Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/02

La suite de ce billet. Édition précédente : 2017/01. Les règles de cette série de billets se précisent : tous les liens pointent vers des textes ou des morceaux de musique composés par des femmes (ou co-composés par au moins une femme, dans le cas des compositions multi-auteurs). Chaque billet de la série est publié à la fin du mois et contient 10 items, plus une « mention spéciale » (spéciale en quoi ? je ne sais toujours pas). Les domaines couverts sont variés, mais vu ce que je lis et j’écoute, attendez-vous à de la science politique (évidemment), de l’analyse de données1, et de la musique bizarre.

  1. Emily Barry, « Applying Data Science to the Supreme Court: Topic Modeling Over Time with NMF (and a D3.js bonus) » :

    barry-scotus-topics

  2. Jenny Andersson et Egle Rindzeviciute, « The Political Life of Prediction. The Future as a Space of Scientific World Governance in the Cold War Era » :

    This working paper explores the role of the future as a space of scientific exchange and dialogue in the Cold War period. We argue that in East and West the governance of the future were understood as both intellectual and technical problem that, importantly, challenged existing notions of the nature of liberal democratic and communist political regimes. Casting the future as a governable sphere led to the development of new forms of scientific governance which sought explicitly to depoliticize the future and turn it into a new transnational domain of technocratic politics. The paper focuses on the parallels and exchanges among American and Soviet futurologists. East-West collaboration was essential to the invention of the future as a governable technoscientific space, situated beyond political dispute.

  3. Daphne Oram2, Andrea Parker3 et Daz Quayle, « Are You There? » (Live from the Roundhouse), tiré de Private Dreams And Public Nightmares (2011) :

  4. Valerie J. Bunce et Mark R. Beissinger, « Taking Democracy for Granted » (sur l’excellent blog collectif Duck of Minerva, qui devrait plaire à tous les lecteurs de Crooked Timber et de The Monkey Cage) :

    … The costs of nationalist tropes for democracy are many. They give candidates a license to avoid talking about policy. They silence the opposition, since it cannot possibly come out against the nation. They sow divisions among the public. But perhaps their greatest danger is that they give rise to the demand for strong leadership—leaders who will do anything to defend the nation from its enemies.

    To those who view American politics as exceptional, Trump is an anomaly that is difficult to explain. To us, his politics are disconcertingly familiar.

  5. Katharina A. Zweig, Network Analysis Literacy. A Practical Approach to the Analysis of Networks (Springer, 2016) — un bouquin qui clarifie l’analyse de réseaux par le biais des modélisations complexes parues ces dernières années. Fort utile.

  6. Elisabeth S. Clemens : What is Political Sociology? (Wiley, 2016). Ayant lu quelques-uns des articles de l’auteur, je m’attends à une excellente synthèse couvrant un énorme spectre spatio-temporel, à la Sewell.

    Note : j’ai reçu, depuis la rédaction de ce billet, ma copie de l’ouvrage, et je ne suis pas déçu. Comme prévu, c’est une vaste mais brève synthèse de la sous-discipline.

  7. DJ Mutamassik (et Spit), « Complicity (M28 Mix)« , remix déjanté d’une chanson d’Arto Lindsay, sur l’excellent album d’illbient Hyper Civilizado (1996) :

    L’album de Mutamassik Symbols Follow (2015), où celle-ci joue tous les instruments, vaut aussi le détour si vous aimez l’ambient expérimental façon Nobukazu Takemura, qui reste le maître absolu, inégalé et inégalable du genre.

  8. Amelia Tait : « The Movie That Doesn’t Exist and the Redditors Who Think It Does » – sur un phénomène qui peut paraître invraisemblable, mais qui est bien connu des chercheurs faisant des entretiens sur des faits distants : le cerveau humain fabrique de très intéressants souvenirs de faits n’ayant jamais existé.

  9. Lucie Beraud-Sudreau et Hugo Meijer, « Enjeux stratégiques et économiques des politiques d’exportation d’armement. Une comparaison franco-américaine » (Revue internationale de politique comparée, 2016) :

    […] Cet article propose un schéma explicatif [montrant] que le poids relatif des considérations stratégiques et économiques dans l’élaboration des politiques d’exportation d’armes dépend, sur le plan international, du positionnement de l’État dans la hiérarchie mondiale des producteurs d’armement et, sur le plan national, du degré de dépendance à l’exportation de son industrie de défense. Cette typologie est ensuite testée à travers une comparaison des politiques américaine et française d’exportation d’armement, à partir d’entretiens réalisés à Washington D.C. et à Paris et de câbles diplomatiques fuités par Wikileaks. […]

  10. Anoushka Shankar, « Red Sun« , de l’album Rise (2005) :

Mention spéciale : Fernanda Martins, l’une des rares femmes dans le sous-genre hard techno/schranz, qui est quasi-exclusivement dominé par des hommes (Kvitta, Liebing, Natus, Ranieri, Rush). Le mix ci-dessous a été réalisé avec Sheefit, a.k.a Gabriela Mariano, la moitié féminine du duo de hard techno Motormorfoses.

