Vérité pour Giulio Regeni

J’ai évoqué, l’an dernier, l’assassinat de Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs désormais suspectés d’être membres des services secrets égyptiens. Regeni travaillait sur les syndicats égyptiens, qui font partie des rares contre-pouvoirs que la dictature égyptienne ait jamais eu à affronter.

Les circonstances exactes de l’assassinat de Regeni ne sont toujours pas connues.

Voici un appel à signer pour continuer de faire pression sur l’État égyptien :

Vérité pour Giulio Regeni

Le 3 février 2016, dans un fossé de la banlieue du Caire aux alentours d’une base des services militaires égyptiens, a été découvert le corps du doctorant italien Giulio Regeni, disparu le 25 janvier 2016 au Caire. Giulio, 28 ans, se trouvait en Égypte pour mener son terrain de recherche sur le syndicalisme indépendant dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université de Cambridge.

Lors de l’identification et des autopsies réalisées sur le corps de Giulio, nombreux signes de torture ont été relevés. L’ONG Amnesty International a déclaré avoir reconnu dans le cas de Giulio Regeni les mêmes modalités de disparition forcée et torture dont sont victimes un grand nombre des citoyens égyptiens. Par des examens successifs effectués par les autorités italiennes, on apprend que Giulio a été torturé pendant au moins 7 jours.

Pourtant, à une année de distance, les circonstances de sa disparition et de sa mort restent occultées.

Lire la suite, et signer en bas

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.

En hommage à Giulio Regeni

Il y a peu, la communauté universitaire et scientifique a été profondément choquée d’apprendre le meurtre sanglant de l’un des siens, Giulio Regeni, un doctorant en science politique assassiné au Caire par des agresseurs non identifiés à l’heure où je rédige ce billet, jeudi 11 février 2016.

N’ayant rien à rajouter aux nombreuses réactions publiées sur le sujet, mais ayant à présenter rapidement la science politique à de futurs étudiants dans quelques heures, j’ai choisi de lui dédier mon intervention. Cliquez sur n’importe quelle image ci-dessous pour accéder à l’intégralité des slides.

Liens : pétition britannique, pétition internationale, lettre à Matteo Renzi.

To Giulio Regeni’s family: please accept my deepest condolences for your loss. If you are uncomfortable with my use of Giulio’s picture in the slides that I have posted on this blog, please let me know by email and I will remove them as soon as I get your message. Siamo con voi.

2016-02-10-ESPOL-FB-conf-2-mars-2016-v2 (1)

2016-02-10-ESPOL-FB-conf-2-mars-2016-v2

Un cadeau offert à la science politique, ou : mangeons du pain wébérien

Ce billet est écrit en pensant au très bon blog de Denis Colombi et aux personnes citées dans le texte du billet. Il s’agit d’une longue et verbeuse discussion d’une photo et d’un commentaire découvert un lundi matin dans mon fil Facebook, arrivé là par quelques amis engagés :

Screen Shot 2016-02-01 at 09.30.21

Mise à jour, quelques minutes après publication de ce billet : voici l’article initial du Journal Du Dimanche. Mentionnons bien que le graphique posté ci-dessus y est titré : “Des préjugés tenaces”, ce qui mériterait certainement d’infléchir certains passages du texte ci-dessous, que je préfère préserver en l’état.

Remarquons aussi que le “sondage” a été réalisé pour le compte de la Fondation du Judaïsme Français, ce qui le rend encore plus sociologiquement parlant du point de vue de la mise en compétition, espérons-le involontaire mais effective, des haines, le sondage devenant classement des groupes sociaux des “plus” au “moins” discriminés, avec tout ce que la sociologie des classements sait dire de ces objets, des réifications qu’ils “performent” (au sens sociologique du terme), et des frontières invisibles qu’ils font naître là où la stratégie inverse de la République indivisible me semblerait recommandable.

Brève digression

Si vous ne connaissez pas Sylvain Bourmeau, il s’agit de l’animateur de l’excellente émission “La suite dans les idées” sur France Culture.

