Les législatives britanniques 2017 en quelques mots

Quelques mots sur les législatives d’outre-Manche. Pour ce qui concerne les élections législatives françaises de 2017, qui commencent aujourd’hui, j’ai prévu de publier un billet le 13 juin et un autre le 21 juin.

L’élection générale britannique avait lieu jeudi dernier, et l’on pouvait suivre l’événement en direct depuis la London School of Economics (sauf mention contraire, les images de ce billet proviennent du stream) :

Le live valait son pesant de cacahuètes, avec beaucoup d’intervenants, et beaucoup d’humour, principalement au détriment de la campagne désastreuse de Theresa May (je vais y revenir). Les réactions de la salle étaient également amusantes. Extraits de mes notes au moment de l’annonce du premier exit poll :

[ BBC speaker: ] « …My giant touchscreen is being loaded with data… »
[ room bursts into laughter ]

[ BBC speaker: ] « Tories lead the vote… »
[ room softly saddens ]
[ BBC speaker: ] « …but are short of a majority. »
[ room literally explodes with joy ]

Un peu de contexte

La séquence électorale britannique de ces dernières années est impressionnante : referendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, élection générale en 2015, referendum sur le « Brexit » en 2016, et élection générale cette année. Les marchés financiers, qui ont décroché depuis le « Brexit », risquent de ne pas bien accueillir non plus le résultat complexe (voir plus bas) de la semaine dernière, car ce résultat n’élimine pas la possibilité d’une autre élection générale avant 2022…

May avait promis de ne pas déclencher d’élection générale anticipée, puis finalement l’a fait, avec une avance de 20 points dans les sondages, qu’elle s’est appliquée à perdre au terme d’une période pré-électorale désastreuse pour son parti : May ne s’est pas présentée au débat télévisé, a remis le débat sur le fox hunting sur la table alors que la majorité des Britanniques n’en veut pas, et surtout, a dû défendre un programme qui ne prévoit aucune augmentation des salaires dans le secteur public et plusieurs régressions en matière de protection sociale, dont la désormais bien connue dementia tax.

Le Labour de Jeremy Corbyn a mené une campagne diamétralement inverse d’un point de vue stratégique : Corbyn s’est exposé au risque d’organiser des rassemblements de masse, a présenté un manifesto anti-austérité mais formulé dans des termes sociaux-démocrates raisonnables, et semble enfin avoir réussi à mettre une sourdine sur les accusations d’antisémitisme qui ont miné l’image de son parti l’an dernier.

La combinaison des deux campagnes semble pouvoir expliquer le revirement électoral spectaculaire mesuré par les sondages d’opinion entre l’annonce de l’élection et le vote – ce qui n’arrange pas nos affaires : il y a toute une littérature – à découvrir en partant de cet article – pour défendre l’idée que « les campagnes [électorales] ne comptent pas », ou peu, y compris au Royaume-Uni. À première vue, c’est exactement l’inverse qui s’est produit ici. Sincèrement, more research is needed!

Les résultats

Les résultats sont compliqués : les Conservateurs se retrouvent à nouveau en situation de devoir composer une coalition parlementaire – avec les unionistes irlandais ! – pour rester majoritaires à la Chambre des Communes1 ; le Scottish National Party perd sa dynamique électorale positive et régresse de 21 sièges ; et le Labour fait un très bon score de parti d’opposition, mais reste très loin d’être en mesure de revenir au gouvernement2.

Dans ce graphique de Martin Baxter, qui résume très bien à la fois la configuration électorale et les estimations des instituts de sondage, le score effectif de l’élection générale se situe dans la zone nord-ouest du cercle « low-pollsters« , à la frontière entre les zones « Con[servative] minority » et « Con[servative] majority » :

La diagonale située dans le cadran nord-est du graphique est importante, car elle trace la zone de « pure two-party vote« , où tous les partis hors « Tories » et Labour obtiennent 5% ou moins des suffrages. En 2010, mais surtout en 2015, Patrick Dunleavy (et d’autres) avaient annoncé la mort des lois de Duverger au Royaume-Uni ; les résultats de cette année confortent cette idée, vu que la coalition au pouvoir sera, à nouveau, et malgré le mode de scrutin, multi-partite3.

