Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/06

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05. Cette série de billets fera sa première pause annuelle le mois prochain et redémarrera fin août.

  1. Laura Poitras, réalisatrice de The Oath et Citizenfour, sort son documentaire sur Julian Assange et WikiLeaks, Risk, cet été.

    Cette interview avec Vox donne plein de détails, et surtout m’apprend l’existence de son projet Field of Vision, qui contient toutes sortes de petites pépites cinématographiques, telles que The Moderators, sur les petites mains qui nettoient les réseaux sociaux, Relatively Free, sur Barrett Brown, ou Our New President, sur la tragicomique réception de Trump en Russie :

  2. Grace Hopper (1906-1992), « reine du code », a conçu le premier compilateur. Le langage qu’elle a largement contribué à développer, COBOL, reste le langage informatique le plus important pour l’industrie bancaire – ce qui commence d’ailleurs à poser problème.

  3. Lisa Mandel et Julie Pagis, qui suivent les élections avec des classes d’école primaire et de collège :

    La série précédente de dessins, réalisée avec Yasmine Bouagga, portait sur la « jungle » de Calais et sur les migrants réfugiés aux alentours ; elle se trouve à la même adresse, est tout aussi recommandable, et est récemment parue en album.

    Seul regret : aucun moyen – à ma connaissance — de facilement naviguer les archives de chaque série pour les lire dans l’ordre de parution.

  4. Elisabeth Moss et les autres actrices de la série The Handmaid’s Tale, basée sur le superbe roman dystopique de Margaret Atwood :

    Le compte-rendu qu’en a fait Emily Nussbaum dans le New Yorker est très bon, de même que le portrait d’Elisabeth Moss par Sarah Hughes dans The Observer.

  5. Samantha C. Tyner et Heike Hofmann, avec qui nous publions « Network Visualization with ggplot2«  dans The R Journal cette année, après un an ou presque de corrections au code.

    Comme je compte l’expliquer dans une note en anglais sur mon blog R lorsque l’article sera paru, Samantha C. Tyner a fait l’immense majorité du boulot, et l’intégralité du boulot sur les deux derniers rounds de révision : tous les honneurs lui reviennent donc.

  6. Dasha Rush, à nouveau, pour ce mix (parmi d’autres) :

  7. Gina Pollack, pour son documentaire sur les restrictions d’accès à l’avortement en Louisiane, diffusé dans l’excellente série Op-Docs du New York Times :

  8. Joni Lovenduski est la première femme à se voir décerner l’ECPR Lifetime Achievement Award, créé en 2005.

  9. J’ai complètement raté, à sa sortie, Mémoire vive, le livre de Sarah Gensburger sur le quartier du Bataclan après les attentats de 2015.

    Voir aussi cette émission de France Culture sur l’histoire des mémoires, où interviennent également Denis Peschanski et Christian Delage.

  10. Juste après l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République française, Pippa Norris cherchait à ramener tout le monde aux réalités du vote pour les partis populistes en Europe :

    So is the wave of populist nationalism finished? Hardly.

Mention spéciale pour la chanteuse iranienne Sahar Mohammadi, pour ce magnifique concert diffusé par France Musique, dans l’émission « Ocora Couleurs du monde » de Françoise Degeorges :

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/04

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03. Cette édition s’éloigne peut-être encore un peu plus du sujet principal de ce blog que les éditions précédentes.

  1. Masha Gessen, déjà mentionnée en 2016 : « The Styrofoam Presidency », une description, hélas, parfaite de la présidence de Donald Trump.

  2. Margarethe von Trotta, pour son film Hannah Arendt, que j’ai enfin fini par regarder, et apprécié (notez que je suis assez facile à satisfaire en cinéma). Hannah Arendt y est interprétée par Barbara Sukowa, aux côtés d’excellents second rôles tels que Ulrich Noethen en Hans Jonas.

  3. Béatrice Cherrier, déjà mentionnée l’an dernier : « The Making of Economic Facts: A Reading List ». Sur un sujet proche, ne ratez pas sa série de tweets au sujet de la panique suscitée par l’administration Trump en matière de données économiques :

    Many layers in econs’ “data distress” right now. But huge current threat shouldn’t conceal deeper long-term issues.

    …Série devenue un billet hyper-détaillé : « Les économistes face à la défiance de la société civile: faut-il déclarer la guerre des nombres ? ». Chapeau !

    Notons au passage que Trump est en train de donner une couleur un peu différente à la littérature scientifique sur la quantification. Jusqu’ici, cette littérature, qui a ses origines dans des travaux de sociologie historique, s’est présentée sous la forme d’une sociologie de la production de données, et le plus souvent, de la production de données par l’État, et des résistances qu’elle suscite. Avec Trump, on passe une étape vers une sociologie politique de la quantification, où des acteurs de la société civile luttent désormais pour éviter la perte, plutôt que la production, de données.

  4. Laura Norén co-publie, avec Brad Stenger, la meilleure newsletter de data science, la Data Science Community Newsletter de la NYU, déjà mentionnée dans ce billet sur l’open access scientifique.

