Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : demandez le programme

En octobre dernier, vous avez pu lire sur ce blog l’appel à communications de la Section Thématique 38 du Congrès AFSP 2017, « Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : données, méthodes et pratiques« .

La sélections des communications qui seront présentées dans la section est à présent terminée, et le programme de la section est désormais disponible sur le site Internet (temporaire) de la section :

st38-prog

Le programme est en anglais car la section aura lieu en anglais, histoire de permettre aux non-francophones de se sentir un peu plus à l’aise sous le soleil montpelliérain.

La sélection et ses suites

Le programme, élaboré avec Olivier Rozenberg, est résolument international, avec des papiers de plusieurs pays francophones mais aussi d’ailleurs. La sélection a été difficile : nous avons reçu 25 propositions d’un peu partout dans le monde1, et parmi elles, beaucoup étaient assez, voire très, pertinentes.

Remarque : trop peu de femmes

Mon seul vrai regret concernant les propositions que nous avons reçues : sur les 44 auteurs listés, on ne trouve que 5 femmes, et qu’une seule femme parmi les papiers retenus2. C’est peu, et probablement en-deçà de la présence des femmes dans les milieux scientifiques qui ont reçu notre appel à communications—du moins souhaitons-le !

Au niveau de l’âge, nous avons reçu un bon mélange de « juniors » et de « seniors » ; mais au niveau du sexe, notre créneau thématique (les études parlementaires) me semble terriblement masculin… Peut-être est-ce aussi la conséquence de la coloration « méthodologique », voire « quantitativiste », de notre thème de section.

Je ne citais pas directement la « ST 38 » dans ce billet, mais vous aurez fait le rapprochement.

À noter également : la « ST 37 »

Pour celles et ceux qui seront à Montpellier, notez également l’existence de la Section Thématique 37, « Dans l’ombre de la loi. Travail au parlement et vie politique », organisée par Sébastien Michon et Étienne Ollion.

See you in Montpellier!

  1. Plus exactement, nous avons reçu des propositions de chercheurs établis dans 13 pays différents, en excluant une proposition totalement hors-sujet (la seule) en provenance des Philippines. []
  2. Toujours si l’on exclut la seule proposition complètement hors-sujet, qui nous a été envoyée par deux jeunes étudiantes. La différence de proportion est non significative, mais cela reste regrettable. []

Qualifier et quantifier l’activité parlementaire : données, méthodes et pratiques

Olivier Rozenberg et moi-même organisons une section thématique au prochain Congrès de l’Association Française de Science Politique. Voici l’appel à communications, qui se termine dans une semaine :

st38

L’appel existe aussi en anglais, et le reste des détails est à trouver sur le site Internet de la section, qui disparaîtra quand elle aura eu lieu—attendez-vous donc à ce que tous les liens de ce billet finissent en erreur 404 dans quelques temps.

Si vous aimez les parlements et les données, envoyez vite votre proposition de communication !

Remerciements

La diffusion de cet appel à communications m’a donné l’occasion de faire le tour des associations professionnelles et groupes de recherche qui travaillent sur les parlements. Outre l’AFSP et l’ANCMSP, voici la liste des groupes qui ont reçu et diffusé l’appel—avec tous mes remerciements à leurs coordinateurs et organisateurs :

La seule société qui n’ait pas diffusé l’appel est la Société Québécoise de Science Politique, mais bon, on ne va pas se fâcher pour si peu.

Remerciements supplémentaires au blog germanophone « Soziologie der Parlamente » (hébergé sur Hypothèses), qui a relayé l’appel de son côté.

Repérages supplémentaires

La liste ci-dessus n’est pas tout à fait exhaustive : pour la zone francophone, le Groupe de Recherche sur les Parlements et les Parlementaires (GRPP) de l’AFSP aurait été pertinent, mais il est apparemment inactif, de même que l’Association de science politique du Luxembourg, LUXPOL, et que les associations qui ont existé en Tunisie et au Cameroun.

