Bonne année quand même

Attention conservation notice (à la façon de) : ce billet est rédigé dans le style de l’excellent blog de Philip Schrodt, moins les qualités. Du coup, le billet est trop long, avec des tonnes de notes bas-de-page. Pire, il est même grossier par endroits. Je prends la bonne résolution de ne pas vous refaire le même coup avant le prochain bilan annuel.

Mettons-nous d’accord sur une chose :

L’année 2016 fut quand même une belle année de merde.

Je dirais même que, sur une échelle de 0 à 10 où 0 correspond à Cyril Hanouna et 10 correspond à l’existence des licornes, cette année 2016 doit bien valoir un score d’environ -4, voire -5 avec les disparitions de Gotlib (bien qu’il ne dessinât plus) et David Bowie (qui chantait encore), l’annulation du concert parisien de Dasha Rush, et l’absence de nouvel album de Casey.

Ni les nouveaux albums de Brian Eno, Death in Vegas, Underworld, Sumac et Swans, ni même le premier album, pourtant exceptionnellement réussi, de Mark Pritchard, n’arriveront à faire passer la pilule :

champagne-putin

champagne-trump

farage

Et juste pour être sûr, le test ultime : les meilleurs voeux de Boris Johnson. Qu’un pareil guignol puisse avoir la responsabilité des relations diplomatiques de ce qui était, il y a moins d’un siècle, un empire couvrant à peu près un quart du globe, est en soi la marque de fabrique de l’année qui vient de s’achever.

Ci-dessous, un bref passage en revue de quelques-uns des clowns tristes de 2016.

À peine…

À peine les Turcs avaient-ils pris le temps de rigoler de leurs “voisins” grecs, qui ont perdu à peu près un tiers de leurs salaires et autres traitements sur décision de l’Eurozone1, que leur propre pays se prenait un coup d’État manqué en plein poire, et depuis lequel la lire turque a perdu environ 20% de sa valeur sur le marché des devises2. On en est à se demander ce qu’il reste du “miracle turc”, pays auquel on proposait encore il y a dix ans de rentrer un jour dans l’Union européenne3.

En Syrie et en Irak, ou ce qu’il en reste aujourd’hui, la communauté internationale l’OTAN s’était mise d’accord sur une chose : il faut donner sa chance à la guerre. Avec un peu de bol et quelques tonnes de bombes incendiaires (voire d’armes chimiques), il était en effet possible d’imaginer qu’un dictateur extermine autant d’islamistes que possible, avant d’être lui-même destitué par des minorités très pressées de reconstruire une chouette démocratie multi-ethno-confessionnelle. Pas de bol, ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.

Au Darfour, où le conflit fait chaque année depuis 2003 quelques dizaines de fois le nombre de victimes du 11 septembre 2001, quand on sort prendre un café et acheter du pain, on se retrouve parfois dans une manifestation pacifique demandant l’arrêt des violences. Trente morts et quelques menaces plus tard, on se retrouve parfois dans un canot à moteur au large des côtes italiennes. Et encore quelques milliers de kilomètres plus loin, on découvre les joies des lits en carton sous la ligne 2 du métro parisien4.

Interlude

Il ne se passe heureusement pas une seconde sans que l’on dépense des millions de mégawatts pour faire tourner des serveurs enregistrant scrupuleusement chacun de ces événements : la population civile se charge d’en parler sur les réseaux sociaux ; les gouvernements se chargent d’archiver tout ça à des fins de surveillance de masse ; et tout ça finit dans un data center au Texas, au cas où cela puisse servir, demain, à identifier la dernière recrue de l’État islamique.

Évidemment, le stratégie ci-dessus ne fonctionne pas, ou plus exactement, on se retrouve avec 99,99% de faux positifs – vous avez déjà essayé de cueillir des fraises avec une moissonneuse-batteuse ? – et une tonne de gens à surveiller sans les personnels nécessaires pour le faire : compter au moins 12 agents pour chaque suspect. C’est peut-être le prix à payer quand on finance mieux la recherche contre la chute des cheveux que celles sur le wahhabisme et le nettoyage ethnique.

Pour connaître la suite, allez écouter ou lire Wassim Nasr, Abou Djaffar, François Burgat, Pierre Conesa, Scott Atran, Henri Laurens, Gabriel Martinez-Gros, Pierre-Jean Luizard, David Thomson, Romain Caillet, Michel Goya, Yves Trotignon, et j’en oublie quelques-uns. Parmi ces spécialistes, qui n’ont pas les mêmes expertises et qui ne disent pas nécessairement les mêmes choses, pas un seul ne donne moins de dix ans d’existence à la conjoncture actuelle, et les plus réalistes parlent d’au moins une génération (25 ans) pour changer les choses ne serait-ce qu’à la marge.

