La science politique et… Trump

trump-last-hope Donald J. Trump est désormais presque certain de devenir le prochain, 45e président des États-Unis d’Amérique, à la suite d’une campagne qui en avait fait le monarque temporaire d’une clientèle électorale très dévouée et très extrême dans ces positions, qu’il s’agisse de son opinion vis-à-vis de l’opposition ou des promesses électorales du candidat.

Si vous revenez d’un voyage inter-stellaire, contentez-vous d’aller lire la page dont est extraite l’image ci-jointe pour voir de quoi je parle.

Bon, par où on commence ?

Pour commencer, un petit rappel du mois d’août de cette année :

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Dans ce même billet, j’évoquais les mécanismes d’investiture et la clientèle électorale des États-Unis. Ces facteurs reviendront dans un billet plus complet, mais j’ai déjà discuté, en septembre, du ressentiment racial et de ses possibles conséquences électorales.

Souvenons-nous simplement que le pays qui vient d’élire Donald Trump est le même pays dans lequel plusieurs individus plus ou moins isolés ont récemment pris les armes pour aller assassiner des congrégations noires dans des églises, avec l’intention affichée de déclencher une « guerre raciale » (Donald Trump a reçu le parrainage du Ku Klux Klan).

Enfin, dans un billet plus récent, j’évoquais le fait que Trump avait émis un doute sur la validité du processus électoral, et sur sa reconnaissance du résultat en cas de défaite. Transition parfaite vers la suite.

Les inquiétudes de la science politique

Cette entorse à la légitimité procédurale de la démocratie est le premier critère sélectionné par plusieurs centaines de politistes américains dans un courrier qui résume leurs craintes, que je partage, à l’égard d’une « présidence Trump » :

trump-statement-of-concern

La liste des motifs d’inquiétude est reproduite ci-dessous, sans commentaire de ma part. Je précise juste que mes propres craintes portent toujours sur ce que je connais le moins bien (ou pense le moins bien connaître) : les relations internationales1.

1. He has cast doubt on the validity of the election process, without any supporting evidence.

2. He has stated that he may reject the outcome of a free election if he does not win.

3. He has encouraged supporters to engage in voter suppression and intimidation.

4. He has threatened to jail the leader of the opposition party.

5. He has questioned the independence of the judiciary and the impartiality of judges based on their race, ethnicity, religion, and parentage.

6. He has impugned the loyalty of citizens and other persons in the United States on the basis of race, ethnicity, religion, and country of birth.

7. He has endangered freedom of the press by intimidating individual journalists, banning major news organizations from his rallies, and promising to change libel laws.

8. He has called for the proliferation of nuclear weapons.

9. He has threatened to destroy the strategic basis of NATO, the most important security alliance of the last seventy years, by questioning the commitment of the United States to regard an attack on any member state as an attack on all.

For all these reasons and despite our own indifference on matters of politics and partisanship, we stand united in the conviction that a Trump presidency would pose a grave threat to American democracy and to other democratic governments around the world.

Notons, pour terminer, que ce courrier est parfaitement exceptionnel : la science politique n’est pas un média qui prend position sur un ou plusieurs candidats à chaque cycle électoral. Ici, c’est virtuellement toute la profession états-unienne qui s’est mobilisée pour exprimer une liste de craintes, fondées en grande partie dans l’observation des comportements anti-démocratiques qui s’observent habituellement en dehors des démocraties libérales plutôt qu’en leur sein.

Mais les temps changent… Et il faut chercher à comprendre comment et pourquoi.

Plus de commentaires dans les jours à venir

meny-surel-populisme Plus de commentaires sur l’élection elle-même dans quelques jours, une fois que j’aurai complètement absorbé l’idée que cette voix insupportable qui sort de mes enceintes pour appeler à la déportation en masse de populations civiles et à la prolifération d’armements atomiques est celle du commandant en chef de la plus importante force armée mondiale.

Peut-être devrais-je relire, entre-temps, ce livre qui m’avait été proposé au lycée… « Par le peuple, pour le peuple »… Espérons-le, mais ça a quand même l’air assez mal barré. Le personnage est affligeant, l’événement est traumatique, le processus est spectaculaire, et les causes sont inquiétantes.

