“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

Paru, à paraître

Très rapidement car toujours pas le temps :

Vu le prix des ouvrages, il va falloir calculer avec Noël… Même les ouvrages de l’EHESS, sur lesquels une effort a été fait, coûtent une petite fortune.

Le café reste en carafe pour l’instant, mais allez voir à côté pour une jolie explication de texte sur des thèmes qui me sont chers, les regex et le scraping.

Intérêt(s)

Hier s’est tenue la séance de l’atelier d’épistémologie “Comment fait-on des sciences sociales” (CoFSS) consacrée à la notion d’intérêt dans les sciences sociales. J’avais suggéré ce thème aux organisateurs l’an dernier, notamment lors du séminaire organisé à Foljuif, et au cours duquel les participants avaient décidé de consacrer leur deuxième année d’activité au thème des “inobservables” en sciences sociales.

On définit comme “inobservable” l’ensemble des concepts qui appartiennent au raisonnement sociologique mais qui ne sont pas justiciables de l’observation empirique : par exemple, les acteurs sociaux expriment régulièrement des “dispositions” ou des “intérêts” sans qu’il soit matériellement possible d’isoler une disposition ou un intérêt dans la réalité. Le problème épistémologique qui se pose est en définitive celui de la référence à des phénomènes non tangibles dans une science empirique.

Pour faire le lien avec mes travaux et mes billets récents, le problème de connaissance que pose les inobservables est analogue aux problèmes qui se posent lorsque l’on tente d’analyser une économie morale ou de comprendre ce qui constitue, dans les faits, l’opinion publique—avec toutes les erreurs que cela peut induire. Ces notions correspondent à des faits stylisés, et leur définition conceptuelle est par conséquent cruciale pour la justesse de l’analyse.

La notion d’intérêt me paraissait justiciable d’une réflexion collective dans le cadre de cet atelier. Il est en effet trivial d’analyser un acteur social en disant qu’il se comporte “en fonction de son intérêt”. Le problème, c’est que cette analyse est elle-même une mystification, car elle renvoie à l’intérêt propre de manière normative : il est obligatoire, voire rationnel, voire juste, de se comporter “en fonction de son intérêt”.

Les deux exposés de la séance ont magistralement déconstruit ce problème, en se servant principalement d’Hirschman, Friedman, Bourdieu et Mauss. Je ne suis pas certain d’avoir suffisamment décanté pour en tirer des conclusions définitives sur l’intérêt de la notion d’intérêt (waouh), mais je suis à présent convaincu que ce problème n’a pas de solution dans la littérature scientifique que l’on manie habituellement. Même la sociologie analytique, qui a beaucoup réfléchi au problème de l’intérêt et des préférences, me semble poser autant de questions qu’elle n’apporte de réponses.

C’est pour cette raison que j’attends impatiemment de pouvoir bientôt lire Dean Mathiowetz sur ce thème : son récent ouvrage Appeals to Interest prolonge les travaux de Stephen Holmes et rouvre l’historiographie de l’intérêt là où Hirschman l’avait laissée, en remontant jusqu’à la Rome antique. Philippe Schmitter a également écrit sur ce thème, lui qui s’est fait connaître par des travaux sur l’agrégation des intérêts au sein des groupes sociaux très tôt dans sa carrière.

Je réalise que je bafouille, dans ce billet, comme hier en séminaire : je n’ai toujours pas les idées claires au sujet de l’intérêt, et encore moins des intérêts au pluriel, même si cette question me (pour)suit depuis un texte d’analyse des politiques publiques où l’un des pôles explicatifs est construit autour de cette notion. Mais j’ai bon espoir d’arriver à en tirer, un jour, quelque chose de concret.

Exercices de process-tracing

Histoire de ne pas laisser croire que ce blog s’est définitivement converti aux trucs de geeks comme les expressions régulières ou la cartographie amateur, je signale que David Collier a mis en ligne des exercices de process-tracing en prévision de la prochaine édition de Rethinking Social Inquiry, un instant classic de la méthodologie qualitative.

Voilà un document utile pour concrétiser une méthode de recherche encore un peu flottante. En langue française, on en trouve mention dans de rares travaux pas vraiment relayés aux sommets de la discipline, mais j’avais beaucoup apprécié le papier de Pierre-Louis Mayaux au Congrès AFSP 2009, qui l’évoquait assez longuement. Idéalement, la preuve de la validité du process-tracing comme méthode de recherche (et pas d’enquête) se fera sur le terrain doctoral, dans quelques thèses qui devraient se terminer dans les années à venir.

La Revue française de science politique a récemment publié un article de Pierre Favre qui évoque les nouveaux paradigmes de la science politique française, qui connaîtrait une période de révolution scientifique. L’article enterre la socio-histoire du politique et la sociologique “structurale-constructiviste” dans un même cercueil (les années 1990) “empiriquement progressif” mais “théoriquement dégénératif”, et promet le titre de paradigme aux problématiques qui se développent en ce moment, dans une nouvelle science politique française qui aurait adopté la culture épistémique d’une science naturelle (p. 1002). Pierre Favre identifie les nouveaux paradigmes avec moins de précision – ce que la théorie des paradigmes scientifiques elle-même explique bien – mais mentionne implicitement la science politique de l’Union européenne comme berceau de la nouvelle science politique française.

Je cite cet article pour deux raisons1 : d’abord, parce que l’article de Pierre Favre constitue lui-même une forme de tentative de process-tracing épistémologique ; ensuite, parce que cette technique fait probablement parties des cadres d’analyse amenés à connaître un très large succès au sein de la science politique française, si celle-ci prolonge son assimilation des problématiques néo-institutionnalistes jusqu’aux cadres méthodologiques du case study sur lesquels reposent une large partie des études de ce courant de recherche.

  1. Pour trois raison en réalité : j’ai personnellement intérêt à ce que sa vision des choses soit correcte, vu que j’inscris mes propres recherches dans un courant actuellement en formation autour des institutions, qui succède à l’institutionnalisme en lui donnant plusieurs axes de travail supplémentaires. []