Si je devais ne recommander qu’une seule intervention sur le sujet du djhadisme et des années à venir, ce serait celle-ci :

Pendant ce temps…

Pendant ce temps, aux États-Unis, de jeunes suprémacistes raciaux se font jeter des fleurs par d’influents tarés richissimes à côté desquels Néron passe pour un prix Nobel de la Paix. Les esprits les plus optimistes calent un peu pour expliquer que le pays s’en remettra, les plus lucides ayant compris que tout va y passer, et qu’il faut bien avouer que les États-Unis ont élu un autocrate5.

Hail Jesus Donald! Et si vous n’avez toujours pas lu l’histoire de Tony Schwartz, le ghostwriter de The Art of the Deal, écoutez-le, ça vaut le détour (de même que David Cay Johnston, The Making of Donald Trump) :

En 2017, on pourra donc entendre Donald J. Trump réfléchir à haute voix à qui pourrait bientôt siéger à la Cour Suprême des États-Unis, une institution qui devrait être l’antithèse de son style de pouvoir. Néanmoins, et je l’ai déjà écrit mais le répète, c’est au niveau des relations internationales que portent mes principales inquiétudes.

Sur ce point, plusieurs passages de cette interview de Noam Chomsky m’ont paru tout à fait pertinents :

Pendant ce temps, aux Philippines, le président applique sa propre théorie des jeux (pace Thomas Schelling, décédé récemment, et on lui doit beaucoup) en signalant une menace crédible à l’ensemble de sa population. C’est à croire que sa stratégie ultime est un scenario où il survivra à une tentative d’assassinat et deviendra un demi-dieu protégé par les astres, le peuple, et par sa volonté de noyer le trafic de drogue dans un fleuve de sang. Duterte est loin d’être le seul dans ce genre, mais comme les médias l’ont remarqué, c’est le plus spectaculaire.

Pendant ce temps, en France, un ministre de l’Intérieur spécialiste des non-failles des services de renseignement6 se voit confié la mission d’étendre son immense discernement opérationnel à l’ensemble de l’action gouvernementale.

Du coup, en 2017, on verra François Hollande quitter l’Élysée (à scooter peut-être), et un immense mouvement de liesse populaireimmense, le mouvement, au moins un votant de la primaire sur mille – célébrer, place de la République, son remplacement par Arnaud Montebourg (pitié), Manuel Valls (oh bonne mère), François Fillon (achevez-moi) ou Marine Le Pen (Belgium, here I come!)—ou Jean-Luc Mélenchon (pfff), ou Vincent Peillon (lolilol), ou… La liste elle-même est triste7.

Pendant ce temps, en Grande-Bretagne… Non, ce serait trop déprimant. Je vous fais confiance pour compléter le tableau par vous-même. Mes billets sur le Brexit sont , , , et , et je n’ai pas assez travaillé le sujet au niveau juridique pour mieux comprendre ce qui peut se passer désormais.

En 2017, on devrait donc aussi entendre Theresa May faire quelques annonces sur la remilitarisation de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, même si en réalité, dans mes bons jours, je fais plutôt confiance aux juristes britanniques pour trouver une solution au problème, qui reste ultra-épineux8.

Le Royaume-Uni n’avait vraiment rien d’autre à faire que de se placer dans ce merdier.

Que retiendra-t-on de tout ça ?

Sur le long terme, peut-être pas grand chose : si le prochain président de la République persiste à ne remplacer qu’un historien sur deux, on devrait même arriver un jour à se débarrasser complètement d’eux et des autres parasites fonctionnaires qui empêchent nos finances publiques de faire contrepoids à l’évasion fiscale des hauts revenus9.

Heureusement, Patrick Buisson, Lorànt Deutsch et l’algorithme de Facebook Actualités seront encore là.

Pour terminer désormais, cette carte-tract, aperçue sur un blog de cartographe, et qui synthétise presque à elle seule la somme des absurdités de cette année :

brexit-scare-map

Champagne (aux sulfates, et bientôt aux neutrons) !

Et bonne année quand même.

