“Facebook manipule vos émotions” : Milgram 2.0

Les médias n’ont eu aucune difficulté à médiatiser ad nauseam la dernière actualité du réseau social Facebook : en manipulant les informations que lisent plusieurs centaines de millions d’utilisateurs, on peut créer une variation de sentiment de quelques points de pourcentages — et qui correspond, en pratique, à trois fois rien.

Faire varier l’opinion d’un ou plusieurs iotas est inscrit dans l’ADN des médias, et si le verbe “manipuler” est remplacé par le verbe “personnaliser”, on retombe sur la définition de la page d’accueil de Google ou du Monde : de l’information, et beaucoup de publicité, taillée sur mesure pour l’utilisateur, en partie grâce aux données des autres utilisateurs.

Or, les utilisateurs Facebook ne se sont pas tous fait une raison sur le fait que “quand on ne paie pas, on est le produit”. Cette expérience n’est pas unique et ses résultats ne sont pas si encourageants que ça, mais sa grande échelle fournit un bon motif à chacun pour s’indigner de cet état de fait.

Du coup, bien que tout soit écrit noir sur blanc dans les conditions d’utilisation (que personne ne lit) et que n’importe quel essai clinique contrôlé pose exactement les mêmes questions (élevées au risque de vie ou de mort dans certains cas), c’est le cocktail, très efficacement servi par Facebook aux médias, qui fait le plus de bulles, à partir de :

  • 90% d’eau claire (les effets sont de très faible magnitude)
  • 9% de big data (sans guillemets : n > 500 000, bitches)
  • 1% de Milgram 2.0

Le dernier ingrédient concerne les normes éthiques qui s’appliquent aux expériences contrôlées : Facebook semble avoir suivi les normes états-uniennes en la matière, en validant son étude auprès de l’IRB, mais ces normes sont récentes et jamais complètement consensuelles.

Et surtout, on ne sait pas ce que Facebook va faire de ces résultats : si la finalité d’une expérience contrôlée est claire dans le cas d’un essai clinique, elle l’est moins dans le cas d’un réseau social, d’autant plus que les publicitaires n’avaient pas besoin de cette étude pour acheter ses services.

En définitive, c’est ce dernier travestissement qui peut poser problème : sous couvert de mener une recherche inductive de sociologie appliquée à l’insu de votre plein gré, Facebook vend sa force de frappe publicitaire, et votre réaction indignée fait partie intégrante de la stratégie de diffusion auprès des futurs investisseurs.

Milgram, peut-être, mais “2.0”.

Quelques notes sur la diffusion des campagnes sur Internet

Hier soir, “Place de la toile” sur France Culture faisait son bilan provisoire de la « web campagne ». J’ai noté, rapidement et sans intention d’être exhaustif avec les impressions des journalistes présents :

  • Les sites de vitrine et les sites de mobilisation sont découplés. Les équipes reflètent la rigidité des hiérarchies partisanes, souples (amateurs, militants) ou rigides (élus, conseillers). C’est une manière de redécouvrir les “machines” partisanes, leurs inégalités de ressources et l’importance qu’ils allouent à leur colonne dorsale de permanents et d’élus.
  • À travers les “timelines” citées, celles de Nicolas Sarkozy et d’Humour de droite, on redécouvre le principe de la chronique parodique, façon “shorter Patrick Rambaud”, ou son ancêtre, le roman-feuilleton. Les réseaux sociaux apportent l’immédiateté, la concision et la compétition autour du “fact-checking”, qui laissent les journalistes professionnels naturellement assez mitigés.
  • Le “participatif”, façon “Désirs d’avenir” (qui s’auto-parodiait en partie), est très limité, et les effectifs mobilisés par Internet (en tant que “fans”, “likes”, etc.) restent faibles. L’un des invités fait une comparaison rapide avec l’Italie, mais j’aimerais voir des comparaisons systématiquement rapportées à la population ; son analyse est néanmoins crédible, dans la mesure où les partis français sont aussi loin d’être des partis de masse.