Espérons que le futur soit aussi faiblement indexé sur le présent que possible.

  1. C’est pour cette raison que ce qui m’inquiète le plus au sujet du Brexit est l’avenir du Good Friday Agreement en Irlande du Nord, et que ce qui m’inquiète le plus au sujet de Trump est sa future politique étrangère et militaire, au sein de l’OTAN et en matière de (non-)prolifération nucléaire (points 8 et 9 du courrier). La marge de manoeuvre du président américain dans ces domaines est beaucoup plus importante qu’au niveau domestique. []

Feuilletons « Trump » et « Brexit » : deux documents

  • Ce sondage sur le respect d’un critère procédural de la démocratie représentative : admettre la défaite face à l’adversaire, Donald Trump ayant refusé de reconnaître, ce qui n’est d’habitude qu’une formalité, qu’il reconnaitrait sa défaite. À vrai dire, je suis surpris que si peu de sondés – donc placés dans une situation déclarative – ne prévoient pas de prendre les armes dans la situation inverse…

    surveymonkey-poll

    L’élection présidentielle américaine de 2016 est tellement, comment dire, absurde, qu’on est même en droit de se demander ce qui se passerait si Trump perdait et refusait le résultat : y aurait-il vraiment des groupes qui se constitueraient pour épuiser tous les moyens, légaux ou non, pour contester l’élection ? Y aurait-il vraiment des groupes prêts à prendre les armes pour renverser un gouvernement jugé illégitime, comme cela se produit régulièrement ailleurs ?

    La question paraît, à juste titre, absurde—mais que penser des groupes de vigilantes sillonnant sur la frontière sud du pays, qui se situent déjà aux lisières de la loi ? Quant aux gouverneurs des États fédérés, se laisseraient-ils gouverner, justement, par un président dont beaucoup d’entre eux (et pas seulement les démocrates, au sens partisan du terme) auraient intérêt à se désolidariser de la manière la plus ferme possible ? Même question, enfin, pour les circuits judiciaires, qui ne se prononcent pas sur les élections, mais qui, en cas de victoire de Trump, auraient très certainement un comportement plus discret mais tout aussi intéressant.

    À ceux qui répondraient que Trump pourrait utiliser les ressources du gouvernement fédéral contre lui-même, pour punir les récalcitrants à son arrivée au pouvoir, détrompez-vous : Trump n’a aucun relais dans l’administration, et comme il n’aura aucune succession politique même s’il devient président, aucun calcul de moyen-terme ne fonctionnera à son avantage. Il aura, de plus, toutes les ressources du « Speaker of the House« , Paul Ryan, contre lui1, et très certainement autant de « faux alliés » dans ses rangs, en service commandé pour saboter son gouvernement, que de vrais opportunistes prêts à faire ou dire n’importe quoi pour lui—Rudolph Giuliani étant, à ce titre, l’équivalent américain ponctuel de Brice Hortefeux sous Nicolas Sarkozy.

    En attendant, les minauderies de Trump, qui comme tant de choses à son sujet ne semblent avoir aucun fondement rationnel, m’ont néanmoins rappelé cette citation, beaucoup plus intelligente et subtile, de Robert Dahl, que j’aime bien poser en sujet de khôlle : « In a rough sense, the essence of all competitive politics is bribery of the electorate by politicians« …

  • Ce témoignage, aussi long qu’intéressant, sur le Brexit, vu par David Korski, l’architecte de la campagne des premiers perdants (l’équipe primo-ministérielle de David Cameron). Les « spads » se confient plus rapidement aux médias que les hauts fonctionnaires, qui attendent plutôt leurs vieux jours pour publier leurs mémoires. Le texte est trop dense pour que je lui fasse justice en une ligne : lecture intégrale très conseillée.

    politico-brexit

    L’un des aspects les plus intéressants du texte me semble être ce que l’auteur choisit de n’écrire qu’en filigrane : en promettant le referendum pour des raisons de compétition partisane, David Cameron a pris un risque énorme sans anticiper, car c’était naturellement impossible, que le parti d’opposition serait atone (car prisonnier de ses propres logiques compétitives) au moment du vote. En gros, Cameron s’est tiré dans le pied en pensant pouvoir marcher avec l’autre, et a eu tort.