  1. Je cite les chiffres de mémoire. Je me souviens aussi avoir lu que 40% des jeunes grecs avaient travaillé au noir cette année. Une amie qui vient d’y passer quelques mois m’apprend que les salaires des musiciens ont été divisés par trois. []
  2. On me répliquera que la lire turque a toujours été une monnaie de singe. Je n’en sais rien. []
  3. Même pas besoin de revenir dix ans en arrière : écoutez cette émission de 2011. Quatre ans plus tard à peine, les choses avaient déjà pris une autre, triste tournure []
  4. La sollicitude des politiques municipaux nous expliquant, à l’été 2015, qu’il n’y avait « pas de places pour les loger », et ce dans une région où au moins 10% du patrimoine immobilier habitable détenu par les collectivités locales est inoccupé, a achevé de me retrancher du corps électoral « sympathisant » de la gauche de gouvernement. []
  5. Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis. Et le pire, m’apprend un ami, est que cela ne suffirait même pas à déclencher l’Amendement 25. Au passage, mes billets sur Trump : 1, 2, 3, 4, 5 et 6. []
  6. Tout va bien, on vous dit. Les connaisseurs du système n’y trouvent rien à redire. Du tout. Et oui, il y a une différence entre « un système faillible » et « une suite de décisions déplorables doublées de déclarations tentant de redresser la barre par l’absurde ». Et je préfère ne pas m’étendre sur les talents stratégiques de toute une équipe gouvernementale qui n’a pas compris que la déchéance de nationalité leur coûterait le vote des enfants d’immigrés : c’est du même niveau que d’avoir envoyé un projet de loi imposant les individus plutôt que les foyers fiscaux au Conseil constitutionnel (même si je retiens l’hypothèse du sabotage pour expliquer le second cas, et la bêtise crasse dans le premier). Au passage, il n’y pas de failles non plus en Allemagne, le même pays qui a connu l’un des événements les plus étranges des dernières années. []
  7. Les candidats sont non équiprobables : je mets les chances de victoire du Front national dans une élection présidentielle à deux tours à 0.01. []
  8. En bref : l’indemnisation des victimes des Troubles (les années noires des bombes de l’IRA qui explosaient dans les pubs) passe, si j’ai bien compris, par un accord communautaire ; conséquemment, si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, il faudra trouver un arrangement bilatéral alternatif entre Anglais et Irlandais, ce qui peut facilement virer au fiasco. Deuxième problème, s’il faut remilitariser la frontière, il n’y a pas de régiment nord-irlandais dans l’armée britannique ; conséquence, il faudra déployer des Anglais (ou des Écossais) le long de la frontière, ce qui devrait beaucoup plaire aux ex-factions armées irlandaises dont on on sait pas vraiment si elles ont rendu toutes leurs armes (l’UDA en particulier). Solution possible : un « Brexit » qui ferait directement passer le pays de l’UE à l’EEA (c’est compliqué), avec pré-signature d’un « GFA » version 2.0. []
  9. Au fait, vous avez suivi le procès Cahuzac ? []

Tragi-comédie britannique : revoir « Yes Minister » après le Brexit (et un peu de « The Wire » en bonus)

Jim Hacker — I’m not like you, Humphrey. I’m pro-Europe, I’m just anti-Brussels. I sometimes think you’re anti-Europe and pro-Brussels.

Yes Minister, saison 2, épisode 5 (« The Devil You Know« )

Je ne suis pas sûr, cette année, de pouvoir présenter mes slides sur les séries télévisées britanniques et leur apport à la compréhension du fonctionnement de l’État britannique.

La série « Yes Minister », abondamment citée dans ma présentation, est toutefois tellement drôle que je ne peux m’empêcher d’en partager deux extraits ci-dessous—extraits devenus encore plus tragicomiques depuis le vote du « Brexit », sujet déjà évoqué sur ce blog ici, , et là aussi.

Extraits trouvés grâce à une conférence sur le « Brexit » à l’Institut Universitaire de Florence, conférence que je recommande également à tous ceux intéressés par le sujet :

Aparté n°1 : Yes Minister et le public choice

En visionnant le documentaire The Trap, qui dresse un excellent portrait de la pensée néolibérale, j’ai appris que la série Yes Minister n’était pas simplement un support de cours très pertinent pour enseigner les théories du choix rationnel – en fait, elle a été très directement inspirée par ces théories dès ses origines, comme l’explique rapidement l’ouvrage (hagiographique) d’un biographe de Margaret Thatcher :

blundell-thatcher-bio-p97

Je me disais bien, aussi, que certaines scènes étaient tellement faciles à « styliser » que c’en était louche…

yes-minister-principal-agent

Aparté n°2 : The West Wing et The Wire

Dans mon billet initial, je citais d’autres séries télévisées susceptibles d’être « enseignées » – et notamment The West Wing et The Wire. Je n’ose imaginer une future suite à The West Wing, qui porte sur l’exécutif présidentiel américain, lorsqu’il sera temps de porter Trump à l’écran…

Quant à The Wire, je tenais à finir ce billet en signalant un article récent de Béatrice Cherrier, qui utilise cette série pour enseigner l’économie. Là encore, la réalité ne fait que rejoindre la fiction, l’un des personnages de la série prenant à un moment donné l’initiative de suivre des cours d’économie pour maximiser les profits de son réseau entreprise de trafic de drogue.

cherrier-wire

cherrier-wire-2

cherrier-wire-3

Sur The Wire toujours, je profite de ce billet pour signaler également cet ouvrage en français, qui lui est tout entier consacré, et dont on trouvera l’un des chapitres ici.

