Annals of Youtube Science 1(6) : Une fin au capitalisme ?

Wolfgang Streeck, déjà recommandé il y a quelques mois, est toujours aussi intéressant à écouter (ou à lire) de temps à autre. L’une de ses dernières conférences, donnée début novembre 2016 au King’s College London, est disponible sur la chaîne Youtube du département de droit :

Le thème de la conférence – « How Will Capitalism End? » – ne surprendra pas celles et ceux qui ont déjà prêté l’oreille à Wolfgang Streeck au cours des dernières années. C’était déjà le thème, par exemple, de sa conférence à la British Academy (chaîne Youtube) en janvier 2014 :

Et voici encore une autre conférence de Streeck la même année, donnée à Princeton :

Dans ses conférences récentes, Streeck mélange – à bon escient – plusieurs choses : des observations sur la crise économique et politique qui traverse l’Union européenne et la zone euro en particulier ; des critiques plus générales à l’encontre du capitalisme et de la globalisation ; et des remarques sur les élections récentes et sur les dirigeants politiques des années à venir.

La période actuelle se prête très bien à ces « exposés syncrétiques » et, dans une certaine mesure, téléologiques. Toutes les tendances observées depuis des décennies semblent en effet désormais rentrer en collision les unes avec les autres : désaveu des politiques fiscales et macroéconomiques par leurs « perdants » ; aggravation des dysfonctionnements liés à la dérégulation financière ; et consolidation des trajectoires électorales ascendantes des partis politiques populistes et des candidats anti-système. Bref, la fin est proche.

Si vous avez étudié l’Union européenne dans les années 2000, vous avez très certainement lu Fritz Scharpf, Governing in Europe (trad. fr.). De la même manière, si vous étudiez l’UE dans les années 2010, il est plus que probable que l’on vous fera aussi lire Wolfgang Streeck, Buying Time (trad. fr.). Et si vous n’avez pas le temps, allez au moins lire ses articles dans la New Left Review.

Les thèses de Streeck sont parfois proches de celles de Claus Offe, bien connu pour ses critiques radicales de l’État-providence, et qui a aussi sorti un livre ultra-critique sur l’UE, Europe Entrapped.

Sur le même thème

Pour une vision différente de l’avenir du capitalisme, on peut écouter une autre conférence donnée à Princeton, celle de Tyler Cowen, en 2015 :

Les politiques de santé de l’Union européenne : une bibliographie détaillée à jour

Au début de ce semestre, j’ai complètement remanié mon cours sur les politiques de santé de l’Union européenne. Le résultat est en ligne :

syllabus-ehp-2016-v2-1

Descriptif rapide

Le cours porte sur les politiques de santé menées au niveau de l’Union européenne, soit directement, par les institutions européennes elles-mêmes, soit indirectement, par effet diffracté des politiques européennes – et en particulier de celles qui gouvernent l’organisation du marché intérieur – sur les systèmes de santé et sur les politiques nationales.

Ce n’est ni de l’européanisation « par le haut » ou « par le bas », pour reprendre une métaphore facile, mais principalement de l’européanisation « par la tangente », si l’on peut dire—ce qui requiert de traiter la CJUE et, pour la zone euro, la BCE comme des acteurs majeurs des politiques de santé, aux côtés de ceux que l’on croise habituellement au niveau national ou infra-national.

Version « 2.0 »

Le cours est versionné « 2.0 » car c’est une refonte majeure. J’ai composé le plan avant d’avoir eu le temps de lire toutes les références citées—le plan en contient une centaine, dont plusieurs sont encore en cours de publication. La version 3.0, prévue pour l’an prochain, devrait être « la bonne » qui me fera économiser du temps de préparation.

Certains aspects du cours sont très, très actuels : les effets de la crise économique en cours, par exemple, sont tellement récents qu’il faut admettre que l’on ne sait pas encore grand chose sur le sujet, et que le peu qu’on sait (l’augmentation des accidents de la route, le plus faible recours aux soins dentaires) est entouré de grandes marges d’erreur.

Il est toutefois certain, à la lecture de tout ce qui s’est publié sur le sujet, que la gouvernance fiscale de l’Union européenne, et celle de la zone euro en particulier, a eu des effets importants sur les dépenses de santé, sur la demande et l’offre de soins, et sur les réformes des systèmes de santé.

C’est ce dernier effet que je trouve le plus intéressant à étudier : si certains systèmes de santé n’ont pas vraiment dévié de leurs trajectoires institutionnelles sous l’effet des crises macroéconomiques, ce n’est peut-être pas le cas de tous. La question devient alors de savoir qui gouverne en période d’austérité permanente aggravée.

Remerciements et comments welcome

La bibliographie de ce cours s’appuie très fortement sur les travaux de Monika Steffen, Scott L. Greer et Elize Massard da Fonseca, pour qui j’ai une immense estime à la fois personnelle et intellectuelle. Et je ne connais pas personnellement Holly Jarman, mais vous la croiserez aussi à plusieurs endroits du « syllabus ».

