La macroéconomie est un sport de combat

Mise à jour, 16 février 2017 : Olivier Godechot a publié une très bonne recension, calme et mesurée, de l’un des ouvrages cités dans ce billet.

Mise à jour, 23 novembre 2016 : Denis Colombi vient de publier un billet de blog sur le sujet abordé ci-dessous ; à déguster.

Paul Romer, Chief Economist à la Banque mondiale depuis peu et l’un des économistes régulièrement pressentis pour décrocher un jour le prix quasi-Nobel d’Économie pour sa théorie de la croissance endogène et pour ses travaux sur le changement technologique1, a récemment publié ce papier, qui est un délicieux jeu de massacres :

romer-1

romer-2

romer-3

Ce n’est pas la première fois que Romer prend la macro-économie à parti : son papier « “Mathiness in the Theory of Economic Growth” » était déjà une manière pour lui d’engueuler une bonne partie des macroéconomistes, en leur demandant de se mettre d’accord sur les fondamentaux, et de prendre les mesures nécessaires en cas de défaite dans l’affrontement qu’il appelle de ses voeux entre les différentes théories macroéconomiques qu’il juge incommensurables.

J’avoue que j’adore aller regarder les matches de boxe chez les économistes, parce qu’il y a vraiment du spectacle : les matches se jouent souvent sans les gants, et ça cogne fort, à coup de « ma science versus ta pseudo-science« . Les victoires se gagnent rarement par K.O., mais l’intention y est.

Un extrait supplémentaire du papier de Romer pour l’exemple :

romer-4

Et si vous n’avez pas le temps d’aller lire Romer, Noah Smith a résumé l’essentiel.

Un match de boxe économique française

cahuc-zylberberg Deux économistes français, Pierre Cahuc et André Zylberberg, ont récemment lancé leur propre match de boxe, en parlant de « négationnisme économique » (rien que ça) pour désigner l’économie qui échappe à leur définition de l’économie scientifique mais qui se vend néanmoins très bien dans différents segments des médias.

Je n’ai pas lu l’ouvrage, mais le compte-rendu de Stéphane Ménia chez Éconoclaste confirme que les auteurs n’y vont pas de main morte, et qu’on est bien dans un combat que les auteurs espèrent voir se finir au tapis.

Les économistes donnent souvent l’impression d’être très sûrs de gagner le match quand ils montent sur le ring, ce qui rend le match encore plus amusant quand ils se plantent : Cahuc et Zylberberg, par exemple, semblent manier l’épistémologie avec la subtilité d’un étudiant de première année de Licence, et ne semblent pas avoir pris le temps de répliquer les papiers qu’ils citent pour défendre leurs positions2.

Ce match a l’air moins intéressant que Romer v. Macroeconomics : Cahuc et Zylberberg se retrouvent déjà en difficulté au deuxième round, leur contre-attaque au troisième round m’a semblé bien faible, et effectivement, Alexandre Delaigue, l’autre Éconoclaste, n’a au aucun mal à taper fort là où ça fait mal.

Bref, le match est en train de tourner court pour ses instigateurs, et j’avoue que je n’ai même pas réussi à comprendre s’il s’agissait d’un match de « macro » ou de « micro ».

Depuis que j’ai rédigé la première version de ce billet, le match est devenu une sorte de grosse mêlée, avec réactions de toutes parts : André Orléan et l’AFEP (les premiers visés), mais aussi tout ce que la France comptent d’économistes avec une boîte email, s’y sont invités, et le tout ressemble désormais à un match de boxe de rue.

Passons, et revenons-en, comme l’a fait Béatrice Cherrier dans un billet bien mieux documenté et structuré que le mien, à Romer v. Macroeconomics.

Mon match de macroéconomie favori

Romer v. Macroeconomics s’annonce divertissant, mais si vous avez le temps d’aller assister à un match de boxe macroéconomique qui dure depuis plusieurs années et qui n’est pas prêt de se terminer, je recommande celui sur le DSGE et sa modélisation :

Et la nature modélisée du raisonnement économique garantit d’autres beaux matches à l’avenir, en fonction du degré d’abstraction (et donc d’évasion de la réalité) que la discipline est disposée à admettre.