Feuilletons « Trump » et « Brexit » : deux documents

  • Ce sondage sur le respect d’un critère procédural de la démocratie représentative : admettre la défaite face à l’adversaire, Donald Trump ayant refusé de reconnaître, ce qui n’est d’habitude qu’une formalité, qu’il reconnaitrait sa défaite. À vrai dire, je suis surpris que si peu de sondés – donc placés dans une situation déclarative – ne prévoient pas de prendre les armes dans la situation inverse…

    surveymonkey-poll

    L’élection présidentielle américaine de 2016 est tellement, comment dire, absurde, qu’on est même en droit de se demander ce qui se passerait si Trump perdait et refusait le résultat : y aurait-il vraiment des groupes qui se constitueraient pour épuiser tous les moyens, légaux ou non, pour contester l’élection ? Y aurait-il vraiment des groupes prêts à prendre les armes pour renverser un gouvernement jugé illégitime, comme cela se produit régulièrement ailleurs ?

    La question paraît, à juste titre, absurde—mais que penser des groupes de vigilantes sillonnant sur la frontière sud du pays, qui se situent déjà aux lisières de la loi ? Quant aux gouverneurs des États fédérés, se laisseraient-ils gouverner, justement, par un président dont beaucoup d’entre eux (et pas seulement les démocrates, au sens partisan du terme) auraient intérêt à se désolidariser de la manière la plus ferme possible ? Même question, enfin, pour les circuits judiciaires, qui ne se prononcent pas sur les élections, mais qui, en cas de victoire de Trump, auraient très certainement un comportement plus discret mais tout aussi intéressant.

    À ceux qui répondraient que Trump pourrait utiliser les ressources du gouvernement fédéral contre lui-même, pour punir les récalcitrants à son arrivée au pouvoir, détrompez-vous : Trump n’a aucun relais dans l’administration, et comme il n’aura aucune succession politique même s’il devient président, aucun calcul de moyen-terme ne fonctionnera à son avantage. Il aura, de plus, toutes les ressources du « Speaker of the House« , Paul Ryan, contre lui1, et très certainement autant de « faux alliés » dans ses rangs, en service commandé pour saboter son gouvernement, que de vrais opportunistes prêts à faire ou dire n’importe quoi pour lui—Rudolph Giuliani étant, à ce titre, l’équivalent américain ponctuel de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy.

    En attendant, les minauderies de Trump, qui comme tant de choses à son sujet ne semblent avoir aucun fondement rationnel, m’ont néanmoins rappelé cette citation, beaucoup plus intelligente et subtile, de Robert Dahl, que j’aime bien poser en sujet de khôlle : « In a rough sense, the essence of all competitive politics is bribery of the electorate by politicians« …

  • Ce témoignage, aussi long qu’intéressant, sur le Brexit, vu par David Korski, l’architecte de la campagne des premiers perdants (l’équipe primo-ministérielle de David Cameron). Les « spads » se confient plus rapidement aux médias que les hauts fonctionnaires, qui attendent plutôt leurs vieux jours pour publier leurs mémoires. Le texte est trop dense pour que je lui fasse justice en une ligne : lecture intégrale très conseillée.

    politico-brexit

    L’un des aspects les plus intéressants du texte me semble être ce que l’auteur choisit de n’écrire qu’en filigrane : en promettant le referendum pour des raisons de compétition partisane, David Cameron a pris un risque énorme sans anticiper, car c’était naturellement impossible, que le parti d’opposition serait atone (car prisonnier de ses propres logiques compétitives) au moment du vote. En gros, Cameron s’est tiré dans le pied en pensant pouvoir marcher avec l’autre, et a eu tort.

    Theresa May doit désormais gouverner avec cette balle dans le pied que sont les ministres Brexiters, et qui se sont très vite révélés aussi peu fidèles aux règles du Cabinet government qu’ils furent honnêtes avec l’électorat durant la campagne référendaire2. Étant donné que May a la possibilité de virer tous ses ministres, il est tout à fait raisonnable d’imaginer une normalisation à court terme de la situation actuelle, qui n’est que la continuation logique de ce que la campagne a démontré, et qui laisse envisager le désastre qu’aurait été un gouvernement « Boris« .

    En mettant les deux principaux partis britanniques à genoux3, le Brexit m’a rappelé une autre citation, d’H.L. Mencken, que j’aime bien aussi poser en sujet de khôlle : « Democracy is the theory that the common people know what they want, and deserve to get it good and hard« …

  1. Comme le rappelle régulièrement David Cay Johnston. Johnston, par ailleurs, prédit qu’en cas d’élection, Trump devra faire face à un refus général d’obéir dans l’état-major, et qu’il tentera d’appliquer des vengeances personnelles au moyen de l’administration. Je crois que la première prédiction est correcte, et que la seconde sera tellement sabotée de l’intérieur qu’elle n’aura quasiment aucune conséquence. []
  2. Rappelons que les « Brexiters » ont fait mine d’avoir une équipe primo-ministérielle, la « Bogo » de Johnson et Gove, capable de gouverner en cas de victoire. La suite a montré qu’il n’en était rien. []
  3. Tout en sachant que ces deux partis avaient d’autres problèmes avant le Brexit : concrètement, le SNP a fait exploser le two-party system à la fin des années 1990, et Westminster ne s’en pas encore vraiment remis. []

‘brɛk.sɪt, suite

brexit-brief

Quelques observations après le vote du “Brexit” au Royaume-Uni la semaine dernière. Pour quelque chose de mieux organisé, allez lire ce papier d’Alan Renwick et les papiers auxquels il fait référence. Pour une réaction plus personnelle de politiste, allez lire celle d’Yves Surel, que je partage à différents niveaux1.

