‘brɛk.sɪt, suite

brexit-brief

Quelques observations après le vote du “Brexit” au Royaume-Uni la semaine dernière. Pour quelque chose de mieux organisé, allez lire ce papier d’Alan Renwick et les papiers auxquels il fait référence. Pour une réaction plus personnelle de politiste, allez lire celle d’Yves Surel, que je partage à différents niveaux1.

Du point de la sociologie électorale

Les Britanniques viennent de rendre un fier service aux spécialistes du vote spatial. La compositions des électorats “Leave” et “Remain” va donner lieu à toutes sortes de publications, mais avec un taux de participation très élevé et d’excellentes enquêtes pré-existantes comme la British Election Study ou la British Social Attitudes, on ne va pas se poser très longtemps de savoir “qui a voté quoi” au niveau national.

Étant donné la force des corrélations écologiques déjà observables et les différences régionales/urbaines visibles à l’oeil nu, la question la plus intéressante de ce point de vue risque plutôt d’être : qui a voté quoi, et où. L’intérêt de la réponse dépasse de très loin la simple observation que l’Écosse a voté “Remain” et que les villes universitaires ont, pour un grande partie d’entre elles, également voté “Remain2.

Une autre question très intéressante consiste à se demander ce que les électeurs savaient au moment du vote—ce qui est beaucoup plus difficile à mesurer que ce qu’ils ont voté. Par exemple, personne n’étant capable d’expliquer les règles exactes de fonctionnement de l’Eurozone, presque personne n’est capable d’expliquer comment la Suède ou la Pologne trichent avec l’ERM II pour conserver leurs monnaies nationales depuis leurs adhésions (post-Maastricht) à l’Union européenne3.

Il faudra certainement avoir recours à des dispositifs expérimentaux pour étudier l’effet exact de l’information sur des contrefactuels tels que “si vous aviez su que… auriez-vous voté… ?” Ces dispositifs sont compliqués à mettre en place, mais ils auront certainement tout leur intérêt dans la compréhension du vote et des effets des (intenses) campagnes menées par les deux camps, dans un pays qui regarde beaucoup la télévision, écoute beaucoup la radio et lit beaucoup les journaux.

Du point de vue de la théorie politique

Du billet enflammé de Christophe Bouillaud, on peut retenir plusieurs choses, dont certaines sont très négatives pour les institutions et les élites politiques de l’Union européenne (sur les aspects institutionnels, le billet de Thomas Piketty est une lecture très recommandable). On peut certainement aussi en retenir que le Brexit est un moyen parmi d’autres de se demander, avec d’autres, ce qui subsiste du sentiment démocratique au 21e siècle.

Par “sentiment démocratique”, j’entends l’adhésion à l’idée qu’il est bon, au sens normatif du terme, que le demos garde la main sur son destin, et qu’en vertu de ce principe, il dispose d’outils tels que le referendum pour contraindre ses élites dirigeantes à prendre certaines décisions importantes, telles que la sécession territoriale ou l’adhésion à des accords supranationaux très contraignants (l’Union européenne étant loin d’être le seul accord de ce type).

Remarquons, pour illustrer le point ci-dessus, que se négocie en ce moment-même un traité commercial tellement contraignant que ses instigateurs préfèrent le négocier en secret sous un nom obscur qui cherche à ne pas attirer l’attention sur ce qui s’y joue vraiment. Aucun vote n’est prévu sur ce traité, qui ressemble en cela à plusieurs autres “accords” discrètement négociés au sein d’organisations très détachées de la souveraineté populaire, telles que le G8, le SEBC ou l’OCDE.

Il est toujours intéressant, me semble-t-il, de se demander ce qui reste “entre les mains du peuple” dans des sociétés qui, en pratique, semblent avoir fait le choix de l’épistocratie—terme choisi par David Estlund pour désigner le gouvernement de tous par “ceux qui savent”, et qui, corrélat important, ne représentent jamais qu’une fraction très minoritaire du “tous” pré-cité. Or, remarquons simplement une chose au sujet du Royaume-Uni : le “gouvernement par tous” s’y porte plutôt bien.

Du point de vue de la “civilisation britannique”

En effet, en l’espace de quelques années, le peuple britannique a renouvelé son gouvernement central et ses gouvernements territoriaux, a refusé à l’Écosse son indépendance pour quelques années, et a tout récemment décidé de sortir de l’Union européenne, entraînant la démission du Premier ministre et un vote de défiance vis-à-vis du leader du principal parti d’opposition. Du point de vue de la “civilisation britannique”4, cet enchaînement est loin d’être neutre.

