Révision générale des promesses électorales

C’est peut-être parce que la lecture de Robert Castel sur Pierre Bourdieu me renvoie quelques années en arrière que je me demande sérieusement si je comprends encore quelque chose au clivage gauche/droite, ou au mode de scrutin majoritaire à deux tours d’ailleurs.

De mémoire, l’électorat de gauche est plutôt sensible aux annonces partisanes sur l’emploi, et aurait tendance à soutenir l’intervention de la puissance publique dans le marché terriblement sous-efficient de l’emploi. La sélection des arbitrages sur l’emploi au Parti socialiste par Libération est pourtant mince :

La création de 150000 emplois d’avenir. Alors que Hollande a semblé un temps prendre ses distances avec la proposition du PS, ardemment portée par Martine Aubry pendant la primaire, d’en créer 300 000, le candidat socialiste a finalement acté au Bourget qu’il en créera 150 000.

C’est la seule promesse chiffrée sur l’emploi que Libération met en avant. Je ne suis pas spécialiste du marché du travail, mais une manipulation de 150 000 emplois me paraît résiduelle. Est-ce simplement une promesse excessivement prudente, ou aussi un effet d’apprentissage lié à la réforme des 35 heures ?

Les autres promesses sont plus ou moins baroques :

François Hollande a promis de supprimer les exonérations de cotisations sociales des entreprises qui ne respectent pas l’égalité des salaires entre hommes et femmes. (Sélection de Libération.)

Ce qui signifie que les entreprises qui assument 100% du paiement de leurs cotisations sociales peuvent ne pas respecter l’égalité des salaires entre hommes et femmes. Ça paraît mal barré pour les inégalités salariales, qui dépendent notamment de la distribution très “genrée” des durées de contrat.

Nous créerons des dizaines de milliers d’emplois en améliorant en plus le pouvoir d’achat des ménages, par rapport à leurs frais de chauffage. (Discours officiel.)

On sent vraiment la puissance intellectuelle de John Kenneth Galbraith, Paul Krugman et Joseph Stiglitz réunis dans cette phrase.

Le programme officiel du Parti socialiste est plus long, mais si j’ai bien compris la campagne de François Hollande, sa manière de s’autonomiser du parti passe par une nébuleuse programmatique différente et par la rédaction d’un manifesto individuel, beaucoup plus ramassé. Cette stratégie évoque bizarrement la Grande-Bretagne1.

Certes, ce mode d’émancipation me paraît stratégiquement moins risqué que la candidature socialiste précédente, mais l’effet de révision à la baisse sur les promesses électorales (downplayed expectations) a l’air drastique. Comment est-ce qu’un candidat qui a besoin d’atteindre le second tour peut se positionner si loin des préférences de l’électeur médian de gauche ?

Je pars du principe que ces préférences devraient contenir des attentes bien plus marquées sur l’emploi public comme privé, et c’est peut-être là que je me plante. Dans ce cas, les cours de Pierre Bourdieu sur l’État ont probablement raison de mettre l’accent sur la nature artefactuelle des problèmes publics, à la façon de Murray Edelman.

Grâce au Manifesto Project, il y a des données assez complètes sur les programmes politiques. J’ai divisé le score de la variable “Market Regulation” (per403) par le score de la variable “Economic Goals” (per408) pour obtenir une sorte d’indicateur anti-interventionniste, mais les résultats n’indiquent rien d’immédiatement visible2 :

cmp-country31-party31320-per403-per408

Les résultats pour le Parti socialiste (id. party, 31210) ressemblent à ce qu’on obtient, en agrégat, pour les partis sociaux-démocrates (id. parfam, 30). Il faudrait surtout voir si les partis qui gagnent les élections sont différents de ceux qui les perdent sur ces scores. Si aucune différence gauche/droite ou gagnant/perdant n’est perceptible dans l’ensemble, j’ai vraiment besoin de revoir ma vision des préférences électorales.

Mise à jour : 150 000 est aussi le nombre de fonctionnaires détruits sous le gouvernement actuel, comme l’a rappelé l’Élysée à Claire Chazal dans la parodie de communication publique d’hier soir, et comme le rappelle Philippe Askenazy, qui parle aussi de l’Allemagne (sujet important puisque Badinguet est devenu ordo-libéral en 2012).

