Annals of Youtube Science 1(2) Suppl 1 : Il faut défendre la société civile américaine

La plupart des billets publiés sur ce blog le sont avec plusieurs semaines d’avance : le précédent, qui parle de la « transition Trump » aux États-Unis, ne fait pas exception, et évoque donc la période révolue de son arrivée au pouvoir.

De ce fait, je n’y ai pas évoqué les derniers événements, et en particulier deux des événements contestataires qui ont marqué l’actualité politique américaine dernières semaines — « marches pour les femmes » juste après l’inauguration de Trump, et manifestations dans les aéroports contre le refugee ban.

Dans les deux cas, ces événements donnent un très bon aperçu de ce que l’on enseigne, en sociologie politique, sous le nom de « participation politique non conventionnelle » : des acteurs sociaux, plus ou moins organisés en amont, se mobilisent en dehors des dispositifs politiques que sont les partis, les élections et le vote, pour faire connaître leur (absence de) soutien aux pouvoirs publics par d’autres moyens, autorisés ou non par ces mêmes pouvoirs.

Toutes les dimensions de ces événements sont intéressantes à analyser : le degré d’organisation préalable des groupes mobilisés (les mouvements féministes, les groupes de soutien aux réfugiés), la couverture médiatique des mouvements, la stratégie de moyen terme de l’exécutif…

La conférence ci-dessous s’inscrit dans ce contexte. Il s’agit d’une table ronde organisée par la NYU School of Law (chaîne Youtube), et qui montre comment la communauté universitaire est en train de s’organiser pour disséquer, mais aussi surtout pour lutter contre, les mesures de l’administration Trump :

Encore une fois, toutes les dimensions de l’événement sont intéressantes à prendre en compte : les personnes qui s’expriment ici – les juristes d’une université « libérale » de la côte Est – étaient préalablement organisées, dotées de capitaux très importants liés à leur activité professionnelle – très fort niveau de politisation, connaissances pointues en droit, salaires et budgets universitaires, très hauts niveaux de capital social, etc. –, auxquels se superposent la spontanéité et les forces supplémentaires de l’indignation, et leurs actions sont susceptibles d’avoir des conséquences de court, moyen et long termes.

Je n’ai pas le temps de rendre compte, dans le détail, de toutes les idées qui me viennent à l’esprit en suivant, par le biais des médias américains, les événements en cours—limogeage forcé de l’Acting Attorney General Sally Yates, résistance des tribunaux aux mesures de déportation, et ainsi de suite. Tout juste ai-je le temps d’attirer l’attention sur l’importance de l’arme du droit dans ce qui est en train de se jouer aux États-Unis.

À ce sujet, voici deux conférences données au Canada en 2014 par Liora Israël. La première, intitulée « Mobiliser le droit. Une approche sociologique« , est malheureusement un peu difficile à écouter, mais elle est très éclairante, de même que la seconde, intitulée « Résister par le droit: une approche sociologique« .

Dans une autre vie, je m’étais intéressé à la mobilisation des juristes américains contre les mesures de renforcement du droit d’auteur sur Internet, dont le représentant le plus connu est Lawrence Lessig. Je vois beaucoup de parallèles entre ce combat et ce qui se joue actuellement, mais n’ai malheureusement pas le temps de rentrer dans son détail.

Je laisse toutes ces pistes d’analyse en plan ici, en complément, donc, de mon billet précédent, en espérant que tous ces événements se retrouveront chroniqués sous la forme d’analyses plus complètes sur des blogs comme Lawfare, qui est très réactif, ou Mobilizing Ideas, qui est plus « slow science« .

Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

Annals of Youtube Science 1(1) : Engineers of Jihad

Il y a sept ans, j’avais évoqué un papier de Diego Gambetta (assez souvent cité ici) et Steffen Hertog, sur les ingénieurs convertis au djihadisme.

Après une longue période de fermentation, le papier est devenu un article en 2009, puis l’an dernier, un bouquin, à rajouter aux « études quantitatives du djihad » (celles de Thomas Hegghammer, par exemple).

Présentation de l’ouvrage par Steffen Hertog sur la chaîne Youtube du LSE Middle East Centre :

Et conférence complète de Diego Gambetta, sur la chaîne Youtube du Robert Schuman Centre for Advanced Studies de l’Institut Universitaire Européen de Florence :

L’un des aspects notables de l’ouvrage est que les données (ou plutôt, des tableaux récapitulatifs au format Excel, pas les données brutes…) sont en ligne :

conf-gambetta

Note technique : ce billet inaugure une série de billets qui renverront tous vers Youtube. Si vous préférez télécharger les vidéos, pour les regarder hors-ligne avec un lecteur comme VLC ou bien pour les archiver plus tard, je ne saurais trop recommander le site KeepVid, qui fait très bien l’affaire.

Début de reprise

Ce n’est vraiment encore la reprise, mais un peu quand même, alors on s’y remet.

Deux comptes-rendus de conférences, et un projet à suivre :

Et une photo de voyage, histoire de répéter ce que j’ai déjà dit sur Facebook : le “Bourdieu” de Fabiani est un excellent livre qui accompagne très bien les heures chaudes.

Tanger, juillet 2016

Photo prise à la terrasse du Café Menara, Tanger, Petit Socco, Maroc.

