Annals of Youtube Science 1(1) : Engineers of Jihad

Il y a sept ans, j’avais évoqué un papier de Diego Gambetta (assez souvent cité ici) et Steffen Hertog, sur les ingénieurs convertis au djihadisme.

Après une longue période de fermentation, le papier est devenu un article en 2009, puis l’an dernier, un bouquin, à rajouter aux « études quantitatives du djihad » (celles de Thomas Hegghammer, par exemple).

Présentation de l’ouvrage par Steffen Hertog sur la chaîne Youtube du LSE Middle East Centre :

Et conférence complète de Diego Gambetta, sur la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies de l’Institut Universitaire Européen de Florence :

L’un des aspects notables de l’ouvrage est que les données (ou plutôt, des tableaux récapitulatifs au format Excel, pas les données brutes…) sont en ligne :

conf-gambetta

Note technique : ce billet inaugure une série de billets qui renverront tous vers Youtube. Si vous préférez télécharger les vidéos, pour les regarder hors-ligne avec un lecteur comme VLC ou bien pour les archiver plus tard, je ne saurais trop recommander le site KeepVid, qui fait très bien l’affaire.

Début de reprise

Ce n’est vraiment encore la reprise, mais un peu quand même, alors on s’y remet.

Deux comptes-rendus de conférences, et un projet à suivre :

Et une photo de voyage, histoire de répéter ce que j’ai déjà dit sur Facebook : le “Bourdieu” de Fabiani est un excellent livre qui accompagne très bien les heures chaudes.

Tanger, juillet 2016

Photo prise à la terrasse du Café Menara, Tanger, Petit Socco, Maroc.

Collecte et visualisation de données législatives avec R

Le groupe d’utilisateurs R du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (le groupe “Sémin-R”) organise une conférence R demain. Cliquez sur l’image ci-dessous pour le programme complet :

JourneeR-2016-Programme

J’y présenterai les slides résumées ci-dessous (cliquez sur n’importe quelle image pour la version PDF complète, ou utilisez la version en ligne), et si tout se passe bien, j’aurai un court papier technique à partager sur le sujet dans moins d’un mois :

Briatte_R_MNHN_2016-2

Briatte_R_MNHN_2016-3

Briatte_R_MNHN_2016-4

La présentation reprend, en substance, une brève note que j’ai récemment publiée dans Network Science. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au preprint ou lisez directement son annexe pour le détail des données :

Briatte_NWS_published

Comme d’habitude, le code et les données sont en ligne — j’en ai déjà parlé à plusieurs occasions cette année, et vous risquez d’en entendre encore parler dans les années qui arrivent (plus de détails quand il y en aura à partager).

Affaire à suivre, donc, mais bon, c’est pas comme si je ne vous avais pas déjà un peu cassé les pieds avec R et la visualisation de réseaux de collaborations législatives depuis quelques temps déjà.

J’en profite pour saluer amicalement les collègues suisses, et Marion Deville en particulier, qui participent à la Semaine de la démocratie de Genève, et qui ont prévu d’utiliser certains de mes graphiques dans une présentation de leurs travaux lors d’un hackathon organisé le 23 septembre. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations là-dessus, mais vous pouvez écrire à Marion si vous êtes intéressés.

En attendant, il reste quelques places pour la conférence de demain : écrivez aux gentils organisateurs (leurs coordonnées sont sur le site du Sémin-R), ou faîtes-moi très vite signe, et je ferai suivre. À demain !

Mise à jour, le jour même : malgré un léger gros problème qui m’a fait rater la matinée, je peux confirmer que la journée R du MNHN était, comme prévu, hyper-chouette, le cadre du Muséum d’Histoire Naturelle étant très agréable par ailleurs.

À noter dans les présentations, qui seront bientôt en ligne sur le site du RUG MNHN :

  • les dernières améliorations du package FactoMineR – et Factoshiny
  • l’utilisation de scripts R sur un serveur Apache
  • la visualisation de cartes auto-organisatrices
  • un exemple d’interfaçage R + Java
  • la sonification (!) de graphiques R/ggplot2

La dernière présentation, par Jérôme Sueur (l’un des deux organisateurs de la journée, avec Amandine Blin) était très divertissante. Pour comprendre pourquoi, jetez un coup d’oeil au package playitbyr.

“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

R Lyon 2013

Histoire de ne pas rester un mois complet sans rien poster, voici une petite mise à jour liée au dernier billet : Joël et moi serons aux 2e Rencontres R à Lyon les 27 et 28 juin, et comme la vie est bien faite, nous intervenons presque en même temps dans deux amphis différents (résumés ici et ). Parmi les conférenciers invités de R 2013 Lyon, Hadley Wickham, qui parlera de bigvis.

Le programme contient une mégatonne de présentations courtes voire très courtes, sur le format « lightning talks ». L’enseignement et la pédagogie y sont bien représentés, ce qui est certainement bon signe pour R et son intégration aux cursus universitaires, y compris en sciences sociales. À ce sujet, ne faites pas comme moi, ne ratez pas « R pour les enquêtes de conjoncture de l’INSEE« , aujourd’hui même.

La suite (et fin) est ici.

Statistiques partout

  • Le blog des “Déchiffreurs de l’éducation”.

    Cela s’est fait pour la macroéconomie à d’autres occasions. Ces collectifs épistémiques, où le chiffre doit apporter la démonstration des arguments, ont une petite histoire à écrire.

  • Statactivisme ! Si j’étais jeune et plein d’entrain, je dirais “+1” ou “RT”, mais comme je préfère le café old school, je préfère cautionner à donf++.

    Plus sérieusement, si votre thème de recherche tourne autour des processus de quantification d’une manière ou d’une autre, cette conférence promet d’être en plein dans le vif du sujet.

  • La fabrique de la loi : ouvrir et analyser les données parlementaires, un superbe projet par un ami et des collègues.

    Note : signalez-vous si vous avez du code à revendre pour extraire les débats parlementaires ! J’aimerais faire le tour de ce qui se fait à partir du scraping des législatures, avant de travailler sur les débats DADVSI 2005-2006 et HADOPI 2008-2009.

Souvenir de vacances ? non, de conférence

Ça ne m’était jamais arrivé : une conférence à laquelle j’étais présent pour une communication scientifique a fait l’objet d’un petit film, avec une musique super-cheesy que je vous laisse découvrir.

On s’y croirait (presque) ; en réalité, les panels n’ont pas tous autant de participants que les amphis bondés que l’on aperçoit. Un de mes anciens collègues d’Édimbourg fait partie des interviewés, et j’ai reconnu plusieurs autres participants, jeunes et âgés, hommes et femmes.

C’était une chouette conférence, et ESPANET est un excellent réseau de recherche. Buzz réussi, donc, puisque je me retrouve à en faire la promotion plusieurs mois après… !