Éric Zemmour n’est pas valide

En lisant cette réaction de Denis Colombi à la phrase d’Éric Zemmour sur les contrôles policiers et leur tendance à se concentrer sur certains segments de la population, j’ai cherché la forme logique de la rhétorique d’Éric Zemmour. À rhétorique de comptoir, logique de comptoir1.

La phrase d’origine est :

Les français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. C’est un fait.

En réécrivant l’argument sous une forme à peu près logique, on obtient, à grand peine, ce semblant de syllogisme2, et avec une erreur qui permet d’apporter la contradiction :

Prémisse majeure : Il faut contrôler la plupart des trafiquants.
Prémisse mineure : La plupart des trafiquants sont noirs et arabes.
Conclusion : Il faut contrôler la plupart des noirs et les arabes.

Les opposants à ce propos s’attaquent à la prémisse mineure, en montrant que la prémisse mineure est mal écrite : elle devrait lire, pour respecter la forme logique valide du syllogisme, “la plupart des noirs et arabes sont des trafiquants” – or cette prémisse est fausse, donc le syllogisme est invalide.

Mais il vaut mieux s’attaquer à la prémisse majeure3 : est-ce qu’il faut plus contrôler les trafiquants ? Non, il ne faut contrôler que les trafiquants si l’on veut éviter l’excès de contrôle qui crée des “innocentes victimes du contrôle abusif”, ou “faux positifs”. De même, faut-il ne contrôler que la plupart des trafiquants ? Non, il faut contrôler tous les trafiquants si l’on veut éviter le défaut de contrôle qui crée des “trafiquants impunis”, ou “faux négatifs”. La loi ne laisse pas le choix : le crime ne peut pas rester impuni, et les contrôles excessifs (menés au délit de sale gueule) sont prohibés4.

Cette observation indique que c’est l’écriture logique qui n’est pas conforme à ce stade d’interprétation, qu’il s’agisse de l’argument de Zemmour ou de sa réfutation. L’erreur vient du fait que l’on accepte d’écrire un “syllogisme probabiliste” en utilisant comme quantificateur “la plupart”). Ce quantificateur n’existe pas : en logique aristotélicienne, les syllogismes sont soit universalistes, soit particularistes. Par syllogisme, on peut avancer un prédicat sur tous ou certains sujets, pas sur la plupart.

Il faut une réécriture supplémentaire pour arriver à un syllogisme qui mérite ce nom. Dans ce qui suit, on prend en compte la loi, et on utilise les “trafiquants” au sens des “criminels”, au sens large.

Si Éric Zemmour veut que la loi s’applique intégralement, alors il faut contrôler “tous les trafiquants” ; mais dans ce cas, “tous les noirs et arabes” doivent être des trafiquants pour en arriver à la conclusion souhaitée, et en plus de cette erreur de “faux positifs”, tous les trafiquants non-noirs et non-arabes échappent à l’argument (“faux négatifs”) :

Prémisse majeure : Tous les trafiquants sont (justiciables des) contrôles.
Prémisse mineure : Tous les noirs et arabes sont des trafiquants. (erreur : faux positifs)
Conclusion : Tous les contrôles sont (exercés sur) des noirs et les arabes. (erreur : faux négatifs)

Chercher à appliquer la loi par un syllogisme universaliste ne paraît pas très indiqué, puisque l’on trouve deux erreurs dans le raisonnement, au niveau de la prémisse mineure et de la conclusion.

Un syllogisme particulariste fera peut-être mieux : supposons qu’Éric Zemmour ait utilisé “la plupart” pour parler de “certains” sujets. Si l’on retient cette solution, alors il faut accepter que certains contrôles ne visent pas des trafiquants et s’exercent donc sur de “faux positifs” tout en laissant s’échapper des “faux négatifs” :

Prémisse majeure : Certains trafiquants sont (justiciables) des contrôles. (erreur : faux positifs et faux négatifs)
Prémisse mineure : Certains noirs et arabes sont des trafiquants.
Conclusion : Certains contrôles sont (exercés sur) des noirs et les arabes.

Même en sauvant la conclusion, on persiste à commettre deux erreurs sur la prémisse majeure.