Il suffit de se mettre deux minutes dans la peau d’un électeur conservateur pour réaliser une chose : au moins en apparence, la démocratie britannique est très dynamique. Après son mandat unique, le Premier ministre John Major a tout simplement disparu de la scène électorale. Puis, lors des gouvernements Blair successifs, le Parti conservateur s’est donné toute une série de leaders éphémères, jusqu’à David Cameron—qui n’a plus d’avenir électoral depuis quelques jours.

Il est impossible de savoir qui va remplacer David Cameron à la tête du Cabinet gouvernemental britannique, mais l’électeur conservateur français peut facilement comprendre une chose : il ne s’agira ni de l’équivalent britannique d’Alain Juppé, ni de l’équivalent britannique de Nicolas Sarkozy, ni des équivalents britanniques de François Fillon ou de Jean-François Copé. Vous voyez où je veux en venir ?

On pourrait reproduire le raisonnement ci-dessus pour le Parti (néo-)travailliste, ou bien prendre l’Allemagne comme point de comparaison. Il n’en subsistera qu’un constat : au Royaume-Uni, “les choses bougent” et “le personnel politique change”, dans des directions très fortement contraintes par l’acte électoral populaire, et pas forcément souhaitées par l’élite dirigeante et/ou les places boursières. D’un point de vue strictement procédural, c’est important, et probablement même souhaitable5.

Du point de vue du politiste

“– Qu’est-ce qu’on se fait chier en études européennes…

[Arrive un blondinet avec un pipeau, racontant tout et son contraire. Au second plan, un roquet aboie. S’ensuit un vote, qui tient réveillé notre protagoniste jusqu’à 5 heures du matin.]

– OK, faîtes comme si j’avais rien dit.”

Plus sérieusement, pour le politiste intéressé par l’intégration européenne, les politiques européennes ou même plus généralement les politiques publiques, ce qui vient de se produire au Royaume-Uni est une aubaine scientifique de premier choix. La même chose vaut par ailleurs du point de vue de l’enseignant—j’ai aperçu hier le premier cours optionnel “Britain and the EU, 2016–17” dans une maquette pédagogique.

Les événements qui vont se succéder dans l’Union européenne post-Brexit vont écrire une page d’histoire inédite de l’intégration européenne. La défaite des dirigeants européens, tous confondus, dépasse tout ce que le passé fournit comme exemples en la matière. Le vote du Brexit n’est néanmoins que le point de départ d’un long processus parmi d’autres, tels que la ratification du Traité de Lisbonne ou le “sauvetage” de la Grèce.

Dans deux ans, il faudra comparer ces processus entre eux, et faire le point sur la nature démocratique (ou non) des décisions qui ont été prises. L’Union européenne ne peut pas effacer ses erreurs passées, mais elle peut éviter d’en commettre une nouvelle en punissant les Britanniques pour leur vote—car oui, ce serait une erreur magistrale, qui ne pourra d’ailleurs pas être complètement évitée6.

L’Union européenne pourra aussi s’illustrer, comme elle l’a fait par le passé, en aidant à sauvegarder la paix fragile qui règne actuellement en Irlande du Nord, et, si l’Écosse acquiert un jour son indépendance (ce que je souhaite sur un plan personnel, et qui est plus probable aujourd’hui que 7 jours en arrière), en lui offrant au moins les mêmes possibilités qu’au Royaume-Uni ou à la Suède lors de leur entrée dans l’Union.

De ces derniers aspects du Brexit, il faut avouer que l’on ne sait encore rien avec certitude, et l’on peut s’attendre à ce que s’écoulent au moins dix ans avant de finir de tirer certaines des leçons les plus importantes du vote de jeudi dernier. Si les institutions actuelles de l’Union européenne existent encore dans dix ans, cela sera aussi à mettre au rang des leçons primordiales du vote.