Du point de la sociologie électorale

Les Britanniques viennent de rendre un fier service aux spécialistes du vote spatial. La compositions des électorats “Leave” et “Remain” va donner lieu à toutes sortes de publications, mais avec un taux de participation très élevé et d’excellentes enquêtes pré-existantes comme la British Election Study ou la British Social Attitudes, on ne va pas se poser très longtemps de savoir “qui a voté quoi” au niveau national.

Étant donné la force des corrélations écologiques déjà observables et les différences régionales/urbaines visibles à l’oeil nu, la question la plus intéressante de ce point de vue risque plutôt d’être : qui a voté quoi, et où. L’intérêt de la réponse dépasse de très loin la simple observation que l’Écosse a voté “Remain” et que les villes universitaires ont, pour un grande partie d’entre elles, également voté “Remain2.

Une autre question très intéressante consiste à se demander ce que les électeurs savaient au moment du vote—ce qui est beaucoup plus difficile à mesurer que ce qu’ils ont voté. Par exemple, personne n’étant capable d’expliquer les règles exactes de fonctionnement de l’Eurozone, presque personne n’est capable d’expliquer comment la Suède ou la Pologne trichent avec l’ERM II pour conserver leurs monnaies nationales depuis leurs adhésions (post-Maastricht) à l’Union européenne3.

Il faudra certainement avoir recours à des dispositifs expérimentaux pour étudier l’effet exact de l’information sur des contrefactuels tels que “si vous aviez su que… auriez-vous voté… ?” Ces dispositifs sont compliqués à mettre en place, mais ils auront certainement tout leur intérêt dans la compréhension du vote et des effets des (intenses) campagnes menées par les deux camps, dans un pays qui regarde beaucoup la télévision, écoute beaucoup la radio et lit beaucoup les journaux.

Du point de vue de la théorie politique

Du billet enflammé de Christophe Bouillaud, on peut retenir plusieurs choses, dont certaines sont très négatives pour les institutions et les élites politiques de l’Union européenne (sur les aspects institutionnels, le billet de Thomas Piketty est une lecture très recommandable). On peut certainement aussi en retenir que le Brexit est un moyen parmi d’autres de se demander, avec d’autres, ce qui subsiste du sentiment démocratique au 21e siècle.

Par “sentiment démocratique”, j’entends l’adhésion à l’idée qu’il est bon, au sens normatif du terme, que le demos garde la main sur son destin, et qu’en vertu de ce principe, il dispose d’outils tels que le referendum pour contraindre ses élites dirigeantes à prendre certaines décisions importantes, telles que la sécession territoriale ou l’adhésion à des accords supranationaux très contraignants (l’Union européenne étant loin d’être le seul accord de ce type).

Remarquons, pour illustrer le point ci-dessus, que se négocie en ce moment-même un traité commercial tellement contraignant que ses instigateurs préfèrent le négocier en secret sous un nom obscur qui cherche à ne pas attirer l’attention sur ce qui s’y joue vraiment. Aucun vote n’est prévu sur ce traité, qui ressemble en cela à plusieurs autres “accords” discrètement négociés au sein d’organisations très détachées de la souveraineté populaire, telles que le G8, le SEBC ou l’OCDE.

Il est toujours intéressant, me semble-t-il, de se demander ce qui reste “entre les mains du peuple” dans des sociétés qui, en pratique, semblent avoir fait le choix de l’épistocratie—terme choisi par David Estlund pour désigner le gouvernement de tous par “ceux qui savent”, et qui, corrélat important, ne représentent jamais qu’une fraction très minoritaire du “tous” pré-cité. Or, remarquons simplement une chose au sujet du Royaume-Uni : le “gouvernement par tous” s’y porte plutôt bien.

Du point de vue de la “civilisation britannique”

En effet, en l’espace de quelques années, le peuple britannique a renouvelé son gouvernement central et ses gouvernements territoriaux, a refusé à l’Écosse son indépendance pour quelques années, et a tout récemment décidé de sortir de l’Union européenne, entraînant la démission du Premier ministre et un vote de défiance vis-à-vis du leader du principal parti d’opposition. Du point de vue de la “civilisation britannique”4, cet enchaînement est loin d’être neutre.

