Utiliser les résultats électoraux du ministère de l’intérieur

Toux ceux qui ont eu à utiliser un jour ou l’autre les fichiers de résultats électoraux diffusés par le ministère de l’Intérieur français savent que ceux-ci nécessitent un assez lourd travail de mise en forme afin d’être exploitables, en tout cas pour les élections pour lesquelles l’offre électorale n’est pas homogène sur le territoire (c’est-à-dire toutes sauf les présidentielles). En effet, les fichiers Excel diffusés par le ministère comprennent une ligne par territoire (commune, par exemple), et autant de colonnes que nécessaires pour mettre les résultats de tous les candidats. Il serait pourtant tellement simple de mettre le fichier en format « long », c’est-à-dire une ligne par combinaison territoire/candidat… Mais il faut croire que personne au ministère n’a jamais eu à lire un de leur fichier dans R ou un autre logiciel de statistiques (ou de cartographie). Au passage, on peut regretter que le site data.gouv ne demande ni même ne suggère à ses contributeurs de fournir les données en format tabulaire…

Quoi qu’il en soit, ceux qui ont à utiliser ces données ont généralement créé leurs petites routines pour traiter ces données. Sous Excel, le processus est particulièrement douloureux. Je me rappelle avoir fait planté des ordinateurs en faisant tourner des macros VBA…

Ayant eu à bricoler un script sous R pour importer ce genre de fichiers, j’ai décidé de le diffuser – ce qui a le mérite de m’obliger à le nettoyer un peu, et ce qui permettra, je l’espère, que d’autres l’améliorent. J’ai donc créé un tout petit package (il n’a qu’une fonction !) que j’ai mis sur mon compte Github.

Précision importante : le script, à l’heure actuelle, agrège les résultats en fonction des étiquettes attribuées par le ministère de l’Intérieur. C’est une limite importante, mais qui suffit à la plupart des utilisations courantes.

C’est une version 0.1 mais qui est fonctionnelle. À l’heure actuelle, traiter le fichier de résultat des européennes par communes (36762+ lignes, 227 colonnes) prend de l’ordre de cinq minutes sur un ordinateur de bureau classique. Ce n’est pas dramatique mais c’est un peu long. À l’avenir, je vais essayer d’accélérer cela – a priori en codant le cœur du script en C++, ce qui me forcera à m’y mettre. Mais peut-être d’autres auront-ils d’autres pistes – je ne suis pas sûr que mon algorithme soit optimal.

Sur ma todolist également : construire une application Shiny autour du package, pour que ceux qui n’utilisent pas R puissent quand même l’utiliser pour transformer leurs données.
Autre idée : permettre d’agréger les résultats autrement que par étiquette. C’est techniquement assez trivial, mais ça pose des problèmes de fond, du fait de l’hétérogénéité territoriale de l’offre électorale. Mais on pourrait imaginer la possibilité, par exemple, que l’utilisateur fournisse au script une sorte de « dictionnaire » associant les listes ou candidats à une nomenclature spécifique.

Je suis preneur en tout cas de tous les retours et suggestions des utilisateurs ! Et j’espère que ce sera utile à quelques uns !

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au Congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du Congrès de l’Association Française de Science Politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 (lien mis à jour) intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.

Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.

Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.

Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

Les jeunes et le vote FN, dans Libé

(Disclaimer : billet initialement publié sur mon blog.)

J’ai été interviewé il y a quelques temps par une journaliste de Libé à propos du vote des jeunes en faveur du FN. Mes propos ont été (partiellement) repris dans un papier (version en ligne réservée aux abonnés) publié dans le Libé d’hier, que je me permets de reproduire ci-dessous.

Les propos qui sont reproduits sont fidèles à ce que j’ai dit, mais malheureusement incomplets. J’avais en effet commencé par émettre quelques réserves méthodologiques. Celles-ci me semblent essentielles : en effet, sans a priori porter de jugement définitif sur le sondage comme outil de connaissance, on peut sans doute s’accorder sur le fait que les jeunes font partie des cibles les plus difficiles à appréhender au moyen de cet outil, pour des raisons principalement pratiques (faible taux d’équipement en téléphone fixe, etc.). En l’occurrence, le sondage de l’IFOP cité par Libé porte non pas sur « les jeunes » mais sur les primo-votants – ceux qui voteront pour la première fois en 2012. Malheureusement, le journal n’en rapporte les caractéristiques techniques que de manière partielle : l’échantillon est assez petit (805 répondants), mais surtout il a été administré sur le web (CAWI). Or, si l’utilisation de cette méthode fait l’objet d’importantes controverses chez les chercheurs, on sait qu’elle a tendance à surreprésenter ceux qui ont les opinions les plus affirmées, les plus extrêmes. Comme d’habitude, on ne sait pas exactement comment a été constitué l’échantillon – plus il est spontané, et plus ce biais est important. Il convient donc de prendre les chiffres fournis avec précaution.

