Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Mon exemple favori d’erreur d’inférence écologique

Ce billet traînait depuis plus d’un an et demi dans les brouillons du blog : le texte date de mai 2015. Je le publie sans retouches, mais vous aurez bien noté que le « peu de temps » dont je parle au début renvoie à cette période, c’est-à-dire aux premiers mois ayant suivi l’attentat contre Charlie-Hebdo.

Il y a peu de temps, Nonna Mayer et Vincent Tiberj ont pris le temps de fournir quelques résultats sérieux sur la sociologie des participants à la « marche républicaine » qui a suivi les attentats de janvier. Leur tribune répond au dernier ouvrage d’Emmanuel Todd, qui s’est basé sur différentes corrélations géographiques pour affirmer que les participants de la « marche » étaient… autant le laisser s’expliquer :

À la suite des travaux de Durkheim sur le suicide, ou de ceux de Max Weber, mon but, c’est de faire comprendre aux gens les valeurs profondes qui les font agir et qui ne sont généralement pas celles qu’ils imaginent. Quand on observe la carte des manifestations, la première chose qui frappe, c’est ce que l’Insee appelle avec élégance la prédominance des « cadres et professions intellectuelles supérieures ». C’est elle qui permet de comprendre l’importance qu’elles ont prise à Paris, Toulouse, Grenoble, etc.

Cette « chose qui frappe » s’enseigne d’ailleurs depuis des décennies en première année de sciences sociales : la participation politique (conventionnelle, comme le vote, ou pas, comme la manifestation) est inégalement distribuée en fonction, notamment, du plus haut niveau de diplôme obtenu. Mais c’est la suite du raisonnement qui contient le ressort argumentaire principal de Todd. Accrochez-vous :

L’autre variable qui, pour moi, d’une certaine manière, est encore plus importante encore, c’est la surmobilisation des vieilles terres issues du catholicisme. Là, il faut que je rappelle ma théorie des deux France, un modèle avec lequel je fonctionne depuis longtemps déjà. D’un côté nous avons la vieille France laïque et républicaine – le Bassin parisien, la façade méditerranéenne, etc. –, la France qui a fait la Révolution en somme. De l’autre, il y a la France périphérique : l’Ouest, une partie du Massif central, la région Rhône-Alpes, la Lorraine, la Franche-Comté. Ce sont les régions qui ont résisté à la Révolution et dans lesquelles l’imprégnation catholique est restée très forte jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. […]

Eh bien, ce qui a inspiré ma méfiance immédiate, c’est que le 11 janvier, la mobilisation a été du simple au double entre la France de tradition athée et révolutionnaire et cette France périphérique, historiquement antirépublicaine. Ce sont les régions les moins républicaines par le passé qui ont le plus manifesté pour la laïcité, avouez qu’il y a là quelque chose d’étrange. En somme, les bastions ex-catholiques sont les endroits où on a le plus milité pour le droit au blasphème. Si on compare Marseille et Lyon, on voit même que l’intensité des manifestations est du simple au double. Qu’on ne vienne pas me dire dans ces conditions qu’il s’agit de la même laïcité que celle d’hier !1

Nonna Mayer et Vincent Tiberj rappellent ce qui doit inspirer une « méfiance immédiate » dans ce type de raisonnement, en faisant référence à William S. Robinson et à l’inférence écologique, que j’adore illustrer (pour enseigner le paradoxe de Simpson) avec cette slide, qui est d’ailleurs précédée d’un rappel de l’exemple historique de Robinson, qui concernait l’illettrisme2 :

ei

La propension à la mobilisation au niveau régional

Bon, soyons charitable avec Todd. Supposons qu’il ait raison, et qu’une fois le niveau de diplôme pris en compte, la propension à se mobiliser « pour la laïcité » et « pour le droit au blasphème » le 11 janvier soit différente d’une région à l’autre, en rapport à l’héritage catholique régional. Après tout, la réponse que lui font Nonna Mayer et Vincent Tiberj ne dit rien de la géographie des participants.

En revanche, pour que cette différence soit autre chose qu’un artefact, il faut qu’à niveau de diplôme égal et en dehors du contexte du 11 janvier, les habitants des différentes régions françaises aient la même propension à la mobilisation, sinon le lien avec la laïcité se retrouve pris dans un ensemble d’explications possibles au différentiel de mobilisation qu’observe Todd, sans distinction possible sinon de manière subjective.

On va donc prendre les données de l’European Social Survey (ESS) et regarder ça de plus près pour les années 2010 et 2012 (les années précédentes n’utilisent pas les mêmes regroupements géographiques, ce qui rendrait l’analyse plus longue qu’une pause-café). L’une des questions posées dans l’ESS (variable pbldmn) devrait faire l’affaire :

Il existe différents moyens pour essayer d’améliorer les choses en France ou pour empêcher que les choses n’aillent mal. Au cours des 12 derniers mois, avez‐vous fait l’une des choses suivantes ? … Avez‐vous pris part à une manifestation autorisée ?

On va vérifier, en langage Todd où les régions parlent d’elles-mêmes, que les différentes régions françaises répondent « oui » dans la même proportion à cette question. Voici la carte des « réponses régionales », en pourcentage des enquêtés et en tenant compte du schéma de pondération qui fait toute la qualité de l’enquête :

ess_pbldmn_1000_500

Comme on pouvait s’y attendre, la propension à manifester varie dans l’espace et dans le temps, selon des régularités qui ne s’observent pas au niveau régional : les cartes ne montrent pas les erreurs standard, qui sont conséquentes (certaines régions ne sont « représentées » que par quelques dizaines d’enquêtés), et ne disent rien du profil socio-démographique des résidents, qui varie (aléatoirement) d’une vague de l’enquête à l’autre.