Si vous avez des idées de références à rajouter (ou à enlever), faîtes signe dans les commentaires ! D’autant plus que je vais tenter de rédiger une synthèse des lectures de la dernière séance – thème : réformes des systèmes de santé et austérité fiscale.

Quelques slides sur le sujet

Sur ce sujet, voici le support d’un bref exposé intitulé Coping with Permanent, Aggravated Austerity in European Health Systems et présenté dans un séminaire récemment organisé par l’Université Catholique de Lille et Liverpool Hope University.

lhu-icl-briatte-2016-11-17-1

lhu-icl-briatte-2016-11-17-2

lhu-icl-briatte-2016-11-17-3

lhu-icl-briatte-2016-11-17-4

lhu-icl-briatte-2016-11-17-5

Comme vous pouvez le voir, en ce moment, je ne suis pas très optimiste sur le futur de l’Union européenne…

‘brɛk.sɪt, suite

brexit-brief

Quelques observations après le vote du “Brexit” au Royaume-Uni la semaine dernière. Pour quelque chose de mieux organisé, allez lire ce papier d’Alan Renwick et les papiers auxquels il fait référence. Pour une réaction plus personnelle de politiste, allez lire celle d’Yves Surel, que je partage à différents niveaux1.

Du point de la sociologie électorale

Les Britanniques viennent de rendre un fier service aux spécialistes du vote spatial. La compositions des électorats “Leave” et “Remain” va donner lieu à toutes sortes de publications, mais avec un taux de participation très élevé et d’excellentes enquêtes pré-existantes comme la British Election Study ou la British Social Attitudes, on ne va pas se poser très longtemps de savoir “qui a voté quoi” au niveau national.

Étant donné la force des corrélations écologiques déjà observables et les différences régionales/urbaines visibles à l’oeil nu, la question la plus intéressante de ce point de vue risque plutôt d’être : qui a voté quoi, et où. L’intérêt de la réponse dépasse de très loin la simple observation que l’Écosse a voté “Remain” et que les villes universitaires ont, pour un grande partie d’entre elles, également voté “Remain2.

Une autre question très intéressante consiste à se demander ce que les électeurs savaient au moment du vote—ce qui est beaucoup plus difficile à mesurer que ce qu’ils ont voté. Par exemple, personne n’étant capable d’expliquer les règles exactes de fonctionnement de l’Eurozone, presque personne n’est capable d’expliquer comment la Suède ou la Pologne trichent avec l’ERM II pour conserver leurs monnaies nationales depuis leurs adhésions (post-Maastricht) à l’Union européenne3.

Il faudra certainement avoir recours à des dispositifs expérimentaux pour étudier l’effet exact de l’information sur des contrefactuels tels que “si vous aviez su que… auriez-vous voté… ?” Ces dispositifs sont compliqués à mettre en place, mais ils auront certainement tout leur intérêt dans la compréhension du vote et des effets des (intenses) campagnes menées par les deux camps, dans un pays qui regarde beaucoup la télévision, écoute beaucoup la radio et lit beaucoup les journaux.

Du point de vue de la théorie politique

Du billet enflammé de Christophe Bouillaud, on peut retenir plusieurs choses, dont certaines sont très négatives pour les institutions et les élites politiques de l’Union européenne (sur les aspects institutionnels, le billet de Thomas Piketty est une lecture très recommandable). On peut certainement aussi en retenir que le Brexit est un moyen parmi d’autres de se demander, avec d’autres, ce qui subsiste du sentiment démocratique au 21e siècle.

Par “sentiment démocratique”, j’entends l’adhésion à l’idée qu’il est bon, au sens normatif du terme, que le demos garde la main sur son destin, et qu’en vertu de ce principe, il dispose d’outils tels que le referendum pour contraindre ses élites dirigeantes à prendre certaines décisions importantes, telles que la sécession territoriale ou l’adhésion à des accords supranationaux très contraignants (l’Union européenne étant loin d’être le seul accord de ce type).

Remarquons, pour illustrer le point ci-dessus, que se négocie en ce moment-même un traité commercial tellement contraignant que ses instigateurs préfèrent le négocier en secret sous un nom obscur qui cherche à ne pas attirer l’attention sur ce qui s’y joue vraiment. Aucun vote n’est prévu sur ce traité, qui ressemble en cela à plusieurs autres “accords” discrètement négociés au sein d’organisations très détachées de la souveraineté populaire, telles que le G8, le SEBC ou l’OCDE.