    Theresa May doit désormais gouverner avec cette balle dans le pied que sont les ministres Brexiters, et qui se sont très vite révélés aussi peu fidèles aux règles du Cabinet government qu’ils furent honnêtes avec l’électorat durant la campagne référendaire2. Étant donné que May a la possibilité de virer tous ses ministres, il est tout à fait raisonnable d’imaginer une normalisation à court terme de la situation actuelle, qui n’est que la continuation logique de ce que la campagne a démontré, et qui laisse envisager le désastre qu’aurait été un gouvernement « Boris« .

    En mettant les deux principaux partis britanniques à genoux3, le Brexit m’a rappelé une autre citation, d’H.L. Mencken, que j’aime bien aussi poser en sujet de khôlle : « Democracy is the theory that the common people know what they want, and deserve to get it good and hard« …

  1. Comme le rappelle régulièrement David Cay Johnston. Johnston, par ailleurs, prédit qu’en cas d’élection, Trump devra faire face à un refus général d’obéir dans l’état-major, et qu’il tentera d’appliquer des vengeances personnelles au moyen de l’administration. Je crois que la première prédiction est correcte, et que la seconde sera tellement sabotée de l’intérieur qu’elle n’aura quasiment aucune conséquence. []
  2. Rappelons que les « Brexiters » ont fait mine d’avoir une équipe primo-ministérielle, la « Bogo » de Johnson et Gove, capable de gouverner en cas de victoire. La suite a montré qu’il n’en était rien. []
  3. Tout en sachant que ces deux partis avaient d’autres problèmes avant le Brexit : concrètement, le SNP a fait exploser le two-party system à la fin des années 1990, et Westminster ne s’en pas encore vraiment remis. []

Trump : comment en est-on arrivé là, et va-t-on y rester longtemps ?

Le dernier tour pris par la campagne électorale de Donald J. Trump est tout aussi confondant que les précédents, mais la lecture de l’article du Guardian ci-dessous m’a donné envie de partager avec vous l’une des photos de Trump que l’on y trouve :

donald-trump-1

donald-trump-2

Pour celles et ceux qui se demanderaient d’où vient ce logo bizarre à l’ironie si parfaite, il s’agit à la fois d’une référence à la comédie musicale Les Misérables qui tourne en boucle sur Broadway, et d’une allusion à une phrase d’Hillary Clinton sur la nature « déplorable » d’une partie (selon elle, la moitié qui serait sexiste, raciste, homophobe et islamophobe) des soutiens électoraux de Donald Trump dans la population.

Je ne sais pas s’il est très judicieux de prendre au sérieux l’expression de Clinton, plus violente dans sa tournure exacte que ce que j’en ai retenu ci-dessus : Clinton a parlé de « basket of deplorables« , ce qui peut raisonnablement se traduire par « ramassis d’abrutis ». Mais peut-être est-ce toutefois le moment de se demander quels seront les effets à long terme de la candidature de Trump.

Le commentaire de Clinton, qu’elle a retiré depuis avec toute la bienséance stratégique de la personnalité politique qui joue sur plusieurs fronts électoraux à la fois, suppose en effet qu’une large partie de la population des États-Unis est disposée à entendre qu’entre un cinquième et un quart du pays est composé de dégénérés irrécupérables, et qu’une autre fraction de taille égale est trop idiote pour avoir vu le piège que la candidature de Donald Trump leur tend.

Et l’on peut évidemment penser que c’est de bonne guerre, dans la mesure où ce sont les irrécupérables en question qui ont ouvert les hostilités, comme l’explique très bien le détail de leur ethnocentrisme déclaré :

trump-feeling-therm-bar

Notez bien que les auteurs du texte dont est issu le graphique ci-dessus ont fait de leur mieux pour vérifier que l’attitude ethnocentrique des électeurs de Trump est plus prononcée que celle de l’électorat républicain en général—bref, en d’autres termes, que Trump est en train de rendre les choses encore pire qu’elles ne l’étaient déjà :

trump-whiteresentamerident11d

À ce stade, j’ai envie de poser deux questions.