Dernières petites choses

Le truc le plus intéressant cité dans ce billet reste le papier de Romer. Si vous êtes plus curieux de savoir ce qu’il prévoit de faire à la Banque mondiale, allez voir cette conférence.

Le papier de Romer est aussi intéressant pour ce qu’il a à dire du raisonnement bayésien appliqué aux problèmes d’identification dans les modèles économiques (Section 5.3, pages 13-14), et j’ai aussi beaucoup aimé son billet de blog sur « Abstraction vs. Radical Specificity« .

rodrik Outre Romer, les autres économistes américains que j’aime bien lire de temps à autre incluent ceux cités dans ma liste « DSGE » plus haut, ainsi que Dani Rodrik, qui vient justement de sortir un ouvrage de self-defense économique assez recommandable, car très lisible et en même temps très complet : on y retrouve les métaphores et les modèles essentiels de l’économie, dans une forme plus comestible que dans un manuel d’économie classique à la Mankiw.

  1. Voir les prédictions d’Alexandre Delaigue, du blog Éconoclaste, en 2005, 2006, 2008, et 2015. []
  2. Dixit un collègue qui a tenté de répliquer le papier sur l’effet des 35 heures : apparemment, ça ne réplique pas ; voir aussi ce billet de Thomas Coutrot, qui a eu presque la même idée de titre que moi. []

Un cadeau offert à la science politique, ou : mangeons du pain wébérien

Ce billet est écrit en pensant au très bon blog de Denis Colombi et aux personnes citées dans le texte du billet. Il s’agit d’une longue et verbeuse discussion d’une photo et d’un commentaire découvert un lundi matin dans mon fil Facebook, arrivé là par quelques amis engagés :

Screen Shot 2016-02-01 at 09.30.21

Mise à jour, quelques minutes après publication de ce billet : voici l’article initial du Journal Du Dimanche. Mentionnons bien que le graphique posté ci-dessus y est titré : “Des préjugés tenaces”, ce qui mériterait certainement d’infléchir certains passages du texte ci-dessous, que je préfère préserver en l’état.

Remarquons aussi que le “sondage” a été réalisé pour le compte de la Fondation du Judaïsme Français, ce qui le rend encore plus sociologiquement parlant du point de vue de la mise en compétition, espérons-le involontaire mais effective, des haines, le sondage devenant classement des groupes sociaux des “plus” au “moins” discriminés, avec tout ce que la sociologie des classements sait dire de ces objets, des réifications qu’ils “performent” (au sens sociologique du terme), et des frontières invisibles qu’ils font naître là où la stratégie inverse de la République indivisible me semblerait recommandable.

Brève digression

Si vous ne connaissez pas Sylvain Bourmeau, il s’agit de l’animateur de l’excellente émission “La suite dans les idées” sur France Culture.

De ce que je crois savoir sans me donner la peine de le vérifier, Sylvain Bourmeau est par ailleurs docteur en science politique, comme semble d’ailleurs en témoigner, selon moi, son choix d’invités, dans lequel le politiste peut lire, dans un fin filigrane, ses attaches intellectuelles1.

S’il fallait recommander un seul épisode récent, je recommanderais celui avec James C. Scott, mais abonnez-vous au podcast, tant qu’à y être.

Comme l’indique le titre de cette section, ce billet ne porte toutefois pas du tout sur Sylvain Bourmeau. Cette digression est une forme de salutation polie et appuyée à son excellent travail d’intermédiaire entre le champ universitaire et le champ médiatique. Ces “passeurs de sciences” sont peu nombreux, alors saluons-les quand on peut.

Enseigner Weber

Comme l’indique le titre de ce billet, ce “sondage d’opinion” est un magnifique cadeau offert par le JDD et par l’institut qui l’a produit (Ipsos, apparemment) à la science politique, et en particulier aux enseignants de première année chargés des cours d’introduction à la science politique.

Lorsque vient le temps d’enseigner Max Weber, Le savant et le politique, c’est-à-dire en général tout au début d’un cursus de science politique, il est toujours utile de disposer d’un exemple probant et actuel de différenciation entre le comportement du savant et le comportement du citoyen engagé dans la Cité, afin de pouvoir illustrer correctement la partie de l’ouvrage portant sur “le métier et la vocation de savant”2.

