Actualité de la loi d’airain de l’oligarchie

Roberto Michels enseignait jadis, en partant de l’étude du Parti social-démocrate de l’Allemagne d’avant la Première guerre mondiale, qu’il existe une « loi d’airain de l’oligarchie » selon laquelle, en régime démocratique, l’organisation nécessaire à la compétition électorale conduit les partis, fussent-ils démocratiques, à être bientôt dominés par une minorité, une élite. « Qui dit organisation, dit oligarchie ».
Bien que le caractère de « loi » en fut contesté, cette régularité a été maintes et maintes fois confirmée par la sociologie politique, et constitue toujours le socle de l’essentiel des travaux s’intéressant aux partis et organisations politiques.

Je fais ce billet à la suite de la tempête dans un verre d’eau qui a éclaté après la vraie-fausse interview d’Alain Lipietz dans Rue89, titrée « Duflot vendrait père et mère pour devenir ministre », phrase que Lipietz nie avoir prononcée.
Au-delà de savoir ce qui a été dit ou pas, et comment, et s’il fallait le publier (Daniel Schneidermann fait des remarques intéressantes reproduites sur Rue89), ces propos soulignent un point intéressant et qui n’a finalement rien de particulièrement scandaleux. Il dit en substance que Europe-Ecologie les Verts (EELV) est aujourd’hui dirigé par une génération (ou des générations – après tout, entre Jean-Vincent Placé et Stéphane Sitbon-Gomez[ref]Âgé de 25 ans, celui qu’on surnomme « Yop » est l’un des plus proches collaborateurs de Cécile Duflot depuis plusieurs années, et le directeur de campagne d’Eva Joly.[/ref], il y a bien une génération) dont la politique est le métier – par contraste avec sa génération.

Le constat d’Alain Lipietz n’est pas rigoureusement exact : dans sa génération, celle des fondateurs des Verts au début des années 1980, certains – comme Dominique Voynet, par exemple – sont devenus des professionnels de la politique. Mais il est vrai que, compte tenu de la structure d’opportunité qui était celle qui a présidé à leur engagement, celui-ci ne pouvait pas être motivé par la volonté de construire une véritable « carrière » politique. Du coup, la professionnalisation politique est passée par la transformation de capitaux (comme dans le cas de Lipietz lui-même, chercheur au CNRS et jouissant d’un réel capital scientifique, devenu professionnel de la politique/député européen).

Pour autant, ce que dit Alain Lipietz est globalement exact. Les « jeunes » militants et dirigeants d’EELV ont aujourd’hui des perspectives de carrière politique sans commune mesure avec celles d’il y a vingt ans ou même dix – ce qui renvoie au texte classique de Daniel Gaxie sur « les rétributions du militantisme ». La conséquence en est que le parti peut faire vivre des gens – dès lors se creuse inévitablement le fossé entre ceux qui vivent de la politique et ceux qui vivent pour la politique, pour reprendre la célèbre distinction wéberienne.
Au passage, la référence de Lipietz au « profil MJS » m’a fait sourire, moi qui y suis brièvement passé, et ait été plus tard un animateur national de Fac verte, dont la fonction objective aura bien été de permettre à un certain nombre de militants l’accumulation primitive de capital politique nécessaire à en faire une carrière (pas nécessairement chez EELV d’ailleurs, plus largement dans l’ensemble des structures, notamment associatives, qui composent la nébuleuse écologiste). Il est clair que la structuration d’un (ou, dans le cas de l’écologie politique, de plusieurs…) mouvements de jeunesse participe très fortement à la professionnalisation d’une organisation politique.

Une dernière réflexion enfin : le Front national, auquel j’ai quelque raison de porter une attention soutenue, connaît exactement le même processus de professionnalisation que les Verts [ref]Rappelons d’ailleurs que si le FN est un parti plus ancien, puisque créé en 1972, il émerge électoralement au début des années 1980, en même temps que les Verts.[/ref]. Toute la glose autour de la succession de Marine Le Pen à son père ne saurait cacher que c’est fondamentalement une génération qui a pris le pouvoir au Front, celle que j’appelle des « sabras », ceux qui ont commencé politiquement au Front, et ont bien l’intention de vivre de la politique. Et pour cela, dans le système politique français en particulier (plus un système est proportionnel et décentralisé et moins c’est vrai), il faut s’emparer du pouvoir d’Etat. On comprend mieux dans ces conditions la stratégie de la direction du Front, qui devrait selon moi aboutir à terme à des alliances – sous une forme ou une autre – avec l’UMP, selon l’exemple italien de la Lega Nord (plus que d’Alleanza nazionale).