Une grande partie de tout ça naît du plagiat entre partis, et aussi de l’imitation avec ce que l’équipe de campagne de Barack Obama avait organisé pour l’élection de novembre 2008, plagié entre-temps par le site Internet de l’Élysée. Cette nouvelle vague de mimétisme est assez amusante, dans la mesure où l’équipe de Barack Obama est en train de tout remettre à plat de son côté pour novembre 2012, avec des modifications très importantes dans sa stratégie “MyBO” (vidéo, mobile, etc.).

Je me tiens au courant de ces changements en observant le suivi des propositions sur Hadopi, qui reste le dossier le plus saillant de la “politique numérique” des partis. Les groupes sociaux qui ont organisé la mobilisation contre les lois DADVSI et HADOPI ont réussi à conserver ce statut d’exception sur Internet au fil du temps, aidés dans ce travail par les rédactions des médias en ligne1.

Pour terminer un billet sur la communication politique, quoi de mieux que cette sublime illustration de l’échange de biens matériels et symboliques autour du vote ? Ça me rappelle les étudiants de mon cours d’introduction à la science politique qui se demandaient pourquoi je passais autant de temps à leur parler d’Alexis de Tocqueville et de Serge Dassault dans les mêmes paragraphes. Je trouve cette rencontre des nouveaux médias avec un garde-champêtre presque septuagénaire baroque et désopilante.

  1. Je cherche à écrire une liste plus systématique de ces rédactions, incluant quelques médias américains qui touchent aussi un lectorat en France, comme Ars Technica, BoingBoing, Gawker, Mashable et Wired. Ma liste inclut Écrans, Owni, Électron Libre, InternetActu, ReadWriteWeb, RSLN et ZDNet, mais surtout, en volume d’activité, Numerama (ex-Ratiatum), PC Inpact et probablement Rue89, qui liste plein de sources. Ma référence favorite reste TorrentFreak, pour son comparatisme engagé, complétée de quelques émissions sur France Culture et de comptes Twitter comme HadopInsiders. []

Trois sites Internet dont les étudiants ne savent pas (tous) se servir

Ou, pour les optimistes, trois sites Internet dont les étudiants apprennent à se servir au fil de leurs études :

  1. Wikipedia. Le génial projet d’une encyclopédie en ligne modifiable par “tous” requiert un minimum de discernement du côté des lecteurs. Je me souviendrai toute ma vie de ma deuxième copie, corrigée à Édimbourg, où une étudiante en troisième année de sociologie avait basé deux pages de définition du liberalism sur l’entrée Wikipedia du même nom.
  2. Google. Si je me base sur les liens qui apparaissent dans les bibliographies d’exposés, l’algorithme PageRank est apparemment un excellent moyen de hiérarchiser l’information nécessaire pour rédiger un travail universitaire. Et pour une raison qui m’échappe totalement, Google Scholar reste inconnu de l’immense majorité des étudiants.
  3. Facebook. J’aime bien Facebook, mais je ne comprends toujours pas (et ne comprendrai probablement jamais) le besoin vital d’y jeter un coup d’oeil toutes les quinze cinq minutes. Si l’on rajoute les autres distractions, le temps de cerveau disponible en cours tend vers zéro. Une raison suffisante pour confiner les ordinateurs portables à leurs sacoches ? Nouveau débat ?

Attention, je n’ai pas écrit que les enseignants-chercheurs savaient mieux se servir d’Internet que les étudiants… Je suppose que, dans les deux cas, on a affaire à une distribution log-normale standard, c’est-à-dire avec beaucoup de personnes peu voire pas formées, ou pire, pensant l’être, et des minorités de plus en plus réduites au-delà du niveau qui devrait être le niveau standard. Ce n’est pas très sympathique de le faire remarquer, mais cela me semble vérifié par l’expérience, comme plein d’autres choses pas très amusantes.