Au premier semestre, une étudiante de première année m’a rappelé l’importance cruciale de cette section du cours. Au cours d’une brève discussion en travaux dirigés, je me souviens juste d’elle poser cette question :

Mais Monsieur, la guerre, c’est toujours mal, non ?

Je lui ai répondu comme n’importe quel enseignant de sciences sociales le ferait face à un propos normatif dans un contexte pédagogique qui cherche à faire émerger une pratique du raisonnement scientifique : on peut avoir un point de vue sur la guerre, mais ce point est un jugement de valeur ; j’ai d’ailleurs moi-même un point de vue sur la question, mais que je ne partage pas en cours, car c’est tout l’enseignement de Weber—ce serait, au sens intellectuel, un mélange des genres.

Voici les trois “genres”3 auxquels je pense, sous forme de commentaires de taille inégale et numérotés, bien qu’il n’existe aucune hiérarchie entre eux, et que dans la réalité, ces “genres” ne se séparent jamais complètement : pour reprendre les idées de Weber, c’est un travail intellectuel que de les séparer, et un engagement professionnel que de s’y vouer.

1. Une lecture citoyenne

La lecture citoyenne de ce sondage va différer selon les individus, et ceux, qui toujours plus nombreux, qui croient que la France est un pays “d’immigration massive” assailli par les ennemis extérieurs comme intérieurs, vont très bien se retrouver dans le diagramme en barres du JDD.

De ce point de vue, le commentaire de Sylvain Bourmeau est on ne peut plus juste : l’extrême-droite française se trouve, à l’heure actuelle, dans une dynamique “gagnant-gagnant”, qui lui permet, comme beaucoup d’autres partis politiques populistes en Europe, à la fois de façonner l’air du temps et d’enregistrer de très bons succès électoraux.

On peut (et, selon moi, on doit) se désoler, comme je le fais régulièrement avec mes amis, de cette dynamique, par ailleurs beaucoup mieux expliquée qu’ici par mon estimé (et je oserais-même le dire, de plus en plus célèbre) co-blogueur Joël aux pages 42-43 de ce magazine, et dans le reste de ses travaux et interventions — coucou Joël, et toujours heureux de te lire et de te savoir lu :)

On peut, et l’on doit, surtout, je pense, chercher les moyens d’endiguer cette dynamique, quelle que soit le nom qu’on lui donne : personnalité autoritaire, “anti-mai 68”, “lepénisation des esprits”, populisme, ou proto-fascisme pour les plus catégoriques.

Personnellement, j’estime, comme Joël, que le scrutin à deux tours va nous sauver de “Marine présidente”, mais que cela ne règle pas le problème de fond de la crise de la représentation : pour me centrer sur la portion du champ politique qui “me parle”, à l’heure actuelle, la trahison des clercs de gauche me semble totale, au point que même un électeur socialiste “naturel” dans mon style, biberonné au jospinisme, ne se déplace plus aux urnes4.

À quoi participe, selon le petit citoyen engagé au fond de moi, la publication de ce “sondage” (et j’expliquerai bientôt les guillemets autour de ce mot) ? À produire, je dirais, l’équivalent français de la Hongrie de Viktor Orbán : une machinerie médiatique et politique de la haine de soi, ce qui a déjà de graves conséquences, et qui en aura d’autres que l’imagination d’un pacifique citoyen du monde d’aujourd’hui ne peut même pas produire.

Toujours de mon point de vue, je ne pense pas que tout cela se finira dans un bain de sang révolutionnaire ou contre-révolutionnaire : j’ai plutôt confiance dans l’Histoire pour injecter à nouveau, dans quelques années et de manière comme toujours provisoire, une bonne dose d’anesthésiant dans la partie reptilienne du cerveau collectif qui produit la stigmatisation des musulmans, des Roms et des autres. C’est le faux optimiste en moi qui parle ici.