Autre élément conduisant à relativiser les résultats de l’enquête : le degré de certitude des choix. D’une part, l’indice de participation à la présidentielle des enquêtés (dont on ne sait pas bien comment il est calculé, au passage) ne s’établit qu’à 70, contre 90 pour l’ensemble des Français. D’autre part, 59 % des enquêtés déclarent qu’ils peuvent encore changer d’avis. Les jeux sont loin d’être faits…

Pour ma part, et au-delà de l’aspect « course de petits chevaux »; je soulignerais deux enseignements intéressants de cette étude :

  • Le poids de la télévision comme moyen d’information sur la campagne. On aurait pu s’attendre à ce que, dans la tranche d’âge 18-22 ans, le poids des « nouveaux médias » soit important, d’autant plus lorsqu’on les interroge sur le web… eh bien, pas du tout. 81 % d’entre eux déclarent s’informer par la télévision (dont 55 % en premier choix), contre 36 % seulement pour les sites Internet d’information (et 12 % en premier choix). On peut certes y ajouter les sites et blogs des candidats (12 %, 3 % en premier choix), Facebook (11 et 3 %) ou twitter (6 et 2 %), ça ne fait toujours pas le poids. Voilà qui confirme ce qu’écrivait il y a quelques jours Vincent Glad à ce propos.
  • Les thèmes qui préoccupent ces jeunes enquêtés sont surtout l’emploi et la formation, le pouvoir d’achat, l’éducation et le logement. Avis aux candidats…

Un sondage réalisé par l’Ifop montre que près d’un quart des «primo-votants» choisiraient Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.

Par PASCALE NIVELLE
Près d’un jeune sur quatre voterait Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle, selon un sondage parmi les «primo-votants», qui n’ont jamais mis un bulletin dans une urne (1). Ceux qui iront voter, un peu plus de la moitié, et parmi eux ceux qui sont certains de leur choix, mettent Marine Le Pen après François Hollande. Mais un peu avant Nicolas Sarkozy.

«Les jeunes ne sont pas passionnés par la campagne et ne se retrouvent pas du tout dans le clivage droite-gauche», avance Mikael Garnier-Lavalley, représentant de l’Association des conseils d’enfants et de jeunes, qui a commandé le sondage. «Ceux qui votent à droite, notamment, semblent se poser des questions sur le président sortant.» Au second tour, la jeunesse met ses pas dans ceux des plus anciens, avec François Hollande devant Nicolas Sarkozy. Au premier, elle exprime son rejet du «système», sourde aux injonctions de «vote utile».

«Porte-voix».«C’est un vote protestataire, surtout chez les moins diplômés, qui se sentent invisibles, explique Anne Muxel, directrice de recherches au Cevipof. N’oublions pas que plus d’un tiers de la tranche 18-24 ans n’a pas le bac. Déjà au travail ou déjà au chômage, ces jeunes sont en première ligne de la fracture sociale et culturelle, ils se sentent exclus. Marine Le Pen est leur porte-voix, pour des raisons assez peu idéologiques.» Pour la sociologue, auteure d’Avoir 20 ans en politique (2), «les jeunes peu éduqués trouvent chez Marine Le Pen un écho à leurs inquiétudes : l’emploi, le logement ou le pouvoir d’achat. Ces sujets ne préoccupent pas les étudiants, qui votent plutôt Sarkozy, quand ils sont à droite».

Depuis les événements de Toulouse, la donne pourrait être modifiée : «Pour la première fois depuis longtemps, la question de l’insécurité et de la délinquance n’était pas au centre de la campagne, note Mikael Garnier-Lavalley. On peut supposer que l’on va y retomber, sans savoir encore qui de Nicolas Sarkozy ou Marine Le Pen en sortira favorisé chez les primo-votants.»«Avec l’arrivée du terrorisme dans la campagne», Frédéric Dabi, de l’Ifop, s’attend lui aussi à de nouvelles tendances : «Les thématiques sécuritaires peuvent très vite revenir et infléchir le vote.»

Joël Gombin, auteur d’une thèse sur le vote FN en région Paca pour l’université de Picardie, situe lui aussi les jeunes attirés par le bulletin frontiste dans les classes populaires : «Leur vote manifeste une certaine défiance, mais il n’est pas motivé idéologiquement, on n’est pas face au noyau dur de l’électorat du FN.» Et donne des raisons historiques : «Dans les années 80, en raison des syndicats, la socialisation politique se faisait dans les entreprises et le monde ouvrier était attaché à la gauche. La nouvelle génération arrive dans le monde professionnel à une époque marquée par la déstructuration, ce qui explique la tentation FN. Ce n’est pas un vote d’adhésion, qui suppose une connaissance précise des programmes, mais plutôt une absence de culture politique et un signal destiné au personnel politique.»