De plus, si l’on souhaitait étendre la liste aux groupes d’histoire parlementaire francophones et anglophones, il faudrait aussi inclure les groupes suivants :

  1. Calenda n’a pas encore diffusé l’appel, mais c’est ma faute, j’envoie toujours trop peu à l’avance… Mise à jour : c’est fait, l’équipe de Calenda a été très rapide—merci beaucoup ! []
  2. Et l’IPSA elle-même, qui a aussi diffusé l’appel de son côté. []
  3. Ce groupe est centré sur un autre sujet, mais je n’ai pas trouvé de groupe « parlements » au sein du CES, et ai pris celui-ci en remplacement. []

L’évolution de la carte électorale du FN : mon papier au congrès de l’AFSP

J’arrive après la bataille, mais je voulais mettre en ligne le papier que j’ai présenté lors du congrès de l’Association française de science politique, qui s’est tenu du 9 au 11 juillet dernier à Sciences Po. Je participais à la ST 27 intitulée « le ‘nouveau’ Front national en question ». Ayant envoyé mon papier en retard, il n’est pas encore en ligne sur le site de l’AFSP, mais il est désormais disponible sur HAL-SHS.
Dans ce papier, j’essaie de répondre à la question « le Front national de Marine Le Pen est-il un ‘nouveau’ Front national ? » du point de vue de sa carte électorale. Sur le plan méthodologique, je m’appuie sur un modèle de croissance multiniveau du vote FN de 1995 à 2012 (je crois bien que c’est la première fois que c’est fait en France), avec comme données les résultats du Front national par canton aux élections présidentielles sur cette période, ainsi qu’un certain nombre de variables « indépendantes » : composition socio-démographique de la population essentiellement, mais aussi part des élèves scolarisés dans l’enseignement privé (pour tester l’influence catholique, ou ce qu’il en reste), caractère plus ou moins urbain ou périurbain des cantons.
Sur le plan substantiel, je conclus qu’au-delà qu’une quasi-stabilité de niveau entre 1995 et 2012 (avec évidemment l’exception de 2007), le vote FN a connu une transformation de sa structure géographique au fil du temps, qui tient surtout au déclin du vote FN dans les centres urbains et à sa croissance dans les périphéries urbaines et, surtout, à la campagne. Dans le même temps, l’association avec la structure socio-professionnelle a plutôt tendance à diminuer, que ce soit du côté des indépendants ou du côté des ouvriers.
Toutes ces évolutions sont assez linéaires sur la période, et en aucun cas 2012 ne marque un changement radical par rapport aux élections précédentes. C’est d’ailleurs ce qu’a montré de manière générale la section thématique, dans divers domaines (idéologique, militant, etc.) : les années récentes, depuis l’arrivée à la tête du Front national de Marine Le Pen, n’ont fait que continuer des tendances dont les origines sont bien plus anciennes. Le changement dans la continuité, comme dirait l’autre…

Association Française de Science Politique – Bilan scientifique du congrès 2007

Yves Déloye, secrétaire de l’AFSP, en ouverture du bilan du congrès 2007 :

Deux enseignements peuvent être d’ores et déjà tirés de cet événement. Le premier concerne le fait que la science politique, en tant que discipline de connaissance ouverte sur le monde qui nous entoure, sait parfaitement de montrer son utilité sociale. Derrière des réflexions méthodologiques parfois ardues, des considérations théoriques étrangères au sens commun, des controverses savantes difficiles à décrypter, elle a su traiter des petites et des grandes questions au cœur du débat public et plus encore du destin de nos sociétés politiques. (…) Le second enseignement est également rassurant. Cette capacité renouvelée à s’intéresser aux questions fortes du XXIe siècle ne dispense pas notre discipline d’approfondir sa réflexion méthodologique.

84 pages. Peut-être est-ce un peu trop emphatique que d’ouvrir sur ce document, mais cela permet de situer rapidement les recherches en cours, les styles de questionnement et les impératifs du raisonnement scientifique “à la française” en sciences sociales (par exemple, l’obsession d’aller à l’encontre du sens commun prêté aux autres professions, voire à “l’opinion publique” – mais aussi la très grande diversité des thématiques de recherche).