Comment en est-on arrivé là ?

Dans mon précédent billet sur la candidature de Trump, je parle surtout de son hold-up électoral sur le Parti républicain, dont j’ai encore du mal à réaliser qu’il ait pu se faire braquer par un seul homme, aussi riche et mal coiffé soit-il. Toutefois, si l’on se pose la question de savoir comment est-ce que l’on en est arrivé là, il faut naturellement remonter plus loin dans le temps—bon, peut-être pas jusqu’à la Guerre de Sécession, hein.

De mon point de vue, la meilleure explication du processus de court terme qui nous a fourni ce clown triste qu’est Trump est à trouver dans un papier de Michael Tesler :

tesler

J’avais déjà évoqué ce papier (voir aussi cet autre signalement), en soulignant que le phénomène qu’il souligne, c’est-à-dire l’élévation du ressentiment racial aux États-Unis, ne commence pas avec la réforme du système de santé de Barack Obama. Je citais à ce propos l’ouvrage Off Center de Pierson et Hacker, qui explique entre autres que la « dérive des continents électoraux » démocrate et républicains aux États-Unis a des origines plus anciennes que l’élection de Barack Obama.

Reste que c’est avec l’élection d’Obama, puis avec sa réforme du système de santé, que s’est cristallisée, dans la période récente, la partie la plus dommageable de la polarisation politique américaine : celle qui, au-delà des doutes somme toute inoffensifs sur le lieu de naissance du premier président Noir des États-Unis, a aussi laissé entendre que ce président était musulman, insinuation que peu d’électeurs seraient disposés à accueillir par le flegmatique « What if he was? » de Colin Powell.

Encore une fois, la grille de lecture anti-élitiste, raciste et islamophobe est tout sauf nouvelle aux États-Unis : l’explosion des hate groups après l’élection de Barack Obama en 2008. Mais à partir de la réforme du système de santé et de sa première conséquence politique, l’émergence du Tea Party, il a fallu compter avec une branche « non armée » (quoique…), et très bien organisée puisqu’à la fois politiquement représentée et financée de manière pérenne, de ces groupes.

koch-network-extremism

Pour finir, si l’effet mesuré par Michael Tesler persiste aujourd’hui, son dernier ouvrage en montre aussi l’effet-retour : loin d’atténuer le ressentiment racial aux États-Unis, l’élection et la présidence d’Obama ont permis à une partie substantielle de l’opposition républicaine de s’organiser en partisans du racisme systémique—Trump fournissant aujourd’hui l’effet multiplicateur qui permet d’étendre le domaine du préjudice aux femmes, aux Musulmans, aux Hispaniques et à tous les autres, sans avoir besoin de rejoindre une milice paramilitaire sudiste.

Deuxième question.

Que restera-t-il de tout ça le 5 novembre ?

Personnellement, je vois très mal comment la tendance actuelle pourrait s’inverser sous Clinton, et ce quel que soit le nombre d’années qu’elle passera au pouvoir—en supposant qu’elle l’exerce, mais c’est autrement plus probable que le scenario inverse, et je n’ai vraiment pas envie de savoir à quoi ressemblerait President Trump, et surtout la société qui irait avec.

La présidence Clinton s’annonce (j’insiste sur le terme) très peu transformative. Pour le moment, sa promesse la plus importante, qu’elle a récupéré de son ancien concurrent démocrate Bernie Sanders, semble être la suppression des frais d’inscription dans les universités publiques d’ici 2021. Pour les raisons que donne Corey Robin, c’est une mesure qui est loin d’être mineure, mais c’est aussi une mesure qui sera largement financée par les étudiants eux-mêmes, ce qui signifie qu’elle ne sera mettra en place qu’au fur et à mesure d’un dispositif qu’on est en droit d’imaginer très long.