Bref, malgré le JDD et autres stigmates du quotidien, je “souhaite”, si l’on peut dire, à mes amis musulmans et d’origine rom5 la même “trajectoire” historique que celles de mes amis homosexuels : après de longues et douloureuses années d’humiliation, enfin, une forme de libération par l’endiguement de la haine, libération jamais vraiment acquise, mais il me semble, heureusement bien avancée en ce qui concerne l’homosexualité—qui oserait aujourd’hui remplacer “origine maghrébine” par “homosexuelles” dans ce “sondage”, écrivons-le pour terminer ce commentaire, infect, produit et publié par les idiots utiles d’une impasse intellectuelle qui ne peut qu’évoquer de terribles souvenirs ?

Toutefois, comme l’illustre le travail de Joël et un blog comme celui de Christophe Bouillaud, l’un de mes anciens enseignants, les commentaires ci-dessus et les commentaires indignés que je lis sur Facebook ne doivent pas faire obstacle à la seule “bonne nouvelle” contenue dans ce sondage.

2. Une (très brève esquisse de) lecture professionnelle

La lecture professionnelle de ce sondage est la première qui m’est venue à l’esprit : quel cadeau nous fait-là l’actualité ! Un objet sociologique aussi parlant que cette production sondagio-médiatique, quelle illustration fantastique de Bourdieu, de Weber ! Les enseignants de science politique ont dû au moins esquisser un sourire.

En effet, le marché qui produit ces biens de consommation que l’on appelle les “sondages d’opinion” est ici parfaitement représenté, de même que sa conséquence première : la fabrique de l’opinion, un phénomène qu’il faut apprendre à objectiver dans l’espace et dans le temps—le travail d’une profession, celle de politiste, ou de sociologue/historien du politique, ces distinctions n’ayant à mes yeux aucune importance fondamentale, au moins au niveau de réflexion où je souhaite situer ce commentaire.

Bref, pour aller beaucoup plus vite que dans mon premier commentaire, j’ai sauvegardé la capture d’écran qui ouvre ce billet dans mon dossier “L1 – TD – Intro. sc. po.”, pour tester l’enseignement de cet exemple l’année prochaine. En attendant, un dernier commentaire.

3. Quelques compléments

Ce troisième et dernier commentaire est une sorte de produit des deux premiers. Il s’agit réfléchir scientifiquement, à la fois comme professionnel de la science et comme citoyen engagé, à l’objet-sondage, et il me semble qu’il y a deux dimensions à prendre en compte :

  1. Commençons par la méthodologie pure, pourrait-on dire : d’un point de vue, ce “sondage” a-t-il la moindre valeur scientifique ?

    D’un point de vue quantitatif et statistique, probablement pas, l’industrie française des sondages n’étant pas en mesure6 de produire des enquêtes d’opinion, échantillonnées et modélisées plutôt que bricolées par quotas et redressements7.

    En revanche, d’un point de vue qualitatif, la valeur scientifique de ce sondage est évidente : pour des raisons sociologiques, politiques et historiques qui sous-tendent mon second commentaire, il est beaucoup plus socialement acceptable, aujourd’hui en France, de dénigrer les origines maghrébines que la confession juive ou les origines asiatiques.

  2. Terminons à présent sur une question de fond : faut-il tout de même essayer de produire des résultats robustes sur les confessions et les origines des individus, agresseurs comme agressés, pour reprendre le ton du “sondage” ici commenté ? L’enquête WVS ne tente-t-elle pas de mesurer la haine des voisins, et l’enquête ESS ne contient-elle pas des questions sur les discriminations subies dans les douze derniers mois ?

    La question me semble se poser car certain(e)s, du peu de que j’observe autour de moi dans le champ scientifique, persistent à défendre une science qualitative dédaigneuse des chiffres, à l’opposé d’ailleurs des figures tutélaires auxquelles elles et ils se réfèrent (je parle, évidemment, de Pierre Bourdieu). J’ai toutefois espoir dans cette sociologie de la quantification, qui a aujourd’hui le vent en poupe grâce, s’il ne fallait citer qu’un nom français, à l’héritage intellectuel d’Alain Desrosières, dont le point de vue me manque8.

    Le débat est complexe, et je change régulièrement d’opinion au sujet des statistiques ethniques et des autres dimensions de ce débat. Mais la plupart du temps, je penche nettement en faveur d’outils comme l’enquête TeO en ce qui concerne la mesure des “origines”, et pense généralement que l’on tirerait profit d’une activité scientifique de qualité – à l’heure actuelle marginale, mais les choses évoluent – sur ces questions, plutôt que de laisser le champ libre aux prêcheurs et prédicateurs.

