À consommer de préférence sur Internet sous 15 jours, n°1

  • Maggie Haberman, la journaliste du New York Times envoyée à la Maison Blanche, a donné un très intéressant entretien au magazine The Atlantic, à écouter sur la page The Atlantic Interview (épisode n°8).

    Ce que Maggie Haberman dit de Donald Trump est en large partie spéculatif (bien qu’elle s’en défende), mais cela n’enlève rien à l’intérêt de l’exercice : avec ses propres repères culturels et politiques, le portrait psychologique qu’elle livre de Trump – son rapport à l’élite new-yorkaise dont il est extrait, sa capacité de calcul stratégique, les sources de ce qu’il mémorise, etc. – est un bon correctif à celui que l’on peut avoir bâti tout seul dans son coin.

  • Ce compte-rendu par Scott Alexander de Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique (Madness and Civilization est le titre anglais de l’ouvrage dans son édition anglophone initiale) vous donnera envie d’aller lire ou relire Michel Foucault.

    Dans un style proche, je conseille aussi La fatigue d’être soi. Dépression et société, le dernier volet de la trilogie d’Alain Ehrenberg : je n’en ai lu que la première partie (c’est long et dense), mais ça en vaut le détour1, et cela complète très bien d’autres lectures en psychiatrie ou histoire de la psychiatrie, un thème de lecture dans lequel je commence tout juste à investir un peu de temps2.

  • Dans ses pages sur Descartes3, Leszek Kolakowski évoque la possibilité qu’à tout moment, nos mémoires ne soient qu’une construction par une entité externe tierce, et que nous n’existions, en réalité, que depuis quelques secondes à peine.

    Au cours d’une conversation avec un ami, j’ai tenté de recycler l’idée pour faire une sorte de blague sur les machines à remonter le temps, mais ça n’a pas très bien marché. Et puis, tout récemment, j’ai découvert que Tom Gauld l’avait déjà fait :

    À la réflexion, Zach Weinersmith, de SMBC, a certainement aussi fait quelque chose d’approchant. J’aurais mieux fait de chercher une analogie avec Blade Runner.

  • Une jeune voisine s’est récemment mise au piano. Du coup, j’ai cherché un moyen rapide de me réconcilier avec le piano.

    Les musiques de films jouées par Stephan Oliva, que j’avais eu la chance de voir à la sortie de l’album, restent pour moi l’antidote parfait à toute chute de tension dans le rapport du mélomane au piano. Dans mon cas, cela fonctionne encore mieux que Gould (au sujet duquel) ou Chopin, en particulier quand on change ensuite de style pour se réfugier dans la lente géométrie du Canto Ostinato de Simeon ten Holt.

  • Exercice rapide sur l’historiographie de la guerre :

    1. Lire quelques pages sur Thucydide4. 2. Trouver un bon exemple de stratège militaire : Zhukov semble tout recommandé. 3. Lire une critique poussée de l’historiographie des conflits. 4. Lire le numéro spécial d’Histoire et Mesure, « Guerres et statistiques » (2007). Enfin, 5. garder un oeil sur le blog de Christopher Lawrence, qui travaille sur l’histoire quantitative de la guerre, ainsi que sur le blog de Michael Spagat5.

    Objectifs : 1. illustrer une séance de cours sur la narrativité et la métahistoire (White, 1980), et 2. illustrer une autre séance de cours sur la sociologie de la quantification. J’ai déjà beaucoup trop d’exemples pour les deux séances, mais ne parviens pas à m’empêcher de les accumuler, ou de m’intéresser à quoi que ce soit qui puisse servir à illustrer d’autres séances de cours sur la théorie de l’État moderne.

  • La lecture de cet entretien avec Pierre Conesa me rappelle que je ne connais rien, mais alors rien du tout, du Yémen pré- ou post-2011. Je ne savais même pas que Saleh avait été tué début décembre 2017.

    J’ai retrouvé, dans mes archives, « A Brief History Of The Yemen Clusterf*ck », de Gary Brecher, « Why the Managed Transition After Yemen’s Uprising Led to War », de Stacey Philbrick Yadav, et « Les guerres au Yémen », une série d’articles de Jean-Philippe Rémy, le correspondant du Monde à Aden.

    Avec la conviction que j’aurai tout oublié à nouveau dans moins de dix jours.

  1. L’introduction de bouquin fournit un bon aperçu – un aperçu peut-être exemplaire, même, pour une introduction d’ouvrage de ce type – de la thèse générale, du cadre théorique et de la méthode de travail. La première partie, quant à elle, permet de situer quelques figures et moments-clés de l’histoire de la psychiatrie en France, en identifiant bien les supports (institutions, revues médicales) dans lesquels se jouait cette histoire. J’ai remarque que j’ai tendance, à la lecture, à réécrire une histoire un peu différente de celle de l’auteur, qui s’intéresse aux idées qu’aux luttes d’acteurs, à la façon des travaux de Patrice Pinell, par exemple. []
  2. Ma porte d’entrée fut double : d’une part, une partie très intéressante de ce qui se fait en analyse de réseaux se fait en psychopathologie, sur des modèles de symptômes et de diagnostics ; d’autre part, le cours de biologie humaine de Robert Sapolsky aborde très directement le sujet. À l’avenir, j’aimerais trouver le temps de lire une histoire du DSM []
  3. Ou avant : pour être honnête, je ne sais plus à quel niveau de l’ouvrage se situe précisément le passage, et vu la structure de l’ouvrage, le passage vient peut-être de l’étude d’un tout autre philosophe que Descartes ; néanmoins, le passage sur le doute cartésien pouvant parfaitement l’accueillir, mettons-le là. []
  4. Le texte traite principalement d’autre chose que de la manière dont Thucydide traite de la Guerre du Péloponnèse, mais c’est justement ça qui est intéressant pour comprendre ce qui en fait un classique pour une discipline comme la science politique. []
  5. En parallèle : 1. Penser au rôle des contrefactuels militaires dans la fiction ; puis 2. repenser aux mondes possibles de David Lewis ; pour 3. en revenir au spéculations cartésiennes évoquées plus haut. []