Typologies everywhere

Arrivera-t-on à mettre le welfare en types ? L’une des grandes questions dans l’étude des États-providence occidentaux consiste à se demander si l’on peut établir des typologies robustes qui permettraient de distinguer plusieurs familles de pays—ce qui donne, une fois transcrit dans le discours public, des références notamment aux pays “de tradition socio-démocrate” ou au “modèle nordique”.

Au début des années 1990, les travaux du sociologue Gøsta Esping-Andersen avaient apporté une première réponse à cette question, en distinguant trois régimes d’État-providence ; dans les travaux antérieurs, il faut au moins signaler ceux de Walter Korpi et la critique d’inspiration marxiste de l’État-providence, dont le représentant le plus connu est Claus Offe. Il y a de bons résumés de la typologie d’Esping-Andersen et de son mode de construction.

Les recherches sur les typologies se sont enrichies en intégrant progressivement les pays d’Europe de l’Est et ceux d’Europe méditerranéenne-sud-continentale, et en développant des dimensions supplémentaires comme le genre. Une autre expansion concerne les politiques de santé, qui sont multidimensionnelles et seulement partiellement assimilables à des politiques de prestations (cash payments) correspondant à un transfert salarial différé (income transfer).

Au cours des années 1990-2000, les réformes des États-providence européens ont montré que la typologie était finalement assez robuste, bien que les régimes d’États-providence aient considérablement changé—c’est d’ailleurs un bon critère pour évaluer une typologie que de vérifier qu’elle ne supprime pas le potentiel transformatif des objets classés.

Cependant, comme l’a signalé Henry Farrell, un article paru il y a déjà… deux ans (vous l’avez deviné, cette note est exhumée des archives-brouillons de ce blog) dans la Socio-Economic Review montre que l’on peut faire mentir une partie de cette typologie en observant uniquement les recettes des États-providence. Sous cet angle d’analyse, on observe que les États-Unis ont un système de taxation étonnamment progressif, et la Grande-Bretagne un système étonnamment régressif :

Il faudrait en dire beaucoup, beaucoup plus, mais il est impossible de rendre compte brièvement d’un courant de recherche aussi large, et qui continue à fournir des résultats extrêmement intéressants. Je mentionnerais juste que l’État-providence français est parfois difficile à ranger sagement dans les typologies existantes, pas au point de parler d’une “exception française” (et je rajouterais : heureusement), mais suffisamment pour parler d’une hybridation entre les différents régimes, qui s’observe également ailleurs.

Cette longue digression paraît aujourd’hui parce que j’ai récemment découvert que David Collier (encore lui) a mis en ligne une annexe d’un papier à paraître sur les typologies en politique comparée. On y trouve une liste des typologies couramment utilisées dans plusieurs branches de la science politique ; j’attends le papier lui-même avec impatience, car David Collier a toujours très bien écrit sur la conceptualisation, sur la méthodologie des recherches qualitatives et sur l’épistémologie des sciences sociales en général.

Pour tous ceux qui ne pourront, à raison, se satisfaire des quelques lignes de description ci-dessus au sujet des typologies d’États-providence, je renvoie aux deux ouvrages qui m’ont amené à ce sujet, tous deux signés par Bruno Palier : Gouverner la sécurité sociale (voir le premier chapitre) et La réforme des retraites, un petit ouvrage qui évoque synthétiquement la question, en plus d’expliquer clairement (ce qui est loin d’être évident) le fonctionnement des différents systèmes de retraite en Europe.