Le même Corey Robin pense aussi, et je me sens proche de sa position, que la présidence Clinton ne sera pas une présidence de « réalignement » politique au moyen d’une lutte contre un adversaire abstrait qui changerait à la fois l’orientation des politiques publiques et les règles de la compétition électorale, mais simplement celle qui succèdera à l’élimination d’un rival inacceptable. Toute ressemblance avec un autre président serait naturellement fortuite…

Bon, c’est peut-être du bluff, et peut-être qu’une fois au pouvoir, Hillary Clinton reprendra la réforme du système de santé où celle-ci s’est arrêtée, et fera passer une forme d’option assurantielle publique qui accentuera la concurrence sur les prix dans le secteur des assurances-maladie. Ce serait toutefois peu probable : son passé en matière de réforme de la santé menacerait de la rattraper, et Hillary Clinton ne voudra certainement pas prendre le risque de déclencher une autre « Tea Party« .

La variable la plus importante ici me semble être la structure que prendra l’opposition à Hillary Clinton une fois qu’elle aura accédé au pouvoir : si celle-ci reprend une forme de « Tea Party » échappant au moins en partie à l’establishment du Parti républicain jusqu’à présenter de nouveaux candidats à la Michele Bachmann, alors le cauchemar Trump continuera, même sans lui.

Quelques observations sur la candidature de Donald J. ¡Trump!

Je n’ai pas encore parlé, sur ce blog, du sociopathe qui réclame depuis plusieurs mois les codes nucléaires des États-Unis, et depuis peu, l’assassinat de son adversaire principal. Ce tweet illustré m’a toutefois motivé à le faire :

trump

Commençons au commencement

Au départ, il y a, d’un côté, les élections libres des démocraties libérales, et de l’autre côté, des huluberlus, plus ou moins riches, plus ou moins drôles. Le phénomène n’est vraiment, mais alors vraiment pas nouveau : renseignez-vous, par exemple, sur les candidatures de certains riches entrepreneurs (dont certains ont été élus au Parlement) en Belgique ou en Suisse, ou sur les partis éphémères construits autour d’actrices pornographiques en France et en Italie.

À ce stade, la candidature de Donald J. Trump à la présidence des États-Unis n’est qu’une instance de plus de clown triste engagé dans la compétition électorale d’une démocratie représentative. Je ne dirai rien, par pudeur, des clowns tristes qui gouvernent, ou ont gouverné, une bonne partie des régimes dictatoriaux. Je ne dirai rien, non plus, des précédents présidents américains dont on peut objectivement penser qu’il s’agissait de parfaits crétins, au pouvoir comme à la ville.

Le talent tragicomique de Trump se révèle toutefois dans une situation inquiétante : sa candidature concerne la magistrature suprême, pas juste un siège au Parlement, et d’une certaine manière, en obtenant l’investiture du parti Républicain, celui-ci a déjà intégré l’appareil d’État des États-Unis par l’intermédiaire des intelligence briefings délivrés par les services de renseignements aux candidats des deux partis susceptibles de remporter l’élection présidentielle. D’un coup, c’est moins drôle1.

Bon, alors que dire de Trump, une fois que l’on a fini de rigoler des Trump Insult Haiku Studies, de ses listes de losers et de tous les autres gags que Trump produit quotidiennement et qu’Hillary Clinton ne pourra jamais nous offrir ?

En revenir aux investitures

Commençons par constater que la candidature de Trump oblige à réexaminer certaines théories et hypothèses sur le fonctionnement du jeu électoral, ce qui n’est certes pas inédit à sa candidature, mais qui s’exprime de manière beaucoup plus prononcée que si le candidat républicain avait été Jeb Bush ou même Ted Cruz. La même opération de recalibration des connaissances acquises aurait aussi été nécessaire si Ben Carson avait remporté l’investiture.