Brève conclusion

Les lecteurs attentifs qui liront ce billet jusqu’à ces lignes jugeront peut-être que je travestis quelque peu la pensée de Weber dans ce billet, en séparant non pas la science et la politique, mais les métiers de savant et de politique, ce qui ne signifie pas la même chose, et qui n’a pas les mêmes conséquences pédagogiques.

Du point de vue du texte, le vrai fond du propos wébérien me semble bien être de distinguer des carrières, et pas des individus ou des pensées. C’est pourquoi je n’aime pas les sous-titres d’enseignements du type “science, politique et science politique”. En pratique, les étudiants sont déjà tous intuitivement de l’existence d’une distinction entre science et politique, ne serait-ce que par “pré-cognition” de la coexistence de différentes cités de justification, et pensent reconnaître cette distinction chez Weber, alors que le propos est plus fin.

D’un point de vue pédagogique, l’essentiel me semble en effet de trouver une manière de dire aux étudiants : soyez à la fois savants et politiques, portez ces deux “chapeaux” en conscience de cause, et considérez ces “chapeaux”, ces “casquettes”, comme des attributs culturels, intellectuels, éducatifs, et en définitive, professionnels, quelle que soit l’intitulé desdites professions (saluons ici une dernière fois le travail radiophonique de Sylvain Bourmeau, parmi d’autres).

Ma conclusion sera donc : toutes et tous que nous sommes, mangeons du pain wébérien. Regrettons ce que trahit, ce que traduit, ce que produit ce sondage, mais félicitons-nous qu’il existe des disciplines scientifiques dédiées à comprendre de tels objets, des journalistes disposés à diffuser cette compréhension, et servons-nous de ces objets pour changer le monde, car il sera toujours temps, comme l’écrit également Joël dans les dernières lignes de l’interview pré-citée, d’enrayer les cercles vicieux du présent et de se prémunir contre toutes les formes de violence inutiles.


Je profite de ce long texte pour souhaiter à tous les clients du Polit’bistro suffisamment patients pour lire ce dernier paragraphe une bonne année 2016, année qui a commencé de manière atypique de mon côté, ce qui explique peut-être la nature encore plus décousue et désordonnée du raisonnement et de l’écriture de ce billet, qui contient vraiment trop de guillemets, quelques passages certainement un peu trop personnels, et même un point Godwin.

  1. S’il fallait brièvement les qualifier, je parierais sur un penchant certain pour la socio-histoire et pour une partie bien spécifique de la science politique internationale. []
  2. La seule biographie de Weber ne constituant pas, à mon avis, une illustration suffisante pour les étudiants. Une autre illustration que je souhaite mentionner ici : cette très belle tribune de Virginie Guiraudon sur la déchéance de nationalité. []
  3. Le terme ne me convient pas, d’où les guillemets, faute de mieux. []
  4. Ma nouvelle parade lorsqu’on me reproche cette apathie est de dire que je suis un single-issue voter du droit de vote aux étrangers. Cette idée m’a été inspirée (mais pas suggérée) par un ami, Simon, qui se reconnaîtra s’il lit ces lignes. []
  5. D’ailleurs, qui a des amis rom ? En ai-je vraiment ? Le sais-je vraiment ? J’ai au moins un prénom en tête, un copain roumain de Pigalle, qui ne lira pas ce texte et ne se reconnaîtra donc pas, et pour être honnête, je ne sais pas s’il a du “sang rom”. Me poser cette simple question me révulse, et l’anti-autoritarisme primaire de mon copain me suffit amplement comme “réponse”. Salut à toi, Alex. []
  6. C’est un effet d’offre et de demande : personne, dans la clientèle des sondages, ne souhaitant lire de résultats robustes, il n’y a pas d’équivalent français de YouGov, et donc pas de Nate Silver français non plus. Au lieu ça, on a surtout des lecteurs de feuilles de thé, pour rester gentil. Le mode de scrutin me semble jouer un rôle important dans cette configuration des choses, mais c’est une autre histoire. []
  7. Un ami spécialiste vient d’ailleurs tout juste de poster sur Facebook : “Je viens de voir le sondage JDD-IPSOS. Les auteurs déclarent avoir travaillé avec des chercheurs du CNRS et de l’EHESS, on aimerai[t] bien savoir lesquels parce que c’est un tissu d’erreurs méthodologiques de l’échantillonnage à la formulation des questions”. []
  8. Personnellement, j’oserais même dire que le bonhomme me manque aussi. Je ne l’ai croisé que quelques fois, en séminaire et une fois dans un parc public parisien à côté de la Cité universitaire, d’où me reste ce souvenir d’une séance d’escrime improvisée avec une très jeune fille. Cet étalage de vie privée et de sentiments est peut-être excessif, et j’espère sincèrement que personne ne m’en voudra. En fait, je voulais juste écrire qu’Alain Desrosières me manque, et que j’ai toujours au moins l’un de ses textes à portée de main, au bureau comme à la maison. []