Collecte et visualisation de données législatives avec R

Le groupe d’utilisateurs R du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (le groupe “Sémin-R”) organise une conférence R demain. Cliquez sur l’image ci-dessous pour le programme complet :

JourneeR-2016-Programme

J’y présenterai les slides résumées ci-dessous (cliquez sur n’importe quelle image pour la version PDF complète, ou utilisez la version en ligne), et si tout se passe bien, j’aurai un court papier technique à partager sur le sujet dans moins d’un mois :

Briatte_R_MNHN_2016-2

Briatte_R_MNHN_2016-3

Briatte_R_MNHN_2016-4

La présentation reprend, en substance, une brève note que j’ai récemment publiée dans Network Science. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au preprint ou lisez directement son annexe pour le détail des données :

Briatte_NWS_published

Comme d’habitude, le code et les données sont en ligne — j’en ai déjà parlé à plusieurs occasions cette année, et vous risquez d’en entendre encore parler dans les années qui arrivent (plus de détails quand il y en aura à partager).

Affaire à suivre, donc, mais bon, c’est pas comme si je ne vous avais pas déjà un peu cassé les pieds avec R et la visualisation de réseaux de collaborations législatives depuis quelques temps déjà.

J’en profite pour saluer amicalement les collègues suisses, et Marion Deville en particulier, qui participent à la Semaine de la démocratie de Genève, et qui ont prévu d’utiliser certains de mes graphiques dans une présentation de leurs travaux lors d’un hackathon organisé le 23 septembre. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations là-dessus, mais vous pouvez écrire à Marion si vous êtes intéressés.

En attendant, il reste quelques places pour la conférence de demain : écrivez aux gentils organisateurs (leurs coordonnées sont sur le site du Sémin-R), ou faîtes-moi très vite signe, et je ferai suivre. À demain !

Mise à jour, le jour même : malgré un léger gros problème qui m’a fait rater la matinée, je peux confirmer que la journée R du MNHN était, comme prévu, hyper-chouette, le cadre du Muséum d’Histoire Naturelle étant très agréable par ailleurs.

À noter dans les présentations, qui seront bientôt en ligne sur le site du RUG MNHN :

  • les dernières améliorations du package FactoMineR – et Factoshiny
  • l’utilisation de scripts R sur un serveur Apache
  • la visualisation de cartes auto-organisatrices
  • un exemple d’interfaçage R + Java
  • la sonification (!) de graphiques R/ggplot2

La dernière présentation, par Jérôme Sueur (l’un des deux organisateurs de la journée, avec Amandine Blin) était très divertissante. Pour comprendre pourquoi, jetez un coup d’oeil au package playitbyr.

“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

R Lyon 2013

Histoire de ne pas rester un mois complet sans rien poster, voici une petite mise à jour liée au dernier billet : Joël et moi serons aux 2e Rencontres R à Lyon les 27 et 28 juin, et comme la vie est bien faite, nous intervenons presque en même temps dans deux amphis différents (résumés ici et ). Parmi les conférenciers invités de R 2013 Lyon, Hadley Wickham, qui parlera de bigvis.

Le programme contient une mégatonne de présentations courtes voire très courtes, sur le format « lightning talks ». L’enseignement et la pédagogie y sont bien représentés, ce qui est certainement bon signe pour R et son intégration aux cursus universitaires, y compris en sciences sociales. À ce sujet, ne faites pas comme moi, ne ratez pas « R pour les enquêtes de conjoncture de l’INSEE« , aujourd’hui même.

La suite (et fin) est ici.

Statistiques partout

  • Le blog des “Déchiffreurs de l’éducation”.

    Cela s’est fait pour la macroéconomie à d’autres occasions. Ces collectifs épistémiques, où le chiffre doit apporter la démonstration des arguments, ont une petite histoire à écrire.

  • Statactivisme ! Si j’étais jeune et plein d’entrain, je dirais “+1” ou “RT”, mais comme je préfère le café old school, je préfère cautionner à donf++.

    Plus sérieusement, si votre thème de recherche tourne autour des processus de quantification d’une manière ou d’une autre, cette conférence promet d’être en plein dans le vif du sujet.

  • La fabrique de la loi : ouvrir et analyser les données parlementaires, un superbe projet par un ami et des collègues.

    Note : signalez-vous si vous avez du code à revendre pour extraire les débats parlementaires ! J’aimerais faire le tour de ce qui se fait à partir du scraping des législatures, avant de travailler sur les débats DADVSI 2005-2006 et HADOPI 2008-2009.

Souvenir de vacances ? non, de conférence

Ça ne m’était jamais arrivé : une conférence à laquelle j’étais présent pour une communication scientifique a fait l’objet d’un petit film, avec une musique super-cheesy que je vous laisse découvrir.

On s’y croirait (presque) ; en réalité, les panels n’ont pas tous autant de participants que les amphis bondés que l’on aperçoit. Un de mes anciens collègues d’Édimbourg fait partie des interviewés, et j’ai reconnu plusieurs autres participants, jeunes et âgés, hommes et femmes.

C’était une chouette conférence, et ESPANET est un excellent réseau de recherche. Buzz réussi, donc, puisque je me retrouve à en faire la promotion plusieurs mois après… !