Il est toujours intéressant, me semble-t-il, de se demander ce qui reste “entre les mains du peuple” dans des sociétés qui, en pratique, semblent avoir fait le choix de l’épistocratie—terme choisi par David Estlund pour désigner le gouvernement de tous par “ceux qui savent”, et qui, corrélat important, ne représentent jamais qu’une fraction très minoritaire du “tous” pré-cité. Or, remarquons simplement une chose au sujet du Royaume-Uni : le “gouvernement par tous” s’y porte plutôt bien.

Du point de vue de la “civilisation britannique”

En effet, en l’espace de quelques années, le peuple britannique a renouvelé son gouvernement central et ses gouvernements territoriaux, a refusé à l’Écosse son indépendance pour quelques années, et a tout récemment décidé de sortir de l’Union européenne, entraînant la démission du Premier ministre et un vote de défiance vis-à-vis du leader du principal parti d’opposition. Du point de vue de la “civilisation britannique”4, cet enchaînement est loin d’être neutre.

Il suffit de se mettre deux minutes dans la peau d’un électeur conservateur pour réaliser une chose : au moins en apparence, la démocratie britannique est très dynamique. Après son mandat unique, le Premier ministre John Major a tout simplement disparu de la scène électorale. Puis, lors des gouvernements Blair successifs, le Parti conservateur s’est donné toute une série de leaders éphémères, jusqu’à David Cameron—qui n’a plus d’avenir électoral depuis quelques jours.

Il est impossible de savoir qui va remplacer David Cameron à la tête du Cabinet gouvernemental britannique, mais l’électeur conservateur français peut facilement comprendre une chose : il ne s’agira ni de l’équivalent britannique d’Alain Juppé, ni de l’équivalent britannique de Nicolas Sarkozy, ni des équivalents britanniques de François Fillon ou de Jean-François Copé. Vous voyez où je veux en venir ?

On pourrait reproduire le raisonnement ci-dessus pour le Parti (néo-)travailliste, ou bien prendre l’Allemagne comme point de comparaison. Il n’en subsistera qu’un constat : au Royaume-Uni, “les choses bougent” et “le personnel politique change”, dans des directions très fortement contraintes par l’acte électoral populaire, et pas forcément souhaitées par l’élite dirigeante et/ou les places boursières. D’un point de vue strictement procédural, c’est important, et probablement même souhaitable5.

Du point de vue du politiste

“– Qu’est-ce qu’on se fait chier en études européennes…

[Arrive un blondinet avec un pipeau, racontant tout et son contraire. Au second plan, un roquet aboie. S’ensuit un vote, qui tient réveillé notre protagoniste jusqu’à 5 heures du matin.]

– OK, faîtes comme si j’avais rien dit.”

Plus sérieusement, pour le politiste intéressé par l’intégration européenne, les politiques européennes ou même plus généralement les politiques publiques, ce qui vient de se produire au Royaume-Uni est une aubaine scientifique de premier choix. La même chose vaut par ailleurs du point de vue de l’enseignant—j’ai aperçu hier le premier cours optionnel “Britain and the EU, 2016–17” dans une maquette pédagogique.

Les événements qui vont se succéder dans l’Union européenne post-Brexit vont écrire une page d’histoire inédite de l’intégration européenne. La défaite des dirigeants européens, tous confondus, dépasse tout ce que le passé fournit comme exemples en la matière. Le vote du Brexit n’est néanmoins que le point de départ d’un long processus parmi d’autres, tels que la ratification du Traité de Lisbonne ou le “sauvetage” de la Grèce.

Dans deux ans, il faudra comparer ces processus entre eux, et faire le point sur la nature démocratique (ou non) des décisions qui ont été prises. L’Union européenne ne peut pas effacer ses erreurs passées, mais elle peut éviter d’en commettre une nouvelle en punissant les Britanniques pour leur vote—car oui, ce serait une erreur magistrale, qui ne pourra d’ailleurs pas être complètement évitée6.

L’Union européenne pourra aussi s’illustrer, comme elle l’a fait par le passé, en aidant à sauvegarder la paix fragile qui règne actuellement en Irlande du Nord, et, si l’Écosse acquiert un jour son indépendance (ce que je souhaite sur un plan personnel, et qui est plus probable aujourd’hui que 7 jours en arrière), en lui offrant au moins les mêmes possibilités qu’au Royaume-Uni ou à la Suède lors de leur entrée dans l’Union.

De ces derniers aspects du Brexit, il faut avouer que l’on ne sait encore rien avec certitude, et l’on peut s’attendre à ce que s’écoulent au moins dix ans avant de finir de tirer certaines des leçons les plus importantes du vote de jeudi dernier. Si les institutions actuelles de l’Union européenne existent encore dans dix ans, cela sera aussi à mettre au rang des leçons primordiales du vote.

