“La causalité en question”, avec Ivan Ermakoff

Je ne sais pas comment introduire la vidéo suivante pour vous la recommander, et vais du coup me contenter de copier-coller son descriptif :

Table ronde autour de la question de la causalité en sciences sociales. Notre invité était Ivan Ermakoff, Professeur de sociologie à l’université de Wisconsin-Madison (http://www.ssc.wisc.edu/soc/faculty/s…).

Discutant.e.s: Hervé Rayner (remarques générales et volet « théories de l’alignement »), Bernard Voutat, Agnès Aubry et Fabien Thétaz (volet « théorie(s) de l’acteur »), Mounia Bennani-Chraïbi, Nicholas Pohl et Youssef El Chazli (volet « méthodologie »), Ivan Sainsaulieu, Martino Maggetti et Hervé Rayner (volet « contingence et explication causale »).

Accrochez-vous, ça dure trois heures, mais ça en vaut largement la peine.

Je dois rajouter qu’Ivan Ermakoff est un personnage assez fascinant à écouter. Sa manière de s’exprimer est probablement ce qui se fait de plus chirurgical en matière de prise de parole, avec d’assez longs silences1 avant les questions qui demandent réflexion, et des choix de termes ultra-précis, qui laissent aussi peu d’ambiguïté que possible dans le propos. On est très proche, il me semble, de ce que la sociologie (ou la philosophie) analytique se donne comme agenda.

Si vous n’avez le temps que pour l’exposé principal d’Ermakoff, fondé sur son ouvrage Ruling Oneself Out: A Theory of Collective Abdications, commencez à la 24e minute. L’exposé s’arrête à la 60e.

  1. Ce lien pointe vers les rushes d’un documentaire, “Pétain, Vichy et nous tous”, avec d’autres interviews captivantes, entre autres, de Zeev Sternhell, Robert Paxton, Emilio Gentile, Denis Peschanski, Stéphane Audoin Rouzeau… []

Dans les revues, vol. 1

Les nouvelles du front dans le paysage des revues scientifiques, en science politique et en sciences sociales :

  • La grande nouvelle du début 2009, c’est l’arrivée en ligne sur le portail Cairn d’une bonne pelletée de revues, et la science politique est très bien dotée : Politix, Pouvoirs (qui a aussi un chouette site dont j’ai déjà dit du bien ailleurs) mais aussi Mots et Politique européenne.

    La mise en ligne peut vraiment contribuer à désenclaver des titres comme Politique européenne, qui n’était pas très présents comme Politix ou Mots l’étaient déjà (via persee.fr et via revues.org respectivement).

    Paradoxalement, les réductions budgétaires au CNRS font que l’accès à Cairn via BiblioSHS est menacé alors même que ce portail devient un point de passage obligé pour les chercheurs francophones en SHS ; il faudra donc que les UMR ou les universités financent elles-mêmes l’accès à ce portail à l’avenir. Aux dernières nouvelles cependant, et probablement sous la pression de nombreux chercheurs mécontents, le CNRS serait en train de renégocier cela.

  • Les membres de la section de recherche en méthodes qualitatives à l’APSA ont dû recevoir le dernier numéro de sa newsletter Qualitative & Multi-Method Research, qui contient d’excellents articles sur l’inférence causale dans les études de cas.

    Les auteurs des textes seront familiers à tous ceux qui travaillent sur des études de cas qualitatives : John Gerring (cf. son excellent bouquin, bientôt en deuxième édition chez Cambridge), Gary Goertz (et hop, un deuxième excellent ouvrage de méthodologie), et évidemment David Collier (connu pour le “Collier and Collier 1991” sur l’Amérique latine, mais aussi pour le manuel de méthodologie “Brady and Collier 2004”).

    Le deuxième dossier est aussi à signaler : les articles portent sur les expériences de terrain (field experiments). Le premier texte est signé Thad Dunning, que j’avais déjà remarqué par son papier APSA sur les faits sociaux.

  • Le dernier numéro de Politique et Sociétés, la revue de la SQSP, contient le premier article publié en science politique sur “mon” objet de recherche (la lutte contre le cancer).

    Je me sens un peu moins seul désormais, même s’il s’agit d’un article de science de l’information et de la communication et pas de science politique. Le texte est signé par Benoît Lafon [site personnel] et Hélène Romeyer.

    Sur la communication (publique ou politique) et la santé, on peut aussi consulter un numéro récent de Questions de communication, par le même groupe de recherche issu du Gresec, à Échirolles (en banlieue grenobloise, à côté de mon propre labo de recherche à l’IEP Grenoble).

  • La science politique étant souvent amenée à traiter des conflits fondés sur les intérêts et l’autorité scientifiques, le dernier numéro mis en ligne de la revue Enquête sur les controverses scientifiques sera très utile aux chercheurs qui voudraient s’initier à l’étude des controverses.

    Le numéro contient notamment un texte de David Bloor, traduit en français. Cet auteur, dont les travaux représentent une branche importante de la sociologie des sciences, est peu accessible en français, ce qui m’avait poussé à publier une note de recherche et un entretien dans la revue Tracés, qui prend de l’essor en ce moment – elle aussi est passée en ligne l’an dernier, et son fondateur organise actuellement un cycle de conférences sur les SHS.