Est-ce que c’est le début des cours qui me déprime comme ça ? ou juste un mécanisme d’auto-défense face à mon syndrome de l’imposteur, qui revient toujours à la charge en début de semestre face aux cours magistraux ?

Les effets politiques des blogs : rapide synthèse spéculative

Une suite d’événements sans relation les uns aux autres m’a permis de redécouvrir les résultats de l’enquête Mediapolis dans un texte d’un politiste et (ancien ?) blogueur, Thierry Vedel.

L’enquête Mediapolis confirme des phénomènes observés aux États-Unis. L’utilisation Internet ne résorbe pas les inégalités de participation politique, dans la mesure où Internet participe à la reproduction numérique des inégalités sociales (dont font partie les inégalités de compétence politique, de politisation et de participation civique et politique), et ce y compris chez les jeunes. Ses effets polarisants sur l’électorat ne modifient pas radicalement le paysage politique, et les contributions politiques en ligne ressemblent d’assez près aux contributions hors-ligne.

Même si l’hypothèse nulle ne se vérifiait pas, et qu’Internet et/ou les blogs devaient avoir un effet politique, il faudrait encore montrer que cet effet peut être suffisamment important par rapport aux effets des médias traditionnels. Ces effets incluent : lancer des scandales de très grande ampleur, fournir des arguments déterminants dans le débat politique, provoquer un afflux d’activisme chez les militants, ou augmenter substantiellement les contributions financières pour un parti politique.

On peut trouver des exemples de ces effets en suivant le scandale autour de Liliane Bettencourt, en repensant au scandale autour de Monica Lewinski, ou encore en se souvenant de l’enseignant qui avait défrayé la chronique lors du débat sur le traité constitutionnel européen. Mais il est rare que ces exemples soient correctement estimés ; une exception notable est le Colbert Bump aux États-Unis : un passage dans cette émission satirique a des retombées financières significatives pour ses invités politiques.

Ces résultats ne signifient pas que certains aspects d’Internet, notamment les blogs, ne puissent pas produire des effets transformatifs dans l’espace politique : les blogs sont très lus dans les milieux journalistiques et politiques, ce qui suffit à anticiper ces effets ; comme le dit assez justement Régis Debray, en France, personne ne lit la presse à l’exception des journalistes et des hommes politiques, ce qui suffit largement à lui donner un rôle prédominant dans la compétition partisane et électorale1. Twitter semble avoir acquis le même statut que les blogs à cet égard.

Pour le moment, ces effets transformatifs ne sont pas précisément identifiés, ni mesurés, même s’il est simple d’observer anecdotiquement certains de ces effets. Plusieurs auteurs se sont lancés dans des démonstrations plutôt abstraites autour de ces effets, mais sans fournir un discours cohérent et empiriquement vérifié2 ; pire, certaines théories tiennent plus de l’oracle grec que du raisonnement, et servent à créer des effets de mode chez les personnes qui iront investir dans Internet et les blogs (en leur accordant des accréditations presse, par exemple) à des fins politiques.

Ce lien clientéliste n’est pas le signe d’une relation de cause à effet avérée entre blogs et politique, et tient plutôt de l’opération commerciale ; les participants à ces opérations ont par conséquent intérêt à investir dans le mythe des effets politiques des blogs s’ils veulent préserver ce qu’ils ont arraché au journalisme sur ce terrain. C’est d’ailleurs au niveau commercial que le lien entre blog et journalisme est le plus évident, les seconds craignant de se voir démunis d’une partie de leur capital (financier, professionnel) par les premiers, de même que d’autres dans le champ intellectuel craignent de voir Internet dévaloriser leur pratique d’occupation de l’espace public sur des “crédentiels” littéraires et intellectuels somme toute assez flottants3.