  1. J’ai effectué toute ma scolarité primaire et secondaire en section internationale anglaise, où je suis tombé amoureux des Monty Pythons et de Led Zeppelin, et j’ai résidé quelques années à Édimbourg. Je ne connais pas le Royaume-Uni mieux que ses spécialistes, mais je l’aime profondément, de différentes manières. Je ne sais pas si je suis heureux ou triste pour mes amis brits ; il est trop tôt pour le dire. Je suis juste un peu inquiet. []
  2. Observation soumise à vérification, comme toutes les autres, mais les premiers résultats vont clairement dans ce sens. []
  3. Notons au passage que les électeurs, dans lesquels je m’inclus, sont loins d’être les seuls à avoir souvent du mal à identifier les entités géographiques et institutionnelles sur lesquelles ils peuvent être amenés à se prononcer. []
  4. L’expression est entre guillemets car elle renvoie surtout à une division universitaire du travail scientifique, plus qu’à une catégorie d’analyse propre. []
  5. Ne me faîtes pas dire, quand j’écris qu’il est probablement souhaitable que les décisions populaires restent les plus souveraines des régimes démocratiques, que je suis un méchant protectionniste, un affreux néolibéral ou un vilain populiste. À la rigueur, je veux bien être qualifié de vieux majoritairien à la noix (de Grenoble). []
  6. De ce point de vue, les réactions sarcastiques de certains journalistes me rappellent juste que je suis plus heureux de vivre aujourd’hui qu’en 1914 ou en 1939. Les comportements apparemment bénins aujourd’hui ont parfois eu des conséquences drastiques hier, mais il ne faut certainement pas attendre de la presse qu’elle s’en rappelle. []

‘brɛk.sɪt

Ayant vécu quatre ans en Écosse, j’ai évidemment suivi avec quelque intérêt la campagne référendaire sur le Brexit (que je prononce à l’américaine). Les campagnes électorales britanniques sont toujours très intenses, et celle-ci n’a pas échappé à la règle, avec l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un militant d’extrême-droite à quelques jours du vote1.

Pour rappel, il s’agit du second vote référendaire à l’échelle nationale en Grande-Bretagne, après celui de 1975. Les enquêtes d’opinion, très discréditées par leurs échecs prévisionnels au cours de la dernière élection générale, donnent les votes “Leave” et “Remain” au coude-à-coude, de même que la meilleure tentative de modélisation. La même tentative de modélisation donne toutefois la probabilité du Remain aux alentours de 70%, grâce aux votes non exprimés.

En effet, la variable déterminante devrait être, si l’on s’en réfère aux referenda pour l’indépendance du Pays de Galles et de l’Écosse, la participation des undecideds, qui ont tendance à choisir le vote présenté comme le plus sûr—contre l’indépendance, donc contre l’exit dans ce cas. De ce que j’en comprends, c’est aussi ce qu’espèrent une large partie des élites politiques2.

Ne lisant que The Guardian et étant connecté, via Twitter notamment, à tout plein de chercheurs britanniques spécialisés dans le domaine de la santé, il n’est pas étonnant que je n’ai entendu, de cette campagne, qu’un seul son de cloche : Remain, if only for the sake of the NHS. Il est toutefois très clair que les tabloïds britanniques ont fait campagne, de leur côté, pour l’exit, et ils sont loin de compter pour du beurre auprès d’un électorat déjà largement eurosceptique.

À titre personnel, le résultat du vote m’intéresse beaucoup (ce qui n’est pas le cas de tous les votes référendaires), mais je serais plus intéressé par les conséquences d’un vote Leave que par celles d’un vote Remain, notamment parce qu’un vote Leave rebattrait les cartes de l’indépendance de l’Écosse.

Une bonne partie de la classe politique britannique de gauche fait campagne pour le Remain sur des motifs économiques : un vote Leave exposerait la Grande-Bretagne à une forme de choc économique qui causerait sa chute –entre autres– sur les places boursières, ce qui affecterait toute son économie jusqu’à endommager sérieusement la progression des salaires, déjà très affectée par les politiques des deux dernières formations gouvernementales (Con-Lib puis 100% Con).

La limite de cet argument tient dans le fait que rien n’a été mis en place, sous les gouvernements néo-travaillistes précédents, pour empêcher cette situation. De ce fait, une fraction (minoritaire) de la “gauche de la gauche” britannique envisage, sans aller jusqu’à faire campagne pour le Leave à quelques exceptions près, qu’un vote d’exit aurait un effet “électrochoc” pour les travaillistes, qui ont peu de chances de gagner les prochaines élections générales dans leur configuration actuelle3.

De la campagne référendaire, je retiens aussi le comportement des élites politiques de l’Union européenne, qui m’ont rappelé le comportement de Nicolas Sarkozy au sujet de l’environnement (“ça commence à bien faire”). Le mépris pour les procédures de la démocratie représentative me semble être une raison suffisante, pour quelqu’un comme moi qui avais voté “oui” au referendum constitutionnel européen de 2005, pour refuser désormais le moindre soutien à cette élite4.

