Plein de bonnes nouvelles sur le front de l’accès ouvert aux travaux scientifiques

Lu il y a quelques semaines dans l’excellente New York Data Science Community Newsletter, ma newsletter favorite du moment (et qui a désormais son équivalent sur la côte ouest des États-Unis) :

  • SocArXiv, le dépôt de publications que j’avais signalé en août dernier, est désormais officiellement lancé !

    SocArXiv, the open access, open source archive of social science, is officially launching in beta version today. Created in partnership with the Center for Open Science, SocArXiv provides a free, noncommercial service for rapid sharing of academic papers; it is built on the Open Science Framework, a platform for researchers to upload data and code as well as research results.

  • Et dans la foulée, la psychologie s’y met aussi, avec PsyArXiv :

    Today, PsyArXiv officially launches its open access digital archive, PsyArXiv.com, dedicated to psychological science. PsyArXiv joins a growing collection of online archives in fields including physics, biology, linguistics, and sociology, by providing a free, open access outlet for new findings in the psychological sciences.

  • Toutes ces initiatives s’inspirent d’arXiv, qui a, concrètement, réglé le problème de l’accès aux travaux scientifiques dans certaines disciplines (notamment l’informatique, la physique, les mathématiques et les statistiques). La philosophie, quant à elle, a PhilPapers, même si je n’ai pas l’impression que le portail soit aussi fréquemment utilisé qu’arXiv l’est dans les autres disciplines citées.

  • Rappelons aussi, pour la forme, qu’en France, on dispose des portails HAL, HAL-SHS, TEL et autres variantes, qui, à défaut d’être superbes et/ou ergonomiques, font néanmoins un excellent travail de dissémination des publications : j’en tiens pour témoins les étudiants dont j’encadre les travaux de recherche de fin de Licence, et qui s’en servent beaucoup.

    Aparté — une documentaliste de mon ancienne UMR CNRS m’avait dit que le dépôt des publications d’un laboratoire dans HAL était obligatoire pour que la publication soit prise en compte, notamment dans les rapports d’avancement que demandent les organismes comme le CNRS, mais je n’ai pas l’impression que la consigne soit vraiment suivie. Je suis abonné au flux RSS des publications SHS:SCIPO1, et je vois passer plein de choses2, mais pas tout, loin de là.

Bref, diffuser un preprint – en lui adjoignant un DOI, pour un suivi aussi fiable que possible sur le long terme – n’a jamais été aussi facile ; et pour le code, les données et autres matériaux de réplication, il y a d’autres portails, tels que Dataverse, Figshare ou Zenodo.

Notez que toutes les initiative listées ci-dessus devraient être plus fiables, sur le long terme, que les portails privés, tels que Academia ou ResearchGate3, sur lesquels je trouve utile d’avoir un compte pour des questions de visibilité à court terme, mais où je renâcle à déposer quoi que ce soit—le rachat de SSRN par Elsevier ayant achevé de me convaincre que ces « pages Facebook pour chercheurs » sont à utiliser avec précaution.

Avant-dernière chose, la même newsletter citée en tête de billet m’apprend l’existence de l’initiative suivante :

The Open Research Funders Group (ORFG) is a partnership of funding organizations committed to the open sharing of research outputs. This will benefit society by accelerating the pace of discovery, reducing information-sharing gaps, encouraging innovation, and promoting reproducibility. The ORFG will speak in an amplified voice, and engage a range of stakeholders to develop actionable principles and policies that enable sharing and collaboration across the global research enterprise.

The Open Research Funders Group (ORFG) has its genesis in an October, 2015, meeting convened by the Robert Wood Johnson Foundation (RWJF) and the Scholarly Publishing and Academic Resources Coalition (SPARC). This forum of open access stakeholders included representatives from more than 50 organizations. It offered a unique opportunity for participants to share experiences, concerns, strategies, and questions regarding open access and open data.

Et enfin, tout dernier rappel, pour citer les amis et alliés dans la lutte pour l’accès ouvert aux travaux scientifiques : ce blog est hébergé sur Hypothèses, une plateforme de blogs scientifiques inclue dans l’initiative OpenEdition, conçue par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)4.

Ça vous fera assez d’ouverture pour la journée, ou j’en remets une « open » couche5 ?

Deux cadeaux pour terminer

  1. C’est Noël très en avance sur OpenEdition Books, qui a récemment mis en ligne les deux volumes de L’argument statistique, l’oeuvre finale du très regretté Alain Desrosières. À inclure dans vos plans de cours, et merci à l’éditeur !

  2. Et pour terminer, je découvre que j’ai complètement raté le lancement de Socius, une revue « libre accès + publication rapide » de l’American Sociological Association. Cet excellent billet d’Elizabeth Popp Berman vous en dira beaucoup plus.
  1. Eh oui, ça existe. Je suis un gros nerd, et un fanboy absolu du standard RSS, auquel avait amplement contribué le très regretté Aaron Swartz, un de mes héros personnels. Si j’avais une fille, je ne la laisserais pas se marier à quelqu’un qui n’a pas de lecteur RSS. []
  2. En ce moment, je découvre, par exemple, les passionnants travaux de l’historien Jacques Sémelin, et ce grâce à HAL-SHS. []
  3. De même, Google Scholar, qui est simplement un dérivé de l’indexation de Google et qui ne permet pas de déposer quoi que ce soit, ORCID, qui fournit une sorte d’identifiant unique pour les chercheurs, ou Publons, qui se concentre sur l’activité de peer review. []
  4. Je siège par ailleurs dans l’un des conseils scientifiques d’Hypothèses. []
  5. Pour passer la deuxième couche, il y a ces slides hyper-denses de Jérome Valluy. []

Bravo Marin ! (et vive le Cléo)

Marin Dacos, Pierre Mounier (photo : Élodie Picard)

Photo : Marin Dacos et Pierre Mounier en 2009, à l’occasion du cours “Outils de publication web : comparaison et évolutions” à l’Université d’été de l’édition électronique ouverte. Photo d’Élodie Picard (Cléo).