Ultime satisfaction

En traînant un peu sur Twitter pour y lire les excellentes notes de Martin Goodwin ou de Kiko Llaneras, je suis tombé sur la non moins excellente synthèse de Mathieu Gallard, et en particulier sur ce graphique, où l’on aperçoit, miracle, enfin, des intervalles de confiance (à ±4 points) dans une prévision électorale !

Il semble que les vives critiques adressées aux instituts de sondage britanniques suite à leur plantage complet de 2015 aient servi à quelque chose. C’est un stéréotype culturel que je tiens de mon séjour en Écosse : dans bien des domaines, les Britanniques sont meilleurs que « nous » lorsqu’il s’agit de publiquement reconnaître leurs failles pour tenter de les corriger.

Addendum #1 : pour le détail des résultats, je conseille cet autre fil Twitter de Mathieu Gallard, très en forme, et qui va certainement aussi faire du super boulot ce soir.

Addendum #2 : cette excellente analyse de Fabien Escalona se concentre sur le succès électoral du Labour de Corbyn. Fabien semble minorer certains des éléments internes au parti qui ont limité son audience électorale depuis 2015 : je pense tout particulièrement à la gestion par Corbyn des accusations d’antisémitisme. Mais hormis sur ce point, je souscris pleinement à son diagnostic, que j’aurais été bien incapable de formuler de manière aussi précise et aussi juste.

Addendum #3 : et un dernier lien vers ce billet de blog sur le two-party system, qui se porte plutôt bien en 2017 (au moins par rapport à 2015). Et cet autre billet vaut aussi le détour. Ah, et aussi ce billet, sur la prédiction réussie du modèle YouGov MRP.

Addendum #4 : et voici le briefing de la Chambre des Communes sur l’élection générale 2017 (via Mathieu Gallard), en espérant qu’un jour, la France pense à se doter d’un Parlement capable de produire des documents d’aussi bonne qualité…

  1. Comme le rappelle Henry Farrell dans le lien fourni au sujet du DUP, ce n’est pas la première fois que les conservateurs (anglais) font alliance avec les unionistes, et cela ne présage rien de bon pour l’application du « Brexit » en Irlande du Nord. []
  2. On peut spéculer sur la perspective de voir le maire de Londres, Sadiq Khan, dont l’image publique est excellente, se présenter pour le parti (néo-)travailliste dans les années qui viennent. []
  3. Certaines analyses parlent d’un retour au bipartisme en Angleterre – et d’un retour au quadripartisme en Écosse –, mais c’est un bipartisme perturbé : certes, les Liberal Democrats ne redeviennent pas un troisième « parti effectif » et les deux principaux partis passent au-dessus des 80% des suffrages, mais la répartition des sièges est suffisamment partagée entre eux pour n’en consacrer aucun sans l’aide de partis d’appui (même le Labour cherche des alliés dans l’opposition). []

Quelques observations sur la candidature de Donald J. ¡Trump!

Je n’ai pas encore parlé, sur ce blog, du sociopathe qui réclame depuis plusieurs mois les codes nucléaires des États-Unis, et depuis peu, l’assassinat de son adversaire principal. Ce tweet illustré m’a toutefois motivé à le faire :

trump

Commençons au commencement

Au départ, il y a, d’un côté, les élections libres des démocraties libérales, et de l’autre côté, des huluberlus, plus ou moins riches, plus ou moins drôles. Le phénomène n’est vraiment, mais alors vraiment pas nouveau : renseignez-vous, par exemple, sur les candidatures de certains riches entrepreneurs (dont certains ont été élus au Parlement) en Belgique ou en Suisse, ou sur les partis éphémères construits autour d’actrices pornographiques en France et en Italie.

À ce stade, la candidature de Donald J. Trump à la présidence des États-Unis n’est qu’une instance de plus de clown triste engagé dans la compétition électorale d’une démocratie représentative. Je ne dirai rien, par pudeur, des clowns tristes qui gouvernent, ou ont gouverné, une bonne partie des régimes dictatoriaux. Je ne dirai rien, non plus, des précédents présidents américains dont on peut objectivement penser qu’il s’agissait de parfaits crétins, au pouvoir comme à la ville.

