La saison de la chasse n’était pas ouverte. Au sujet de Russeurope

Récemment, des scientifiques respectables – au-delà du fait que certains d’entre eux peuvent légitimement aspirer au statut de chercheurs éminents – ont protesté contre la fermeture, par la plateforme qui héberge également le blog que vous êtes en train de lire, du blog Russeurope, rédigé par l’économiste Jacques Sapir.

La « fermeture » du blog n’a pas supprimé ses archives, qui restent disponibles à la même adresse, et partout ailleurs sur Internet où Jacques Sapir aura souhaité reproduire ses billets—ce qu’il a longtemps fait sur un blog hébergé par l’hebdomadaire Marianne. Cette reproduction de billets à l’identique sur deux plateformes aux objectifs très différents vous donne un indice sur ce qui suit, et l’exemple ci-dessous illustre la reproduction à l’identique, fautes d’orthographe incluses :

Ce n’est pas la première fois que je parle du blog de Jacques Sapir : ce billet de mars dernier en parlait déjà. La date de publication du billet vous laisse deviner qu’à l’époque, le Conseil scientifique francophone d’Hypothèses – auquel j’appartiens depuis des plombes – discutait déjà du « cas Sapir ». Cela vous donne une idée de la longueur des débats ayant eu lieu en amont de la décision de fermeture mise en place fin septembre1.

Quelques éléments de discussion

Le billet que je viens de citer contient tout ce que j’avais à dire, à l’époque, sur la distinction savant/politique. Je ne vois rien à y rajouter dans le cadre de l’actuel « débat » – ou plutôt, de l’effusion de réactions sur les réseaux sociaux, et l’on m’accordera, j’espère, que ces deux choses sont différentes, dans la mesure où les coups de sang sur Facebook ou Twitter sont rarement accompagnées d’une preuve que leurs auteurs se sont convenablement renseignés sur l’historique de la décision2.

Deux blogueurs ont réagi, plus en longueur que par des messages laconiques, à la fermeture du blog de Jacques Sapir : Olivier Ertzscheid, hébergé en dehors de la plateforme Hypothèses (et il explique pourquoi), et Éric Verdeil, sur son blog Rumor (merci à Loïc Le Pape pour le signalement des deux blogs).

Ces deux blog ont – chose rare sur les blogs scientifiques – suscité de véritables discussions dans les commentaires de leurs billets : le billet d’Olivier Ertzscheid contient plusieurs commentaires de Sylvain Piron, qui publie régulièrement sur plusieurs blogs d’Hypothèses, et le billet d’Éric Verdeil contient lui aussi différents commentaires, dont un commentaire de Pierre Mounier, ami de longue date et lui aussi membre du Conseil scientifique d’Hypothèses.

Je renvoie à tous ces éléments pour ne pas perdre mon temps à répéter ce qui a déjà été dit et écrit, le plus souvent mieux que je ne serai jamais capable de le faire.

En revanche, je passe sous silence ici celles des défenseurs de Jacques Sapir, dûment rameutés par le blog qui héberge désormais ses billets ; vous aurez tout le loisir de les découvrir par vous-mêmes, dans plusieurs dizaines de versions différentes, voire plusieurs centaines si, comme Marin Dacos (directeur de la plateforme OpenEdition, également un ami) ou son « supérieur hiérarchique » (sic !), vous avez eu l’occasion de les voir se rabattre sur vos coordonnées professionnelles.

Un résumé personnel de la décision

Pour compléter ces éléments, je copie ci-dessous, avec ajustements mineurs, un commentaire que j’ai posté sur mon mur Facebook en réponse au commentaire d’un ami. Je n’ai pas demandé l’autorisation de publier ce commentaire à qui que ce soit, mais ne vois aucune raison valable de ne pas le reproduire en public. Le texte répond à la question : pourquoi suspendre la publication du blog de Jacques Sapir ?

De mémoire, l’hébergement [du blog] n’a posé aucun problème pendant plusieurs années, les contenus n’étant de toute façon surveillés ni avant, ni après publication (le Conseil scientifique n’intervient qu’à la demande d’ouverture des blogs). En revanche, des signalements [de billets inappropriés] sont parvenus [au Conseil scientifique] au moment où Jacques Sapir s’est rapproché du Front national et a commencé à politiser ses billets, avec des « pics » observables aux périodes électorales.

S’il faut un repère plus précis, j’ai personnellement gardé en tête le passage sordide de son blog où Jacques Sapir s’en est pris très directement à un journaliste du Monde, en faisant tout le nécessaire pour rameuter la meute de l’extrême-droite française vers ce journaliste, photo de visage et coordonnées – personnelles ? professionnelles ? je ne sais plus – à l’appui. Ce n’est qu’un exemple, récent, mais je me souviens avoir signalé et examiné d’autres comportements inadmissibles de Jacques Sapir sur son blog [voir le commentaire pré-cité de Pierre Mounier]. Aucun contenu n’ayant été censuré, sinon par Jacques Sapir lui-même, [le lecteur pourra] retrouver tout ça sur son blog.

