Comment Joël a (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse

Joël vient de publier un article sur le vote FN à Marseille, intitulé : « A Marseille dans les “quartiers nord” : dis-moi où tu habites, je te dirai pour qui tu votes« . L’article est illustré à grands renforts de cartes montrant le détail du vote dans les « quartiers nords » de Marseille, et mettant à l’épreuve les revendications représentatives des élus FN locaux :

joel-marseille

Joël a également publié sur son site une explication technique complète, « Comment j’ai (presque) cartographié les électeurs FN à l’adresse« , rédigée dans le joli gabarit tufte-css fidèle au style d’Edward Tufte :

joel-tufte

La note technique montre comment reproduire, code R à l’appui, les cartes statiques et interactives de l’article, à l’aide des packages tmap et leaflet1 respectivement, et en utilisant les fonds de carte d’OpenStreetMap.

Toutefois, c’est à mon sens au niveau du travail de préparation des données que la note de Joël est la plus intéressante, notamment parce qu’il y explique comment mettre en correspondance des données INSEE collectées au niveau IRIS et des données électorales collectées au niveau des bureaux de vote au moyen d’une géolocalisation guidée par la Base Adresse Nationale :

adresse.data.gouv.fr

La note illustre également les limites actuelles de l’open data gouvernemental en France : si les donnés actuelles permettent des cartographies ultra-précises, elles ne permettent toutefois pas de mettre n’importe quelle variable sur ces cartes, comme l’illustre le petit bricolage technique auquel Joël a eu recours pour obtenir le type de logement des électeurs (maisons versus logement collectif).

Dans la note de Joël comme souvent en sciences sociales il me semble, le modèle interprétatif est simple, ce sont les données qui sont compliquées. Le résultat de cette combinaison est une série d’observations empiriquement très précises, car basées sur des variables mesurées en « haute résolution », et faciles à interpréter.

  1. La librairie Leaflet donne accès à énormément de fonds de cartes : jetez un coup d’oeil ! []

Début de reprise, suite

Quelques textes supplémentaires pour passer l’été, avec un salut appuyé aux collègues de Grenoble cités en tête de cortège.


La thèse de Simon Labouret, soutenue en 2014, est en ligne : “La rupture de 2007 : changement électoral et dynamiques de réalignement en France. À consulter sans modération pour comprendre quelque chose à l’ordre électoral français depuis 1984, et encore plus depuis la stratégie Sarkozy du virage à droite-toute.

Deux textes de Christophe Bouillaud sur le Mouvement Cinq Etoiles (M5S) de Beppe Grillo, pour faire le point sur son contexte historique de long terme : un texte en français, et un texte en anglais, tous deux présentés en 2016.

‘Two Logics of Collective Action: Theoretical Notes on Social Class and Organizational Form’: A Review”, un texte de Barry Eidlin relisant un article de Claus Offe et Helmut Wiesenthal publié en 1980. Révisez vos classiques de l’action collective (Olson, Michels) à peu de frais.

Coup nouvelle: Did we just witness a new type of coup in Venezuela?” – un texte stimulant de Javier Corrales et Franz von Bergen sur la décision du président Nicolás Maduro de placer un militaire à la tête de son gouvernement1.

Sur les faits stylisés et leur emploi dans le champ politique, ce texte de Daniel Hirschman, “Stylized Facts in the Social Sciences”, paru dans la encore-assez-récente revue Sociological Science.

Et pour terminer, “WikiLeaks Put Women in Turkey in Danger, for No Reason”, un article de Zeynep Tufekci qui explique très bien le problème basique posé par le dernier batch de documents révélés par WikiLeaks au sujet de la Turquie.

  1. Texte repéré grâce à l’excellent compte Pinboard de Xavier Marquez, qui rédige également le très bon blog Abandoned Footnotes. []

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au Congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du Congrès de l’Association Française de Science Politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 (lien mis à jour) intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.

Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.

Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.

Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

Conférences, méthodes, élections (annonces en vrac)

Je profite de l’annonce par un blog voisin du programme de Quantilille, qui propose une superbe formation à l’analyse de réseaux, pour rappeler que Joël et moi serons aux Rencontres R de Lyon demain et après-demain. Mes slides sur un cours donné avec Ivaylo Petev sont en ligne :

Slides Fr. R Lyon 2013

Les slides de Joël ne sont pas en ligne, mais vous devriez allez lire la suite de son travail sur les reports de voix dans les récentes élections législatives partielles. Le code est en ligne, avec les graphiques :

Graphe Joël vote Barral

En sociologie électorale, je vous conseille aussi vivement cet article, que j’avais raté à sa sortie, et dont le résumé est tellement puissant que je vous le propose ci-dessous :

La tripartition entre la gauche, la droite modérée et l’extrême droite constituait un des fondements de l’ordre électoral en place en France depuis 1984. Brutalement remise en cause par Nicolas Sarkozy en 2007, la fracture électorale entre l’UMP et le FN ne s’est pas rétablie en 2012 en dépit du redressement de l’extrême droite et du score élevé de Marine Le Pen à l’élection présidentielle. Si le FN demeure une force isolée dans le système partisan, la poursuite de la radicalisation de l’UMP sur l’immigration, l’insécurité et l’identité nationale a abouti à la confirmation des évolutions de la géographie électorale de la droite modérée et des logiques de vote en sa faveur, deux dynamiques qui traduisent un rapprochement des électorats de l’UMP et du FN.