  1. Le rapprochement tient à l’usage d’un document court, le manifesto, pour la communication électorale, qui remplace les listes plus longues comme les 101 propositions de “Changer la vie” ; il y a aussi un rapprochement lié à l’utilisation de groupes d’experts indépendants de la base partisane, et à l’autonomisation de la machine de campagne en règle générale, mais je connais moins bien cet aspect des choses. []
  2. Plus précisément, il n’y a rien d’immédiatement visible par rapport aux performances électorales. []

La géographie (électorale), ça sert à faire la guerre (électorale)

Chaque grand parti possède, en interne, son ou ses spécialiste(s) de la « carte électorale ». Mais ce travail d’étude et d’utilisation de la carte électorale reste souvent relativement confiné à ces spécialistes, d’autant que les spécialistes des « études d’opinion », qu’ils soient membres du parti ou collaborateurs extérieurs, jouent depuis les années 1980 un rôle de plus en plus important.

Il semble toutefois que la carte électorale connaisse un certain retour en grâce : Benoît Thieulin, responsable de la campagne Internet de Ségolène Royal en 2006-2007 et aujourd’hui patron de la Netscouade, expliquait ce matin dans l’émission « Parti pris » de LibéLabo que la CooPol, le nouveau réseau social du Parti socialiste, donnerait une place importante aux cartes électorales – a priori donc, tous les militants devraient pouvoir s’en emparer, comme aux Etats-Unis les militants de la campagne d’Obama ont utilisé d’énormes bases de données – individuelles et territoriales – pour optimiser les activités militantes en direction des quartiers et des individus les plus susceptibles de faire la différence (ce qui ne sont ni des électeurs réguliers et convaincus, ni des opposants farouches). A l’évidence, le projet de la direction du PS, inspiré par le rapport de la fondation Terranova sur la campagne d’Obama auquel Benoît Thieulin avait contribué, consiste à rationaliser l’organisation militante du PS afin d’obtenir un « rendement électoral » supérieur.

Il y a fort à parier que, si ce mouvement se confirme et trouve son équivalent dans d’autres partis, on va assister (comme aux Etats-Unis) au développement de nouveaux profils de professionnels de la politique partisane et électorale, qui seront peut-être moins des communiquants travaillant sur une vision très en surplomb et globalisante de « la société française », mais qui s’intéresseront davantage aux territoires, avec une connaissance fine des résultats électoraux. Le développement de bases de données très fines (une ANR est en cours pour constituer et exploiter une base de données des résultats électoraux au niveau du bureau de vote) alimentera probablement ce mouvement. Nos étudiants vont-ils progressivement se désintéresser des cursus en « communication politique » pour se réintéresser à la sociologie et la géographie électorales – disciplines sinistrées s’il en est du point de vue du désintérêt éprouvé par les étudiants pour elles ? Il y a en tout cas sans doute des coups à jouer du point de vue de l’offre de formation professionnalisante à proposer en science politique…

2012

  1. Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la présidentielle de 2012 ?
  2. Le cas échéant, remportera-t-il l’élection ?
  3. Quelles en seront les conséquences immédiates ?

Je ne peux pas répondre à ces questions (parce que leur structure logique ne m’y autorise pas, ce qui répond par ailleurs à un sujet du baccalauréat de cette année), mais je suis convaincu que :

  1. Nicolas Sarkozy sera candidat à sa succession.
  2. Nicolas Sarkozy remportera l’élection présidentielle.
  3. Ce sera l’un des moments les plus intéressants pour la science politique française.

La réponse 3 est évidemment très partielle, mais je pense qu’une victoire de Nicolas Sarkozy (enfin, de la droite) sera intellectuellement très stimulant pour les politistes français, qui pourront alors observer un parti politique d’opposition perdre quatre élections présidentielles d’affilée dans un régime à dominante exécutive équilibré par l’alternance.

Les dégâts seront tels pour le Parti socialiste que la traversée du désert du Parti conservateur britannique dans la période 1997-2007 aura l’air d’une promenade de santé en comparaison (voilà un champ d’étude intéressant : “j’étudie les partis politiques d’alternance qui perdent successivement N≥3 élections de premier ordre”). On peut tout imaginer, jusqu’à la disparition pure et simple du parti. Même les partis peuvent mourir.

Aussi, quand on compare la déliquescence de la gauche britannique dans les années 1960 à celle de la gauche française aujourd’hui, on réalise le long chemin de croix qui attend les élites politiques qui ne se destinent pas à “l’ouverture”. Toute l’histoire intellectuelle de la “nouvelle gauche”, celle de ses revues, de ses factions, de ses manifestes, jusqu’à la période récente, montre que la multiplication des “clubs d’idée” au sein du Parti socialiste n’est que la première étape d’un long processus, qui aboutira nécessairement à une situation de compromis entre les restes fumants de la vieille intelligentsia et les quelques nouvelles élites qui auront tiré leur épingle du jeu.

Enfin, la gauche peut encore gagner en 2012, si elle arrive à ventiler son vivier de leaders d’opposition et à faire émerger un leadership efficace en une seule année, 2010. C’est aussi probable que la production d’un joli graphique sous Microsoft Excel, mais ça s’est déjà vu.