Analyse textuelle et professions de foi en science politique : « beta in progress »

Découvert grâce à un commentaire de Claire Lemercier en rapport à une conférence d’analyse textuelle, Iramuteq pose une interface logicielle libre sur des librairies R pour faire de l’analyse textuelle, et notamment pour répliquer l’algorithme d’Alceste. Voici un graphe de cooccurrences réalisé à partir de quelques professions de foi pour le prochain conseil d’administration de l’Association française de science politique :

La suite sur Iramuteq !

APSR

Il y a un Français dans l’APSR ! Cela s’est probablement déjà produit, mais je ne l’avais jamais constaté. Le fait qu’il soit économiste de bout en bout en dit long sur l’écart disciplinaire transatlantique, si l’on accepte de considérer l’APSR comme représentative de la discipline aux États-Unis (ce qui n’est vrai qu’en partie).

Quelques clarifications, simplement motivées par l’idée que ce billet vieillira mal sans indications supplémentaires. L’APSR n’est pas l’international : c’est même plutôt l’inverse, la revue souffre probablement plutôt de problèmes d’enclavement thématique et méthodologique. Les Français, je trouve, sont plutôt bien représentés à l’international, au moins en Europe.

Blogging scientifique : la critique argumentée

Fin octobre, le politiste Henry Farrell (Crooked Timber) a publié sa plus longue critique de l’éditorialiste Megan McArdle (The Atlantic). Il y reprend l’historique complet de leurs échanges, faits de désaccords quasi-systématiques sur tout un tas de sujets liés à l’actualité politique américaine.

Dans le débat Farrell/McArdle, le désaccord s’exprime sous la forme de longues notes se répondant à peu près les unes les autres. Les protagonistes n’ont pas le même statut : political economist d’un côté, business editor de l’autre. Mais en ligne, les deux détiennent la même possibilité d’expression, via leurs plateformes de publication respectives.

Quiconque a passé un peu de temps à lire des blogs dans les cinq dernières années sait que ce style d’échange est aussi commun que la critique des leaders et des institutions politiques. Dans le cadre du blogging scientifique, la tendance est plutôt aux notes informatives, parce que la première mission que se fixent les blogueurs scientifiques consiste généralement à faire connaître des objets de recherches éclipsés ou déformés par le reste de l’information en ligne.

La critique argumentée se réintroduit discrètement dans le blogging scientifique par ses marges : critiques d’ouvrages, critiques sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche, critiques sur la stupidité routinière dans le même secteur, et ainsi de suite.

Sur ce blog, il y a peu de critique argumentée, probablement parce que la plupart de mes impressions critiques ne sont pas argumentées et s’évacuent très bien sous la forme d’un bref message sur Facebook ou Twitter. Sur certains sujets, j’ai juste eu envie de laisser une trace un peu plus visible en ligne.

Il reste que pointer les insuffisances du journalisme (notamment en matière de sondages) ou de la classe politique (notamment en matière de décision économique) reste une manière, pour les blogueurs scientifiques, de signifier à leur lectorat que l’univers des discours publics est délimité : la sphère scientifique se préserve une marge d’autorité sur les autres en disqualifiant les raccourcis et/ou l’aveuglement d’autres professions.