Le talent tragicomique de Trump se révèle toutefois dans une situation inquiétante : sa candidature concerne la magistrature suprême, pas juste un siège au Parlement, et d’une certaine manière, en obtenant l’investiture du parti Républicain, celui-ci a déjà intégré l’appareil d’État des États-Unis par l’intermédiaire des intelligence briefings délivrés par les services de renseignements aux candidats des deux partis susceptibles de remporter l’élection présidentielle. D’un coup, c’est moins drôle1.

Bon, alors que dire de Trump, une fois que l’on a fini de rigoler des Trump Insult Haiku Studies, de ses listes de losers et de tous les autres gags que Trump produit quotidiennement et qu’Hillary Clinton ne pourra jamais nous offrir ?

En revenir aux investitures

Commençons par constater que la candidature de Trump oblige à réexaminer certaines théories et hypothèses sur le fonctionnement du jeu électoral, ce qui n’est certes pas inédit à sa candidature, mais qui s’exprime de manière beaucoup plus prononcée que si le candidat républicain avait été Jeb Bush ou même Ted Cruz. La même opération de recalibration des connaissances acquises aurait aussi été nécessaire si Ben Carson avait remporté l’investiture.

C’est au niveau du processus d’investiture que le hold-up de Trump a eu lieu, et c’est à niveau-là qu’il faut probablement reconsidérer plusieurs idées acquises quant au fonctionnement des partis politiques. Si l’establishment du parti a échoué à imposer ses candidats (Jeb Bush, puis, par défaut, Marco Rubio, puis, par défaut encore, Ted Cruz), c’est qu’il y a eu une erreur magistrale sur la marchandise : pas seulement dans le choix de ces candidats, mais avant dans le profil des électeurs de la primaire censés sélectionner le candidat.

Les primaires américaines n’ont pas grand chose à voir avec celles que l’on connaît en Europe : une fraction énorme de l’électorat, presque un tiers de celui qui votera à l’élection présidentielle, y participe. On put évidemment retourner l’argument pour affirmer que les primaires ne sont pas représentatives, mais ce n’est pas l’enjeu ici : l’enjeu est d’observer que, pour un parti comme le parti Républicain américain, comprendre son « électorat de primaire » est une opération de grande envergure, et pas seulement une opération de ciblage de quelques dizaines de milliers de personnes.

Les spécificités de la clientèle électorale

Or, si plusieurs recherches ont cherché à mieux connaître l’électorat de Trump et ses revendications, la question du chiffrage (« combien de divisions ? »), qui se joue au niveau des États fédérés, a de toute évidence posé de réels problèmes à la direction du parti Républicain, qui a, comme tout le monde, sous-estimé la fraction de sa clientèle électorale susceptible de se porter sur le vote Trump (ou Carson) plutôt que vers un autre.

À ce sujet, observons un incident récent. Dans un de ses meetings de campagne, Trump a récemment déclaré la chose suivante :

Hillary wants to abolish, essentially abolish, the Second Amendment… If she gets to pick her judges, nothing you can do, folks. Although the Second Amendment people, maybe there is, I don’t know. But I’ll tell you what, that will be a horrible day.

Les médias ont retenu de cette déclaration que Trump appelait indirectement au meurtre de son adversaire, ce qui est exact2. Néanmoins, c’est l’expression « Second Amendment people » qui m’intéresse ici.

Il n’y pas trois millions de « Second Amendment » différents : le début de l’amendement évoque les milices privées, et sa fin évoque le droit de porter des armes. On peut supposer que Trump n’adressait pas son propos aux milices paramilitaires des États-Unis, qui nourrissent généralement peu d’espoir dans le jeu démocratique, mais plutôt à l’énorme clientèle électorale que constituent, aux USA, les propriétaires et utilisateurs d’armes à feu, et parmi eux, les adhérents de la NRA3.

… Et c’est là l’élément remarquable : dans combien de démocraties libérales trouve-t-on, parmi les clientèles électorales des partis de gouvernement, un groupe comme les adhérents de la NRA ? Les États-Unis sont loin d’être le seul pays où une fraction significative de la population possède des armes à feu, mais le taux de possession aux USA est exceptionnellement élevé, et je ne crois pas qu’une clientèle électorale similaire, même de taille plus réduite, soit courtisée en Finlande, au Canada ou en Suisse4.