Il suffit de se mettre deux minutes dans la peau d’un électeur conservateur pour réaliser une chose : au moins en apparence, la démocratie britannique est très dynamique. Après son mandat unique, le Premier ministre John Major a tout simplement disparu de la scène électorale. Puis, lors des gouvernements Blair successifs, le Parti conservateur s’est donné toute une série de leaders éphémères, jusqu’à David Cameron—qui n’a plus d’avenir électoral depuis quelques jours.

Il est impossible de savoir qui va remplacer David Cameron à la tête du Cabinet gouvernemental britannique, mais l’électeur conservateur français peut facilement comprendre une chose : il ne s’agira ni de l’équivalent britannique d’Alain Juppé, ni de l’équivalent britannique de Nicolas Sarkozy, ni des équivalents britanniques de François Fillon ou de Jean-François Copé. Vous voyez où je veux en venir ?

On pourrait reproduire le raisonnement ci-dessus pour le Parti (néo-)travailliste, ou bien prendre l’Allemagne comme point de comparaison. Il n’en subsistera qu’un constat : au Royaume-Uni, “les choses bougent” et “le personnel politique change”, dans des directions très fortement contraintes par l’acte électoral populaire, et pas forcément souhaitées par l’élite dirigeante et/ou les places boursières. D’un point de vue strictement procédural, c’est important, et probablement même souhaitable5.

Du point de vue du politiste

“– Qu’est-ce qu’on se fait chier en études européennes…

[Arrive un blondinet avec un pipeau, racontant tout et son contraire. Au second plan, un roquet aboie. S’ensuit un vote, qui tient réveillé notre protagoniste jusqu’à 5 heures du matin.]

– OK, faîtes comme si j’avais rien dit.”

Plus sérieusement, pour le politiste intéressé par l’intégration européenne, les politiques européennes ou même plus généralement les politiques publiques, ce qui vient de se produire au Royaume-Uni est une aubaine scientifique de premier choix. La même chose vaut par ailleurs du point de vue de l’enseignant—j’ai aperçu hier le premier cours optionnel “Britain and the EU, 2016–17” dans une maquette pédagogique.

Les événements qui vont se succéder dans l’Union européenne post-Brexit vont écrire une page d’histoire inédite de l’intégration européenne. La défaite des dirigeants européens, tous confondus, dépasse tout ce que le passé fournit comme exemples en la matière. Le vote du Brexit n’est néanmoins que le point de départ d’un long processus parmi d’autres, tels que la ratification du Traité de Lisbonne ou le “sauvetage” de la Grèce.

Dans deux ans, il faudra comparer ces processus entre eux, et faire le point sur la nature démocratique (ou non) des décisions qui ont été prises. L’Union européenne ne peut pas effacer ses erreurs passées, mais elle peut éviter d’en commettre une nouvelle en punissant les Britanniques pour leur vote—car oui, ce serait une erreur magistrale, qui ne pourra d’ailleurs pas être complètement évitée6.

L’Union européenne pourra aussi s’illustrer, comme elle l’a fait par le passé, en aidant à sauvegarder la paix fragile qui règne actuellement en Irlande du Nord, et, si l’Écosse acquiert un jour son indépendance (ce que je souhaite sur un plan personnel, et qui est plus probable aujourd’hui que 7 jours en arrière), en lui offrant au moins les mêmes possibilités qu’au Royaume-Uni ou à la Suède lors de leur entrée dans l’Union.

De ces derniers aspects du Brexit, il faut avouer que l’on ne sait encore rien avec certitude, et l’on peut s’attendre à ce que s’écoulent au moins dix ans avant de finir de tirer certaines des leçons les plus importantes du vote de jeudi dernier. Si les institutions actuelles de l’Union européenne existent encore dans dix ans, cela sera aussi à mettre au rang des leçons primordiales du vote.

  1. J’ai effectué toute ma scolarité primaire et secondaire en section internationale anglaise, où je suis tombé amoureux des Monty Pythons et de Led Zeppelin, et j’ai résidé quelques années à Édimbourg. Je ne connais pas le Royaume-Uni mieux que ses spécialistes, mais je l’aime profondément, de différentes manières. Je ne sais pas si je suis heureux ou triste pour mes amis brits ; il est trop tôt pour le dire. Je suis juste un peu inquiet. []
  2. Observation soumise à vérification, comme toutes les autres, mais les premiers résultats vont clairement dans ce sens. []
  3. Notons au passage que les électeurs, dans lesquels je m’inclus, sont loins d’être les seuls à avoir souvent du mal à identifier les entités géographiques et institutionnelles sur lesquelles ils peuvent être amenés à se prononcer. []
  4. L’expression est entre guillemets car elle renvoie surtout à une division universitaire du travail scientifique, plus qu’à une catégorie d’analyse propre. []
  5. Ne me faîtes pas dire, quand j’écris qu’il est probablement souhaitable que les décisions populaires restent les plus souveraines des régimes démocratiques, que je suis un méchant protectionniste, un affreux néolibéral ou un vilain populiste. À la rigueur, je veux bien être qualifié de vieux majoritairien à la noix (de Grenoble). []
  6. De ce point de vue, les réactions sarcastiques de certains journalistes me rappellent juste que je suis plus heureux de vivre aujourd’hui qu’en 1914 ou en 1939. Les comportements apparemment bénins aujourd’hui ont parfois eu des conséquences drastiques hier, mais il ne faut certainement pas attendre de la presse qu’elle s’en rappelle. []

‘brɛk.sɪt

Ayant vécu quatre ans en Écosse, j’ai évidemment suivi avec quelque intérêt la campagne référendaire sur le Brexit (que je prononce à l’américaine). Les campagnes électorales britanniques sont toujours très intenses, et celle-ci n’a pas échappé à la règle, avec l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un militant d’extrême-droite à quelques jours du vote1.