Résultats demain, sachant que mon souhait le plus cher, au-delà de la reprise en main de leur destin par les Écossais, reste la fin de la spirale sordide d’appauvrissement qui frappe une immense majorité de Britanniques, et qui la frappe encore plus durement depuis 2008-2009.

Au passage, je serai à Londres ce weekend. Faîtes signe si vous y êtes aussi !

  1. Les assassinats politiques de parlementaires sont moins rares en Grande-Bretagne qu’en France. Le dernier en date remonte à 1990, avec l’assassinat du député conservateur Ian Gow par l’IRA provisoire. []
  2. Pour des raisons diverses : le vote fait office de vote de confiance pour le gouvernement conservateur, et un exit compliquerait beaucoup la tâche de toute la classe politique, sans même parler de ses conséquences en Écosse—lire plus loin. []
  3. Pour faire bref, leur leader, Jeremy Corbyn, est à trop à gauche de l’électeur médian, et même de l’électeur médian travailliste. []
  4. En espérant néanmoins que ça change à l’avenir. Je me trouve pris dans le même dilemme au niveau national, incapable de voter pour la formation politique à laquelle je m’identifie le plus, vu qu’elle refuse d’appliquer le programme sur lequel elle a été élue. []

Law Factory = Law Factory++

Le projet final du projet de recherche « La fabrique de la loi » a été présenté à la conférence « Law Factory II« . C’est en ligne depuis jeudi dernier, allez jeter un coup d’oeil :

Screen Shot 2014-06-02 at 3.22.22 PM

La conférence m’a permis de présenter mes résultats définitifs et de revoir oplein de gens chouettes, dont l’un des auteurs de Parltrack, qui m’avait appris XPath (avec Bram) il y a quelques années.

Comme j’aime beaucoup Parltrack, j’ai voulu jouer un peu avec les données. voici une visualisation interactive des amendements déposés dans les commissions du Parlement européen lors de la législature 2009-2014 (à jour du 26 mai 2014) :

Screen Shot 2014-06-02 at 3.03.09 PM

Screen Shot 2014-06-02 at 3.09.00 PM

Comme pour le Parlement français, tout est codé en une page PHP + HTML/CSS + Javascript qui utilise Sigma.js et des données exportées depuis R ; le code donne tout ce qu’il faut pour reproduire les graphiques ou la visualisation, en utilisant ggnet et rgexf.

Une page séparée montre les réseaux sous-jacents, qui sont très peu denses lorsque les commissions comptent peu de membres : la commission “Crises”, par exemple, n’a pas l’air de passionner les foules de législateurs en délire. Les dimensions des réseaux résument ces différences :

density

Note de lecture : les abréviations des commissions sont positionnées selon le nombre d’eurodéputés présents dans le réseaux (y), et le nombre total de cosignatures dans la commission (x). La taille des libellés est proportionnelle à la synthèse des deux informations, la densité du réseau.

La modularité change du tout au tout selon la commission. La pêche et les pétitions sont des commissions peu polarisées, de même que celles sur les transports, le budget ou les droits des femmes. Cette représentation change dans les commissions « Culture » ou « Agriculture », où la modularité est deux fois plus importante. Les commissions les plus polarisées (CRIS et SURE) ont trop peu de noeuds pour que la mesure soit pertinente.

modularity

Note de lecture : les abréviations des commissions sont positionnées selon la modularité de leur réseau. Les points gris donnent la modularité maximale mesurable (algorithmes Louvain et Walktrap). La couleur donne le ratio entre modularité empirique et modularité maximisée. Toutes les mesures sont comprises dans l’intervalle [0,1].

Toutes les interventions plénières des eurodéputés, en 100 lignes (de code)

Mise à jour, juin 2015 : si ce billet vous intéresse, allez voir le travail de Derek Greene et James P. Cross, qui ont modélisé les documents décrits ci-dessous de manière plus fine que ce que j’avais codé.

Quelques notes tirées de trois conversations sur les sept derniers jours. C’était plus long à décrire qu’à coder.

Commençons par récupérer la liste des eurodéputés, en trois étapes :

  1. La source : l’index complet est disponible en une seule page, ce qui rend les choses faciles. Le zéro final de l’adresse est le numéro de législature ; il y en a 7 au total, et la dernière possède un index des députés un peu plus détaillé, que l’on utilisera peut-être un autre jour.
  2. La méthode : il y a quatre ans, on m’a fait découvrir XPath, qui est une syntaxe servant à sélectionner des éléments dans un document structuré. XPath, c’est un peu comme les expressions régulières, ou découvrir comment trafiquer un PDF sans laisser de traces dans les métadonnées : ça change la vie1.
  3. La syntaxe : le site Internet du Parlement européen est rédigé en HTML propre (car généré automatiquement), avec des éléments bien imbriqués les uns dans les autres : c’est le cas idéal. La source de l’index, consultable dans tout navigateur, donne la syntaxe exacte des éléments utilisés ci-dessous.