Et vlan !

Pour terminer avec quelques lignes supplémentaires de publicité, le papier que Pierre Gueydier et moi-même présenterons bientôt à Paris au Congrès AFSP 2013 est en ligne :

Screen Shot 2013-06-26 at 2.38.31 PM

Le code des annexes inclut deux réseaux d’activistes mobilisés contre les projets de loi DADVSI et HADOPI, ainsi que deux petits scrapers sur ce même thème.

Bonne lecture et à bientôt, en espérant croiser quelques têtes connues et plein de nouvelles à Lyon !

Les jeunes et le vote FN, dans Libé

(Disclaimer : billet initialement publié sur mon blog.)

J’ai été interviewé il y a quelques temps par une journaliste de Libé à propos du vote des jeunes en faveur du FN. Mes propos ont été (partiellement) repris dans un papier (version en ligne réservée aux abonnés) publié dans le Libé d’hier, que je me permets de reproduire ci-dessous.

Les propos qui sont reproduits sont fidèles à ce que j’ai dit, mais malheureusement incomplets. J’avais en effet commencé par émettre quelques réserves méthodologiques. Celles-ci me semblent essentielles : en effet, sans a priori porter de jugement définitif sur le sondage comme outil de connaissance, on peut sans doute s’accorder sur le fait que les jeunes font partie des cibles les plus difficiles à appréhender au moyen de cet outil, pour des raisons principalement pratiques (faible taux d’équipement en téléphone fixe, etc.). En l’occurrence, le sondage de l’IFOP cité par Libé porte non pas sur « les jeunes » mais sur les primo-votants – ceux qui voteront pour la première fois en 2012. Malheureusement, le journal n’en rapporte les caractéristiques techniques que de manière partielle : l’échantillon est assez petit (805 répondants), mais surtout il a été administré sur le web (CAWI). Or, si l’utilisation de cette méthode fait l’objet d’importantes controverses chez les chercheurs, on sait qu’elle a tendance à surreprésenter ceux qui ont les opinions les plus affirmées, les plus extrêmes. Comme d’habitude, on ne sait pas exactement comment a été constitué l’échantillon – plus il est spontané, et plus ce biais est important. Il convient donc de prendre les chiffres fournis avec précaution.

Autre élément conduisant à relativiser les résultats de l’enquête : le degré de certitude des choix. D’une part, l’indice de participation à la présidentielle des enquêtés (dont on ne sait pas bien comment il est calculé, au passage) ne s’établit qu’à 70, contre 90 pour l’ensemble des Français. D’autre part, 59 % des enquêtés déclarent qu’ils peuvent encore changer d’avis. Les jeux sont loin d’être faits…

Pour ma part, et au-delà de l’aspect « course de petits chevaux »; je soulignerais deux enseignements intéressants de cette étude :

  • Le poids de la télévision comme moyen d’information sur la campagne. On aurait pu s’attendre à ce que, dans la tranche d’âge 18-22 ans, le poids des « nouveaux médias » soit important, d’autant plus lorsqu’on les interroge sur le web… eh bien, pas du tout. 81 % d’entre eux déclarent s’informer par la télévision (dont 55 % en premier choix), contre 36 % seulement pour les sites Internet d’information (et 12 % en premier choix). On peut certes y ajouter les sites et blogs des candidats (12 %, 3 % en premier choix), Facebook (11 et 3 %) ou twitter (6 et 2 %), ça ne fait toujours pas le poids. Voilà qui confirme ce qu’écrivait il y a quelques jours Vincent Glad à ce propos.
  • Les thèmes qui préoccupent ces jeunes enquêtés sont surtout l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat, l’éducation et le logement. Avis aux candidats…

Un sondage réalisé par l’Ifop montre que près d’un quart des «primo-votants» choisiraient Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.

Par PASCALE NIVELLE
Près d’un jeune sur quatre voterait Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, selon un sondage parmi les «primo-votants», qui n’ont jamais mis un bulletin dans une urne (1). Ceux qui iront voter, un peu plus de la moitié, et parmi eux ceux qui sont certains de leur choix, mettent Marine Le Pen après François Hollande. Mais un peu avant Nicolas Sarkozy.