De ce que je crois savoir sans me donner la peine de le vérifier, Sylvain Bourmeau est par ailleurs docteur en science politique, comme semble d’ailleurs en témoigner, selon moi, son choix d’invités, dans lequel le politiste peut lire, dans un fin filigrane, ses attaches intellectuelles1.

S’il fallait recommander un seul épisode récent, je recommanderais celui avec James C. Scott, mais abonnez-vous au podcast, tant qu’à y être.

Comme l’indique le titre de cette section, ce billet ne porte toutefois pas du tout sur Sylvain Bourmeau. Cette digression est une forme de salutation polie et appuyée à son excellent travail d’intermédiaire entre le champ universitaire et le champ médiatique. Ces “passeurs de sciences” sont peu nombreux, alors saluons-les quand on peut.

Enseigner Weber

Comme l’indique le titre de ce billet, ce “sondage d’opinion” est un magnifique cadeau offert par le JDD et par l’institut qui l’a produit (Ipsos, apparemment) à la science politique, et en particulier aux enseignants de première année chargés des cours d’introduction à la science politique.

Lorsque vient le temps d’enseigner Max Weber, Le savant et le politique, c’est-à-dire en général tout au début d’un cursus de science politique, il est toujours utile de disposer d’un exemple probant et actuel de différenciation entre le comportement du savant et le comportement du citoyen engagé dans la Cité, afin de pouvoir illustrer correctement la partie de l’ouvrage portant sur “le métier et la vocation de savant”2.

Au premier semestre, une étudiante de première année m’a rappelé l’importance cruciale de cette section du cours. Au cours d’une brève discussion en travaux dirigés, je me souviens juste d’elle poser cette question :

Mais Monsieur, la guerre, c’est toujours mal, non ?

Je lui ai répondu comme n’importe quel enseignant de sciences sociales le ferait face à un propos normatif dans un contexte pédagogique qui cherche à faire émerger une pratique du raisonnement scientifique : on peut avoir un point de vue sur la guerre, mais ce point est un jugement de valeur ; j’ai d’ailleurs moi-même un point de vue sur la question, mais que je ne partage pas en cours, car c’est tout l’enseignement de Weber—ce serait, au sens intellectuel, un mélange des genres.

Voici les trois “genres”3 auxquels je pense, sous forme de commentaires de taille inégale et numérotés, bien qu’il n’existe aucune hiérarchie entre eux, et que dans la réalité, ces “genres” ne se séparent jamais complètement : pour reprendre les idées de Weber, c’est un travail intellectuel que de les séparer, et un engagement professionnel que de s’y vouer.

1. Une lecture citoyenne

La lecture citoyenne de ce sondage va différer selon les individus, et ceux, qui toujours plus nombreux, qui croient que la France est un pays “d’immigration massive” assailli par les ennemis extérieurs comme intérieurs, vont très bien se retrouver dans le diagramme en barres du JDD.

De ce point de vue, le commentaire de Sylvain Bourmeau est on ne peut plus juste : l’extrême-droite française se trouve, à l’heure actuelle, dans une dynamique “gagnant-gagnant”, qui lui permet, comme beaucoup d’autres partis politiques populistes en Europe, à la fois de façonner l’air du temps et d’enregistrer de très bons succès électoraux.

On peut (et, selon moi, on doit) se désoler, comme je le fais régulièrement avec mes amis, de cette dynamique, par ailleurs beaucoup mieux expliquée qu’ici par mon estimé (et je oserais-même le dire, de plus en plus célèbre) co-blogueur Joël aux pages 42-43 de ce magazine, et dans le reste de ses travaux et interventions — coucou Joël, et toujours heureux de te lire et de te savoir lu :)

On peut, et l’on doit, surtout, je pense, chercher les moyens d’endiguer cette dynamique, quelle que soit le nom qu’on lui donne : personnalité autoritaire, “anti-mai 68”, “lepénisation des esprits”, populisme, ou proto-fascisme pour les plus catégoriques.