Les jeunes représentent un atout important pour le FN, «parti attrape-tout par excellence», explique Joël Gombin, et qui fait un gros travail de terrain auprès de cette tranche d’âge. En votant pour le Front, cependant, les 18-22 ans «expriment une grande désillusion par rapport au monde politique», sans intention d’amener au pouvoir un candidat qui changera le monde.

«Enraciné». Ils n’ont pas la même vision du parti de Marine Le Pen que leurs parents : «Pour les générations plus anciennes, analyse l’universitaire. le FN reste une formation récente, avec un statut à part. Leurs enfants l’ont toujours connu, c’est à leurs yeux un parti enraciné dans le paysage, un acteur important de la politique au même titre que les autres. Ils ont construit leurs représentations politiques dans un contexte très différent, cela lève des obstacles au vote pour le FN.»

Sylvain Crépon, sociologue à l’université Paris-Ouest-Nanterre et auteur d’une Enquête au cœur du Nouveau Front national (3), constate pour sa part «un effet Marine Le Pen chez les jeunes». Par sa personnalité, son langage et son style de vie, elle aurait marqué une rupture avec son père, homme de l’OAS et de la Seconde Guerre mondiale : «L’identification avec cette femme divorcée deux fois, mère d’une famille recomposée, en union libre, est assez extraordinaire. Il y a un côté transgressif dans sa personnalité et son discours, qui en fait la chef d’un parti rebelle, antisystème.» Le sociologue, qui a longuement enquêté sur le terrain, a rencontré beaucoup de jeunes séduits par «son discours simple et compréhensible». Il a aussi fait le constat que «moins on est éduqué, plus on adhère aux idées du Front national».

(1) Réalisé par l’Ifop, du 22 au 28 février, auprès de 805 personnes.

(2) Le Seuil, 2010

(3) Nouveau Monde éditions.

Abstention

Non, le titre de cette note n’est pas une indication de vote. Au contraire, j’aimerais attirer l’attention sur quelques chroniques récentes, à défaut de pouvoir écrire quoi que ce soit de réfléchi de mon côté :

  • Éric Dupin, “Performance du FN et piège républicain.” La chronique est confirmée par la page du Canard enchaîné de cette semaine : l’exécutif pense déjà au second tour de l’élection présidentielle de 2012, espérant pouvoir à nouveau phagocyter l’électorat d’extrême-droite. Si l’électeur frontiste est un animal bayésien, même naïf, cette stratégie est vouée à l’échec.
  • Pierre Maura, “Le FN progresse-t-il vraiment partout ? Attention aux chiffres !” L’argument principal incite à la prudence quant à l’augmentation supposée nationale de l’extrême-droite. Le conseil de méthode que je donne aux étudiants est assez simple à cet égard : ne jamais lire les fréquences (pourcentages de votants), toujours se reporter aux écarts de suffrages depuis la dernière élection comparable, même si cette méthode arrive parfois aux même conclusions.
  • Camille Peugny, “Le terreau du Front National.” L’auteur note la montée du vocabulaire “psychologisant” dans la description de la société. Je ne sais pasi si l’on peut réellement parler d’une augmentation mesurable, mais ce qui est sûr, c’est que la science politique n’est pas neutre de ce point de vue : “fantasme”, “crise de nerfs”, “non-dit”, tout y est.

Mon opinion irréfléchie, pour terminer, sur le scrutin : du peu que j’en sais, l’élection cantonale utilise un découpage des circonscriptions à peu près aussi honnête vis-à-vis de la démographie nationale que les rotten boroughs de l’Angleterre d’avant 1832, avec des ratios territoriaux qui donnent le même nombre de sièges à une poignée d’électeurs dans l’ouest et à un millier d’entre eux dans l’est. Je laisse le soin aux spécialistes de publier le design exact de l’élection.

L’abstention peut aussi contenir un message méta-électoral lorsque le scrutin lui-même utilise une architecture intuitivement incompatible avec la notion de démocratie représentative. Et toutes mes félicitations au passage à Bernard Henri-Lévy, élu dès le premier tour au poste de Ministre parallèle à l’Échec diplomatique.