  1. Généralement avec R, parfois avec Python. []
  2. Une pionnière du genre (synthétiseurs et musique concrète). Mon billet de 2016 en cite d’autres. []
  3. Oui, c’est la même que dans l’édition 2017/01. []

Best of 2010

L’année est bien entamée, et j’aime bien l’idée du best-of académique. En science politique, je sélectionnerais quatre textes, et j’attends vos suggestions :

  • Black Ravens, White Shoes, and Case Selection: Inference with Categorical Variables”, un texte inédit du statisticien David Freedman dans un recueil édité par David Collier (un collègue de Berkeley, bien connu en science politique) et al.. En quelques pages, tout y passe, le paradoxe des corbeaux chez Hempel, la sélection des cas d’étude, quelques références en passant à Taleb (que j’ai découvert grâce à Mark Blyth), l’inférence statistique à “faible n”, etc. Freedman est (était) un des plus grands statisticiens du 20e siècle, et l’un des plus ouverts à l’épistémologie qualitative. Un modèle.
  • Democracy and the Limits of Self-Rule : le dernier ouvrage d’Adam Przeworski. Enough said. La préface – autobiographique, comme son chapitre dans l’ouvrage de Munck et Snyder déjà mentionné – est absolument magistrale. Foncez dessus par tous les moyens possibles ! Des extraits sont disponibles. Je n’ai pas fini de dire tout le bien que je pense des recherches d’Adam Przeworski, que j’avais déjà mentionné en passant. Je n’ai hélas pas le temps de lire autant que je voudrais, mais si l’on me propose un cours libre l’an prochain, ce sera un cours sur la démocratie et (presque) rien d’autre.
  • Transnational Diffusion: Norms, Ideas, and Policies”, une synthèse magistrale de Fabrizio Gilardi sur un phénomène essentiel en science politique. Le texte est à présent daté de 2011 mais j’ai lu la version précédente de 2010. Le texte est une version de travail pour publication dans un handbook de relations internationales, mais l’on y apprend beaucoup de choses utiles au niveau méthodologique qui sont utiles en dehors de cette spécialisation. À suivre, surtout en rapport au contexte politique actuel en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
  • Rational Choice : je pense que j’ai enfin commencé à comprendre quelque chose à la théorie des jeux grâce à cet excellent ouvrage introductif d’Itzhak Gilboa. L’ouvrage ne m’empêchera toutefois pas de penser que l’immense majorité des articles dans les revues comme Games and Economic Behaviour (où l’on trouve ce genre de démonstration) représentent, au mieux, une perte de temps. Quitte à balayer le champ des rational choicers, je n’en dirais pas autant des recherches appliquées de Dennis C. Mueller en public choice (son manuel vient d’ailleurs d’être traduit en françaisshameless colleague plug!).

J’ai fait un peu exprès de prendre des textes hors de mes “intérêts de recherche” immédiats, parce que je pense apprendre autant en lisant de manière complètement sérendipiteuse qu’en lisant de manière focalisée. Dernier exemple en date, j’ai récemment appris beaucoup de choses en (re)lisant des extraits du chef d’oeuvre de Mary Douglas, How Institutions Think (clin d’oeil à David, à qui j’ai offert la traduction française) : Schelling, Williamson, tout y est. Quant aux clivages disciplinaires, qui m’évoquent de plus en plus la fractionalisation ethno-linguistique et religieuse, je refuse d’en tenir compte à ce stade.

Où vont, sinon, les sciences sociales à l’horizon 2020 ? La National Science Foundation a posé la question en 2010, et les réponses sont en ligne. Les thèmes de recherche d’une quinzaine des contributeurs m’étaient déjà connus, et la lecture de leurs papiers ouvre des perspectives de recherche passionnantes.