Personnellement, j’estime, comme Joël, que le scrutin à deux tours va nous sauver de “Marine présidente”, mais que cela ne règle pas le problème de fond de la crise de la représentation : pour me centrer sur la portion du champ politique qui “me parle”, à l’heure actuelle, la trahison des clercs de gauche me semble totale, au point que même un électeur socialiste “naturel” dans mon style, biberonné au jospinisme, ne se déplace plus aux urnes4.

À quoi participe, selon le petit citoyen engagé au fond de moi, la publication de ce “sondage” (et j’expliquerai bientôt les guillemets autour de ce mot) ? À produire, je dirais, l’équivalent français de la Hongrie de Viktor Orbán : une machinerie médiatique et politique de la haine de soi, ce qui a déjà de graves conséquences, et qui en aura d’autres que l’imagination d’un pacifique citoyen du monde d’aujourd’hui ne peut même pas produire.

Toujours de mon point de vue, je ne pense pas que tout cela se finira dans un bain de sang révolutionnaire ou contre-révolutionnaire : j’ai plutôt confiance dans l’Histoire pour injecter à nouveau, dans quelques années et de manière comme toujours provisoire, une bonne dose d’anesthésiant dans la partie reptilienne du cerveau collectif qui produit la stigmatisation des musulmans, des Roms et des autres. C’est le faux optimiste en moi qui parle ici.

Bref, malgré le JDD et autres stigmates du quotidien, je “souhaite”, si l’on peut dire, à mes amis musulmans et d’origine rom5 la même “trajectoire” historique que celles de mes amis homosexuels : après de longues et douloureuses années d’humiliation, enfin, une forme de libération par l’endiguement de la haine, libération jamais vraiment acquise, mais il me semble, heureusement bien avancée en ce qui concerne l’homosexualité—qui oserait aujourd’hui remplacer “origine maghrébine” par “homosexuelles” dans ce “sondage”, écrivons-le pour terminer ce commentaire, infect, produit et publié par les idiots utiles d’une impasse intellectuelle qui ne peut qu’évoquer de terribles souvenirs ?

Toutefois, comme l’illustre le travail de Joël et un blog comme celui de Christophe Bouillaud, l’un de mes anciens enseignants, les commentaires ci-dessus et les commentaires indignés que je lis sur Facebook ne doivent pas faire obstacle à la seule “bonne nouvelle” contenue dans ce sondage.

2. Une (très brève esquisse de) lecture professionnelle

La lecture professionnelle de ce sondage est la première qui m’est venue à l’esprit : quel cadeau nous fait-là l’actualité ! Un objet sociologique aussi parlant que cette production sondagio-médiatique, quelle illustration fantastique de Bourdieu, de Weber ! Les enseignants de science politique ont dû au moins esquisser un sourire.

En effet, le marché qui produit ces biens de consommation que l’on appelle les “sondages d’opinion” est ici parfaitement représenté, de même que sa conséquence première : la fabrique de l’opinion, un phénomène qu’il faut apprendre à objectiver dans l’espace et dans le temps—le travail d’une profession, celle de politiste, ou de sociologue/historien du politique, ces distinctions n’ayant à mes yeux aucune importance fondamentale, au moins au niveau de réflexion où je souhaite situer ce commentaire.

Bref, pour aller beaucoup plus vite que dans mon premier commentaire, j’ai sauvegardé la capture d’écran qui ouvre ce billet dans mon dossier “L1 – TD – Intro. sc. po.”, pour tester l’enseignement de cet exemple l’année prochaine. En attendant, un dernier commentaire.

3. Quelques compléments

Ce troisième et dernier commentaire est une sorte de produit des deux premiers. Il s’agit réfléchir scientifiquement, à la fois comme professionnel de la science et comme citoyen engagé, à l’objet-sondage, et il me semble qu’il y a deux dimensions à prendre en compte :

  1. Commençons par la méthodologie pure, pourrait-on dire : d’un point de vue, ce “sondage” a-t-il la moindre valeur scientifique ?