Marin Dacos, que je connais depuis une dizaine d’années et qui m’a fait l’honneur de m’embarquer dans les aventures de ce qui allait devenir plus tard le Cléo1, a récemment reçu une médaille scientifique bien méritée2.

Bravo Marin ! Et bravo à toute l’équipe que tu as rassemblée au fil des années. J’ai une pensée particulière pour Pierre Mounier, engagé à tes côtés sur les questions d’accès ouvert à la recherche depuis le début.

Et je dis bien “engagé”, car si je n’ai compris qu’une seule chose au sujet de l’édition scientifique au cours des dix dernières années, c’est qu’il s’agit bien d’une lutte, acharnée même, en France comme à l’étranger, et d’un combat très déséquilibré de surcroît, aussi bien en termes de ressources mobilisables par chacun des protagonistes qu’au niveau de l’information qui fonde les positions des uns et des autres.

Pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, un round supplémentaire du combat est en train de s’écrire en ce moment même outre-Atlantique. À suivre, en espérant que les chercheurs français finissent un jour par tous comprendre ce qu’apporte une unité de services telle que le Cléo, qui – enfonçons un peu plus loin le clou – ne doit sa légitimité actuelle qu’à un combat de longue haleine contre toutes sortes d’institutions et de positions favorables à un accès payant, à des coûts prohibitifs, à la recherche scientifique publique.

Pour terminer sur une autre parenthèse personnelle, à la même époque où je rencontrais Marin et Pierre pour la première fois, grâce notamment au petit milieu que constituait alors le blogging scientifique francophone, j’avais également rencontré Lawrence Lessig, qui faisait campagne pour Creative Commons.

J’ai tiré de toutes ces rencontres quelques recherches sur les politiques du droit d’auteur sur Internet, mais j’en ai surtout tiré quelques solides convictions sur l’accès à la connaissance, convictions qui n’ont pas varié d’un iota depuis.

Aujourd’hui, j’ai bon espoir que ces convictions soient aujourd’hui mieux représentées dans le champ scientifique, toutes générations confondues, et je sais que je dois cet espoir à des gens comme Marin et Pierre en France, et d’autres comme Lawrence Lessig à l’étranger.

Ajout du lendemain : sur un sujet connexe, et sur cette même plateforme, voir ce billet présentant Sci-Hub et son enjeu sous-jacent, c’est-à-dire la lutte contre le racket de la publication scientifique.

  1. Plus précisément, en 2008, Marin m’a proposé de rentrer au comité scientifique de la plateforme Hypothèses, dont je m’efforce, avec plus ou moins de succès, de suivre les discussions depuis. []
  2. La médaille émane d’un organisme qui, malheureusement, persiste à se ridiculiser en éditant tout un tas d’élucubrations vaseuses sous le nom de “sociologie de l’imaginaire”, mais bon, ce n’est pas le sujet ici, même s’il faudra y revenir. []

#INISTGATE

Vous aurez peut-être déjà entendu parler de l’affaire Elsevier, cet éditeur scientifique qui est arrivé à faire se mettre en colère des mathématiciens (parmi d’autres). Aujourd’hui, c’est au tour de l’INIST d’être au centre d’une controverse qui, comme les autres, n’ira nulle part tant que les systèmes de publication (qui incluent les chercheurs eux-mêmes et les revues) ne sont pas réformés1.

Le problème avec l’INIST est très simple : lorsque je publie un texte à titre de militant associatif dans une revue en libre accès, je ne m’attends pas à ce que l’INIST le mette en vente2. C’est pourtant ce dont je me suis rendu compte récemment, ce qui m’a rappelé l’existence de leur service Refdoc, l’équivalent du Minitel pour la publication scientifique à l’heure d’Internet. L’INIST a confirmé par email mon droit d’opposition à une diffusion payante de mon texte — dont acte.

Voilà qui en dit long sur l’ambivalence des politiques nationales en matière d’accès scientifique, et sur les errances du modèle dominant en matière de publication scientifique. Je ne sais pas par où il faut commencer pour décrire les problèmes du modèle actuel, mais plusieurs sont assez bien documentés : on entend ponctuellement parler des difficultés du peer review ou des biais de publication, par exemple.

Ces problèmes montrent bien que, sans s’y résumer, le problème du profit dans l’édition scientifique est aussi lié à celui de la fraude, ce qui devrait être une condition suffisante pour s’en soucier. Mais si la plupart des problèmes scientifiques ont cette double dimension éthique et internationale, celle qui concerne l’INIST est un enjeu hexagonal qui peut se résumer à une violation massive du droit moral des auteurs ne souhaitant pas que leurs textes fassent l’objet d’une diffusion commerciale3.

Le CNRS a été réformé à tort et à travers, mais apparemment pas de manière à sérieusement interroger certains de ses programmes ; en tout cas, je n’y vois pas de place pour un service de revente de textes scientifiques sans accord avec la communauté qui les produit.

  1. À noter aussi qu’une partie des agents réformateurs de ces systèmes est extérieure ou périphérique au champ scientifique. []
  2. J’ai vérifié entre-temps que l’éditeur de la revue n’avait rien signé avec l’INIST. []
  3. L’opposition à la commodification est aux origines de plusieurs mouvements “free” (software) ou “open” (source, access, science, data, knowledge, etc.), sans que ceux-ci s’y résument. []