Pour un observateur intérieur, rien de nouveau : la NRA est un des groupes d’intérêt les plus puissants au sein du jeu politique américain, qu’il s’agisse de son influence sur les élus ou sur les électeurs. Mais pour un observateur extérieur, il faut d’abord admettre les spécificités (il y en a beaucoup d’autres) du marché électoral américain, qui expliquent en partie l’émergence et la persistance de candidats comme Donald Trump ou Ted Cruz.

C’est sur l’ensemble de ces points – fonctionnement des primaires, marché et clientèle électorale, et indirectement, fonctionnement des directions des partis – que Trump va permettre de réinterroger ce que l’on sait du système de partis américain.

C’est beau, l’exposition sélective

La candidature de Trump est également en train de produire de magnifiques données sur un autre plan : sa couverture médiatique, aux États-Unis et à l’international. Sur ce point, il faut regarder Fox News deux minutes (ce n’est pas très compliqué grâce à quelques sites Internet) pour comprendre la différence des messages reçus par l’électorat.

À titre d’exemple allant dans le sens inverse, voici ce qu’un lecteur du Guardian pouvait lire au sujet de Trump entre le 9 et le 11 août 2016 :

Donald Trump hints at assassination of Hillary Clinton by gun rights supporters

Republican presidential nominee says ‘second amendment people’ could stop Democrat choosing undesirable supreme court justices if she is elected

Trump gets date wrong twice while implying Clinton lacks mental stamina

Trump twice made a slip of the tongue at a Florida rally as he questioned the mental and physical condition of his Democratic rival

Trump reiterates he literally believes Barack Obama is the ‘founder of Isis’

Given a chance by radio host Hugh Hewitt to clarify his comments, Trump doubles down on literal interpretation and calls him Isis’s ‘most valuable player’

‘Like a joke gone bad’: Trump faces wide range of criticism for ‘assassination’ line

Republican rejects accusation that he advocated for gun owners to use violence to stop Hillary Clinton agenda amid bipartisan backlash to comments

Le « message reçu » ici est similaire à celui des bandeaux de chaînes télévisées qui ouvrent ce billet. En revanche, il n’a strictement rien à voir avec celui que véhiculent des médias comme Fox News. Je me souviens avoir aperçu quelques analyses de ces différences, mais il faudra encore un peu attendre pour disposer des données couvrant l’intégralité du cycle électoral, et permettant de comparer les grilles de lectures offertes par les médias partisans au sujet de Trump et des autres candidats.

Une prédiction pour finir

Le marc de café n’étant pas mon fond de commerce, je n’ai aucune prédiction personnelle à partager sur l’élection présidentielle américaine, mais comme il y a des gens qui font ça mieux que je ne pourrai jamais le faire, voici deux probabilités à retenir :

  • Les enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une victoire de Trump à 1 chance sur 6. C’est faible, mais très, très loin d’être non négligeable.
  • Les mêmes enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une marge de victoire très confortable de Clinton à 1 chance sur 3, ce qui est énorme.

Vu que, pour gagner une élection, il faut maximiser le vote de son camp, minimiser celui de l’autre, et rallier les indécis à son bord, on peut raisonnablement penser que Trump est en train de tout faire pour perdre : rien, dans sa stratégie, ne semble destiner à diminuer le vote Clinton ou à convaincre les indécis5. Au lieu de cela, Trump semble principalement passer du temps à galvaniser la « fraction NRA » de l’électorat républicain, comme si l’élection présidentielle n’était qu’une primaire républicaine à grande échelle6.

À ce stade, une défaite de Trump est, en réalité, le meilleur « scenario de sortie » pour le parti Républicain, comme l’explique très bien Chris Hayes :

1) There’s a lot of talk about how Trump is the end of the GOP, etc.. But as long as he loses, I don’t think that’s true.

2) If he loses, there’ll be some recriminations, and hand wringing, and post-mortems, but mostly it’ll be chalked up as a fluke by GOP.

3) No one will face serious professional or political consequences for allying with or working for Trump.

4) And then the GOP will shift into a mode it is most comfortable in: total anti-Clinton war. Right-wing media will have a field day.