Rien à voir, ou presque : histoire d’assurer ma propre publicité dans le champ scientifique, je vous recommande le séminaire “Figures médiatiques de la représentation”, également consultable en ligne grâce à la plateforme Hypothèses sur laquelle je rédige ce blog et dans laquelle je suis impliqué en tant que membre du conseil scientifique. J’ai récemment participé au séminaire en tant que discutant, et en suis très content. Merci à Gaël pour son invitation, et à tous les participants pour le reste.

Le séminaire n’avait rien à voir avec BHL, mais les termes de “figures médiatiques de la représentation” me sont venus spontanément en rédigeant ce billet.

La sociologie électorale, la nouvelle généalogie ?

Il est des disciplines savantes qui intéressent un large public, qui les pratiquent, avec parfois autant voire plus de savoir-faire, de temps et de passion que les savants professionnels. A titre d’exemple, évoquons la généalogie ou l’astronomie, dont l’engouement auprès d’un large public ne se dément pas. D’un pur point de vue scientifique, et bien que d’aucuns seraient tentés de dénigrer l’incursion du profane dans leur champ, cette participation des amateurs est très profitable : ils disposent en effet d’une ressource rare, le temps, qui fait souvent défaut au scientifique professionnel (quiconque a déjà fréquenté les archives sait qu’on y trouve essentiellement des retraités se livrant à des recherches généalogiques). De plus, les effectifs d’amateurs, bien supérieurs à ceux des chercheurs professionnels, permettent depuis longtemps ce qu’on appellerait, à l’heure du web 2.0, le « crowdsourcing ». L’histoire de l’astronomie est là pour en attester, puisque de nombreux objets stellaires ont été découverts par des amateurs. De même, la connaissance généalogique acquiert grâce au travail de fourmis de milliers de passionnés une ampleur qui serait sinon impossible.

Le même phénomène serait-il en train de se produire avec la sociologie électorale ? Peut-être bien. Plusieurs indices concordent. Ainsi, la Coopol, développée par l’équipe de Benoît Thieulin, vient de lancer un outil permettant aux militants socialistes de mener leurs campagnes électorales. N’étant pas membre du PS, je n’ai pu tester cet outil, et doit donc m’en remettre aux explications données par le communiqué du PS. Elles sont relativement floues : je ne sais pas quel est le découpage territorial choisi (probablement des IRIS, vu la taille de 2000 habitants par unité annoncée), et si certaines données sont classiques (part des différentes CSP, résultats électoraux), d’autres sont plus mystérieuses (« abstentionnistes de gauche » et « indécis ») : le communiqué indique qu’elles ont été « élaborées par des chercheurs qui travaillent sur des enquêtes d’opinion ». Dans ces conditions, je serais curieux de savoir comment ces données ont été géolocalisées au niveau des IRIS…

Autre initiative, un peu différente : celle lancée par plusieurs acteurs du Net, plutôt orientés web social et 2.0 (owni.fr, 22 mars, la Netscouade, Regardscitoyens.org…), et intitulée « Libérons les bureaux de vote ». Il s’agit, en recourant au crowdsourcing, de constituer une base de données de tous les bureaux de vote français en les géolocalisant. Les utilisations qui pourraient être faites de ces données ne sont pas explicitement mentionnées ; compte tenu des initiateurs de l’opération, on peut imaginer qu’elles servent aussi bien pour des usages non lucratifs et « citoyens » que dans le cadre – marchand – des activités de conseil de 22Mars ou la Netscouade. Je ne serais ainsi pes surpris de retrouver un jour ces données sur la Coopol…

En tout état de cause, et dès lors que ces données seront publiques et exploitables, ces initiatives – qui s’inscrivent, au moins pour la deuxième, dans un mouvement assez large de revendication de publicisation des données produites par les gouvernements ainsi que de « data journalism » – me semble très positif à tous égards. Je pense qu’il est bon que le commentaire sur la chose électorale cesse d’être un discours ésotérique, que seuls quelques initiés – généralement nourris de sondages… – seraient autorisés à tenir. Avec des données ouvertes, chacun pourra tester, retester, vérifier, falsifier les discours tenus sur ces sujets dans l’espace public. Ce sera sans doute parfois à tort et à travers – et ce d’autant plus que le grand public comme les journalistes manquent, en France, de culture statistique. Mais gageons que les choses ne feront que s’améliorer de ce point de vue.

Dernière chose : on peut s’étonner de l’absence , totale pour autant que je puisse en juger, des électoralistes professionnels de ces projets. Désintérêt de leur part ? Manque d’affinités avec la culture web sous-jacente à ces initiatives ? Méfiance de la part des initiateurs de ces projets ? Je ne sais. Je suis pourtant persuadé que ces deux mondes, savants de la chose électorale et amateurs éclairés et intéressés à divers titres, auraient beaucoup à gagner à se rencontrer, échanger et collaborer.