Contemporary Political Analysis 2011

Le département de science politique où j’enseigne a eu la bonne idée de créer un cours de « science politique en langue anglaise », comme l’indiquait son intitulé initial sans plus de précision. Les deux premières séances du cours, qui s’appelle désormais « Contemporary Political Analysis » faute de mieux, ont eu lieu hier. Le public est composé d’étudiants en première année de Master de science politique.

Les textes

J’ai pris beaucoup de plaisir à rédiger le plan du cours. Un ami qui enseigne sa première conférence de science politique à Sciences Po Grenoble était lui aussi en train de rédiger son plan de cours le mois dernier ; nous avons tous les deux choisi ce texte génial de Charles Tilly, « La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé » (moi dans sa version originale, lui dans sa traduction française).

Le reste des textes a quelques propriétés intéressantes, qui ne me sont apparues qu’après-coup. Essayez par exemple de deviner les nationalités des auteurs sélectionnés, et quelque chose devrait vous marquer : l’équilibre entre les auteurs européens continentaux et nord-américains n’est pas important. Ce qui ressort vraiment, c’est la présence écrasante des immigrés, de longue date ou pas.

Est-ce explicable par l’idée qu’il existe, dans les faits, une sorte de science politique occidentale mais transnationale, composée de chercheurs ayant choisi de « structurer [leur] vie de manière comparative », comme le disait Philippe Schmitter dans son entretien pour l’ouvrage de Munck et Snyder ? C’est en tout cas l’impression que me laisse mes propres choix.

En ce qui concerne les approches, la comparaison et l’institutionnalisme historique sont bien représentés dans les textes, mais je pense pouvoir dire que l’ensemble est beaucoup plus éclectique. Pour ne prendre qu’un exemple, les auteurs des textes qui insistent le plus sur les choix des agents sont Carles Boix, Adrienne Héritier ou encore Diego Gambetta, mais les rassembler sous une étiquette serait absurde.

Je n’ai pas regardé précisément l’éventail disciplinaire des auteurs, mais il y a beaucoup, beaucoup de science politique, avec de la sociologie et de l’histoire, et deux philosophes (Max Horkheimer et Théodore Adorno). L’économie n’est présente que de manière latente, dans la terminologie, les approches et les thèmes de recherche. Le sociologue Frank Dobbin est le seul auteur apparaissant deux fois.

Les étudiants

Une douzaine d’étudiants, soit environ un quart des effectifs du Master 1, a choisi de suivre le cours, qui est optionnel—en réalité un peu moins d’un quart, mais la présence de deux auditeurs libres confirme qu’il y a une demande pour ce type d’enseignement, qui a également suscité quelques curiosités dans les bureaux. C’est un peu comme si l’on m’avait demandé de faire une mixtape de la discipline.

Le biais de sélection est évident et il faudra confirmer l’observation, mais le feedback en cours montre que le niveau de langue moyen chez les étudiants est suffisant pour leur permettre de comprendre, et même de participer, au cours. J’ai toujours pensé que le téléchargement des séries télévisées américaines, massivement pratiqué, aurait des effets culturels et scientifiques positifs sur le long terme.

La première séance portait sur les caractéristiques fondamentales de l’entreprise scientifique, sur la notion de concept et sur les hiérarchies conceptuelles, dont fait partie l’échelle d’abstraction de Giovanni Sartori. Pour aider à la compréhension, j’ai décidé de distribuer quelques notes écrites (succinctes et personnelles) sur les textes en début de cours, et d’en présenter les aspects essentiels à l’oral.

J’attends, encore une fois, d’avoir plusieurs séances derrière moi pour confirmer ces premières observations, mais je pense que tout se passe bien pour le moment, alors que je ne fais presque aucun « cadeau » pédagogique. Sur la forme, par exemple, je parle uniquement en anglais, sans traduction, assez vite de surcroît mais en répétant et en donnant souvent des synonymes.

Sur le fond également, les textes sont « sans concession ». L’ouvrage qui fait office de manuel pour le cours a été produit à l’Institut Universitaire Européen de Florence pour des étudiants en formation doctorale (M2R/D). Je reprends tout à l’oral, en illustrant énormément au tableau : pour la conceptualisation, il était question de terrorisme suicide, de démocratie et de partis de masse.

La suite

J’ai encore quelques coquilles à corriger dans le plan du cours, qui contient aussi deux ou trois petites excentricités—j’ai pleinement profité du fait que la commande pédagogique soit un réel exercice de freestyle académique. J’ai aussi quelques regrets sur la sélection des textes, n’ayant que dix séances, avec un seul regret sérieux : The Passions and the Interests, d’Albert Hirschman.