    D’un point de vue quantitatif et statistique, probablement pas, l’industrie française des sondages n’étant pas en mesure6 de produire des enquêtes d’opinion, échantillonnées et modélisées plutôt que bricolées par quotas et redressements7.

    En revanche, d’un point de vue qualitatif, la valeur scientifique de ce sondage est évidente : pour des raisons sociologiques, politiques et historiques qui sous-tendent mon second commentaire, il est beaucoup plus socialement acceptable, aujourd’hui en France, de dénigrer les origines maghrébines que la confession juive ou les origines asiatiques.

  2. Terminons à présent sur une question de fond : faut-il tout de même essayer de produire des résultats robustes sur les confessions et les origines des individus, agresseurs comme agressés, pour reprendre le ton du “sondage” ici commenté ? L’enquête WVS ne tente-t-elle pas de mesurer la haine des voisins, et l’enquête ESS ne contient-elle pas des questions sur les discriminations subies dans les douze derniers mois ?

    La question me semble se poser car certain(e)s, du peu de que j’observe autour de moi dans le champ scientifique, persistent à défendre une science qualitative dédaigneuse des chiffres, à l’opposé d’ailleurs des figures tutélaires auxquelles elles et ils se réfèrent (je parle, évidemment, de Pierre Bourdieu). J’ai toutefois espoir dans cette sociologie de la quantification, qui a aujourd’hui le vent en poupe grâce, s’il ne fallait citer qu’un nom français, à l’héritage intellectuel d’Alain Desrosières, dont le point de vue me manque8.

    Le débat est complexe, et je change régulièrement d’opinion au sujet des statistiques ethniques et des autres dimensions de ce débat. Mais la plupart du temps, je penche nettement en faveur d’outils comme l’enquête TeO en ce qui concerne la mesure des “origines”, et pense généralement que l’on tirerait profit d’une activité scientifique de qualité – à l’heure actuelle marginale, mais les choses évoluent – sur ces questions, plutôt que de laisser le champ libre aux prêcheurs et prédicateurs.

Brève conclusion

Les lecteurs attentifs qui liront ce billet jusqu’à ces lignes jugeront peut-être que je travestis quelque peu la pensée de Weber dans ce billet, en séparant non pas la science et la politique, mais les métiers de savant et de politique, ce qui ne signifie pas la même chose, et qui n’a pas les mêmes conséquences pédagogiques.

Du point de vue du texte, le vrai fond du propos wébérien me semble bien être de distinguer des carrières, et pas des individus ou des pensées. C’est pourquoi je n’aime pas les sous-titres d’enseignements du type “science, politique et science politique”. En pratique, les étudiants sont déjà tous intuitivement de l’existence d’une distinction entre science et politique, ne serait-ce que par “pré-cognition” de la coexistence de différentes cités de justification, et pensent reconnaître cette distinction chez Weber, alors que le propos est plus fin.

D’un point de vue pédagogique, l’essentiel me semble en effet de trouver une manière de dire aux étudiants : soyez à la fois savants et politiques, portez ces deux “chapeaux” en conscience de cause, et considérez ces “chapeaux”, ces “casquettes”, comme des attributs culturels, intellectuels, éducatifs, et en définitive, professionnels, quelle que soit l’intitulé desdites professions (saluons ici une dernière fois le travail radiophonique de Sylvain Bourmeau, parmi d’autres).

Ma conclusion sera donc : toutes et tous que nous sommes, mangeons du pain wébérien. Regrettons ce que trahit, ce que traduit, ce que produit ce sondage, mais félicitons-nous qu’il existe des disciplines scientifiques dédiées à comprendre de tels objets, des journalistes disposés à diffuser cette compréhension, et servons-nous de ces objets pour changer le monde, car il sera toujours temps, comme l’écrit également Joël dans les dernières lignes de l’interview pré-citée, d’enrayer les cercles vicieux du présent et de se prémunir contre toutes les formes de violence inutiles.