On pourrait s’amuser à aller plus loin, mais pour quoi faire ? Les données ESS ne révèlent qu’une seule chose de manière stable, qui correspond à ce qu’expliquent Nonna Mayer et Vincent Tiberj à partir de données différentes : la propension à la mobilisation est nettement plus faible à droite, et plus nettement forte chez les diplômés (je ne montre pas les coefficients, mais vous pouvez faire tourner le modèle chez vous).

Pour détecter un effet géographique du style de ce que décrit Todd, il n’y a que deux manières de s’y prendre. La première consiste à réunir des données aussi granulaires que possible, de les faire passer dans un modèle multi-niveaux, et d’en tirer des conclusions prudentes sur tel ou tel prédicteur. La seconde consiste à avoir une théorie et beaucoup, beaucoup d’assurance.

  1. La dernière phrase est sublime, n’est-ce pas ? C’est extrait d’un entretien au Nouvel Obs du 30 avril 2015. Le journaliste lui sert d’ailleurs complètement la soupe. Je n’ose pas citer le site Internet sur lequel j’ai récupéré l’extrait. []
  2. Les états américains où l’illettrisme était le plus fort était ceux où il y avait le moins d’immigrés, alors que le fait d’être né à l’étranger est un prédicteur individuel de l’illettrisme. Le paradoxe du vote des riches et des pauvres aux États-Unis est un autre exemple. []

Classements, mobilisations, sur les autres blogs Hypothèses

Les mobilisations 2008-2009 dans le secteur universitaire continuent en ligne : une note de Sylvain Piron revient sur les classements, un dispositif de contrôle de la performance très répandu dans l’enseignement supérieur comme dans d’autres secteurs1 ; et un nouveau blog couvrira le séminaire alternatif de l’EHESS, qui vient de débuter.

  1. On pense, par exemple, aux classements et palmarès d’hôpitaux. []

Le point sur les syndicats français

Les auteurs qui placent leurs dernières productions scientifiques sur le serveur HAL-SHS permettent de faire des recherches rapides sur des thèmes d’actualité, en se servant du moteur de recherche par mots-clé.

L’actualité est actuellement très chargée pour les enseignants-chercheurs, qui se mobilisent massivement (l’actualité de ce mouvement est suivie par Agora et par les blogs listés dans le dossier de La vie des idées). Mais qu’en est-il du mouvement syndical général en France, dont on sait qu’il a organisé une journée d’action un peu plus tôt dans l’année ?

Sur ce thème, un premier papier utile est celui de D. Labbé et D. Andolfatto au 2e Congrès international des associations francophones de science politique (Laval, Québec) :

Les syndicats français sont-ils toujours des vecteurs de mobilisation sociale ?

Examen des changements intervenus en un demi-siècle dans le répertoire d’action et le référentiel des syndicats français. On est passé d’un modèle de la mobilisation sociale à un système de groupes de pression en lutte pour le partage de positions de pouvoir et de ressources publiques. Cette évolution coïncide avec un affaiblissement continu des effectifs syndiqués et un émiettement des organisations. On montre également que cette évolution permet des changements rapides dans les relations industrielles qui rapprochent la France du modèle nord-américain. Plusieurs indices laissent penser que ces changements sont globalement peu favorables aux salariés français. Enfin, la notion de « groupe de pression » est complétée par deux concepts : « entrepreneurs de morale » et « partis de cartel ». [halshs-00150674]

Les mêmes, au XVIIIème congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française (Istanbul, Turquie) :

Le syndicalisme à la française en débat : la transformation “négociée” d’un système de relations professionnelles. Révolution ou achèvement d’un modèle ?

En janvier-avril 2008, une négociation entre syndicats et patronat a abouti à une “position commune” et à une loi pour la refonte des règles de représentativité et de la négociation collective en France. On trouvera ici un exposé des positions des principaux acteurs (CGT, CFDT, MEDEF) et du pouvoir politique. Les nouvelles règles assoient la “représentativité” syndicale sur l’audience électorale avec des seuils visant à éliminer les petites organisations ; les mises à disposition de personnel par les entreprises sont légalisées ; une transparence limitée des ressources syndicales est mise en oeuvre. Ce nouveau dispositif rénovera-t-il la “démocratie sociale” – selon son objectif – ou aggravera-t-il la crise des syndicats, achevant leur transformation en “cartels” privés de base sociale ? [halshs-00349255]

Voir aussi l’ouvrage Histoire des syndicats (1906-2006), Paris, Seuil, 2006, toujours des mêmes auteurs.

Quelques variations, enfin, sur le même thème, par S. Béroud, “Le mouvement syndical au miroir des élections de 2007 : les redéfinitions complexes du rapport au politique” :

Cet article se propose d’analyser les transformations des rapports entre l’univers syndical et l’univers politique. Cette question peut être abordée par l’étude des pratiques d’engagements multiples des militants. Mais cette dimension, aujourd’hui en déclin, doit être complétée, par l’analyse des formes d’articulation entre syndicats et partis, notamment dans leurs conceptions de leurs champs d’intervention. La CGT et la CFDT se sont appliquées à redéfinir, dans leurs discours, les limites de l’intervention syndicale, liant leur légitimité à agir dans le domaine des relations professionnelles à une conception de celui-ci comme un espace autonome, préservé du politique. A l’opposé, le PS et l’UMP n’hésitent pas à intervenir dans les débats syndicaux, se réappropriant une partie des propositions et se posant en détentrices du savoir sur le « bon modèle » de syndicalisme à promouvoir, ce qui prive justement les syndicats de cette autonomie qu’ils prétendent leur reconnaître. [halshs-00154337]