Bonne année quand même

Attention conservation notice (à la façon de) : ce billet est rédigé dans le style de l’excellent blog de Philip Schrodt, moins les qualités. Du coup, le billet est trop long, avec des tonnes de notes bas-de-page. Pire, il est même grossier par endroits. Je prends la bonne résolution de ne pas vous refaire le même coup avant le prochain bilan annuel.

Mettons-nous d’accord sur une chose :

L’année 2016 fut quand même une belle année de merde.

Je dirais même que, sur une échelle de 0 à 10 où 0 correspond à Cyril Hanouna et 10 correspond à l’existence des licornes, cette année 2016 doit bien valoir un score d’environ -4, voire -5 avec les disparitions de Gotlib (bien qu’il ne dessinât plus) et David Bowie (qui chantait encore), l’annulation du concert parisien de Dasha Rush, et l’absence de nouvel album de Casey.

Ni les nouveaux albums de Brian Eno, Death in Vegas, Underworld, Sumac et Swans, ni même le premier album, pourtant exceptionnellement réussi, de Mark Pritchard, n’arriveront à faire passer la pilule :

champagne-putin

champagne-trump

farage

Et juste pour être sûr, le test ultime : les meilleurs voeux de Boris Johnson. Qu’un pareil guignol puisse avoir la responsabilité des relations diplomatiques de ce qui était, il y a moins d’un siècle, un empire couvrant à peu près un quart du globe, est en soi la marque de fabrique de l’année qui vient de s’achever.

Ci-dessous, un bref passage en revue de quelques-uns des clowns tristes de 2016.

À peine…

À peine les Turcs avaient-ils pris le temps de rigoler de leurs “voisins” grecs, qui ont perdu à peu près un tiers de leurs salaires et autres traitements sur décision de l’Eurozone1, que leur propre pays se prenait un coup d’État manqué en plein poire, et depuis lequel la lire turque a perdu environ 20% de sa valeur sur le marché des devises2. On en est à se demander ce qu’il reste du “miracle turc”, pays auquel on proposait encore il y a dix ans de rentrer un jour dans l’Union européenne3.

En Syrie et en Irak, ou ce qu’il en reste aujourd’hui, la communauté internationale l’OTAN s’était mise d’accord sur une chose : il faut donner sa chance à la guerre. Avec un peu de bol et quelques tonnes de bombes incendiaires (voire d’armes chimiques), il était en effet possible d’imaginer qu’un dictateur extermine autant d’islamistes que possible, avant d’être lui-même destitué par des minorités très pressées de reconstruire une chouette démocratie multi-ethno-confessionnelle. Pas de bol, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Au Darfour, où le conflit fait chaque année depuis 2003 quelques dizaines de fois le nombre de victimes du 11 septembre 2001, quand on sort prendre un café et acheter du pain, on se retrouve parfois dans une manifestation pacifique demandant l’arrêt des violences. Trente morts et quelques menaces plus tard, on se retrouve parfois dans un canot à moteur au large des côtes italiennes. Et encore quelques milliers de kilomètres plus loin, on découvre les joies des lits en carton sous la ligne 2 du métro parisien4.

Interlude

Il ne se passe heureusement pas une seconde sans que l’on dépense des millions de mégawatts pour faire tourner des serveurs enregistrant scrupuleusement chacun de ces événements : la population civile se charge d’en parler sur les réseaux sociaux ; les gouvernements se chargent d’archiver tout ça à des fins de surveillance de masse ; et tout ça finit dans un data center au Texas, au cas où cela puisse servir, demain, à identifier la dernière recrue de l’État islamique.

Évidemment, le stratégie ci-dessus ne fonctionne pas, ou plus exactement, on se retrouve avec 99,99% de faux positifs – vous avez déjà essayé de cueillir des fraises avec une moissonneuse-batteuse ? – et une tonne de gens à surveiller sans les personnels nécessaires pour le faire : compter au moins 12 agents pour chaque suspect. C’est peut-être le prix à payer quand on finance mieux la recherche contre la chute des cheveux que celles sur le wahhabisme et le nettoyage ethnique.

