À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°2

  • Mike Bostock, le concepteur de la librairie de visualisation d3.js, a un style de présentation très impressionnant à regarder — son keynote à csv,conf 2017 est un mélange de slides épurées et de live coding demos :

    Du grand art, s’il en est un dans le domaine.

  • Henry Farrell a archivé plus de 500 liens pour son cours sur la cybersécurité. Je m’en sers pour alimenter cet atelier.

  • Dans la catégorie « flawed but interesting » (où l’on peut aussi choisir de ranger Régis Debray, par exemple), cet entretien avec Emmanuel Todd, plus intéressant pour ses provocations à la limite de la métaphysique (de type « la classe moyenne française a choisi de ne plus croire en sa nation, et quelque part, c’est son droit ») que pour ses aspects biographiques ou pour ses jugements de personnalité.

    La deuxième partie contient aussi son lot de provocations, mais je les ai trouvées moins intéressantes—l’entretien me semble être devenu de plus en plus complaisant au fil de la conversation.

  • En réaction au billet précédent, Arthur me recommande les séances de lecture de L’Encyclopédie des guerres, de Jean-Yves Jouannais, au Centre George Pompidou jusqu’en avril :

    J’en profite pour rajouter aux deux paragraphes sur l’historiographie de la guerre (billet précédent) : lire Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), de Stéphane Audoin-Rouzeau — acheté à l’automne dernier, lu les premières pages dans le métro, jamais rouvert ; bonne résolution 2018 : cesser de faire ça.

  • Deux podcasts anglophones de discussion politique à essayer, si vous ne les connaissez pas déjà : Chapo Trap House (USA), qui semble être devenu assez connu en peu de temps, mais que je n’ai pas trouvé convaincant, et Aufhebunga Bunga (Royaume-Uni), dont j’ai écouté une demi-douzaine d’épisodes, et sur lequel je réserve encore mon jugement.

    Je ne sais plus exactement comment j’en suis venu à ces deux podcasts, mais tout a commencé avec cette Introduction à Antonio Gramsci, de George Hoare (qui participe à Aufhebunga Bunga) et Nathan Sperber.

  • J’étais ravi de découvrir, dans mes flux RSS, que Christophe Lalanne a récemment recommencé à alimenter ses memos. Les trois derniers que j’ai lus : « Live coding »1, « Readings on arXiv », et « The setup (2018 edition) ».

    Ce qu’écrit Christophe au sujet de macOS High Sierra me convainc que j’ai bien fait de rester sur Mac OS X 10.9 Mavericks ces dernières années. Mavericks est complètement dépassé et donc vulnérable à certaines failles de sécurité critiques, mais il est rapide, et je ne vois rien d’intéressant dans macOS 10.10+2.

  1. Billet dont je tire la présentation de Mike Bostock mentionnée plus haut. []
  2. Voir néanmoins mes « Trucs et astuces informatiques » pour des pratiques moins risquées en matière de sécurité informatique. []

Trucs et astuces informatiques

J’ai mis en ligne, il y a quelques jours, un repo GitHub contenant trois documents :

J’ai rédigé les deux premiers documents dans le cadre d’un module pédagogique à destination d’étudiants de Licence 2. Le module en question, sobrement intitulé « Atelier Culture Numérique », aborde de très nombreuses questions, de l’utilisation des feuilles de style à la « cyber-sécurité » : j’en avais déjà parlé il y a un peu plus d’un an.

Cette année, comme l’an dernier, ce sont les aspects les plus pratiques du module – quels logiciels utiliser, comment se débarrasser d’un malware, etc. – qui semblent avoir été les plus utiles aux étudiants. Les aspects plus techniques, comme par exemple le fonctionnement de Tor ou d’un tunnel VPN, n’ont rencontré aucun succès (« mais Monsieur, Tor, c’est illégal, non ? ») : je crois même avoir réussi à vider une moitié d’amphi lors de la session sur les protocoles de communication.

J’ai prévu de rédiger un document supplémentaire sur les navigateurs Internet que je connais (Chrome, Firefox, et puis peu, Brave ; je laisserai de côté Opera et Safari), afin de pouvoir rentrer dans les détails sur certains aspects de protection de la vie privée.

Vos commentaires, sur le fond et/ou sur la forme, sont naturellement les bienvenus.

Première mouture d’un atelier de culture numérique

Ce semestre, j’ai la chance d’animer un petit cours1 intitulé « Atelier de Culture Numérique ». Ayant plusieurs amis et collègues (mais néanmoins amis) qui enseignent plus ou moins la même chose, voici le plan que j’avais prévu d’enseigner (cliquer sur l’image pour le plan au format PDF) :

acn-v1-1

L’objectif de l’atelier est d’évoquer ce genre de choses :

acn-textes

Mais aussi, vu l’actualité, ce genre de choses :

acn-darknet

Et enfin, d’évoquer tous les aspects méthodologiques et pratiques qui peuvent être utiles à des étudiants qui ont souvent tendance à penser que leur domaine d’études (les sciences humaines et sociales) n’ont « pas besoin » de savoir utiliser l’ordinateur à bon escient, ou à un niveau professionnel d’utilisation, et ce alors même qu’ils se destinent à des professions liées à la communication écrite et orale où l’ordinateur et l’informatique sont omniprésentes.

Notez que l’atelier parle de « culture » numérique, donc quelque chose de moins contraignant en termes d’apprentissage qu’un enseignement de « méthodes » (ou d’outils) informatiques et/ou numériques, bien que mon contenu recoupe souvent celui d’un atelier qui serait plutôt destiné à des étudiants de Master s’il était mené en petits groupes avec une méthode d’examination plus avancée que la mienne.