5) And the party will likely do very well in the mid-terms and there won’t be any big reckoning. That’s my working hypothesis.

Si l’hypothèse de Hayes est correcte, la parenthèse Trump se fermera symboliquement lors des prochaines midterms, donc dans deux ans. Il n’en reste que les trois-quatre années de hold-up électoral de Trump auront été plus inquiétantes encore pour le parti Républicain que les candidatures de Ross Perot, qui avait capté une partie de son électorat, mais qui s’était représenté à titre de candidat indépendant, ce qui laissait l’appareil partisan républicain intact.

La candidature de Trump sera peut-être plus transformative que celle de Perot : on peut en effet se demander, pour terminer, s’il y aura une purge des traîtres une fois la parenthèse fermée. Chris Hayes semble dire que non, mais je n’en suis pas si sûr, en particulier en cas de victoire « double-digit » d’Hillary Clinton et surtout d’un score faible des Républicains dans les chambres parlementaires (au Sénat en particulier). De ce point de vue, la personnalisation du staff de campagne de Trump, qui a recruté beaucoup d’outsiders, protège, en quelque sorte, l’avenir du parti Républicain.

Reste que c’est au moins la deuxième fois que le parti se fait quelque peu « prendre en otage » par une partie de sa base dans la période récente, si l’on inclut le ticket présidentiel McCain-Palin de 2008 dans cette catégorie. Ce qui me fait prédire, à moyen terme, et à défaut d’une purge des « traîtres », une réforme significative du mode de désignation du candidat républicain, c’est-à-dire une sorte de revanche de l’establishment du parti sur ses propres électeurs.

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Si Trump obtient d’être président, l’appareil d’État des États-Unis tentera de faire ce que le parti Républicain n’a pas réussi à faire, c’est-à-dire à le destituer symboliquement puis constitutionnellement, un peu à la manière de ce que l’armée du Venezuela a récemment entrepris, avec succès jusqu’à présent, contre Nicola Maduro7. L’état-major des armées et les départements d’État ont, à coup sûr, une stratégie déjà écrite sur ce point, à laquelle le futur Congrès, qui contrôle par ailleurs la procédure constitutionnelle d’impeachment, n’aura aucun mal à se ranger.

Il existe donc encore plusieurs très solides barrières entre la réalité et le scénario-catastrophe qui permette à Trump, comme le personnage de Greg Stillson dans le roman The Dead Zone de Stephen King, de déclencher une guerre thermonucléaire. Mais le simple fait que cette probabilité soit supérieure à 0 montre à quel point la réalité peut dépasser la fiction, ce qui reste, à mes yeux, l’une des seules lois valables en sciences sociales.

Remarquons, pour terminer pour de bon cette fois-ci, que dans le roman de Stephen King, le candidat présidentiel Stillson est finalement obligé de renoncer à briguer la mandature, ce que Trump ne semble pas du tout enclin à faire à ce stade… mais qui reste également possible, même si cela serait, à ma connaissance, totalement inédit.

Pour aller plus loin

Pour celles et ceux qui se demandent encore comment l’on a pu en arriver là, j’imagine que ce recueil de textes tirés du blog The Monkey Cage apportera quelques réponses provisoires :

science-of-trump

  1. À tel point que certains ont proposé de ne pas le briefer. Notons que l’autre candidat a également eu quelques petits soucis avec ses emails classés secret-défense. []
  2. Ce n’est pas la première fois que Trump parle de tuer quelqu’un : réécoutez la vidéo en tête de cet excellent article de Matt Traibi. Et ce n’est pas non plus la première fois que ce genre de menace serait mise à exécution : Yitzhak Rabin, présidents américains… la liste est longue. []
  3. La menace que laisse planer Trump s’adresse bien évidemment à une fraction infime de ces personnes : celles qui seraient prêts à assassiner Hillary Clinton. Le texte de Geoffrey Pullum cité en début de note pose bien le constat. []
  4. Il y a certes, en Scandinavie et ailleurs en Europe, des partis ruralistes courtisant les vote des chasseurs, mais rien d’équivalent aux États-Unis, où la possession d’armes à feu et la chasse sont deux réalités très déconnectées. L’équivalent européen serait plutôt à chercher dans les micro-partis libertariens revendiquant le droit de porter une arme au nom de la liberté individuelle. []
  5. Les réactions aux toutes dernières sorties de Trump semblent indiquer, au contraire, qu’il est en train de s’aliéner cette partie de l’électorat. []
  6. L’ancien maire de New York City Rudolph Giuliani, qui fait campagne pour Trump (au point que Trump semble dépeindre sur lui), l’a fait publiquement remarquer. []
  7. Le contraste avec la situation en Turquie est ici saisissant, mais c’est un autre sujet. []

