Sans titre (et sans carte)

Hmm. La dernière tentative de repasser au bistro remonte déjà au 4 octobre…

Sur 166 billets, j’en ai travaillé 20 (13%) au brouillon sans jamais les publier. J’avais moins de difficultés à publier il y a quelques années, et en cherchant à comprendre , je me suis rendu compte que je n’avais plus de carte mentale de la blogosphère, ou du moins des segments qui m’intéressent :

  • Sur le segment “Discussion politique”, les points de rencontre que je connaissais, comme Lieu Commun ou Paris Carnet, se sont épuisées, et je ne connais pas les nouvelles, si elles existent. Facebook et Twitter ont probablement capté une partie de l’attention.

    Je n’ai rien suivi dans ce domaine, mais je veux bien quelques impressions pour reprendre des repères. Sinon, je viens de remarquer que Versac (précurseur dans la cartographie des blogs politiques français) avait repris son blog.

  • Sur le segment “Discussion scientifique”, la structure que je connais le mieux marche bien. La plateforme-réseau Hypothèses, et d’autres plateformes étrangères comme la géniale StackExchange, comptent aussi beaucoup.

    Je réalise au passage que je n’ai probablement jamais signalé les blogs de statistiques et de santé publique que je tiens pour des cours, mais surtout pour moi. Les blogs tournent sous Tumblr, une sorte de ramasse-miettes intermédiaire entre blogging et social bookmarking.

Pour terminer, je redécouvre aussi le classement Wikio, qui était un peu le classement de Shangai des blogs francophones à une époque. La catégorie « Politique » m’est presque entièrement inconnue (et honnêtement, elle a l’air chiante à mourir). Il y a désormais une rubrique « Sciences humaines« , qui confirme la bonne indexation des plateformes citées plus haut.

Blogging scientifique

J’ai rédigé mon intervention pour l’atelier “blogging scientifique” évoqué il y a quelques jours.

Note : la présentation s’est bien passée ; si vous y avez assisté, merci de laisser un commentaire, anonyme ou pas, en signalant ce qui a vous a plu et déplu, merci ! Il y a aussi un compte-rendu chez Martine Sonnet, du blog Femmes au travail, qui présentait aussi, et un compte-rendu de la journée chez les organisateurs.

Dans les slides, les blogueurs suivants, par ordre d’apparition :

J’ai inclus les featurings de chacun pour montrer la construction réticulaire de la blogosphère (par exemple, je pense n’avoir qu’un degré de séparation avec celles et ceux que je ne connais pas directement).

Sont aussi cités silencieusement, dans le texte de l’intervention :

Je cite aussi xkcd et des projets SSRC, et aurais aimé citer Org Theory ou Scatterplot mais n’ai pas pu, faute de place.

Petite note : Lapin Observateur est la seule femme citée explicitement pour son blog individuel, mais Kalai Elpides est aussi une femme et il y a des femmes dans les blogs collectifs.

Rajout : peu après avoir rédigé ce billet (en avance sur sa publication), j’ai appris que je devais rajouter quelques slides sur Hypothèses, suite à un problème d’agenda. Les blogs cités dans les quatre slides Hypothèses sur la fin sont :

Les trois premiers projets sont tenus par des doctorants (et le dernier blog est alimenté par des jeunes chercheurs). Lancez-vous !

Blogging

Comme l’an dernier, j’interviens dans le séminaire “Outils” la semaine prochaine. Merci à Franziska Heimburger et Émilien Ruiz pour l’invitation ! Joël, mon clo-blogueur qui était présent l’an dernier, ne sera malheureusement pas là, alors qu’il est plus juste que moi dans l’emploi du langage sur les positions sociales, par exemple. J’ai prévu de parler de ça.