Illustration de l’explication ci-dessus :

Screen Shot 2014-05-19 at 9.26.24 PM

À présent, dans R :

  1. On souhaite juste sauvegarder un « annuaire » minimal des 3 000 et quelques eurodéputés, et le sauvegarder dans un fichier qui servira d’index général où chaque eurodéputé est identifiable par trois éléments : le nom complet, inutilisable car plein d’accents et non unique2, l’URL (l’adresse de sa page personnelle), et dans cette URL, un numéro, 4484 par exemple, qui servira d’identifiant unique plus tard.
  2. La fonction de téléchargement va lire la page HTML, en extraire les éléments pertinents à partir de sa structure, et renvoyer tout ça dans un jeu de données. On sauvegardera les données au format CSV, un format en texte simple qui sauvegardera correctement les accents dans les noms si l’on s’assure que le parser les lit en encodage UTF-8.
  3. Petite nuance : quand vous voulez extraire un lien, la syntaxe XPath vous le permet directement ; mais pour extraire le texte d’un lien, le truc sur lequel on clique pour aller au lien en question, il vous faut la « valeur XML », d’où la fonction xmlValue ci-dessous. Le reste du code demande surtout de se renseigner sur XPath, et ce n’est pas compliqué du tout, surtout si l’on apprend par essai-erreur.

Il va donc vous falloir installer puis charger les librairies (a.k.a packages, extensions, plugins, comme vous voulez) jsonlite, plyr et XML, et 20 lignes plus tard, vous avez tous les eurodéputés dans un fichier CSV.

Plus compliqué, obtenir toutes leurs interventions parlementaires :

  1. Sur la page de chaque eurodéputé (exemple), un lien fournit toutes les interventions en séance plénière (exemple). En lisant encore une fois la source de la page, on trouve le petit bout de Javascript qui génère cette information, et surtout l’URL qui renvoie cette information depuis la base de données utilisée en coulisses du site.
  2. L’information est au format JSON, pour lequel il y a non pas un, ni deux, mais trois packages R qui peuvent assurer la conversion vers le format classique des jeux de données R, data.frame. Jeroen Ooms m’a prouvé en cinq lignes que son package était le meilleur, et j’ai pu vérifier depuis qu’il a entièrement raison3.
  3. Les fonctions conditionnelles de type if else, qui permettent par exemple de ne rien faire si aucune donnée n’a été trouvée, servent à contrôler l’exécution du script. Le code ci-dessous contient deux autres structures apparentées, while et try. Quelques détails chiants si vous ne les utilisez pas fréquemment :
    • while est un itérateur habituellement moins préférable que for (ou, dans R, qu’une vectorisation de type *apply), mais qui marche très bien ici pour lister les interventions de chaque eurodéputé(e)4.
    • try permet de continuer l’exécution même si un problème de connexion Internet empêche ponctuellement de lire une page (erreurs 404, 502, 503… amusez-vous bien)5.

Voilà pour le détail, et 30 lignes plus tard, vous pouvez récupérer les interventions de n’importe quel eurodéputé dans n’importe quelle législature (1 à 7), en utilisant son numéro d’identifiant unique (id)6.

Ça se complique encore un peu mais on y est presque. Le workflow final est le suivant :

  1. Pour chaque eurodéputé dans l’index général, extraire le numéro d’identifiant unique de l’adresse de sa page Internet, puis aller chercher ses interventions publiques dans chacune des 7 législatures parlementaires. La partie « pour chaque député » est purement itérative (for), mais la partie « chacune des législatures » est vectorisée : on va de 1 à 7, et on applique à chaque fois la fonction get_cre de 20 lignes décrite plus haut. Le seul bénéfice avéré de la vectorisation dans ce cas réside dans l’économie d’accolades et de lignes de code à gérer.
  2. Il ne reste que les soucis de format. Le premier est très simple : la partie vectorisée du code renvoie une liste, que l’on va aplatir au format data.frame avec rbind.fill, la fonction la plus utile du monde après paste (si si). Enfin, dernier problème : les fichiers JSON utilisent des listes, mais vos jeux de données sont des tableaux (i.e. des matrices avec des attributs) qui utilisent des cellules. Une liste vide est NULL, alors qu’une cellule vide est NA : welcome to the R Inferno ! Heureusement, une fois le problème détecté, il se règle en une ligne, à appliquer à chaque colonne susceptible de contenir des listes/cellules nulles/vides afin de les « purger » — sinon, pas d’écriture possible au format CSV.
  3. Prévoir, dans quelques heures, environ 1700 fichiers de résultats (car tous les eurodéputés n’interviennent pas, loin de là), pour environ 90 MB d’espace disque. Cet exemple est très « léger » et relativement rapide, mais d’expérience, vous avez vraiment intérêt à toujours penser à la taille des résultats sur disque avant de faire quoi que ce soit — à moins d’avoir la trésorerie pour détruire un disque dur de temps à autre7.