C’est au niveau du processus d’investiture que le hold-up de Trump a eu lieu, et c’est à niveau-là qu’il faut probablement reconsidérer plusieurs idées acquises quant au fonctionnement des partis politiques. Si l’establishment du parti a échoué à imposer ses candidats (Jeb Bush, puis, par défaut, Marco Rubio, puis, par défaut encore, Ted Cruz), c’est qu’il y a eu une erreur magistrale sur la marchandise : pas seulement dans le choix de ces candidats, mais avant dans le profil des électeurs de la primaire censés sélectionner le candidat.

Les primaires américaines n’ont pas grand chose à voir avec celles que l’on connaît en Europe : une fraction énorme de l’électorat, presque un tiers de celui qui votera à l’élection présidentielle, y participe. On put évidemment retourner l’argument pour affirmer que les primaires ne sont pas représentatives, mais ce n’est pas l’enjeu ici : l’enjeu est d’observer que, pour un parti comme le parti Républicain américain, comprendre son « électorat de primaire » est une opération de grande envergure, et pas seulement une opération de ciblage de quelques dizaines de milliers de personnes.

Les spécificités de la clientèle électorale

Or, si plusieurs recherches ont cherché à mieux connaître l’électorat de Trump et ses revendications, la question du chiffrage (« combien de divisions ? »), qui se joue au niveau des États fédérés, a de toute évidence posé de réels problèmes à la direction du parti Républicain, qui a, comme tout le monde, sous-estimé la fraction de sa clientèle électorale susceptible de se porter sur le vote Trump (ou Carson) plutôt que vers un autre.

À ce sujet, observons un incident récent. Dans un de ses meetings de campagne, Trump a récemment déclaré la chose suivante :

Hillary wants to abolish, essentially abolish, the Second Amendment… If she gets to pick her judges, nothing you can do, folks. Although the Second Amendment people, maybe there is, I don’t know. But I’ll tell you what, that will be a horrible day.

Les médias ont retenu de cette déclaration que Trump appelait indirectement au meurtre de son adversaire, ce qui est exact2. Néanmoins, c’est l’expression « Second Amendment people » qui m’intéresse ici.

Il n’y pas trois millions de « Second Amendment » différents : le début de l’amendement évoque les milices privées, et sa fin évoque le droit de porter des armes. On peut supposer que Trump n’adressait pas son propos aux milices paramilitaires des États-Unis, qui nourrissent généralement peu d’espoir dans le jeu démocratique, mais plutôt à l’énorme clientèle électorale que constituent, aux USA, les propriétaires et utilisateurs d’armes à feu, et parmi eux, les adhérents de la NRA3.

… Et c’est là l’élément remarquable : dans combien de démocraties libérales trouve-t-on, parmi les clientèles électorales des partis de gouvernement, un groupe comme les adhérents de la NRA ? Les États-Unis sont loin d’être le seul pays où une fraction significative de la population possède des armes à feu, mais le taux de possession aux USA est exceptionnellement élevé, et je ne crois pas qu’une clientèle électorale similaire, même de taille plus réduite, soit courtisée en Finlande, au Canada ou en Suisse4.

Pour un observateur intérieur, rien de nouveau : la NRA est un des groupes d’intérêt les plus puissants au sein du jeu politique américain, qu’il s’agisse de son influence sur les élus ou sur les électeurs. Mais pour un observateur extérieur, il faut d’abord admettre les spécificités (il y en a beaucoup d’autres) du marché électoral américain, qui expliquent en partie l’émergence et la persistance de candidats comme Donald Trump ou Ted Cruz.

C’est sur l’ensemble de ces points – fonctionnement des primaires, marché et clientèle électorale, et indirectement, fonctionnement des directions des partis – que Trump va permettre de réinterroger ce que l’on sait du système de partis américain.

C’est beau, l’exposition sélective

La candidature de Trump est également en train de produire de magnifiques données sur un autre plan : sa couverture médiatique, aux États-Unis et à l’international. Sur ce point, il faut regarder Fox News deux minutes (ce n’est pas très compliqué grâce à quelques sites Internet) pour comprendre la différence des messages reçus par l’électorat.