Je profite de ce long texte pour souhaiter à tous les clients du Polit’bistro suffisamment patients pour lire ce dernier paragraphe une bonne année 2016, année qui a commencé de manière atypique de mon côté, ce qui explique peut-être la nature encore plus décousue et désordonnée du raisonnement et de l’écriture de ce billet, qui contient vraiment trop de guillemets, quelques passages certainement un peu trop personnels, et même un point Godwin.

  1. S’il fallait brièvement les qualifier, je parierais sur un penchant certain pour la socio-histoire et pour une partie bien spécifique de la science politique internationale. []
  2. La seule biographie de Weber ne constituant pas, à mon avis, une illustration suffisante pour les étudiants. Une autre illustration que je souhaite mentionner ici : cette très belle tribune de Virginie Guiraudon sur la déchéance de nationalité. []
  3. Le terme ne me convient pas, d’où les guillemets, faute de mieux. []
  4. Ma nouvelle parade lorsqu’on me reproche cette apathie est de dire que je suis un single-issue voter du droit de vote aux étrangers. Cette idée m’a été inspirée (mais pas suggérée) par un ami, Simon, qui se reconnaîtra s’il lit ces lignes. []
  5. D’ailleurs, qui a des amis rom ? En ai-je vraiment ? Le sais-je vraiment ? J’ai au moins un prénom en tête, un copain roumain de Pigalle, qui ne lira pas ce texte et ne se reconnaîtra donc pas, et pour être honnête, je ne sais pas s’il a du “sang rom”. Me poser cette simple question me révulse, et l’anti-autoritarisme primaire de mon copain me suffit amplement comme “réponse”. Salut à toi, Alex. []
  6. C’est un effet d’offre et de demande : personne, dans la clientèle des sondages, ne souhaitant lire de résultats robustes, il n’y a pas d’équivalent français de YouGov, et donc pas de Nate Silver français non plus. Au lieu ça, on a surtout des lecteurs de feuilles de thé, pour rester gentil. Le mode de scrutin me semble jouer un rôle important dans cette configuration des choses, mais c’est une autre histoire. []
  7. Un ami spécialiste vient d’ailleurs tout juste de poster sur Facebook : “Je viens de voir le sondage JDD-IPSOS. Les auteurs déclarent avoir travaillé avec des chercheurs du CNRS et de l’EHESS, on aimerai[t] bien savoir lesquels parce que c’est un tissu d’erreurs méthodologiques de l’échantillonnage à la formulation des questions”. []
  8. Personnellement, j’oserais même dire que le bonhomme me manque aussi. Je ne l’ai croisé que quelques fois, en séminaire et une fois dans un parc public parisien à côté de la Cité universitaire, d’où me reste ce souvenir d’une séance d’escrime improvisée avec une très jeune fille. Cet étalage de vie privée et de sentiments est peut-être excessif, et j’espère sincèrement que personne ne m’en voudra. En fait, je voulais juste écrire qu’Alain Desrosières me manque, et que j’ai toujours au moins l’un de ses textes à portée de main, au bureau comme à la maison. []

Les petites choses lisibles de ce mardi

  • La Cour suprême américaine se penche sur le mariage homogame, avec un rapport très particulier aux résultats scientifiques sur l’évolution des enfants issus de couples de même sexe :

    Scalia’s statement [is] an example of the fallacy of the one-sided bet, an argument that is artificially restricted to go in just one direction. Scalia’s saying that raising a child in a single-sex family might be “harmful to the child” or maybe not. But by framing it this way, he’s implicitly excluding a third possibility, which is that being raised in this way may be helpful to the child.

    Un problème proche du tiers-exclu dans un dilemme.

  • Première victime de l’amendement « Coburn » aux États-Unis, un programme de sensibilisation à la science politique pour les minorités ethniques et raciales :

    One of the first major casualties of the Coburn amendment, perhaps even the first known casualty of any size, is the cancellation of APSA’s Ralph Bunche Summer Institute (hereafter RBSI), “an annual five-week program designed to introduce minority students to the world of graduate study and to encourage application to Ph.D. programs.”