Pour rappel, il s’agit du second vote référendaire à l’échelle nationale en Grande-Bretagne, après celui de 1975. Les enquêtes d’opinion, très discréditées par leurs échecs prévisionnels au cours de la dernière élection générale, donnent les votes “Leave” et “Remain” au coude-à-coude, de même que la meilleure tentative de modélisation. La même tentative de modélisation donne toutefois la probabilité du Remain aux alentours de 70%, grâce aux votes non exprimés.

En effet, la variable déterminante devrait être, si l’on s’en réfère aux referenda pour l’indépendance du Pays de Galles et de l’Écosse, la participation des undecideds, qui ont tendance à choisir le vote présenté comme le plus sûr—contre l’indépendance, donc contre l’exit dans ce cas. De ce que j’en comprends, c’est aussi ce qu’espèrent une large partie des élites politiques2.

Ne lisant que The Guardian et étant connecté, via Twitter notamment, à tout plein de chercheurs britanniques spécialisés dans le domaine de la santé, il n’est pas étonnant que je n’ai entendu, de cette campagne, qu’un seul son de cloche : Remain, if only for the sake of the NHS. Il est toutefois très clair que les tabloïds britanniques ont fait campagne, de leur côté, pour l’exit, et ils sont loin de compter pour du beurre auprès d’un électorat déjà largement eurosceptique.

À titre personnel, le résultat du vote m’intéresse beaucoup (ce qui n’est pas le cas de tous les votes référendaires), mais je serais plus intéressé par les conséquences d’un vote Leave que par celles d’un vote Remain, notamment parce qu’un vote Leave rebattrait les cartes de l’indépendance de l’Écosse.

Une bonne partie de la classe politique britannique de gauche fait campagne pour le Remain sur des motifs économiques : un vote Leave exposerait la Grande-Bretagne à une forme de choc économique qui causerait sa chute –entre autres– sur les places boursières, ce qui affecterait toute son économie jusqu’à endommager sérieusement la progression des salaires, déjà très affectée par les politiques des deux dernières formations gouvernementales (Con-Lib puis 100% Con).

La limite de cet argument tient dans le fait que rien n’a été mis en place, sous les gouvernements néo-travaillistes précédents, pour empêcher cette situation. De ce fait, une fraction (minoritaire) de la “gauche de la gauche” britannique envisage, sans aller jusqu’à faire campagne pour le Leave à quelques exceptions près, qu’un vote d’exit aurait un effet “électrochoc” pour les travaillistes, qui ont peu de chances de gagner les prochaines élections générales dans leur configuration actuelle3.

De la campagne référendaire, je retiens aussi le comportement des élites politiques de l’Union européenne, qui m’ont rappelé le comportement de Nicolas Sarkozy au sujet de l’environnement (“ça commence à bien faire”). Le mépris pour les procédures de la démocratie représentative me semble être une raison suffisante, pour quelqu’un comme moi qui avais voté “oui” au referendum constitutionnel européen de 2005, pour refuser désormais le moindre soutien à cette élite4.

Résultats demain, sachant que mon souhait le plus cher, au-delà de la reprise en main de leur destin par les Écossais, reste la fin de la spirale sordide d’appauvrissement qui frappe une immense majorité de Britanniques, et qui la frappe encore plus durement depuis 2008-2009.

Au passage, je serai à Londres ce weekend. Faîtes signe si vous y êtes aussi !

  1. Les assassinats politiques de parlementaires sont moins rares en Grande-Bretagne qu’en France. Le dernier en date remonte à 1990, avec l’assassinat du député conservateur Ian Gow par l’IRA provisoire. []
  2. Pour des raisons diverses : le vote fait office de vote de confiance pour le gouvernement conservateur, et un exit compliquerait beaucoup la tâche de toute la classe politique, sans même parler de ses conséquences en Écosse—lire plus loin. []
  3. Pour faire bref, leur leader, Jeremy Corbyn, est à trop à gauche de l’électeur médian, et même de l’électeur médian travailliste. []
  4. En espérant néanmoins que ça change à l’avenir. Je me trouve pris dans le même dilemme au niveau national, incapable de voter pour la formation politique à laquelle je m’identifie le plus, vu qu’elle refuse d’appliquer le programme sur lequel elle a été élue. []

Quelques séries télévisées britanniques à regarder

Ayant eu récemment l’occasion de m’amuser à regarder quelques séries télévisées pour un cours sur la politique (comparée) au prisme des fictions du petit écran, j’en profite pour faire un peu de publicité à ces séries en partageant mes slides :

Le cours faisait intervenir plein de monde, avec des présentations sur The Wire, devenue incontournable, The West Wing, Mad Men, et j’en oublie.