Je pense pouvoir dire, sans trahir la confiance du Conseil scientifique, que le délibéré dudit Conseil a pris suffisamment de temps pour que les problèmes évoqués ci-dessus ne soient pas traités de manière légère ou épidermique, mais ont bien donné lieu à un débat contradictoire (dont je ne me souviens plus du détail, sinon que [plusieurs amis ou connaissances siégeant au Conseil scientifique d’Hypothèses] y avons pris part, avec des avis différents), et à un délibéré indépendant de la direction de la plateforme, en la personne de Marin [Dacos], qui confirmera ou infirmera mon souvenir de la chose, et qui corrigera aussi peut-être un élément de la discussion : le Conseil scientifique (où je siège) n’est pas responsable de la suspension du blog—c’est l’équipe d’OpenEdition qui a pris cette décision, sur avis, et après consultation et délibération, dudit conseil.

Ce que j’appelle « billets inappropriés » dans mon annotation ci-dessus a, je le rappelle, déjà fait l’objet d’un billet précédent.

En revanche, ce que j’appelle « billets inadmissibles » est d’un autre ordre. Plus haut, je fais allusion à une opération de « rameutage », cette opération de guidage d’une meute vers un gibier généralement inférieur en nombre. Dans le cas de Marin et de son « supérieur hiérarchique » (je rigole encore de l’expression), il s’agit d’un rameutage sur des coordonnées et des « hiérarchies » professionnelles, et l’on devra admettre qu’il puisse s’agir d’une opération menée « de bonne guerre », comme cela peut se dire.

Néanmoins, lorsque le rameutage se fait menaçant et se fonde sur des éléments de la vie privée des individus-devenus-gibiers, comme ce fut le cas lorsque Jacques Sapit prit l’initiative de publier, à plusieurs reprises, le portrait du journaliste du Monde cité plus haut, on rentre dans la catégorie du doxing, du téléguidage malsain, et des incitations, à mon sens, inadmissibles.

En réponse aux futures objections

Pour terminer, un message aux lecteurs de ce billet qui souhaiteront peut-être m’objecter :

  1. que je n’ai pas d’humour (noir)
  2. que je prends les choses trop à coeur
  3. que le visage d’un journaliste fait partie de ses coordonnées professionnelles
  4. que tout ce qui est public au sujet d’un individu doit pouvoir être librement réutilisé
  5. et que n’importe laquelle des objections ci-dessus est suffisante

Je répondrais :

  1. lolwat
  2. C’est vrai dans certains cas.
  3. lolwat
  4. lolwat
  5. C’est vrai, mais lolwat.

Pour conclure, désormais.

Ce billet fournit les éléments qui m’ont personnellement amené à estimer légitime l’arrêt de la publication des billets de Jacques Sapir sur la plateforme Hypothèses. Peut-être s’agit-il, comme objecté au point 2 ci-dessus, d’une position déséquilibrée ; néanmoins, ayant largement eu le temps de la formuler au sein du débat contradictoire évoqué plus haut, je pense pouvoir éliminer cette objection dans le cas présent.

Le reste des membres du Conseil scientifique francophone de la plateforme, de même que la direction de la plateforme, ont produit d’autres motifs. Néanmoins, de mon point de vue, Jacques Sapir a, au moins une fois, versé dans le « rameutage » tel que défini plus haut, et personnellement, ce seul élément me suffit.

Car sur une plateforme de blogs scientifiques, la saison de la chasse n’est jamais ouverte.

Il ne me reste qu’à souhaiter à Jacques Sapir d’aller pratiquer ses méthodes d’établissement du débat d’idées où bon lui semble, et de préférence, ailleurs que là où l’on me demandera mon avis sur ces méthodes.

  1. Quant au billet que vous êtes en train de lire, il a été rédigé en fin de semaine dernière, dimanche 8 octobre ; comme souvent, je rédige mes billets quelques jours avant leur publication, afin de jeter un dernier coup d’oeil avant publication effective. []
  2. J’emploie le terme « historique » à dessein, ne serait-ce que pour me détacher de l’ironie qui veut que les réactions les plus outrées que j’ai lues çà et là émanent d’historien(ne)s reconnu(e)s, et à très juste titre pour le peu que j’en sais, pour leurs contributions à cette discipline. []

La retranscription d’un entretien par Pierre Bourdieu

D. Guéranger, A propos de trois problèmes pratiques de l’écriture sociologique. La retranscription d’un entretien par Pierre Bourdieu, communication pour la conférence Enjeux (et) pratiques de l’écriture en sciences sociales :

Pour l’inscrire dans la problématique générale du colloque, je précise que mon intervention a pour objectif de réfléchir aux enjeux liés à l’activité particulière qu’est l’écriture sociologique, en partant de l’analyse d’une pratique spécifique d’écriture, à savoir la retranscription d’un entretien. En d’autres termes, quels sont les problèmes pratiques posés par la retranscription des entretiens ? Et à quels enjeux et débats plus généraux renvoient-ils ?

Ma réflexion se base sur l’extrait d’un entretien réalisé par Pierre Bourdieu et publié dans La Misère du monde (1993). Le hasard a voulu que, au détour d’une conversation avec un collègue, je puisse récupérer la publication du verbatim de cet entretien, dans sa version originale, suivi d’une courte note de travail rédigée par le sociologue sur les problèmes de transcription (1996). L’analyse que je propose ici s’appuie donc sur deux types de matériaux : les retranscriptions proprement dites et les commentaires écrits de celui qui retranscrit. Ma démarche consiste à comparer les deux versions de la retranscription, et à considérer que les transformations observées constituent la réponse de l’auteur aux problèmes pratiques qu’il soulève dans ses notes de travail. [15 pages]