“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

Un exemple de raisonnement quotidien

À quoi ça pense, un doctorant ? J’avais rédigé le billet suivant sans vraiment réfléchir au fil rouge du texte, et au moment de rajouter un titre, gros blanc. Du coup, j’ai décidé de faire une pirouette réflexive et de segmenter mon billet en insérant des “étapes-clé”, pour montrer comment un doctorant “raisonne” au quotidien. Ce n’est qu’un exemple personnel, sans généralisation possible.

1. L’accident

Une partie des raisonnements naissent spontanément, de manière accidentelle et contingente, au contact des lectures quotidiennes non scientifiques, qui incluent la presse.

J’ai commencé à réfléchir, ce matin, en lisant dans le journal que les dirigeants politiques ne dorment pas assez, selon l’ancien directeur de cabinet de Tony Blair. L’influence du sommeil sur la cognition, et donc sur les décisions politiques des élites dirigeantes : voilà un facteur qui apparaît peu dans la science politique française !

2. L’état de l’art

J’ai voulu développer la remarque précédente, en faisant un état de l’art mental du sujet : comment la science politique aborde-t-elle la cognition ?

En France, mon impression est que les politistes s’intéressent beaucoup à l’influence des idées et des normes dans la production des phénomènes politiques, mais sous-estiment quasi-systématiquement les biais physiques qui affectent la cognition, le manque de sommeil en étant un. Je n’ai pas le souvenir d’avoir reçu un seul enseignement sur le sujet. Le seul texte de psychologie sociale enseigné et cité par le mainstream de la profession est celui de Kahneman et Tversky sur la prospect theory, qui a elle-même des origines psychologiques plus profondes.

Il y a évidemment beaucoup d’autres biais psychologiques fondamentaux, renseignés avec précision dans la summa sociologica de Jon Elster et dans l’ouvrage de Rose McDermott, tous deux reprenant des classiques de la psychologie sociale, ce qui permet de faire le point sur cette littérature tout en lisant deux auteurs très connus chez les politistes anglo-américains. L’étude contrôlée des émotions rentre aussi dans cette ligne d’analyse.

3. Les argumentaires

À la fin de mon état de l’art mental, j’ai repéré un biais national, ce qui n’est pas vraiment intéressant dans la mesure où je suis plutôt hors-cadre dans mon travail (je n’appartiens pas vraiment à une tradition scientifique nationale et ne recherche pas cette position).

Par conséquent, j’ai essayé d’identifier les argumentaires scientifiques qui sous-tendent ces biais dans la littérature scientifique.

Si j’essaie de détailler ce que j’ai pu lire dans la littérature scientifique, j’arrive à trois positions tranchant sur le sujet :

  1. (P1) les idées sont surdéterminées par la psychologie individuelle ou par des préférences invincibles comme la maximisation de l’utilité, et ne jouent en conséquence aucun rôle explicatif dans l’activité sociale ;
  2. (P2) les idées sont un facteur de biais parmi d’autres, et constituent une variable à prendre systématiquement en compte ;
  3. (P3) les idées sont elles-mêmes surdéterminantes, en particulier sous la forme du discours, et peuvent constituer une variable cruciale dans de nombreux cas de figure, ergo, leur pouvoir explicatif est suffisant pour éclipser toutes les autres variables dans toute analyse guidée par le principe de parcimonie.

4. L’évaluation

Nouvelle étape, évaluer les positions à partir de ce que je sais du monde réel et du raisonnement scientifique (qui est très marqué par la spécialisation disciplinaire).

  1. La position P1 est une forme de plaidoyer total pour la psychologie évolutionniste et la microéconomie qui rend la démarche sociologique quasiment futile, ce qu’ont bien compris les sociologues qui en ont montré les limites.
  2. La position P3 est, à mon avis, totalement artificielle (elle n’est soutenable que sur le papier) ; c’est la résultante de notre éloignement, en tant que scientifiques, de l’activité sociale et politique en général…
  3. La position P2 est la plus plausible, encore faut-il s’appliquer à lier les idées à leurs antécédents – les caractéristiques structurelles, intangibles des problèmes, les systèmes de croyance individuels, les raisonnements collectifs, les cultures ou “styles” nationaux… –, à leurs conséquences pratiques, et à leurs co-variants. La plupart des modèles développés dans cette optique sont hélas tronqués, ou alors échouent en chemin, en tout cas selon mes critères personnels (par exemple, en cherchant à hiérarchiser ou à périodiciser les différentes variables : ces deux opérations sont utiles mais insuffisantes dans une étude réellement processuelle, qui doit étudier la substance des liens causaux entre variables, ce que seule la sociologie analytique tente réellement de faire dans ma vision de la chose scientifique).

5. Le bilan

Cette petite gymnastique a un intérêt : elle permet de travailler sa culture épistémique personnelle, en renforçant ses propres biais et en se fixant une petite feuille de route mentale qui doit servir à diriger des lectures et des raisonnements futurs.

Dans le raisonnement ci-dessus, je me suis rassuré tout seul sur deux choses : d’une part, sur la nécessité d’écrire des schémas explicatifs multivariés lorsque l’on travaille sur des sujets aussi complexes que la décision politique ; d’autre part, sur la fonctionnalité du langage positiviste, qui s’exprime en modèles, en variables, et ainsi de suite.

La psychologie du terrorisme par attentats-suicides

En quelques mots, la revue Political Psychology vient de sortir un numéro spécial sur les traits psychologiques des terroristes impliqués dans des attentats-suicides (ça me semble la meilleure traduction disponible de suicide terrorists, même si elle n’est pas très satisfaisante).

On se rappelle que l’article de Robert Pape dans l’American Political Science Review en 2003, intitulé « The Strategic Logic of Suicide Terrorism« , avait fait l’objet d’une petite controverse assez bien relayée en ligne par John Sides : voici un résumé de la controverse, et un résumé de la réponse de Robert Pape.