Annals of Youtube Science 1(16): La Russie de Poutine

Plus tôt cette année, le Center on Global Interests (chaîne Youtube) a organisé une excellente conférence autour d’un ouvrage récent, « Arrested Development: Rethinking Politics in Putin’s Russia » :

La première intervenante, Maria Lipman, dont on trouve des articles et des interviews un peu partout dans la presse américaine, résume très bien la stratégie de démobilisation politique de Vladimir Poutine depuis son accession au pouvoir, et les autres intervenants fournissent un excellent aperçu de ce qui se joue dans l’espace politique russe.

Voir aussi

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2016

how_it_works

En travaillant sur le programme définitif d’un panel de conférence (j’en reparlerai en temps voulu), j’ai réalisé que nous avions, avec mon co-équipier, éliminé toutes les communications incluant des femmes parmi les auteurs, sauf une. Tous les organisateurs et discutants de l’événement seront des hommes.

Autre contexte : en comité de rédaction, l’un des deux éditeurs d’une revue qui sort bientôt son n°1 (j’en reparlerai aussi) nous annonce que le pourcentage de femmes parmi les auteurs est hyper-bas. Je me souviens que nous avions déjà fait tout notre possible pour féminiser le comité de rédaction.

Autre contexte : une amie m’explique qu’elle postule à un financement dans une agence nationale. Elle m’explique qu’elle sait que ses chances de succès sont plus faibles : elle est jeune, et femme. Les chiffres sont là pour le prouver, et des biais similaires existent pour la publication en revue scientifique.

Ces inégalités sont difficiles à corriger. Si je scanne vite fait mes liens et lectures du jour, je dois en être à 80-90% d’hommes, aussi en sciences sociales qu’en trucs informatiques1. En science politique, sur certains sujets, et alors même qu’il y a de l’offre, on passe très facilement à 100% d’hommes2.

La liste ci-dessous ne changera rien, mais voici dix femmes dont j’ai découvert ou redécouvert les travaux/oeuvres cette année.

  1. Masha Gessen, pour « The Putin Paradigm » et « Autocracy: Rules for Survival » (sur Donald J. Trump)

  2. Dasha Rush, pour toute sa production musicale (le mix ci-dessous commence à proprement parler vers 2:30)

  3. Julia Silge (qui vient d’être embauchée par Stack Overflow), pour Tidy Text Mining with R (avec David Robinson)

  4. Jenny Bryan, pour Happy Git and GitHub for the useR

  5. Isis Lovecruft, du Tor Project, pour cette conférence sur les systèmes anonymes

  6. Jocelyn Pook, pour l’album Untold Things et la chanson « Yellow Fever Psalm » en particulier (ci-dessous ; à écouter aussi à l’envers)

    Je ne m’attarde pas sur le sujet, mais tous les amateurs de musique ambient savent qu’il y a plein de femmes parmi les pionniers du genre, à l’époque du bidouillage de synthétiseurs analogiques pesant super lourd ; allez donc écouter Else Marie Pade en 1962 ou Laurie Spiegel en 19793.

  7. Joan C. Williams, pour « What So Many People Don’t Get About the U.S. Working Class » – où l’on trouve un paragraphe qui mériterait à lui seul six heures de cours sur la stratification socio-éducative :

    One little-known element of that gap is that the white working class (WWC) resents professionals but admires the rich. Class migrants (white-collar professionals born to blue-collar families) report that “professional people were generally suspect” and that managers are college kids “who don’t know shit about how to do anything but are full of ideas about how I have to do my job,” said Alfred Lubrano in Limbo. Barbara Ehrenreich recalled in 1990 that her blue-collar dad “could not say the word doctor without the virtual prefix quack. Lawyers were shysters…and professors were without exception phonies.” Annette Lareau found tremendous resentment against teachers, who were perceived as condescending and unhelpful.

  8. Béatrice Cherrier, pour son blog The Undercover Historian [of Economics]

  9. Casey, pour l’ensemble de ses albums (extrait du dernier ci-dessous), et pour ses concerts à Gennevilliers et à Paris cette année

  10. Sonia Kronlund, pour Les Pieds sur terre (France Culture)

Mention spéciale à Katherine Ognyanova, pour « Network visualization with R » (tutoriel découvert au moment de sa première publication l’an dernier, mais mis à jour depuis).

  1. Le biais sexiste en informatique est moins fort que prévu, si j’en crois mes dernières lectures (langage R). []
  2. Les biais varient d’un pays et d’un sujet à l’autre. Comparer, par exemple, la France et les États-Unis, ou bien la couverture médiatique et scientifique de l’État islamique avec celles de la Russie. []
  3. Le biais masculin varie aussi selon les styles musicaux. Jetez un coup d’oeil, par exemple, à la jungle/drum and bass. []