Histoire d’agrémenter cette note d’activité, j’en profite pour faire un petit tour d’autres billets récents sur la plateforme Hypothèses, à laquelle je participe à la hauteur de mes moyens dans le cadre de son conseil scientifique :

  • “L’événement et ses politiques dans le domaine de la santé”, une annonce de journée d’étude diffusée sur le blog AMADES, indispensable pour les chercheurs dans le domaine de la santé, et qui couvre aussi les revues.
  • “Les financements par contrats alimentent la précarité” : le blog AGORA reprend un récent communiqué d’une association de jeunes chercheurs en science politique, où j’ai également un pied (ce billet mériterait un mot-clé “multipositionnalité”).
  • “Boltanski m’inspire. Réponse à Francis Chateauraynaud” : un point de vue sur l’épistémologie du discours, publié sur un blog qui s’intéresse à ce thème précis (précision : je ne connais rien au débat).
  • “Conversations numériques” : un autre membre du conseil scientifique d’Hypothèses parle d’un blog hors-plateforme, et donne à réfléchir sur l’idée de séminaire virtuel permanent lancé par encore un autre membre dudit conseil.

Les effets politiques des blogs : rapide synthèse spéculative

Une suite d’événements sans relation les uns aux autres m’a permis de redécouvrir les résultats de l’enquête Mediapolis dans un texte d’un politiste et (ancien ?) blogueur, Thierry Vedel.

L’enquête Mediapolis confirme des phénomènes observés aux États-Unis. L’utilisation Internet ne résorbe pas les inégalités de participation politique, dans la mesure où Internet participe à la reproduction numérique des inégalités sociales (dont font partie les inégalités de compétence politique, de politisation et de participation civique et politique), et ce y compris chez les jeunes. Ses effets polarisants sur l’électorat ne modifient pas radicalement le paysage politique, et les contributions politiques en ligne ressemblent d’assez près aux contributions hors-ligne.

Même si l’hypothèse nulle ne se vérifiait pas, et qu’Internet et/ou les blogs devaient avoir un effet politique, il faudrait encore montrer que cet effet peut être suffisamment important par rapport aux effets des médias traditionnels. Ces effets incluent : lancer des scandales de très grande ampleur, fournir des arguments déterminants dans le débat politique, provoquer un afflux d’activisme chez les militants, ou augmenter substantiellement les contributions financières pour un parti politique.

On peut trouver des exemples de ces effets en suivant le scandale autour de Liliane Bettencourt, en repensant au scandale autour de Monica Lewinski, ou encore en se souvenant de l’enseignant qui avait défrayé la chronique lors du débat sur le traité constitutionnel européen. Mais il est rare que ces exemples soient correctement estimés ; une exception notable est le Colbert Bump aux États-Unis : un passage dans cette émission satirique a des retombées financières significatives pour ses invités politiques.

Ces résultats ne signifient pas que certains aspects d’Internet, notamment les blogs, ne puissent pas produire des effets transformatifs dans l’espace politique : les blogs sont très lus dans les milieux journalistiques et politiques, ce qui suffit à anticiper ces effets ; comme le dit assez justement Régis Debray, en France, personne ne lit la presse à l’exception des journalistes et des hommes politiques, ce qui suffit largement à lui donner un rôle prédominant dans la compétition partisane et électorale1. Twitter semble avoir acquis le même statut que les blogs à cet égard.

Pour le moment, ces effets transformatifs ne sont pas précisément identifiés, ni mesurés, même s’il est simple d’observer anecdotiquement certains de ces effets. Plusieurs auteurs se sont lancés dans des démonstrations plutôt abstraites autour de ces effets, mais sans fournir un discours cohérent et empiriquement vérifié2 ; pire, certaines théories tiennent plus de l’oracle grec que du raisonnement, et servent à créer des effets de mode chez les personnes qui iront investir dans Internet et les blogs (en leur accordant des accréditations presse, par exemple) à des fins politiques.