Les remerciements mentionnent un statisticien, Cosma Shalizi, et un épistémologue, Daniel Little (qui n’ont pas été consultés). Le collègue précédemment cité est aussi mentionné, de même qu’un commentateur régulier du bistro, que j’ai (presque) raté lors de mon dernier passage à Grenoble. J’aurais au moins deux autres personnes à remercier dans les semaines qui arrivent.

Quelques notes rapides autour d’un texte de Philippe Schmitter

Ce n’est pas un billet à proprement parler, mais j’ai commencé à noter quelques idées, que je compte développer dans un futur distant, sur un autre blog. Le texte qui a inspiré ces notes est un entretien avec Philippe Schmitter, que je lis autant que faire se peut (mais presque jamais, paradoxalement, pour ses travaux sur le corporatisme ou sur les transitions démocratiques).

L’objectif est d’en faire une “vraie” note (en anglais, on dirait full-fledged), avec des éléments de réflexion sur la science politique, la comparaison, et la méthodologie d’une science sociale—l’usage du singulier n’étant pas anodin. L’usage de deux langues (anglais puis français, ou l’inverse, ce n’est pas important) m’est par ailleurs réellement utile dans le processus.

Bonnes vacances !

2012

  1. Nicolas Sarkozy sera-t-il candidat à la présidentielle de 2012 ?
  2. Le cas échéant, remportera-t-il l’élection ?
  3. Quelles en seront les conséquences immédiates ?

Je ne peux pas répondre à ces questions (parce que leur structure logique ne m’y autorise pas, ce qui répond par ailleurs à un sujet du baccalauréat de cette année), mais je suis convaincu que :

  1. Nicolas Sarkozy sera candidat à sa succession.
  2. Nicolas Sarkozy remportera l’élection présidentielle.
  3. Ce sera l’un des moments les plus intéressants pour la science politique française.

La réponse 3 est évidemment très partielle, mais je pense qu’une victoire de Nicolas Sarkozy (enfin, de la droite) sera intellectuellement très stimulant pour les politistes français, qui pourront alors observer un parti politique d’opposition perdre quatre élections présidentielles d’affilée dans un régime à dominante exécutive équilibré par l’alternance.

Les dégâts seront tels pour le Parti socialiste que la traversée du désert du Parti conservateur britannique dans la période 1997-2007 aura l’air d’une promenade de santé en comparaison (voilà un champ d’étude intéressant : “j’étudie les partis politiques d’alternance qui perdent successivement N≥3 élections de premier ordre”). On peut tout imaginer, jusqu’à la disparition pure et simple du parti. Même les partis peuvent mourir.

Aussi, quand on compare la déliquescence de la gauche britannique dans les années 1960 à celle de la gauche française aujourd’hui, on réalise le long chemin de croix qui attend les élites politiques qui ne se destinent pas à “l’ouverture”. Toute l’histoire intellectuelle de la “nouvelle gauche”, celle de ses revues, de ses factions, de ses manifestes, jusqu’à la période récente, montre que la multiplication des “clubs d’idée” au sein du Parti socialiste n’est que la première étape d’un long processus, qui aboutira nécessairement à une situation de compromis entre les restes fumants de la vieille intelligentsia et les quelques nouvelles élites qui auront tiré leur épingle du jeu.

Enfin, la gauche peut encore gagner en 2012, si elle arrive à ventiler son vivier de leaders d’opposition et à faire émerger un leadership efficace en une seule année, 2010. C’est aussi probable que la production d’un joli graphique sous Microsoft Excel, mais ça s’est déjà vu.

Vue de l’extérieur

Pas vraiment une recension, mais allons-y…

Le dernier numéro de Politics & Society présente un article de C. L. Schneider sur les émeutes de novembre 2005 :

This article looks at riots that consumed Paris and much of France for three consecutive weeks in November 2005. The author argues that the uprisings were not instigated by radical Muslims, children of African polygamists, or despairing youth suffering from high unemployment. First and foremost, they were provoked by a terrible incident of police brutality, a tragedy among a litany of similar tragedies. Black and Arab youth were already frustrated: decades of violent enforcement of France’s categorical boundaries—both racial and geographic—had filled many with rage. When Minister of Interior Nicholas Sarkozy responded to the violent death of three teenage boys on October 25, 2005, by condemning the boys rather than the police officers who had killed them, he merely reaffirmed what many young blacks and Arabs already believed: that their lives have no value in France.