  • La question de l’ouverture de la science politique aux minorités ethniques ne se pose pas en France, où l’on ne peut pas utiliser les même termes sans commettre une faute, scientifique ou morale. Je me demande, à vrai dire, si la réflexion autour des “classes d’ouverture” a la moindre chance de refaire surface.

  • Goodbye Maggie! Margaret Thatcher est décédée. The Null Device a rédigé mon obituary favori, qui rappelle sa formidable contribution au punk. Also, this:

    She is survived by Nelson Mandela, whom she denounced as a terrorist, her son, motor racing enthusiast and Equatorial Guinea coup plotter Sir Mark Thatcher, and, of course, her economic policies, which now form the backbone of all major political parties in the UK, and UKIP as well. Now there is, indeed, no alternative.

    Je me souviens d’un de mes étudiants qui avait été routier sous Thatcher, et qui en parlait avec de la colère (sinon plus) dans la voix. C’était en Écosse, une terre qui n’a jamais accepté Thatcher dans les mots et les idées (les journalistes parlent d’ailleurs surtout de l’Angleterre). Voir aussi ce bref compte-rendu historique.

  • Une réaction à la sociologie que j’ai déjà rencontrée lorsqu’un public a l’impression que l’on parle de lui en termes déterministes et/ou misérabilistes :

    I’m sick of reading about how fucked up we are, even if we’re discussing the reasons why things are like this.

    À rapprocher de l’enseignement de Bourdieu en banlieue. Je ne sais pas où en est la réflexion sur ces points en France, mais je sais que les outils un peu plus fins sur l’ascension sociale, comme le récent outil sur les lycées français, sont systématiquement travestis en “classements et palmarès” par les médias (avec des résultats divergents, comme le remarquait le Canard enchaîné de la semaine dernière).

  • Cosma Shalizi a lu John Levi Martin, Social Structures :

    The most robust possibility for creating large-scale, comprehensible social structures is an anti-symmetric patron-client relationship, grounded in some [inequality] pre-existing inequality of status or resources (or ideally both), where clients offer services to patrons and patrons protect clients from other members of the patron class.

    Le compte-rendu contient aussi d’excellentes pistes de lecture. JLM me donne l’impression d’être très sophistiqué, mais aussi complètement détaché de toute ambition “épigonienne”.

P.S. Le titre de ce billet fait référence à une série de billets que je publiais sur un précédent blog, mais je n’ai malheureusement plus le temps de suivre un échéancier de publication. C’est dommage, car j’ai échangé et rencontré plein de gens très chouettes de cette manière, avec qui je suis toujours en contact plusieurs années après avoir arrêté.

Clap de fin : une discipline discrète

Science politique en ligne a commencé en octobre 2007. Je m’étais donné un an pour en éprouver le concept initial : suivre l’actualité de la science politique française par les publications en ligne. L’expérience va s’arrêter prématurément parce que ma première intuition était correcte. S’informer sur la science politique française en se limitant à ce qui est accessible à tous en ligne est une cause perdue d’avance ; pour le meilleur ou pour le pire, les revues et les colloques scientifiques restent le seul support de diffusion de l’actualité de la discipline.

À l’heure actuelle, la plus-value apportée par les archives institutionnelles est très faible : le dépôt n’y est pas spontané, et l’on y trouve que quelques chercheurs publiant leurs dernières contributions. Les dépôts spontanés (par pages personnelles) et les séries de working papers représentent un volume de publications extrêmement faible.

Le recensement des apparitions de la science politique dans les médias montre l’apport déterminant d’une émission de radio diffusée sur France Culture. Hormis cette émission, on peut considérer comme quasi-nul le nombre d’interactions entre la discipline et la sphère publique, ce qui ne doit pas aider dans les discussions institutionnelles sur le maintien des postes en science politique ou la préservation des sciences sociales en général dans le système de recherche.

