“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

R Lyon 2013

Histoire de ne pas rester un mois complet sans rien poster, voici une petite mise à jour liée au dernier billet : Joël et moi serons aux 2e Rencontres R à Lyon les 27 et 28 juin, et comme la vie est bien faite, nous intervenons presque en même temps dans deux amphis différents (résumés ici et ). Parmi les conférenciers invités de R 2013 Lyon, Hadley Wickham, qui parlera de bigvis.

Le programme contient une mégatonne de présentations courtes voire très courtes, sur le format « lightning talks ». L’enseignement et la pédagogie y sont bien représentés, ce qui est certainement bon signe pour R et son intégration aux cursus universitaires, y compris en sciences sociales. À ce sujet, ne faites pas comme moi, ne ratez pas « R pour les enquêtes de conjoncture de l’INSEE« , aujourd’hui même.

La suite (et fin) est ici.

Statistiques partout

  • Le blog des “Déchiffreurs de l’éducation”.

    Cela s’est fait pour la macroéconomie à d’autres occasions. Ces collectifs épistémiques, où le chiffre doit apporter la démonstration des arguments, ont une petite histoire à écrire.

  • Statactivisme ! Si j’étais jeune et plein d’entrain, je dirais “+1” ou “RT”, mais comme je préfère le café old school, je préfère cautionner à donf++.

    Plus sérieusement, si votre thème de recherche tourne autour des processus de quantification d’une manière ou d’une autre, cette conférence promet d’être en plein dans le vif du sujet.

  • La fabrique de la loi : ouvrir et analyser les données parlementaires, un superbe projet par un ami et des collègues.

    Note : signalez-vous si vous avez du code à revendre pour extraire les débats parlementaires ! J’aimerais faire le tour de ce qui se fait à partir du scraping des législatures, avant de travailler sur les débats DADVSI 2005-2006 et HADOPI 2008-2009.

Souvenir de vacances ? non, de conférence

Ça ne m’était jamais arrivé : une conférence à laquelle j’étais présent pour une communication scientifique a fait l’objet d’un petit film, avec une musique super-cheesy que je vous laisse découvrir.

On s’y croirait (presque) ; en réalité, les panels n’ont pas tous autant de participants que les amphis bondés que l’on aperçoit. Un de mes anciens collègues d’Édimbourg fait partie des interviewés, et j’ai reconnu plusieurs autres participants, jeunes et âgés, hommes et femmes.

C’était une chouette conférence, et ESPANET est un excellent réseau de recherche. Buzz réussi, donc, puisque je me retrouve à en faire la promotion plusieurs mois après… !