Pour connaître la suite, allez écouter ou lire Wassim Nasr, Abou Djaffar, François Burgat, Pierre Conesa, Scott Atran, Henri Laurens, Gabriel Martinez-Gros, Pierre-Jean Luizard, David Thomson, Romain Caillet, Michel Goya, Yves Trotignon, et j’en oublie quelques-uns. Parmi ces spécialistes, qui n’ont pas les mêmes expertises et qui ne disent pas nécessairement les mêmes choses, pas un seul ne donne moins de dix ans d’existence à la conjoncture actuelle, et les plus réalistes parlent d’au moins une génération (25 ans) pour changer les choses ne serait-ce qu’à la marge.

Si je devais ne recommander qu’une seule intervention sur le sujet du djhadisme et des années à venir, ce serait celle-ci :

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, aux États-Unis, de jeunes suprémacistes raciaux se font jeter des fleurs par d’influents tarés richissimes à côté desquels Néron passe pour un prix Nobel de la Paix. Les esprits les plus optimistes calent un peu pour expliquer que le pays s’en remettra, les plus lucides ayant compris que tout va y passer, et qu’il faut bien avouer que les États-Unis ont élu un autocrate5.

Hail Jesus Donald! Et si vous n’avez toujours pas lu l’histoire de Tony Schwartz, le ghostwriter de The Art of the Deal, écoutez-le, ça vaut le détour (de même que David Cay Johnston, The Making of Donald Trump) :

En 2017, on pourra donc entendre Donald J. Trump réfléchir à haute voix à qui pourrait bientôt siéger à la Cour Suprême des États-Unis, une institution qui devrait être l’antithèse de son style de pouvoir. Néanmoins, et je l’ai déjà écrit mais le répète, c’est au niveau des relations internationales que portent mes principales inquiétudes.

Sur ce point, plusieurs passages de cette interview de Noam Chomsky m’ont paru tout à fait pertinents :

Pendant ce temps, aux Philippines, le président applique sa propre théorie des jeux (pace Thomas Schelling, décédé récemment, et on lui doit beaucoup) en signalant une menace crédible à l’ensemble de sa population. C’est à croire que sa stratégie ultime est un scenario où il survivra à une tentative d’assassinat et deviendra un demi-dieu protégé par les astres, le peuple, et par sa volonté de noyer le trafic de drogue dans un fleuve de sang. Duterte est loin d’être le seul dans ce genre, mais comme les médias l’ont remarqué, c’est le plus spectaculaire.

Pendant ce temps, en France, un ministre de l’Intérieur spécialiste des non-failles des services de renseignement6 se voit confié la mission d’étendre son immense discernement opérationnel à l’ensemble de l’action gouvernementale.

Du coup, en 2017, on verra François Hollande quitter l’Élysée (à scooter peut-être), et un immense mouvement de liesse populaireimmense, le mouvement, au moins un votant de la primaire sur mille – célébrer, place de la République, son remplacement par Arnaud Montebourg (pitié), Manuel Valls (oh bonne mère), François Fillon (achevez-moi) ou Marine Le Pen (Belgium, here I come!)—ou Jean-Luc Mélenchon (pfff), ou Vincent Peillon (lolilol), ou… La liste elle-même est triste7.

Pendant ce temps, en Grande-Bretagne… Non, ce serait trop déprimant. Je vous fais confiance pour compléter le tableau par vous-même. Mes billets sur le Brexit sont , , , et , et je n’ai pas assez travaillé le sujet au niveau juridique pour mieux comprendre ce qui peut se passer désormais.

En 2017, on devrait donc aussi entendre Theresa May faire quelques annonces sur la remilitarisation de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, même si en réalité, dans mes bons jours, je fais plutôt confiance aux juristes britanniques pour trouver une solution au problème, qui reste ultra-épineux8.