Écrire logiquement “la plupart des sujets S” ne peut se faire qu’en écrivant “tous les sujets S” ou “certains sujets S”. Le syllogisme universaliste est facile à écarter, mais le syllogisme particulariste l’est aussi. Je dirais même qu’il est plus faux encore, parce qu’il rajoute une erreur logique supplémentaire : l’appel à la probabilité, qui permet d’écrire “S est possible, donc S” au prix de la validité logique de l’argument5. Je ne vois aucun moyen de sauver la rhétorique d’Éric Zemmour ; pire, j’affirme que plus elle tente d’être valide, plus elle commet d’erreurs de logique6.

Je ne pense pas qu’il faille chercher à opposer une démonstration scientifique à un argument qui n’est pas logiquement formé ; en conséquence, débattre de l’identité nationale est absurde, de même que débattre d’Éric Zemmour. Aucun des deux débats n’est initialement valide. Aucune démonstration n’est requise face à des propos aberrants. Il est scientifiquement aussi pertinent d’apporter la contradiction à un chimpanzé sous LSD que d’apporter la contradiction à Éric, Zemmour ou Besson7

Je pense également qu’il est dangereux d’essayer d’opposer des démonstrations scientifiques à des arguments non logiquement formés. Comme le relève un commentaire laissé chez Denis Colombi, cette entreprise travestit accidentellement les intentions des discutants : les contradicteurs passent pour hypocrites s’ils s’attaquent à la prémisse mineure du “syllogisme probabiliste”. Or je pense qu’Éric Zemmour n’est pas plus raciste que ses contradicteurs ne sont hypocrites : les deux parties sont simplement engagées dans un débat qui n’a pas de structure logique.

À défaut de structure logique, le débat a une structure politique évidente, qui devrait faire fuir tous les savants wébériens. C’est en tout cas la conclusion de ma logique de comptoir, qui n’est certainement pas un grand exercice de logique, mais qui ne laisse aucune chance à un débat scientifique autour de l’argument d’Éric Zemmour. En définitive, je préfère encore lire ou entendre des arguments ad hominem, de type “Éric Zemmour est un crétin de première classe, génétiquement programmé pour raconter des conneries” ; “et en plus il est de droite”. La science en sort épargnée.

  1. Dans ce qui suit, j’essaie bêtement d’être logique – “bêtement” parce que je force le trait en vue d’établir un raisonnement logique, alors que l’absurdité de la tâche est presque self-evident. J’appelle cette tentative une “logique de comptoir”, parce que je la trouve divertissante à défaut d’être entièrement légitime. []
  2. Le reste du billet requiert un minimum de connaissances sur le syllogisme. L’entrée Wikipedia anglaise fournit une connaissance suffisante. []
  3. L’idée me vient d’un texte de Peter Singer sur l’avortement. []
  4. Notez, à ce stade, qu’on peut résoudre tout le problème en se débarrassant de la loi : il suffit de contrôler tout le monde. Cette proposition est un peu l’équivalent d’introduire un dictateur, ce que prédit déjà le théorème d’impossibilité d’Arrow, et qui se pratique dans beaucoup de contextes sociaux (dans tous les contextes hiérarchiques, en fait ; dans une entreprise ou une démocratie représentative, par exemple, le directeur général, ou la représentation nationale, respectivement, tranchent en dernière instance, avec la possibilité de violer les préférences des autres agents). []
  5. L’argument prend la forme : “que certains sujets [noirs et arabes] soient trafiquants est possible, donc certains noirs et arabes sont trafiquants”. []
  6. L’argumentaire de Zemmour sera un supplice de Sisyphe pour son auteur s’il essaie d’être à la fois logique, légaliste et démocrate. Sa seule porte de sortie est d’abandonner une ou plusieurs de ces conditions. Denis Colombi pense qu’Éric Zemmour cherche à justifier les contrôles de faciès, c’est-à-dire qu’il abandonne le légalisme mais conserve la logique et la démocratie. Je pense différemment : Éric Zemmour ne s’est même pas donné la peine d’être logique. []
  7. Je présume que la science (Wissenschaft, connaissance) a besoin d’une structure logique pour s’exercer. L’histoire (Geschichte, récit) ne requiert peut-être pas autant de contraintes. Je ne suis pas au clair dans ces exigences respectives, à cause de l’expression “science historique” qui m’interroge d’un point de vue épistémologique. []

La norme de la “vieille démocratie”