Ce lien clientéliste n’est pas le signe d’une relation de cause à effet avérée entre blogs et politique, et tient plutôt de l’opération commerciale ; les participants à ces opérations ont par conséquent intérêt à investir dans le mythe des effets politiques des blogs s’ils veulent préserver ce qu’ils ont arraché au journalisme sur ce terrain. C’est d’ailleurs au niveau commercial que le lien entre blog et journalisme est le plus évident, les seconds craignant de se voir démunis d’une partie de leur capital (financier, professionnel) par les premiers, de même que d’autres dans le champ intellectuel craignent de voir Internet dévaloriser leur pratique d’occupation de l’espace public sur des “crédentiels” littéraires et intellectuels somme toute assez flottants3.

Ces prises de position, qui se comprennent à partir d’une sociologie basique des professions, survivent également grâce à une incompréhension mutuelle des règles de fonctionnement de chaque groupe : le journalisme ne s’est pas particulièrement illustré dans son interprétation du blogging, si l’on s’en réfère par exemple à l’article de Xavier Ternisien sur les pigistes des “rédactions Web”4 ; les blogueurs qui se plaignent de ne pas être considérés comme de vrais journalistes ignorent (parfois sciemment) les contraintes de cette profession ; et la classe politique se laisse en partie rouler dans la farine par ses équipes de communicants, mais en partie seulement, car l’enrôlement des médias, quels qu’ils soient et quels que soient leurs effets réels sur les résultats électoraux, peut être stratégique même si elle se fonde sur des croyances très limitées, voire erronées, sur le fonctionnement réel des phénomènes médiatiques.

Le rôle exact laissé à la rationalité des calculs stratégiques dans ces jeux de position (entre blogs, médias et politique) est une donnée très élusive, qui justifie l’emploi d’hypothèses d’arrière-plan dans la détermination des effets causés par les uns sur les autres. Mais ces hypothèses restent d’un intérêt très limité sans que l’on y adjoigne un corpus de données empiriques méthodiquement constitué, et que l’on y applique des méthodes d’analyse elles aussi publiquement éprouvées. Ce travail reste en grande partie à faire, et des groupes de recherche français et internationaux y œuvrent déjà. les résultats seront sans doute plus intéressants que l’ensemble des raisonnements spéculatifs plus ou moins plausibles que l’on peut construire autour des blogs et de la politique, catégorie dans laquelle je range par ailleurs la présente analyse, même si je la conçois comme marginalement mieux informée sur le plan sociologique et bénéficiant d’une expérience assez éprouvée du blogging.

  1. À noter que Régis Debray parlent de “corporations” journalistiques et politiques, ce qui se rapproche un peu trop à mon goût d’une argumentation passéiste et/ou démagogique à l’égard des deux groupes, même si j’ai moi-même acquis une partie de ce discours, notamment par mon activité de recherche scientifique. []
  2. Un exemple est à lire chez ce critique de Thierry Vedel, par ailleurs tout à fait appréciable (c’est mon lien de solidarité avec tous les rôlistes de la planète qui s’exprime ici), mais qui se contredit assez souvent dans ses positions. []
  3. Je veux dire qu’à part leur position sociale et leurs réflexes conservateurs, qui en font les derniers vrais agents d’une conscience de classe mais en haut de la hiérarchie sociale, on se demande d’où provient leur titre d’intellectuel. Quand on lit une histoire des intellectuels français, on a du mal à y intégrer Bernard Henri-Lévy ou Alain Finkielkraut sur des critères autres que fonctionnels et formalistes (le premier semble posséder une connaissance spéculative de Daniel Pearl, des États-Unis ou de la philosophie ; le second est l’inventeur du “pogrom anti-républicain” lors des émeutes de novembre 2005, remarque qui établit à elle seule la nécessité d’une recherche scientifique de qualité sur les banlieues, la pauvreté et l’anti-sémitisme). []
  4. Cette cécité est en grande partie liée à un effet de champ, ce qui fait que j’entérine le ton du lien cité à titre de blogueur, pas à titre de scientifique. Cette position de scientifique n’est pas neutre non plus : la position de la “tour d’ivoire” face aux champs journalistique et politique est un construit social dans lequel je me place volontairement et subjectivement. []

A propos de l’usage des blogs dans la recherche en SHS

Franziska Heimburger et Emilien Ruiz, tous deux allocataires-moniteurs en histoire à l’EHESS, ont eu la gentillesse de nous inviter à parler, devant les étudiants du M2 recherche en histoire, de l’usage des blogs dans le cadre de la recherche en SHS.