Version édulcorée

Au final, j’enseigne, ce semestre, une version très édulcorée de mon plan, pour plusieurs raisons :

  • Par manque d’organisation et de temps, je n’ai pu rédiger qu’environ 50% des sections et activités prévues, et je n’ai pas eu le temps de rédiger les 50% restants au cours du semestre. De plus, le cours pèse vraiment léger en crédits ECTS. Du coup, je me contente de slides beaucoup plus limitées mais assez informatives et pas trop moches, donc l’objectif est en partie rempli.
  • Comme prévu, le niveau de culture informatique parmi les étudiants va de 0 (vraiment, zero) à 100 (un étudiant sous Linux), mais le niveau moyen est beaucoup plus faible que prévu : par exemple, la plupart des étudiants ne savent pas afficher les mots de passe sauvegardés dans leur navigateur Internet, et encore moins afficher les extensions installées dans ce même navigateur.
  • Enfin, il faut tenir compte du fait que le cours est délivré en amphi, et qu’il sert avant tout de formation aux outils numériques « de base » pour les étudiants : recherche de textes scientifiques, utilisation des feuilles de style, formatage d’une bibliographie. Du coup, je passe plus de temps que prévu sur ces aspects-là des méthodes numériques, ce qui n’est pas vraiment plus mal.

L’école où j’enseigne pratique le format « atelier » sur les deux premières années de la Licence : en L1, l’atelier (que j’enseigne également) est concentré sur le premier mois des cours, et porte sur les méthode de travail : dissertation, khôlle, etc. En L2, l’atelier « culture numérique » permet de faire quelques rappels utiles de ce que le premier atelier a évoqué. Il n’y a pas encore d’atelier en L3, mais je suppose qu’un atelier orienté « recherche », en vue de la rédaction des mémoires de fin de Licence, serait le bienvenu2.

Vous trouverez, dans les quelques liens qui me servent de « bibliographie » pour l’atelier, un lien vers la Boîte à outils des historiens, qui reste le meilleur exemple que je connaisse d’un enseignement de méthodes numériques à destination d’étudiants en sciences humaines sociales3.

Au passage : la guerre du general-purpose computing est perdue

Dans les liens qui terminent mon plan de cours initial, vous trouverez aussi une conférence de Cory Doctorow, que celui-ci a donnée en plusieurs endroits, et dont le sujet est la guerre de l’industrie informatique contre le general-purpose computing, c’est-à-dire l’utilisation généraliste de l’outil informatique pour faire à peu près tout ce que l’on veut avec.

Force est de constater que la génération actuelle, qui a disposé dès le départ d’outils très pratiques mais aussi fortement bridés par cette industrie (au premier plan desquels les téléphones portables et navigateurs Internet), ne sait plus utiliser un ordinateur en dehors des tâches prévues par les départements de marketing et d’UX des grands groupes industriels.

Si je me fie à ce que j’observe sur mon échantillon d’étudiants, la guerre est perdue. Les esprits facétieux objecteront que cette guerre a commencé il y a bien longtemps, et que le seul front de résistance sérieux dans ce conflit, j’ai nommé les logiciels libres, est toujours actif, et qu’il peut revendiquer de très belles victoires. On peut toutefois perdre la guerre en gagnant plusieurs batailles.

Bref, en images, les ordinateurs au 21e siècle, c’est moins ça :

acn-nerds

Que ce n’est ça (images tirées de mes slides introductives) :

acn-matrix

J’avoue ne pas participer activement au conflit : au quotidien, je tourne sur Mac OS X, avec des logiciels libres et pas libres. J’ai néanmoins arrêté d’upgrader ma version de Mac OS X à 10.9, étant donné que je ne trouve plus rien d’intéressant dans les nouvelles version, à part peut-être le decorum. Sous le capot, l’intégration avancée avec iOS ne m’intéresse pas du tout.

J’ai néanmoins bon espoir de passer, à moyen terme, sous Lubuntu ou Xubuntu ; il me manque quelques logiciels essentiels, mais je ne doute pas qu’ils auront des équivalents Linux dans quelques années. Et je n’ose même pas imaginer à quoi ressembleront les environnements Windows et « macOS » (beurk) dans quelques années…

Un extrait : encart « ergonomie »

Pour terminer, voici quelques slides présentées lors de la toute première séance de l’atelier. J’y parle d’ergonomie (et de nettoyage à la solution hydro-alcoolique), en répétant ce que j’ai trouvé dans cette brochure de santé publique, distribuée aux personnels salariés là où je travaille, mais pas aux étudiants, ce qui est assez dommage.

acn-ergonomie-2

acn-ergonomie-3

acn-ergonomie-4

acn-ergonomie-5

acn-ergonomie-6

acn-ergonomie-7

acn-ergonomie-8

acn-ergonomie-9

acn-ergonomie-10

acn-ergonomie-11

acn-ergonomie-12

  1. 10 heures, dont 2 heures de conférence invitée, réparties tout au cours du semestre, pour un seul et unique crédit ECTS obtenu sur un petit examen final qui sera conduit en amphi. []
  2. Le problème de la L3 étant que plusieurs étudiants sont en échange universitaire à l’étranger au premier semestre, il faudrait imaginer une forme d’enseignement à distance pour eux – challenge intéressant ! []
  3. Et même si vous ne me croirez pas, je ne dis pas ça parce qu’il est animé par des amis et parce que Joël et moi-même y sommes intervenus il y a plusieurs années. []