«Les jeunes ne sont pas passionnés par la campagne et ne se retrouvent pas du tout dans le clivage droite-gauche», avance Mikael Garnier-Lavalley, représentant de l’Association des conseils d’enfants et de jeunes, qui a commandé le sondage. «Ceux qui votent à droite, notamment, semblent se poser des questions sur le président sortant.» Au second tour, la jeunesse met ses pas dans ceux des plus anciens, avec François Hollande devant Nicolas Sarkozy. Au premier, elle exprime son rejet du «système», sourde aux injonctions de «vote utile».

«Porte-voix».«C’est un vote protestataire, surtout chez les moins diplômés, qui se sentent invisibles, explique Anne Muxel, directrice de recherches au Cevipof. N’oublions pas que plus d’un tiers de la tranche 18-24 ans n’a pas le bac. Déjà au travail ou déjà au chômage, ces jeunes sont en première ligne de la fracture sociale et culturelle, ils se sentent exclus. Marine Le Pen est leur porte-voix, pour des raisons assez peu idéologiques.» Pour la sociologue, auteure d’Avoir 20 ans en politique (2), «les jeunes peu éduqués trouvent chez Marine Le Pen un écho à leurs inquiétudes : l’emploi, le logement ou le pouvoir d’achat. Ces sujets ne préoccupent pas les étudiants, qui votent plutôt Sarkozy, quand ils sont à droite».

Depuis les événements de Toulouse, la donne pourrait être modifiée : «Pour la première fois depuis longtemps, la question de l’insécurité et de la délinquance n’était pas au centre de la campagne, note Mikael Garnier-Lavalley. On peut supposer que l’on va y retomber, sans savoir encore qui de Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen en sortira favorisé chez les primo-votants.»«Avec l’arrivée du terrorisme dans la campagne», Frédéric Dabi, de l’Ifop, s’attend lui aussi à de nouvelles tendances : «Les thématiques sécuritaires peuvent très vite revenir et infléchir le vote.»

Joël Gombin, auteur d’une thèse sur le vote FN en région Paca pour l’université de Picardie, situe lui aussi les jeunes attirés par le bulletin frontiste dans les classes populaires : «Leur vote manifeste une certaine défiance, mais il n’est pas motivé idéologiquement, on n’est pas face au noyau dur de l’électorat du FN.» Et donne des raisons historiques : «Dans les années 80, en raison des syndicats, la socialisation politique se faisait dans les entreprises et le monde ouvrier était attaché à la gauche. La nouvelle génération arrive dans le monde professionnel à une époque marquée par la déstructuration, ce qui explique la tentation FN. Ce n’est pas un vote d’adhésion, qui suppose une connaissance précise des programmes, mais plutôt une absence de culture politique et un signal destiné au personnel politique.»

Les jeunes représentent un atout important pour le FN, «parti attrape-tout par excellence», explique Joël Gombin, et qui fait un gros travail de terrain auprès de cette tranche d’âge. En votant pour le Front, cependant, les 18-22 ans «expriment une grande désillusion par rapport au monde politique», sans intention d’amener au pouvoir un candidat qui changera le monde.

«Enraciné». Ils n’ont pas la même vision du parti de Marine Le Pen que leurs parents : «Pour les générations plus anciennes, analyse l’universitaire. le FN reste une formation récente, avec un statut à part. Leurs enfants l’ont toujours connu, c’est à leurs yeux un parti enraciné dans le paysage, un acteur important de la politique au même titre que les autres. Ils ont construit leurs représentations politiques dans un contexte très différent, cela lève des obstacles au vote pour le FN.»

Sylvain Crépon, sociologue à l’université Paris-Ouest-Nanterre et auteur d’une Enquête au cœur du Nouveau Front national (3), constate pour sa part «un effet Marine Le Pen chez les jeunes». Par sa personnalité, son langage et son style de vie, elle aurait marqué une rupture avec son père, homme de l’OAS et de la Seconde Guerre mondiale : «L’identification avec cette femme divorcée deux fois, mère d’une famille recomposée, en union libre, est assez extraordinaire. Il y a un côté transgressif dans sa personnalité et son discours, qui en fait la chef d’un parti rebelle, antisystème.» Le sociologue, qui a longuement enquêté sur le terrain, a rencontré beaucoup de jeunes séduits par «son discours simple et compréhensible». Il a aussi fait le constat que «moins on est éduqué, plus on adhère aux idées du Front national».

(1) Réalisé par l’Ifop, du 22 au 28 février, auprès de 805 personnes.

(2) Le Seuil, 2010

(3) Nouveau Monde éditions.