Dans les revues, vol. 2 : Lipset et Rokkan

Pour une raison que je ne m’explique guère, les travaux de Lipset et Rokkan1 jouissent d’une piètre réputation chez beaucoup de politistes français2.

Mais l’actualité éditoriale permet à ceux qui veulent aborder ces auteurs toujours très cités par la littérature internationale3 de le faire assez aisément. En effet, les Editions de l’Université de Bruxelles ont eu la bonne idée de publier une traduction française de l’introduction de l’ouvrage de 1967 des deux maîtres4. On pourra regretter que l’opuscule coûte tout de même sept euros, mais au moins cela a le mérite de rendre ce texte ultra-classique très aisément accessible à tous les étudiants en science politique.

Par ailleurs, les Belges apparaissent décidément comme les repreneurs du flambeau francophone rokkanien, puisque le Courrier hebdomadaire du CRISP (au passage, la seule revue de science politique francophone hebdomadaire à ma connaissance) publie un numéro en forme d’état des lieux de la structure des clivages et des partis en Belgique5. Je n’ai pas encore lu, mais ça a l’air très complet. La discussion sur la manière dont la théorie des clivages peut rendre compte (ou pas) des partis d’extrême droite m’intéresse particulièrement.

Parmi les autres ressources francophones sur Lipset/Rokkan, citons notamment deux dossiers de la Revue internationale de politique comparée, l’un consacré à Seymour Martin Lipset lui-même6, dans lequel on lira notamment la contribution de Pascale Delfosse, et l’autre consacré précisément à la théorie des clivages7, dans lequel la contribution de Florence Haegel fait notamment le point sur la situation française. Par ailleurs, André-Paul Frognier a publié en 2007 un papier8 sur la théorie des clivages appliquée à la Belgique , qu’on lira donc en parallèle de l’opuscule de de Coorebyter.

On se reportera aussi, enfin, aux ouvrages de Daniel-Louis Seiler9, qui a été un des introducteurs des travaux de Lipset et Rokkan en France et a utilisé ces tarvaux pour proposer une classification des partis, permettant la comparaison internationale.

  1. Lipset, S. M., et S. Rokkan, Party Systems and Voter Alignments: Cross-national Perspectives, New York, The Free Press, 1967. []
  2. On se référera par exemple à ce qu’en disent Lagroye, François et Sawicki dans leur manuel de référence de Sociologie politique, pp. 263-265 []
  3. Voir par exemple ce qu’en dit Google Scholar. []
  4. Lipset, Seymour Martin, et Stein Rokkan, Structures de clivages, systèmes de partis et alignement des électeurs : une introduction, Bruxelles, Ed. de l’Université de Bruxelles, 2008. ISBN :978-2-8004-1427-0 []
  5. De Coorebyter, Vincent, “Clivages et partis en Belgique”, Courrier hebdomadaire du CRISP, 2008, n° 2000, pp. 7-95.  ISSN : 0008-9664 []
  6. Revue internationale de politique comparée, « Dossier : Seymour Martin Lipset », 2008, vol. 15, n° 3, ISBN : 9782804157579. []
  7. Revue internationale de politique comparée, « Les clivages en politique », 2005, vol. 12, n° 1, ISBN : 2-8041-4758-4. []
  8. Frognier, André-Paul, « Application du modèle de Lipset et Rokkan à la Belgique », Revue internationale de politique comparée, 2007, vol. 14, n° 2,  pp. 281-302 []
  9. Notamment : Seiler, Daniel-Louis, De la comparaison des partis politiques, Paris, Economica, 1986 et Seiler, Daniel-Louis, Les partis politiques, Paris, Armand Colin, 1993. []