À titre d’exemple allant dans le sens inverse, voici ce qu’un lecteur du Guardian pouvait lire au sujet de Trump entre le 9 et le 11 août 2016 :

Donald Trump hints at assassination of Hillary Clinton by gun rights supporters

Republican presidential nominee says ‘second amendment people’ could stop Democrat choosing undesirable supreme court justices if she is elected

Trump gets date wrong twice while implying Clinton lacks mental stamina

Trump twice made a slip of the tongue at a Florida rally as he questioned the mental and physical condition of his Democratic rival

Trump reiterates he literally believes Barack Obama is the ‘founder of Isis’

Given a chance by radio host Hugh Hewitt to clarify his comments, Trump doubles down on literal interpretation and calls him Isis’s ‘most valuable player’

‘Like a joke gone bad’: Trump faces wide range of criticism for ‘assassination’ line

Republican rejects accusation that he advocated for gun owners to use violence to stop Hillary Clinton agenda amid bipartisan backlash to comments

Le « message reçu » ici est similaire à celui des bandeaux de chaînes télévisées qui ouvrent ce billet. En revanche, il n’a strictement rien à voir avec celui que véhiculent des médias comme Fox News. Je me souviens avoir aperçu quelques analyses de ces différences, mais il faudra encore un peu attendre pour disposer des données couvrant l’intégralité du cycle électoral, et permettant de comparer les grilles de lectures offertes par les médias partisans au sujet de Trump et des autres candidats.

Une prédiction pour finir

Le marc de café n’étant pas mon fond de commerce, je n’ai aucune prédiction personnelle à partager sur l’élection présidentielle américaine, mais comme il y a des gens qui font ça mieux que je ne pourrai jamais le faire, voici deux probabilités à retenir :

  • Les enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une victoire de Trump à 1 chance sur 6. C’est faible, mais très, très loin d’être non négligeable.
  • Les mêmes enquêtes d’opinion placent la probabilité d’une marge de victoire très confortable de Clinton à 1 chance sur 3, ce qui est énorme.

Vu que, pour gagner une élection, il faut maximiser le vote de son camp, minimiser celui de l’autre, et rallier les indécis à son bord, on peut raisonnablement penser que Trump est en train de tout faire pour perdre : rien, dans sa stratégie, ne semble destiner à diminuer le vote Clinton ou à convaincre les indécis5. Au lieu de cela, Trump semble principalement passer du temps à galvaniser la « fraction NRA » de l’électorat républicain, comme si l’élection présidentielle n’était qu’une primaire républicaine à grande échelle6.

À ce stade, une défaite de Trump est, en réalité, le meilleur « scenario de sortie » pour le parti Républicain, comme l’explique très bien Chris Hayes :

1) There’s a lot of talk about how Trump is the end of the GOP, etc.. But as long as he loses, I don’t think that’s true.

2) If he loses, there’ll be some recriminations, and hand wringing, and post-mortems, but mostly it’ll be chalked up as a fluke by GOP.

3) No one will face serious professional or political consequences for allying with or working for Trump.

4) And then the GOP will shift into a mode it is most comfortable in: total anti-Clinton war. Right-wing media will have a field day.

5) And the party will likely do very well in the mid-terms and there won’t be any big reckoning. That’s my working hypothesis.

Si l’hypothèse de Hayes est correcte, la parenthèse Trump se fermera symboliquement lors des prochaines midterms, donc dans deux ans. Il n’en reste que les trois-quatre années de hold-up électoral de Trump auront été plus inquiétantes encore pour le parti Républicain que les candidatures de Ross Perot, qui avait capté une partie de son électorat, mais qui s’était représenté à titre de candidat indépendant, ce qui laissait l’appareil partisan républicain intact.

La candidature de Trump sera peut-être plus transformative que celle de Perot : on peut en effet se demander, pour terminer, s’il y aura une purge des traîtres une fois la parenthèse fermée. Chris Hayes semble dire que non, mais je n’en suis pas si sûr, en particulier en cas de victoire « double-digit » d’Hillary Clinton et surtout d’un score faible des Républicains dans les chambres parlementaires (au Sénat en particulier). De ce point de vue, la personnalisation du staff de campagne de Trump, qui a recruté beaucoup d’outsiders, protège, en quelque sorte, l’avenir du parti Républicain.