  5. Sharece Thrower, pour son superbe sens du timing :

    thrower-ajps-31-jan-2017

    Voir également son tout aussi pertinent article « Legislative Capacity and Executive Unilateralism », co-écrit avec Alexander D. Bolton.

  6. Amy Adams, pour son rôle de linguiste perturbée dans Arrival (de Denis Villeneuve), que j’ai beaucoup aimé, mais aussi pour son rôle dans Nocturnal Animals, également sorti l’an dernier.

    amy-adams-arrival

    Notons au passage que les deux films ont chacun une très, très belle bande originale. Celle de Jóhann Jóhannsson pour Arrival est remarquable, mais celle d’Abel Korzeniowski pour Nocturnal Animals m’a encore plus bluffé.

  7. Carla Bley, « A.I.R. » (All India Radio), découvert grâce à la reprise du morceau sur un bootleg de Jan Garbarek à Kirchheim en 1973 :

    Extrait de l’album Escalator over the Hill, découvert grâce à la fine équipe du Club Jazzafip, qui s’arrange pour toujours programmer au moins un morceau exceptionnel par émission. Merci aux deux animatrices du Club, Jane Villenet et Charlotte Bibring.

  8. J’ai récemment découvert qu’il y a deux doctorantes de Sciences Po qui travaillent sur les usages politiques de Twitter par les élus, parlementaires, candidats en campagne, et leurs militants : Florence Nocca, au CEE, et Joyce Bessis, au CERI. À suivre.

  9. Christiane Taubira s’exprime dans les colonnes du Monde, ce qui donne l’occasion, de plus en plus rare, d’entendre un discours d’homme (de femme) d’État. Je ne suis pas certain de comprendre sa « sociologie », mais je la trouve déjà moins stupide, ce qui n’est certes pas très difficile, que celle de Manuel Valls :

    Il y a un principe fondamental en sociologie, c’est se nommer soi-même.

    Intéressant cas sociologique, d’ailleurs, que celui de Mehdi Meklat, cas scandaleux auquel Christiane Taubira a été associée pour avoir dialogué avec le bonhomme. Il faudrait une énorme couche de Goffman et de Douglas pour parler de Meklat, mais je n’ai pas le temps.

  10. Bérengère Viennot, pour son entretien dans la Los Angeles Review of Books, qui fait suite à son article dans Slate, « Pour les traducteurs, Trump est un casse-tête inédit et désolant ». L’URL permanente de l’article, qui laisse deviner ce qui était peut-être le titre original du texte, est toutefois beaucoup mieux tourné : « traduire Trump, mourir un peu ».

Mention spéciale : Mutamassik = متمسك, déjà citée en février, pour son album Symbols Follow (2015), qui est aussi bizarre que bien fichu. Maintenant que j’ai écouté l’album une bonne dizaine de fois, je souhaite le recommander à nouveau. Le preview intégral ci-dessous ne fait malheureusement pas honneur à la qualité de la production de l’enregistrement.

À qui profite l’exception culturelle ?

F. Lévy-Hartmann et F. Lalevée, du Groupe d’Économie Mondiale de Sciences Po, Le soutien à la production cinématographique française : à qui profite l’exception culturelle ? :

Le cinéma français est massivement soutenu par les autorités publiques : les aides frôlent les 38% de la valeur ajoutée du secteur, et le « taux d’assistance effectif » 101% de la valeur ajoutée. Mais si ces aides génèrent une production abondante (240 films agréés en 2005), elles ne soutiennent que peu la qualité et l’originalité du cinéma français. La concentration et la constance de la manne publique sur les quelques firmes intégrées les plus puissantes du secteur, révèlent combien la politique cinématographique française est en porte à faux par rapport à l’objectif culturel affiché. Le calcul détaillé des taux de subvention pour deux bénéficiaires, Gaumont et EuropaCorp, confirme la capture de la politique française par ces firmes bien insérées dans les circuits commerciaux, français et internationaux. En 2002, l’assistance directe ou indirecte représente 95% de la valeur ajoutée produite par EuropaCorp, 90% de celle produite par Gaumont. Loin de nous l’idée de critiquer le cinéma français répondant à une logique commerciale légitime et vitale. Mais, de tels films – et de telles firmes – pourraient exister sur la base de la seule loi du marché. Au total, loin d’œuvrer pour la diversité culturelle, la politique cinématographique française actuelle amplifie des effets négatifs potentiels du marché (concentration abusive, uniformisation d’une partie de la production, clonage des œuvres américaines, etc.). De plus, au fil des années, le système de soutien au cinéma est devenu illisible. Les aides nouvelles se sont multipliées, se superposant et s’enchevêtrant aux dispositifs existants sans guère de rationalité. La complexité est telle que peu d’acteurs de la filière savent s’ils sont des gagnants ou des perdants nets du système actuel, ce qui renforce l’inertie en matière de réformes. La seule façon d’échapper à ce lent enlisement est une évaluation du système de soutien actuel. [22 pages ; English version]