Signe des temps, la blogosphère, qui absorbe, traite et commente une grande partie de l’information disponible en ligne, y compris l’information scientifique, n’a pas grand chose à dire de la science politique française. Ce qui n’empêche que certains aient montré un intérêt pour la discipline, ou que celle-ci n’ait fourni quelques blogueurs de très grand talent, trop peu nombreux (tous mes encouragements à ceux qui ont déjà mis la main au clavier). La blogosphère universitaire reste structurellement faible en France, et la science politique n’apparaît en tête de peloton.

Le volet “dissémination” de la science politique repose, en France, sur un nombre restreint d’organisations : le CNRS, qui finance une part substantielle de la recherche dans la discipline ; les universités et Instituts d’Études Politiques qui hébergent cette recherche ; la Fondation Nationale des Sciences Politiques, dont l’identité se fond avec Sciences Po et qui finançait autrefois des postes, le recrutement étant gelé pour l’instant ; et les associations professionnelles de la science politique, parmi lesquelles l’Association Française de Science Politique assume le rôle de “société savante” – au sens faible du terme, étant donné qu’elle ne partage l’autorité nécessaire à l’accréditation professionnelles comme c’est le cas dans d’autres groupements professionnels répondant au titre de “société savante”.

Le travail de communication de chaque organisme semble s’effectuer par isolats, de manière atomisée, et l’initiative la plus fédératrice, HAL-SHS, ne renvoie pas l’image d’une discipline très dynamique. De plus, les chercheurs ne sont soumis qu’à des incentives très faibles (issus principalement de leur éthique individuelle) en ce qui concerne la dissémination, qui n’est pas valorisée (sic) dans les avancements de carrière. En définitive, le contact avec l’actualité de la discipline ne s’effectue réellement que dans une seule instance, le congrès de l’AFSP, dont la prochaine édition se tiendra à Grenoble.

Ma dernière impression est donc celle d’une discipline discrète, ce qui ne dit rien de son dynamisme interne, et moins encore de la qualité des travaux : il y a des recherches plus pertinentes, intéressantes ou rigoureuses que d’autres, mais ce n’était pas l’objet de ce blog que d’en faire l’analyse. Je me suis limité à une appréciation de la visibilité de la discipline en ligne, en partant d’une idée américaine.

Une semaine avant de fermer ce blog, je me suis engagé dans une des “centrales électriques” de la science politique française – là où le courant des idées passe et où la discipline trouve son énergie. Bonne continuation à tous !

Statistiques

Textes les plus lus :

Visites mensuelles pour les mois octobre 2007-septembre 2008, soit douze mois d’activité :

Statistiques de fréquentation, 12 mois

“Science” et “politique” : l’explication latourienne

(Merci à Antoine, qui m’a aiguillé sur cette recension.)

Bruno Latour tente un rapprochement entre science politique et science studies dans un texte récent disponible sur son site Internet. Extrait de la dernière page : 

J’ai tenté dans cette note de proposer une calibration des termes pour définirun phénomène, tel que nous l’observons depuis notre laboratoire, celui des « science studies ». Je suis convaincu qu’il est commun à celui des sciences politiques, même si l’usage différent que nous faisons des termes de « science » et de « politique » ne facilite pas toujours la superposition des cas. [24 pages]   

Dans le domaine des science studies, Sheila Jasanoff a également tenté de montrer comment le rapprochement avec la science politique pourrait s’opérer de manière efficace (cross-fertilization ; l’ouvrage à consulter en priorité est States of Knowledge). Il s’agit toutefois d’une initiative isolée. Je me souviens lui avoir posé la question : “Avec qui travaillez-vous à la Kennedy School ?” La réponse avait été éloquente.

L’article de Latour a été soumis à la RFSP en même temps qu’un autre manuscrit, co-rédigé avec Émilie Hache. Par ailleurs, Bruno Latour est le nouveau directeur scientifique de Sciences Po.