Ces prises de position, qui se comprennent à partir d’une sociologie basique des professions, survivent également grâce à une incompréhension mutuelle des règles de fonctionnement de chaque groupe : le journalisme ne s’est pas particulièrement illustré dans son interprétation du blogging, si l’on s’en réfère par exemple à l’article de Xavier Ternisien sur les pigistes des “rédactions Web”4 ; les blogueurs qui se plaignent de ne pas être considérés comme de vrais journalistes ignorent (parfois sciemment) les contraintes de cette profession ; et la classe politique se laisse en partie rouler dans la farine par ses équipes de communicants, mais en partie seulement, car l’enrôlement des médias, quels qu’ils soient et quels que soient leurs effets réels sur les résultats électoraux, peut être stratégique même si elle se fonde sur des croyances très limitées, voire erronées, sur le fonctionnement réel des phénomènes médiatiques.

Le rôle exact laissé à la rationalité des calculs stratégiques dans ces jeux de position (entre blogs, médias et politique) est une donnée très élusive, qui justifie l’emploi d’hypothèses d’arrière-plan dans la détermination des effets causés par les uns sur les autres. Mais ces hypothèses restent d’un intérêt très limité sans que l’on y adjoigne un corpus de données empiriques méthodiquement constitué, et que l’on y applique des méthodes d’analyse elles aussi publiquement éprouvées. Ce travail reste en grande partie à faire, et des groupes de recherche français et internationaux y œuvrent déjà. les résultats seront sans doute plus intéressants que l’ensemble des raisonnements spéculatifs plus ou moins plausibles que l’on peut construire autour des blogs et de la politique, catégorie dans laquelle je range par ailleurs la présente analyse, même si je la conçois comme marginalement mieux informée sur le plan sociologique et bénéficiant d’une expérience assez éprouvée du blogging.

  1. À noter que Régis Debray parlent de “corporations” journalistiques et politiques, ce qui se rapproche un peu trop à mon goût d’une argumentation passéiste et/ou démagogique à l’égard des deux groupes, même si j’ai moi-même acquis une partie de ce discours, notamment par mon activité de recherche scientifique. []
  2. Un exemple est à lire chez ce critique de Thierry Vedel, par ailleurs tout à fait appréciable (c’est mon lien de solidarité avec tous les rôlistes de la planète qui s’exprime ici), mais qui se contredit assez souvent dans ses positions. []
  3. Je veux dire qu’à part leur position sociale et leurs réflexes conservateurs, qui en font les derniers vrais agents d’une conscience de classe mais en haut de la hiérarchie sociale, on se demande d’où provient leur titre d’intellectuel. Quand on lit une histoire des intellectuels français, on a du mal à y intégrer Bernard Henri-Lévy ou Alain Finkielkraut sur des critères autres que fonctionnels et formalistes (le premier semble posséder une connaissance spéculative de Daniel Pearl, des États-Unis ou de la philosophie ; le second est l’inventeur du “pogrom anti-républicain” lors des émeutes de novembre 2005, remarque qui établit à elle seule la nécessité d’une recherche scientifique de qualité sur les banlieues, la pauvreté et l’anti-sémitisme). []
  4. Cette cécité est en grande partie liée à un effet de champ, ce qui fait que j’entérine le ton du lien cité à titre de blogueur, pas à titre de scientifique. Cette position de scientifique n’est pas neutre non plus : la position de la “tour d’ivoire” face aux champs journalistique et politique est un construit social dans lequel je me place volontairement et subjectivement. []

Franck Louvrier et son potentiel démocratique

Aucune définition opérationnelle de la démocratie ne requiert que les élites dirigeantes disent la vérité à leurs électeurs, ce qui se comprend très bien à la lecture de la colonne de Franck Louvrier dans Le Monde de ce soir. Pour rappel, “Franck Louvrier est conseiller à la présidence de la République pour la communication et la presse”.