Vous pouvez consulter le texte de notre intervention – qui n’est qu’une libre réflexion que nous avons menée, tentant de théoriser un petit peu notre pratique.

Rajout du 6 novembre 2009 : les rapports entre web 2.0 et science sont beaucoup discutés ces temps-ci ; voici par exemple un billet de blog de Cameron Neylon qui défend notamment l’idée que « The minimal publishable unit of science — the paper — is too big, too monolithic. The useful unit: a blog post » (via Marin Dacos).

Nous sommes une trentaine

On est heureux d’apprendre, dans ces premiers résultats d’enquête, qu’une trentaine de politistes français déclare avoir un blog (sur environ 205 déclarant être dotés d’une “page Internet”). Le résultat doit être remis en question : j’en ai identifié beaucoup moins que ça. De plus, selon la même source, plus de 40% des politistes disposant d’une “page Internet” y déposent leurs textes publiés : est-ce vraiment le cas ? Mon anecdotal evidence m’indique que ce taux est peut-être celui des politistes américains, mais pas français, où la plupart des pages institutionnelles listent (au mieux) un curriculum vitae dont l’actualisation varie fortement. Dernier point, l’enquête sonde pour deux types de médias (“page Internet” et “site Internet”) mais je n’ai pas vu de contrôle permettant de déterminer le recoupement entre les deux ; le tableau page 17 semble toutefois suggérer que les deux items sont non-sécants.

Ces premiers doutes étant posés sur ces résultats préliminaires, le reste des tris à plat de l’enquête est intéressant, de même que ce rapport (quantitativement beaucoup plus développé grâce aux ACP sous Spad) sur les revues et les pratiques de publication. Dans les deux cas, peut-être aurait-il fallu rendre public le dataset, histoire de faciliter les analyses secondaires et la réplication (l’une des saines marottes de Jeremy Freese). À noter, enfin, que les populations sondées ne sont apparemment pas les mêmes (c’est ce que la différence dans les spécialisations reportées dans les deux enquêtes semble indiquer). Il y a beaucoup d’autres résultats à commenter, mais le temps manque.

Blogs, journalistes, et conflits de juridiction

Si vous vous ennuyez ce weekend, allez vous divertir en lisant le torchon publié par Le Monde sur les blogs et le journalisme. L’article, qui usurpe au passage sa catégorisation (“Enquête”), est signé par le journaliste Xavier Ternisien.

Objectivement, l’article accumule tous les critères du torchon, entendu au sens journalistique1. Une grande partie des informations, comme celle selon laquelle les blogs seraient des “prescripteurs décisifs” en médecine, n’a pas fait l’objet de recoupements sérieux. La sélection des sources de l’article révèle un biais caricatural et non compensé vers les agences de communication. L’article contient un conflit d’intérêt évident lorsque Xavier Ternisien cite un employé du site Le Post, filiale du groupe “Le Monde Interactif”. L’enquête se résume donc à une chaîne de citations biaisées (one-sided), entrecoupées d’informations au mieux incomplètes, au pire inexactes.

Sociologiquement, cet article est intéressant parce qu’il permet d’observer de près ce que le sociologue américain Thomas Gieryn appelle le boundary-work. Cet auteur a étudié la manière dont les personnes investies d’une autorité scientifique abordent le problème de la démarcation entre science et non-science.

Le travail de Gieryn met en valeur les stratégies dont use le personnel scientifique pour se démarquer : différences statutaires, domaines d’expression réservés, langue à part2… Ces stratégies sont historiquement situées et revêtent parfois une importance particulière, comme lorsqu’il fut question de mettre une distance entre les astronomes professionnels et astronomes amateurs à la fin de l’ère victorienne3.

