Annals of Youtube Science 1(3) : Sur le Moyen-Orient

J’avais cité, dans mes voeux de bonne année, Henri Laurens, qui donne actuellement cours au Collège de France. Je n’ai pas le temps d’aller écouter son cours de 2014-2015 sur la question palestinienne ou de lire les ouvrages correspondants, mais j’ai pris le temps d’écouter son audition parlementaire (par la commission des affaires étrangères du Sénat) en janvier 2016 :

La leçon d’histoire que constitue la première partie de l’audition passe en revue les origines du djihad international, le Printemps arabe, et enfin la catastrophe syrienne, qui constitue une sorte de trou noir géopolitique où se sont engouffrés tous les acteurs internationaux, sans savoir quand ils en ressortiront.

Dans mes voeux de bonne année, j’avais discrètement cité un article d’Edward N. Luttwak, personnage étonnant et à lire même pour atteindre des conclusions complètement opposées aux siennes. Pour comprendre ce que j’entends par là, il suffit de lire son article « The Middle of Nowhere« , où Luttwak recommande, en gros, de laisser le Moyen-Orient se démerder avec ses contradictions et ses conflits. Or, comme le dit Henri Laurens, l’expression même de « Moyen-Orient » exprime l’ingérence permanente de l’Occident dans cette région du monde.

En janvier 2016, l’Assemblée nationale menait également ses propres auditions parlementaires sur les moyens à allouer à la lutte contre le terrorisme. Parmi ces nombreuses auditions, je conseille, à nouveau, d’écouter celle de François Burgat.

Si vous préférez écouter Henri Laurens en mode « exposé magistral », je recommande sa conférence à l’IEA Paris en mai 2016, sur la façon dont les historiens traitent de la violence du 20ème siècle. Au tout début de son exposé, Laurens donne un autre titre à son exposé : « Le temps dévoile-t-il la vérité ? ».

Un petit mot pour Jean-Christophe Victor

jean-chirstophe-victor Jean-Christophe Victor, le formidable pédagogue de l’émission « Le dessous des cartes » sur Arte, a rendu l’antenne hier. Son émission est la seule émission télévisuelle que je recommande à tous mes étudiants de première année, et je sais de source sûre que son émission avait aussi un immense succès dans l’enseignement secondaire.

Jean-Christophe Victor avait cofondé le Lépac, un laboratoire privé de géopolitique, sur lequel s’appuyait son émission. Cette position atypique, insérée dans l’espace médiatique et hors du champ universitaire, en faisait une entreprise intellectuelle assez exceptionnelle, dotée d’une grande liberté de parole, comme en témoigne sa dernière interview sur la façon dont Google Maps gère la visualisation des frontières contestées dans des pays comme la Chine ou la Russie.

La dernière émission de Jean-Christophe Victor est consultable dans le billet d’hommage publié par Arte Info, et l’on trouvera toutes sortes d’hommages sur le compte Twitter du Lépac. J’espère qu’Arte continuera à diffuser l’émission et d’en éditer l’intégrale en DVD, afin que rien ne se perde de cette excellente ressource pédagogique.