Illustration de l’avertissement ci-dessus, tiré d’un autre projet dont les résultats des modélisations font plusieurs gigaoctets de plus que les données brutes, ce qui est logique quand on utilise des simulations ou, comme ici, un bootstrap :

Screen Shot 2014-05-16 at 1.39.12 PM

On termine en écrivant poliment le nombre d’eurodéputés restants à l’écran, et avec 20 lignes de plus, l’index général est mis à profit pour télécharger, dans un dossier records à créer préalablement, les métadonnées de tout ce que les eurodéputés ont raconté en séance plénière depuis qu’il y a des données disponibles, dans des fichiers nommés UID_cre.csvUID est l’identifiant unique de chaque eurodéputé.

Ça fait 100 lignes en tout, avec quelques trucs en plus.

Le résultat à l’écran ressemble à l’illustration ci-dessous, avec des pseudo-barres de progression quand il y a des fichiers en téléchargement (je montre une exécution avec les résultats déjà présents sur le disque, d’où les « 0 » jamais suivis des « 100, 200, 300… » correspondant au téléchargement de chaque page d’interventions). Le code est exécuté dans TextMate via son plugin R, (qui doit exister pour d’autres éditeurs comme SublimeText).

Screen Shot 2014-05-19 at 9.32.46 PM

Sans avoir regardé en détail, les données intégrales ne semblent concerner que les trois dernières législatures. Le même code peut aussi collecter les opinions prononcées en tant que rapporteur, les motions, les questions écrites etc. avec à peu près autant de facilité, et pour rajouter des variables aux eurodéputés eux-mêmes, il suffit d’extraire plus d’informations de leurs pages personnelles—mais cela dépasserait le temps que je voulais passer sur cet exercice.

Je termine en pensant aux vraies feignasses dans mon genre : le code et les données en une seule archive. Add. : et si ça vous intéresse, j’ai aussi un fichier CSV de 400 MB contenant toutes les interventions orales des eurodéputés au cours des législatures 5–7 (1999–2004, 2004–2009 et 2009-2014).

  1. Les métadonnées, c’est ce que la NSA sait sur vous et sur votre grand-mère. Ça sert aussi à détecter des trucs bizarres dans les copies d’étudiants, ou à savoir qui rédige vraiment les rapports publics que vous trouvez parfois dans la presse en ligne. []
  2. Ce menu détail rend les dernières données de VoteWatch inutiles pour cet exercice, mais voici quand même un guide à leur réutilisation avec R, en trois parties : un, deux, trois. []
  3. La vignette du package explique très bien pourquoi, et en pratique, c’est l’argument flatten = TRUE qui fait la moitié du boulot de virer les listes pour mettre des colonnes, histoire que le résultat ressemble moins à un flux qu’à un tableau de données. L’autre moitié du boulot prend une ligne, lire plus haut. []
  4. La variable idx est lue dans le fichier JSON et correspond à la pagination des interventions publiques, qui sont fournies par tranche de 100 interventions en partant de zéro, parce que Javascript compte à partir de zéro. Elle est égale à 100, 200, 300 ... tant qu’il reste des pages d’interventions publiques dans la pagination du site Internet, -1 quand on se trouve sur la dernière page d’interventions. La variable est directement égale à 0 quand il n’y a aucune intervention publique. []
  5. Vu le grand nombre de pages à couvrir, N eurodéputés * P pages d’environ 100 interventions, le script va nécessairement avoir quelques soucis : il faut le réexécuter quelques fois pour arriver à télécharger tout ce qui est possiblement téléchargeable. Je laisse de côté les fonctions de mise à jour, (il suffit d’effacer les fichiers-cibles en amont). []
  6. Par exemple, le président actuel du Parlement est codé 1911, donc la fonction get_cre(1911, 7) renvoie les interventions (nombreuses, car majoritairement procédurales) de son mandat en cours. []
  7. N’imaginez même pas essayer d’écrire les résultats sur une clé USB : ce n’est pas vraiment un support froid, et je garantis à 200% que tout essai sur une clé USB de plus de 8 GB aura pour seul effet de la rendre complètement et définitivement inutilisable. []

Suivre les élections européennes

Trois sites que je recommande pour suivre les élections européennes, dont je prédis qu’elles seront, en France, (1) peu intéressantes, voire (2) très ennuyeuses. De la prédiction (1), je dérive un taux de participation français faible. De la prédiction (2), je dérive des réalignements partisans français faibles. Conclusion : si vous ne cliquez pas les liens suivants, votre comportement est rationnellement ignorant, et l’on ne pourra pas vraiment vous donner tort.