  1. J’ai effectué toute ma scolarité primaire et secondaire en section internationale anglaise, où je suis tombé amoureux des Monty Pythons et de Led Zeppelin, et j’ai résidé quelques années à Édimbourg. Je ne connais pas le Royaume-Uni mieux que ses spécialistes, mais je l’aime profondément, de différentes manières. Je ne sais pas si je suis heureux ou triste pour mes amis brits ; il est trop tôt pour le dire. Je suis juste un peu inquiet. []
  2. Observation soumise à vérification, comme toutes les autres, mais les premiers résultats vont clairement dans ce sens. []
  3. Notons au passage que les électeurs, dans lesquels je m’inclus, sont loins d’être les seuls à avoir souvent du mal à identifier les entités géographiques et institutionnelles sur lesquelles ils peuvent être amenés à se prononcer. []
  4. L’expression est entre guillemets car elle renvoie surtout à une division universitaire du travail scientifique, plus qu’à une catégorie d’analyse propre. []
  5. Ne me faîtes pas dire, quand j’écris qu’il est probablement souhaitable que les décisions populaires restent les plus souveraines des régimes démocratiques, que je suis un méchant protectionniste, un affreux néolibéral ou un vilain populiste. À la rigueur, je veux bien être qualifié de vieux majoritairien à la noix (de Grenoble). []
  6. De ce point de vue, les réactions sarcastiques de certains journalistes me rappellent juste que je suis plus heureux de vivre aujourd’hui qu’en 1914 ou en 1939. Les comportements apparemment bénins aujourd’hui ont parfois eu des conséquences drastiques hier, mais il ne faut certainement pas attendre de la presse qu’elle s’en rappelle. []

‘brɛk.sɪt

Ayant vécu quatre ans en Écosse, j’ai évidemment suivi avec quelque intérêt la campagne référendaire sur le Brexit (que je prononce à l’américaine). Les campagnes électorales britanniques sont toujours très intenses, et celle-ci n’a pas échappé à la règle, avec l’assassinat de la députée travailliste Jo Cox par un militant d’extrême-droite à quelques jours du vote1.

Pour rappel, il s’agit du second vote référendaire à l’échelle nationale en Grande-Bretagne, après celui de 1975. Les enquêtes d’opinion, très discréditées par leurs échecs prévisionnels au cours de la dernière élection générale, donnent les votes “Leave” et “Remain” au coude-à-coude, de même que la meilleure tentative de modélisation. La même tentative de modélisation donne toutefois la probabilité du Remain aux alentours de 70%, grâce aux votes non exprimés.

En effet, la variable déterminante devrait être, si l’on s’en réfère aux referenda pour l’indépendance du Pays de Galles et de l’Écosse, la participation des undecideds, qui ont tendance à choisir le vote présenté comme le plus sûr—contre l’indépendance, donc contre l’exit dans ce cas. De ce que j’en comprends, c’est aussi ce qu’espèrent une large partie des élites politiques2.

Ne lisant que The Guardian et étant connecté, via Twitter notamment, à tout plein de chercheurs britanniques spécialisés dans le domaine de la santé, il n’est pas étonnant que je n’ai entendu, de cette campagne, qu’un seul son de cloche : Remain, if only for the sake of the NHS. Il est toutefois très clair que les tabloïds britanniques ont fait campagne, de leur côté, pour l’exit, et ils sont loin de compter pour du beurre auprès d’un électorat déjà largement eurosceptique.

À titre personnel, le résultat du vote m’intéresse beaucoup (ce qui n’est pas le cas de tous les votes référendaires), mais je serais plus intéressé par les conséquences d’un vote Leave que par celles d’un vote Remain, notamment parce qu’un vote Leave rebattrait les cartes de l’indépendance de l’Écosse.

Une bonne partie de la classe politique britannique de gauche fait campagne pour le Remain sur des motifs économiques : un vote Leave exposerait la Grande-Bretagne à une forme de choc économique qui causerait sa chute –entre autres– sur les places boursières, ce qui affecterait toute son économie jusqu’à endommager sérieusement la progression des salaires, déjà très affectée par les politiques des deux dernières formations gouvernementales (Con-Lib puis 100% Con).

La limite de cet argument tient dans le fait que rien n’a été mis en place, sous les gouvernements néo-travaillistes précédents, pour empêcher cette situation. De ce fait, une fraction (minoritaire) de la “gauche de la gauche” britannique envisage, sans aller jusqu’à faire campagne pour le Leave à quelques exceptions près, qu’un vote d’exit aurait un effet “électrochoc” pour les travaillistes, qui ont peu de chances de gagner les prochaines élections générales dans leur configuration actuelle3.

De la campagne référendaire, je retiens aussi le comportement des élites politiques de l’Union européenne, qui m’ont rappelé le comportement de Nicolas Sarkozy au sujet de l’environnement (“ça commence à bien faire”). Le mépris pour les procédures de la démocratie représentative me semble être une raison suffisante, pour quelqu’un comme moi qui avais voté “oui” au referendum constitutionnel européen de 2005, pour refuser désormais le moindre soutien à cette élite4.