Le papier commence par évoquer deux “mobilisations en ligne” : celle qui précède l’élection de Barack Obama aux États-Unis, et celle qui survient après la “réélection” de Mahmoud Ahmadinejad en Iran. Selon Franck Louvrier, “la révolte citoyenne des Iraniens en 2009 répon[d] à la fièvre mobilisatrice des Américains en 2008, pour montrer que pouvoir de construction et pouvoir d’opposition sont les deux faces d’une même pièce.”

On aimerait y croire, mais lorsque l’on se penche un peu plus précisément sur l’utilisation d’Internet par Barack Obama, on observe que la composante “démocratique” dont Franck Louvrier dit tant de bien a été complètement mise de côté par le candidat, qui s’est servi de Facebook et d’autres supports comme d’une plate-forme partisane, et pas comme d’un forum délibératif1. Le seul candidat à une élection politique de premier ordre ayant récemment joué la carte du débat horizontal sur Internet n’est pas cité par Franck Louvrier, et pour cause, mentionner les tentatives de participation citoyenne sur le site Internet de Ségolène Royal en 2007 aurait peut-être fait un peu tâche dans sa colonne.

Il y a, ensuite, la référence à l’utilisation de Twitter lors des manifestations en Iran. Ce que ne signale pas Franck Louvrier, c’est que ce style de protestation en ligne peut être muselé de trois manières au moins. La première consiste à faire ce que l’Iran a fait : attaquer ex post, en recherchant les diffuseurs d’images pour les jeter ensuite en prison. C’est la vieille méthode, à base de services secrets et de prisons politiques. La deuxième manière, plus technique, consiste à faire ce que la Chine ou la Birnamie savent faire : couper complètement leurs télécommunications au moment opportun.

La troisième manière consiste à voter les lois qui permettent de surveiller, ex ante, le contenu des échanges sur Internet. C’est exactement ce que les chambres législatives françaises examinent depuis quelques mois. L’ironie veut que ces projets de loi soient cités par… Franck Louvrier, dans des termes très différents. Le projet de loi HADOPI se retrouve ainsi cité pour son exemplarité démocratique, ce qui n’a pas fini de me faire rigoler2.

Un dernier passage délirant de la colonne concerne le rapport au contenu. Franck Louvrier écrit : “il en va de même pour l’étudiant révolté des rues de Téhéran que pour l’artiste qui enregistre sa chanson à Paris : l’enjeu est [que] la reconnaissance de la source soit partie intégrante de la construction du sens”. C’est une impasse totale de sa part sur le principe de l’anonymat, qui fait partie intégrante non seulement des usages d’Internet, mais aussi de ses protocoles techniques, qui permettent de se dissimuler derrière des systèmes de communication à très faible niveau de traçabilité. C’est précisément ce qui permet de nombreuses actions menées en ligne, mais cela échappe complètement à l’auteur.

Je vous recommande la lecture intégrale de la colonne, j’ai omis de nombreux passages à peu près aussi absurdes que ceux cités ci-dessus, mais Maître Eolas en a souligné d’autres. Le texte de Franck Louvrier n’est pas seulement remarquable pour ses incompréhensions et pour ses contresens, c’est aussi un exercice de propagande assez intéressant qui laisse penser que le principe du “plus c’est gros, mieux ça passe” est toujours en vogue dans certains milieux.

  1. À noter aussi, le soutien en ligne ne s’est pas converti en capital militant durable, comme le montre le manque de soutien pour la réforme du système de santé. []
  2. Plus drôle encore, Franck Louvrier remarque que “le Conseil constitutionnel a reconnu définitivement l’accès à Internet comme un droit fondamental des Français”, sans préciser que le Conseil a pris cette décision lors d’une censure du projet de loi du gouvernement qu’il sert. Disclaimer : j’ai signé les pétitions contre les projets de loi DADVSI et HADOPI ; les liens mentionnés dans cette note sont eux-mêmes très partisans sur le sujet. []