Sociologie électorale comparative

Le comparatisme international est extrêmement rare en sociologie internationale. Stein Rokkan avait jadis ouvert la voie1 , et estimait que la comparaison internationale de données électorales agrégées était seule à même d’éclairer les processus politiques communs aux différents pays européens. Toutefois, force est de reconnaître que la pratique comparative est demeurée rarissime chez les électoralistes, surtout sur la base de données agrégées2 .

Le mémoire réalisé par Jean-Baptiste Feller dans le cadre du master de sociologie politique de l’IEP de Paris, intitulé « Villes, vote et modes de vie » (et que j’ai découvert grâce à cette note de François), offre un exemple intéressant de comparaison transnationale, plutôt qu’internationale, de données électorales écologiques. L’auteur compare en effet trois villes, Lille, Cologne et Turin, du point de vue des comportements électoraux et de leur articulation avec des variables sociologiques – qui résument, pour l’auteur, ce qu’il appelle des « styles de vie ».

A titre personnel, je regrette que dans le cas français le Front national ait été écarté de l’étude et, au-delà, je trouve un peu dommage le choix de dichotomiser d’emblée l’analyse entre droite et gauche, comme si ces catégories allaient de soi dans les trois pays étudiés. Toutefois, ce choix est nuancé par l’étude, ponctuellement, de forces politiques prises individuellement.

L’étude fait en tout cas la preuve d’une belle maîtrise des outils, qu’ils soient statistiques ou cartographiques. De plus, il y a une réelle volonté de comparer, et non de simplement juxtaposer trois monographies. Au plan transnational, c’est suffisamment rare pour être signalé…

  1. Stein Rokkan, « The comparative study of electoral statistics: an introductory note », in S. Rokkan et J. Meyriat (dir.), International guide to electoral statistics. Vol. I: National elections in Western Europe, Paris, Mouton, 1967. []
  2. citons tout de même à titre d’exemple le chapitre de Mattei Dogan, « Political Cleavage and Social Stratification in France and Italy », dans S. M. Lipset et S. Rokkan (dir.), Party Systems and Voter Alignments, New York, The Free Press, 1967, pp. 129-195, et pour ce qui concerne la comparaison internationale de données de sondage, beaucoup plus répandue, Bruno Cautrès et Anthony Heath, « Déclin du « vote de classe » ? Une analyse comparative en France et en Grande-Bretagne », Revue internationale de politique comparée, 1996, vol. 3, n° 3. []

La géographie (électorale), ça sert à faire la guerre (électorale)

Chaque grand parti possède, en interne, son ou ses spécialiste(s) de la « carte électorale ». Mais ce travail d’étude et d’utilisation de la carte électorale reste souvent relativement confiné à ces spécialistes, d’autant que les spécialistes des « études d’opinion », qu’ils soient membres du parti ou collaborateurs extérieurs, jouent depuis les années 1980 un rôle de plus en plus important.

Il semble toutefois que la carte électorale connaisse un certain retour en grâce : Benoît Thieulin, responsable de la campagne Internet de Ségolène Royal en 2006-2007 et aujourd’hui patron de la Netscouade, expliquait ce matin dans l’émission « Parti pris » de LibéLabo que la CooPol, le nouveau réseau social du Parti socialiste, donnerait une place importante aux cartes électorales – a priori donc, tous les militants devraient pouvoir s’en emparer, comme aux Etats-Unis les militants de la campagne d’Obama ont utilisé d’énormes bases de données – individuelles et territoriales – pour optimiser les activités militantes en direction des quartiers et des individus les plus susceptibles de faire la différence (ce qui ne sont ni des électeurs réguliers et convaincus, ni des opposants farouches). A l’évidence, le projet de la direction du PS, inspiré par le rapport de la fondation Terranova sur la campagne d’Obama auquel Benoît Thieulin avait contribué, consiste à rationaliser l’organisation militante du PS afin d’obtenir un « rendement électoral » supérieur.

Il y a fort à parier que, si ce mouvement se confirme et trouve son équivalent dans d’autres partis, on va assister (comme aux Etats-Unis) au développement de nouveaux profils de professionnels de la politique partisane et électorale, qui seront peut-être moins des communiquants travaillant sur une vision très en surplomb et globalisante de « la société française », mais qui s’intéresseront davantage aux territoires, avec une connaissance fine des résultats électoraux. Le développement de bases de données très fines (une ANR est en cours pour constituer et exploiter une base de données des résultats électoraux au niveau du bureau de vote) alimentera probablement ce mouvement. Nos étudiants vont-ils progressivement se désintéresser des cursus en « communication politique » pour se réintéresser à la sociologie et la géographie électorales – disciplines sinistrées s’il en est du point de vue du désintérêt éprouvé par les étudiants pour elles ? Il y a en tout cas sans doute des coups à jouer du point de vue de l’offre de formation professionnalisante à proposer en science politique…