Key Words: race riots in France • police power

Cet abstract m’a laissé un peu surpris, et peut-être l’article me surprendrait-il encore plus si j’y avais accès. D’une part, mettre le fondamentalisme islamique, la polygamie et le chômage sur la même ligne de facteurs explicatifs me paraît tellement hors de propos que je ne sais pas comment réagir. Ensuite, retirer le chômage des facteurs explicatifs me paraît très peu indiqué, à moins de se limiter à une explication événementielle de type journaliste tapant une dépêche dans les heures qui suivent l’incident… ce qui semble être l’intention du texte, si l’en croit la suite. La conclusion est toute aussi surprenante, étant donné que la position du ministre d’époque devient la position de la France, alors que même les autres membres de l’exécutif en 2005 ne partageaient pas sa politique. Accessoirement, je ne connaissais pas le mot-clé “race riots in France”.

Trois questions : qui a rédigé l’abstract, et est-ce un reflet du texte ? comment cela peut-il passer un peer review ? et quel est la part d’erreur induite par l’observation à distance ? Peut-être l’auteur nous lira-t-elle.

Les politiques des biotechnologies médicales

A.-S. Paquez, “Les politiques publiques des biotechnologies médicales (diagnostic préimplantatoire, thérapie génique, clonage) en Allemagne, en France et au Royaume-Uni” :

(FR) Les années 1990 ont vu se succéder des « premières » dans le domaine des biotechnologies médicales (diagnostic préimplantatoire, thérapie génique, clonage), faisant passer des thèmes de la science-fiction à des enjeux politiques majeurs et soulevant alors de vifs débats sur la légitimité, les modalités et, au-delà, le sens d’une action publique. Ces pratiques, qui bouleversent la conception civilisationnelle traditionnelle, ont radicalisé la perception d’une crise du progrès et d’un risque moral.

L’objectif de la thèse est de mettre en évidence si ces « nouvelles » questions ont suscité des modes d’action publique originaux.

La comparaison entre l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni, trois Etats européens qui ont fondé leur développement sur la science, permet d’identifier ce qui, dans la formulation des politiques publiques, relève de la nature de l’objet ou du contexte.

L’analyse du droit, du cadre institutionnel et des mesures de soutien à la recherche et à l’industrie montre, entre les trois Etats, des différences majeures qui tendent néanmoins, depuis 1990, à s’estomper. Cette relative convergence, aux niveaux du gouvernement (au sens large de ce terme) et du style politique, amène à s’interroger sur les facteurs du changement et, en regard, sur le phénomène de « résistance » à de nouvelles technologies.

(EN) The nineties saw the successful making of « premieres » in the field of medical biotechnology (preimplantation genetic diagnosis, gene therapy, cloning), turning science fiction stories into real and major political issues and raising debates over legitimacy, ways and, beyond, the sense of a public action. These practices, which have disrupted the traditional conception of civilization, have made the perception of a crisis in progress and of a moral risk worsen.

The purpose of this research is to investigate whether these « new » questions have made new features in policy-making emerge.

The comparison between Germany, France and the United Kingdom, three European countries which based their development on science, helps identifying what, in the framing of public policies, belongs to the nature of the topic from the context.

Law, the institutional setting, research and industrial policies have started to converge, especially in the government (in the broad meaning of this word) and in the style. However, some political decisions remain the same, which raises further interrogations on the conditions for policy change and, by contrast, on the phenomenon of « resistance » towards new technology.

Thèse en ligne : présentation, fichier (765 pages).

Peut-on parler d’un modèle Anglo-Saxon ?

J. Jennings, “Peut-on parler d’un modèle Anglo-Saxon ? (Contribution à une histoire de nos préjugés)” :

Peut-on parler d’un modèle anglo-saxon ? Ma première réponse à cette question est la suivante : il est évident que l’on peut parler d’un modèle anglo-saxon et d’ailleurs, que l’on parle du modèle anglo-saxon. Cependant, si la question est posée autrement – par exemple : « est-ce que l’on a raison de parler du modèle anglo-saxon ? » – la réponse est moins évidente. [13 pages]

Note de service : je vais devoir ralentir le rythme de publication de ce blog. Les sources qui rentrent dans mes critères de sélection ne se renouvellent pas suffisamment rapidement pour permettre deux recensions par jour. À vrai dire, trois nouveaux textes par semaine (lundi, mercredi, vendredi) serait déjà un objectif ambitieux. Je crois que cela est dû principalement à la faible culture de diffusion en ligne et de circulation des travaux en cours (drafts, working papers etc.).