Les lecteurs de ce blog connaissent déjà la plupart d’entre elles, mais je souhaite quand même en recommander deux : Boss, d’un cynisme (américain, glacial) effroyable mais pas nécessairement irréaliste (la double négation est justifiée…), et The Thick of It, d’une vulgarité et d’un humour (britannique, absurde) à hurler de rire, surtout si vous adorez l’accent écossais de Peter “Doctor Who” Capaldi.

Je ne sais pas combien de temps je garderai les extraits vidéo mentionnés sur mon disque dur, mais dans l’immédiat, essayez ce lien.

Mise à jour : quelques mots en plus sur la série britannique Yes Minister dans ce billet plus récent.

Un sujet de sociologie analytique

Le directeur de l’Observatoire des drogues et de la toxicomanie a récemment été évincé…par un autre directeur d’agence sur la toxicomanie, qui assure que ce n’est pas une question idéologique ; or le motif fourni par le premier concerne la présentation et l’interprétation des données scientifiques mobilisées par la lutte contre la toxicomanie, ce qui n’est pas une question aussi “infra-politique” que le motif fourni par le second, qui parle de “management de la fonction publique”—un motif plausible, mais surprenant : “quinze ans à la tête d’une agence, c’est long”, dit-il pour justifier son geste, mais la continuité ne fait-elle pas partie intégrante de l’ethos bureaucratique ? La contestation est discrète mais réelle.

Au Royaume-Uni, le limogeage de David Nutt, conseiller gouvernemental sur les mêmes dossiers, s’embarrassait moins de justifications polies : Nutt s’était rendu coupable de défendre une position jugée trop tolérante à l’égard des drogues dites “douces”, par lesquelles on désigne les substances illicites largement inoffensives, et cette position, incompatible avec celles du gouvernement, rendait son mandat inconcevable aux yeux du secrétaire d’État à la Santé. La contestation avait pris une autre forme qu’en France : d’autres experts avaient démissionné suite à ce limogeage, fondé sur la loyauté et non sur un déficit d’expertise scientifique. La configuration de l’événement n’est pas le seul facteur à prendre en compte : le tableau épidémiologique de la toxicomanie est différent en certains points cruciaux (comme la consommation d’ecstasy) entre les deux pays, malgré de fortes similitudes. Les politiques publiques françaises et britanniques sur la toxicomanie sont aussi clairement distinguables.

À mes yeux, les deux événements sont fonctionnellement équivalents et feraient un sujet de sociologie analytique assez porteur et intéressant. Je vois assez bien, par exemple, comment les contrefactuels à la Morgan et Winship pourraient être mobilisés sur ce sujet (dans quelles circonstances est-ce que les décisions individuelles et facteurs institutionnels n’auraient pas pu se solder par un limogeage des acteurs concernés). Mais je suis également convaincu que personne n’acceptera de financer ce sujet dans les deux pays.

Duverger, Downs et un système à 2,5 partis

Si vous ne comptez passer que vingt minutes sur les élections britanniques, voici le papier à lire, tout juste publié dans le BJPS :

British elections exhibit two patterns contrary to expectations deriving from Duverger and Downs: centrist third parties (Liberals and their successors) win a large vote share; and the two major parties often espouse highly divergent policies. This article explores relations between the Liberal vote and left–right scores of the Labour and Conservative manifestos in the light of two hypotheses: the vacated centre posits that Liberals receive more votes when major parties diverge; the occupied centre proposes a lagged effect in which major parties diverge farther after Liberals do well in the preceding election. Data from elections since 1945 confirm the vacated-centre hypothesis, with Liberals benefiting about equally when the major parties diverge to the left and right, respectively. The results also support the occupied-centre hypothesis for Conservative party positions, but not for Labour’s. After considering explanations for this asymmetry, we identify historical events associated with turning points that our data reveal in post-war British politics.

Jack H. Nagel and Christopher Wlezien, “Centre-Party Strength and Major-Party Divergence in Britain, 1945–2005.” British Journal of Political Science 40: 279-304, 2010.

Add. Et pour le résumé des faits, il y a un bon article dans La Croix, avec Patrick Dunleavy qui met à mort le bipartisme (un de ses papiers récents critiquait sévèrement la loi de Duverger ; d’autres données ici, et là).

Add [JG]. J’ai publié sur mon blog un billet présentant le système britannique électoral et les enjeux de ce scrutin. Il a été repris sur owni.fr.