Reste que c’est au moins la deuxième fois que le parti se fait quelque peu « prendre en otage » par une partie de sa base dans la période récente, si l’on inclut le ticket présidentiel McCain-Palin de 2008 dans cette catégorie. Ce qui me fait prédire, à moyen terme, et à défaut d’une purge des « traîtres », une réforme significative du mode de désignation du candidat républicain, c’est-à-dire une sorte de revanche de l’establishment du parti sur ses propres électeurs.

… Et si Trump est élu ?

La probabilité de victoire de Trump est trop élevée pour que son élection puisse être rangée avec les autres scénarios très peu probables, comme un coup d’État militaire ou un assassinat réussi du candidat—et histoire d’être bien clair, je n’appelle personne à tenter d’assassiner Donald J. Trump !

Si Trump obtient d’être président, l’appareil d’État des États-Unis tentera de faire ce que le parti Républicain n’a pas réussi à faire, c’est-à-dire à le destituer symboliquement puis constitutionnellement, un peu à la manière de ce que l’armée du Venezuela a récemment entrepris, avec succès jusqu’à présent, contre Nicola Maduro7. L’état-major des armées et les départements d’État ont, à coup sûr, une stratégie déjà écrite sur ce point, à laquelle le futur Congrès, qui contrôle par ailleurs la procédure constitutionnelle d’impeachment, n’aura aucun mal à se ranger.

Il existe donc encore plusieurs très solides barrières entre la réalité et le scénario-catastrophe qui permette à Trump, comme le personnage de Greg Stillson dans le roman The Dead Zone de Stephen King, de déclencher une guerre thermonucléaire. Mais le simple fait que cette probabilité soit supérieure à 0 montre à quel point la réalité peut dépasser la fiction, ce qui reste, à mes yeux, l’une des seules lois valables en sciences sociales.

Remarquons, pour terminer pour de bon cette fois-ci, que dans le roman de Stephen King, le candidat présidentiel Stillson est finalement obligé de renoncer à briguer la mandature, ce que Trump ne semble pas du tout enclin à faire à ce stade… mais qui reste également possible, même si cela serait, à ma connaissance, totalement inédit.

Pour aller plus loin

Pour celles et ceux qui se demandent encore comment l’on a pu en arriver là, j’imagine que ce recueil de textes tirés du blog The Monkey Cage apportera quelques réponses provisoires :

science-of-trump

  1. À tel point que certains ont proposé de ne pas le briefer. Notons que l’autre candidat a également eu quelques petits soucis avec ses emails classés secret-défense. []
  2. Ce n’est pas la première fois que Trump parle de tuer quelqu’un : réécoutez la vidéo en tête de cet excellent article de Matt Traibi. Et ce n’est pas non plus la première fois que ce genre de menace serait mise à exécution : Yitzhak Rabin, présidents américains… la liste est longue. []
  3. La menace que laisse planer Trump s’adresse bien évidemment à une fraction infime de ces personnes : celles qui seraient prêts à assassiner Hillary Clinton. Le texte de Geoffrey Pullum cité en début de note pose bien le constat. []
  4. Il y a certes, en Scandinavie et ailleurs en Europe, des partis ruralistes courtisant les vote des chasseurs, mais rien d’équivalent aux États-Unis, où la possession d’armes à feu et la chasse sont deux réalités très déconnectées. L’équivalent européen serait plutôt à chercher dans les micro-partis libertariens revendiquant le droit de porter une arme au nom de la liberté individuelle. []
  5. Les réactions aux toutes dernières sorties de Trump semblent indiquer, au contraire, qu’il est en train de s’aliéner cette partie de l’électorat. []
  6. L’ancien maire de New York City Rudolph Giuliani, qui fait campagne pour Trump (au point que Trump semble dépeindre sur lui), l’a fait publiquement remarquer. []
  7. Le contraste avec la situation en Turquie est ici saisissant, mais c’est un autre sujet. []