Le Royaume-Uni n’avait vraiment rien d’autre à faire que de se placer dans ce merdier.

Que retiendra-t-on de tout ça ?

Sur le long terme, peut-être pas grand chose : si le prochain président de la République persiste à ne remplacer qu’un historien sur deux, on devrait même arriver un jour à se débarrasser complètement d’eux et des autres parasites fonctionnaires qui empêchent nos finances publiques de faire contrepoids à l’évasion fiscale des hauts revenus9.

Heureusement, Patrick Buisson, Lorànt Deutsch et l’algorithme de Facebook Actualités seront encore là.

Pour terminer désormais, cette carte-tract, aperçue sur un blog de cartographe, et qui synthétise presque à elle seule la somme des absurdités de cette année :

brexit-scare-map

Champagne (aux sulfates, et bientôt aux neutrons) !

Et bonne année quand même.

  1. Je cite les chiffres de mémoire. Je me souviens aussi avoir lu que 40% des jeunes grecs avaient travaillé au noir cette année. Une amie qui vient d’y passer quelques mois m’apprend que les salaires des musiciens ont été divisés par trois. []
  2. On me répliquera que la lire turque a toujours été une monnaie de singe. Je n’en sais rien. []
  3. Même pas besoin de revenir dix ans en arrière : écoutez cette émission de 2011. Quatre ans plus tard à peine, les choses avaient déjà pris une autre, triste tournure []
  4. La sollicitude des politiques municipaux nous expliquant, à l’été 2015, qu’il n’y avait « pas de places pour les loger », et ce dans une région où au moins 10% du patrimoine immobilier habitable détenu par les collectivités locales est inoccupé, a achevé de me retrancher du corps électoral « sympathisant » de la gauche de gouvernement. []
  5. Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis. Et le pire, m’apprend un ami, est que cela ne suffirait même pas à déclencher l’Amendement 25. Au passage, mes billets sur Trump : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. []
  6. Tout va bien, on vous dit. Les connaisseurs du système n’y trouvent rien à redire. Du tout. Et oui, il y a une différence entre « un système faillible » et « une suite de décisions déplorables doublées de déclarations tentant de redresser la barre par l’absurde ». Et je préfère ne pas m’étendre sur les talents stratégiques de toute une équipe gouvernementale qui n’a pas compris que la déchéance de nationalité leur coûterait le vote des enfants d’immigrés : c’est du même niveau que d’avoir envoyé un projet de loi imposant les individus plutôt que les foyers fiscaux au Conseil constitutionnel (même si je retiens l’hypothèse du sabotage pour expliquer le second cas, et la bêtise crasse dans le premier). Au passage, il n’y pas de failles non plus en Allemagne, le même pays qui a connu l’un des événements les plus étranges des dernières années. []
  7. Les candidats sont non équiprobables : je mets les chances de victoire du Front national dans une élection présidentielle à deux tours à 0.01. []
  8. En bref : l’indemnisation des victimes des Troubles (les années noires des bombes de l’IRA qui explosaient dans les pubs) passe, si j’ai bien compris, par un accord communautaire ; conséquemment, si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, il faudra trouver un arrangement bilatéral alternatif entre Anglais et Irlandais, ce qui peut facilement virer au fiasco. Deuxième problème, s’il faut remilitariser la frontière, il n’y a pas de régiment nord-irlandais dans l’armée britannique ; conséquence, il faudra déployer des Anglais (ou des Écossais) le long de la frontière, ce qui devrait beaucoup plaire aux ex-factions armées irlandaises dont on on sait pas vraiment si elles ont rendu toutes leurs armes (l’UDA en particulier). Solution possible : un « Brexit » qui ferait directement passer le pays de l’UE à l’EEA (c’est compliqué), avec pré-signature d’un « GFA » version 2.0. []
  9. Au fait, vous avez suivi le procès Cahuzac ? []