En survolant les bibliographies commentées de Charles Tilly, j’ai découvert cet excellent article de l’American Psychologist sur la norme de l’intérêt propre, qui explique comment la justification par les intérêts finit par prendre une place plus importante qu’elle ne devrait dans les explications des phénomènes, parce qu’il y a un biais en faveur de ce type de motivation :

The self-interest motive is singularly powerful according to many of the most influential theories of human behavior and the layperson alike. In the present article the author examines the role the assumption of self-interest plays in its own confirmation. It is proposed that a norm exists in Western cultures that specifies self-interest both is and ought to be a powerful determinant of behavior. This norm influences people’s actions and opinions as well as the accounts they give for their actions and opinions. In particular, it leads people to act and speak as though they care more about their material self-interest than they do. Consequences of misinterpreting the « fact » of self- interest are discussed.

L’article est signé par Dale Miller, qui a signé tout un tas d’autres articles intéressants. Celui mentionné ci-dessus aurait beaucoup plu à Bourdieu et ses collègues, qui affichent un (sain) mépris des explications intégrales par les motivations dans les premières pages du Métier de sociologue.

Ce détour pour en arriver à un extrait de la tribune de Badinguet, dans Le Monde d’aujourd’hui, au sujet du vote en Suisse sur les minarets :

Mais comment ne pas être stupéfait par la réaction que cette décision a suscitée dans certains milieux médiatiques et politiques de notre propre pays ? Réactions excessives, parfois caricaturales, à l’égard du peuple suisse, dont la démocratie, plus ancienne que la nôtre, a ses règles et ses traditions, qui sont celles d’une démocratie directe où le peuple a l’habitude de prendre la parole et de décider par lui-même ?

Le discours présidentiel attribue ici une prime symbolique discrète aux “vieilles” démocraties – autrement dit, il est bon, pour un peuple, d’être en démocratie, et encore mieux de s’y trouver depuis longtemps. Par conjonction, les “vieilles démocraties” méritent une médaille discursive (symbolique – une médaille en chocolat, suisse, donc).

On peut réécrire ce discours sous forme de syllogisme hypothétique (oui, il y en a que ça amuse, et j’en fais partie ; mais je me soigne). Je ne suis pas spécialiste de la chose1, mais je pense que le syllogisme avancé ici peut s’écrire de cette manière :

  1. S’il y a un seul état politique souhaitable, alors c’est une démocratie.
  2. Or s’il y a une démocratie, alors il est souhaitable qu’elle se maintienne dans le temps.
  3. Donc le seul état politique souhaitable doit également se maintenir dans le temps.

Si ce discours est largement accepté, c’est parce qu’il semble correct en premier lieu : les deux prémisses semblent correctement séparément, et la relation logique entre elles est valide.

Si l’on joue le jeu, quelle est la plus vieille démocratie ? J’ai un vague souvenir d’un Islandais me décrivant l’organisation de son pays au 10e siècle, avec un conseil de chefs votant les décisions “nationales” à la majorité (le terme “national” est anachronique). Bon, il faudrait spécifier le terme de “démocratie”, mais comme c’est un exercice conceptuel qui peut fonder et soutenir une carrière complète, je passe sur le détail. Toujours est-il qu’on peut régresser à volonté et trouver tout un tas de “vieilles démocraties”, dont l’état politique sera souhaitable ou pas.

Qu’en est-il des “jeunes” démocraties, sinon ? Ma fascination personnelle pour le régime politique américain va-t-elle souffrir de l’argument présidentiel ? La réécriture logique de l’argument présidentiel montre qu’en réalité, à moins de commettre une erreur de logique2, il ne peut pas se retourner contre les “jeunes” démocraties, parce qu’il se contente de primer les primo-arrivants – ce qu’en marketing, on appelle un first mover advantage. Ce qui est amusant, c’est que le first mover advantage est également… une croyance.

Mise à jour : Christophe Bouillaud a lui aussi réagi en deux temps sur le vote suisse, et son dernier billet contient une belle analogie présidentielle : “le hamster continue de tourner”.

  1. Par conséquent, j’invite Phersv à venir me corriger là où nécessaire. []
  2. Sans rentrer dans les détails, il y a tout ce qu’il faut dans les vieux bouquins de logique formelle pour s’amuser un peu. Mais attention, c’est addictif, on finit par voir des syllogismes partout ; exemple : “une grande société ne s’afficherait pas à Aubervilliers”, écrit le couple Pinçot-Charlot dans sa Sociologie de Paris. []