Les observations de Gieryn sont toujours valables dans le contexte contemporain : la mobilisation actuelle des enseignants-chercheurs en France peut être analysée à travers sa défense de l’autonomie du personnel scientifique et de ses institutions, au premier plan desquelles le CNRS. Dans ce cas précis, et contrairement à ce que laissaient entendre les torchons4 signés par une autre journaliste du Monde, Catherine Rollot, l’évaluation n’est en fait qu’un composant superficiel de la mobilisation : en arrière-plan, et comme l’indiquent très bien les travaux de Gieryn, c’est plutôt sur la source de l’objectivité consubstantielle au métier de scientifique et à son évaluation que se structure le conflit.

Un autre sociologue américain, Andrew Abott, a élaboré une théorie plus large dans laquelle s’insère le boundary-work. Dans son travail sur les professions légales, Abbott remarque qu’un corps professionnel est susceptible de se mobiliser dès lors qu’il perçoit un conflit de juridiction en ce qui concerne son coeur de métier. Afin de défendre son activité propre, cette profession va alors s’employer à réaffirmer son mandat et sa license (deux termes tirés de la sociologie des professions, et que j’utilise ici pour souligner la cumulativité des théories citées sur les derniers paragraphes).

L’article de Xavier Ternisien se lit très bien dans ce cadre théorique : le journalisme professionnel à tout intérêt à se décrire lui-même comme une activité dotée de règlements et de qualités exceptionnelles, au sens où ces règles et ces qualités ne se retrouvent pas dans d’autres secteurs professionnels ou amateurs (ici, les blogs et les blogueurs). L’image des blogs que construit son article (la mode de construction est d’ailleurs intéressant, puisque l’image est largement dessinée en creux) permet ainsi de rappeler comparativement les vertus du journalisme syndiqué, encarté, institutionnalisé, bref, professionnel.

  1. N’ayant pas une formation de journaliste, je me suis basé sur des informations de bonne foi, lues çà et là, au sujet de ce que ce métier reconnaît comme un bon article, puis ai construit ma définition du torchon en négatif. []
  2. À noter que j’estime faire partie de ce corps, et que j’utilise certaines de ces stratégies dans mon activité quotidienne de doctorant. []
  3. Je cite cet exemple que j’avais lu en détail dans un article de J. Lankford, Amateurs versus Professionals: The Controversy over Telescope Size in Late Victorian Science, parue dans la revue Isis en 1981. []
  4. Consultez les papiers (recensés par Christophe Bouillaud) et appliquez les même critères que ci-dessus. Je note aussi que la rédaction du Monde s’était laissée allée à titrer un article : “L’évaluation agite les enseignants-chercheurs”, alors qu’elle ne s’autoriserait pas d’autres titres identiques : “Les prêtres pédophiles agitent l’Église”, ou “Les discriminations agitent les femmes” (ce dernier exemple montre la filiation intellectuelle entre ce titre et les accusations d’hystérie collective, dont l’effet stigmatisant est resté intact depuis les femmes “hystériques” de l’époque de Charcot). []

Bloguer la politique

S. Pène :

La campagne des élections présidentielles a trouvé grâce au Web et en particulier grâce aux blogs de nouveaux supports pour la profession de foi politique et la pratique militante. Beaucoup espèrent y rencontrer une rénovation du dialogue entre candidats et électeurs, qui ferait des blogs l’image même de la vie politique souhaitée. Cependant, l’analyse du dispositif d’échange qui se crée montre que la pratique des blogueurs comporte une contestation profonde des fondements de la démocratie représentative : le contrôle de la vérité des projets politiques, la hantise de la ruse des politiques s’inspirent plus du droit de la consommation que de la culture politique. Ainsi les blogs contribuent-ils à éclairer les difficultés actuelles de l’idéal démocratique qu’à les résoudre.  [hal-00122422]

Merci Enro !