Résultats demain, sachant que mon souhait le plus cher, au-delà de la reprise en main de leur destin par les Écossais, reste la fin de la spirale sordide d’appauvrissement qui frappe une immense majorité de Britanniques, et qui la frappe encore plus durement depuis 2008-2009.

Au passage, je serai à Londres ce weekend. Faîtes signe si vous y êtes aussi !

  1. Les assassinats politiques de parlementaires sont moins rares en Grande-Bretagne qu’en France. Le dernier en date remonte à 1990, avec l’assassinat du député conservateur Ian Gow par l’IRA provisoire. []
  2. Pour des raisons diverses : le vote fait office de vote de confiance pour le gouvernement conservateur, et un exit compliquerait beaucoup la tâche de toute la classe politique, sans même parler de ses conséquences en Écosse—lire plus loin. []
  3. Pour faire bref, leur leader, Jeremy Corbyn, est à trop à gauche de l’électeur médian, et même de l’électeur médian travailliste. []
  4. En espérant néanmoins que ça change à l’avenir. Je me trouve pris dans le même dilemme au niveau national, incapable de voter pour la formation politique à laquelle je m’identifie le plus, vu qu’elle refuse d’appliquer le programme sur lequel elle a été élue. []

L’identité en Europe

Cette présentation d’atelier cherche à établir un cadre méthodologique pour l’analyse de discours (presse et politique) autour de l’identité européenne :

The aim of the project is to build a coherent framework of social and political theory around defined case studies of discourse analysis – an analysis of the representation of ‘Otherness’ in political and press discourse. [halshs-00190976]

Rassembler la “société civile européenne”

J. Weisbein :

Dans cette communication, la « société civile européenne » est appréhendée, dans une optique sociologique, comme un agrégat particulièrement hétérogène et instable, un construit social porté à la fin des années 1990 par quelques réseaux associatifs établis à Bruxelles qui tentent de la définir, concurrentiellement à d’autres délimitations, et dont la réussite réside dans la reprise de cette labelisation par certains acteurs institutionnels (comme la Commission, le Comité économique et social ou le Parlement européen). Plus précisément, la contribution des mouvements fédéralistes est analysée à travers l’expérience du « Forum Permanent de la Société civile ». [halshs-00186441]

Une communication à mettre en regard avec les recensions précédentes sur la politique européenne. Pour cela, deux moyens : utiliser la catégorie “Politique européenne” ou bien se servir des mots-clé associés aux recensions, “Europe” dans le cas présent.

L’Europe par le marché

Pour faire suite à la recension d’hier sur le futur de l’Europe, du même auteur.

N. Jabko, “Une Europe politique par le marché et par la monnaie”, dans Critique internationale :

Si la construction de l’Europe est redevenue un impératif aussi important à partir des années quatre-vingt, c’est avant tout parce que ses promoteurs ont su saisir l’opportunité politique que représentait la résurgence soudaine de la rationalité de marché dans un contexte historique particulier. Ce n’est pas tant l’objet « économique » des réformes qui permet de comprendre en profondeur ce processus, que l’importante mobilisation politique à laquelle il a donné lieu, avec des résultats d’ailleurs très divers qui, à leur tour, ne peuvent être compris simplement comme les effets de dynamiques d’intérêts économiques. [21 pages]

La France et le futur de l’Europe

N. Jabko, “The Importance of Being Nice : An Institutionalist Analysis of French Preferences on the Future of Europe” :

This article offers an institutionalist explanation of French preferences on the future of Europe from the Maastricht Treaty of 1992 through the Constitutional Treaty of 2004.  It argues that the autonomous institutional logic of the constitution-drafting exercise increasingly shaped the evolution of French preferences.  More specifically, the French government’s preferences reflected its acceptance of the European Union’s new method of debate at the Convention, the contingency of a revived alliance with Germany in that debate, and the legacy of a half century of European integration.  Beneath the surface, this autonomous institutionalist logic offset French leaders’ aspirations to maximize national power interests, to improve decision-making efficiency, and to achieve their ideal visions of Europe.  Domestic politics also played a relatively unimportant role because the French constitution enabled the president to discount domestic coalition-building considerations.  Altogether, this argument suggests that state preferences cannot be understood in isolation from the international and domestic institutional environment in which they are formed. [23 pages]

Ceux qui ne seront pas familiers avec la méthodologie institutionnaliste peuvent consulter les archives récentes de ce  blog, qui contiennent deux recensions portant précisément là-dessus.