  • Éric Dupin : un chroniqueur que je suis depuis très longtemps, et dont les points de vue circonstanciés me semblent souvent justes, car prudents. Sa dernière chronique s’appelle “Vote sanction pluriel” (shorter : le vote sanction va viser les deux partis de gouvernement mais sera éclaté entre plusieurs formations).
  • Jean Quatremer : ce blog est devenu incontournable pour son côté “coulisses bruxelloises”. L’auteur est journaliste à Libération, et sa couverture de l’événement politique est plus centrée sur les individus et la redistribution des cartes du pouvoir dans les institutions communautaires : lisez par exemple son analyse de la possible “majorité anti-Barroso”.
  • Vote Watch (via) : un site de politistes britanniques, lancé pour monitorer les résultats de l’élection et surtout s’informer préalablement sur les votes précédents et le comportement des (groupes) parlementaires sur les enjeux européanisés.
  • Predict 09 (via) : plus drôle que le précédent, un site de politistes (également britanniques) qui pensent avoir mis la main sur un modèle suffisamment précis de prédiction du vote, pays par pays. Les auteurs donnent presque 10% au NPA et 4% de moins au FN (qui avait fait 9.8% en 2004).

En aparté, c’est amusant de faire le tour des amis que je connais depuis Sciences Po : à la louche, 10% ne croient plus dans les élections, 30% ne votent plus du tout, 30% ne voteront pas aux européennes, et 20% vont voter comme dans une élection nationale. Les 10% restants savent peut-être ce qu’ils font.

Post-scriptum : si vous écoutiez France Info cet après-midi, Vote Watch était annoncé à l’antenne neuf minutes après publication de cette note.

Dans les revues, vol. 1

Les nouvelles du front dans le paysage des revues scientifiques, en science politique et en sciences sociales :

  • La grande nouvelle du début 2009, c’est l’arrivée en ligne sur le portail Cairn d’une bonne pelletée de revues, et la science politique est très bien dotée : Politix, Pouvoirs (qui a aussi un chouette site dont j’ai déjà dit du bien ailleurs) mais aussi Mots et Politique européenne.

    La mise en ligne peut vraiment contribuer à désenclaver des titres comme Politique européenne, qui n’était pas très présents comme Politix ou Mots l’étaient déjà (via persee.fr et via revues.org respectivement).

    Paradoxalement, les réductions budgétaires au CNRS font que l’accès à Cairn via BiblioSHS est menacé alors même que ce portail devient un point de passage obligé pour les chercheurs francophones en SHS ; il faudra donc que les UMR ou les universités financent elles-mêmes l’accès à ce portail à l’avenir. Aux dernières nouvelles cependant, et probablement sous la pression de nombreux chercheurs mécontents, le CNRS serait en train de renégocier cela.

  • Les membres de la section de recherche en méthodes qualitatives à l’APSA ont dû recevoir le dernier numéro de sa newsletter Qualitative & Multi-Method Research, qui contient d’excellents articles sur l’inférence causale dans les études de cas.

    Les auteurs des textes seront familiers à tous ceux qui travaillent sur des études de cas qualitatives : John Gerring (cf. son excellent bouquin, bientôt en deuxième édition chez Cambridge), Gary Goertz (et hop, un deuxième excellent ouvrage de méthodologie), et évidemment David Collier (connu pour le “Collier and Collier 1991” sur l’Amérique latine, mais aussi pour le manuel de méthodologie “Brady and Collier 2004”).

    Le deuxième dossier est aussi à signaler : les articles portent sur les expériences de terrain (field experiments). Le premier texte est signé Thad Dunning, que j’avais déjà remarqué par son papier APSA sur les faits sociaux.

  • Le dernier numéro de Politique et Sociétés, la revue de la SQSP, contient le premier article publié en science politique sur “mon” objet de recherche (la lutte contre le cancer).

    Je me sens un peu moins seul désormais, même s’il s’agit d’un article de science de l’information et de la communication et pas de science politique. Le texte est signé par Benoît Lafon [site personnel] et Hélène Romeyer.

    Sur la communication (publique ou politique) et la santé, on peut aussi consulter un numéro récent de Questions de communication, par le même groupe de recherche issu du Gresec, à Échirolles (en banlieue grenobloise, à côté de mon propre labo de recherche à l’IEP Grenoble).

  • La science politique étant souvent amenée à traiter des conflits fondés sur les intérêts et l’autorité scientifiques, le dernier numéro mis en ligne de la revue Enquête sur les controverses scientifiques sera très utile aux chercheurs qui voudraient s’initier à l’étude des controverses.

    Le numéro contient notamment un texte de David Bloor, traduit en français. Cet auteur, dont les travaux représentent une branche importante de la sociologie des sciences, est peu accessible en français, ce qui m’avait poussé à publier une note de recherche et un entretien dans la revue Tracés, qui prend de l’essor en ce moment – elle aussi est passée en ligne l’an dernier, et son fondateur organise actuellement un cycle de conférences sur les SHS.