mes snippets à leurs propres travaux. Le plagiat est une pratique encadrée, rationnelle et instructive en programmation, comme en calligraphie.

Le problème est évidemment beaucoup plus présent dans d’autres enseignements. En première année, la science politique est un cours magistral, ingurgité en amphi, recraché en examen terminal, et vaguement travaillé en travaux dirigés—vaguement, car le niveau d’implication des deux parties est trop limité pour en faire plus : les étudiants sont rarement à jour sur leurs lectures et deviennent très rapidement captifs des travaux notés ; hélas, les enseignants ne disposent que d’une heure et demi hebdomadaire pour y changer quoi que ce soit, ce qui est insuffisant pour apprendre une méthode de travail et discuter du fond par la même occasion.

L’enseignement secondaire est directement confronté à cette configuration pédagogique défavorable, et n’a pas moyen d’en sortir sans toucher à la nature de ses exercices. L’absence de réflexion sur ce point dans l’expérience qui fait l’objet d’autant de commentaires en ce moment est assez frappante. Par exemple, le fait d’accumuler les commentaires sans autre forme de logique que celle du calendrier scolaire ne semble pas être préoccupant pour l’enseignante, alors qu’elle-même organise son propre travail sur un corpus dont elle connaît la structure et le contexte.

Il y a probablement moyen de rendre chaque objectif pédagogique justiciable d’une méthode d’enseignement et d’évaluation qui ne se solde pas par une course à l’armement au sujet du plagiat, mais il faudrait arriver à modifier l’enseignement autant que l’étude. Ça m’a l’air mal barré. L’attitude des personnels est une chose (que je ne prétends pas connaître et encore moins applaudir ou regretter), mais de toute manière, la marge de manoeuvre logistique des personnels de l’éducation est nulle dans les contraintes institutionnelles et budgétaires qui sont celles des établissements.

P.S. Et pendant ce temps-là, outre-Manche. Aussi, on m’a fait remarquer que l’enseignante en question est un peu luddite sur les bords, et que c’est un enseignant, pas une enseignante (cette confusion a donné lieu à une micro-passe d’armes sur Twitter ; merci quand même).


2 réflexions au sujet de « Incertitudes du plagiat, édition Web »

  1. Des plagiats dans des projets programmation, j’en ai vu un (et ai été dans un jury où se traitait une affaire plus grave, le plagiat ayant en l’espèce éventuellement des répercussions pénales). Le problème n’est pas tant que l’élève ait copié du code, mais qu’il ait été incapable d’expliquer comment ce code, plutôt « sophistiqué », fonctionne. Zéro.

    Plus amusant, j’ai eu une fois des étudiants d’une université (pas là où j’enseignais) qui m’ont demandé (dans des courriels pleins de fautes de français) de leur renvoyer un corrigé intégral d’un projet que j’évoquais sur une page de cours…

    Nul besoin de tendre des pièges !

    • Déjà, oui, piéger pour piéger, c’est un peu malsain, alors qu’on peut démontrer la même chose sans heurter qui que ce soit. Apparemment, les élèves n’ont pas tous vraiment apprécié la supercherie, et je peux le comprendre. J’ai déjà vu un étudiant (étranger, d’une ex-république soviétique, assez âgé, deux fois mon gabarit) pleurer devant moi quand je lui ai expliqué ce qu’était un plagiat, et pourquoi il avait 3/20.

      Ensuite, sur l’explication du code, c’est exactement ce qu’il manque à l’exercice pédagogique en lettres. C’est très compliqué d’imaginer quelque chose d’autre qu’une formule pédagogique qui semble avoir marché pendant des décennies pour des décennies de profs et des décennies d’élèves. C’est peut-être le moment de réaliser que ça ne marchait pas si bien.

Les commentaires sont fermés.