Blogging scientifique : la critique argumentée

Fin octobre, le politiste Henry Farrell (Crooked Timber) a publié sa plus longue critique de l’éditorialiste Megan McArdle (The Atlantic). Il y reprend l’historique complet de leurs échanges, faits de désaccords quasi-systématiques sur tout un tas de sujets liés à l’actualité politique américaine.

Dans le débat Farrell/McArdle, le désaccord s’exprime sous la forme de longues notes se répondant à peu près les unes les autres. Les protagonistes n’ont pas le même statut : political economist d’un côté, business editor de l’autre. Mais en ligne, les deux détiennent la même possibilité d’expression, via leurs plateformes de publication respectives.

Quiconque a passé un peu de temps à lire des blogs dans les cinq dernières années sait que ce style d’échange est aussi commun que la critique des leaders et des institutions politiques. Dans le cadre du blogging scientifique, la tendance est plutôt aux notes informatives, parce que la première mission que se fixent les blogueurs scientifiques consiste généralement à faire connaître des objets de recherches éclipsés ou déformés par le reste de l’information en ligne.

La critique argumentée se réintroduit discrètement dans le blogging scientifique par ses marges : critiques d’ouvrages, critiques sur le fonctionnement de l’enseignement supérieur et la recherche, critiques sur la stupidité routinière dans le même secteur, et ainsi de suite.

Sur ce blog, il y a peu de critique argumentée, probablement parce que la plupart de mes impressions critiques ne sont pas argumentées et s’évacuent très bien sous la forme d’un bref message sur Facebook ou Twitter. Sur certains sujets, j’ai juste eu envie de laisser une trace un peu plus visible en ligne.

Il reste que pointer les insuffisances du journalisme (notamment en matière de sondages) ou de la classe politique (notamment en matière de décision économique) reste une manière, pour les blogueurs scientifiques, de signifier à leur lectorat que l’univers des discours publics est délimité : la sphère scientifique se préserve une marge d’autorité sur les autres en disqualifiant les raccourcis et/ou l’aveuglement d’autres professions.

Blogging scientifique : la taille des textes

Trop court, trop long… La taille des textes se pose pour n’importe quel travail, de la copie d’étudiant au manuscrit de thèse. Les textes publiés dans les revues scientifiques n’échappent pas au problème, étant donné que les limites actuelles mélangent des critères scientifiques et des critères obsolètes liés à la publication imprimée. Qu’en est-il des blogs scientifiques ?

En règle générale, la publication en ligne se fait sur un format court, voire très court, qui correspond à un seul “feuillet” en jargon journalistique, sinon plus court. Contrairement aux mauvaises pratiques des sites Internet de certains supports de presse, elle se fait également sur une seule page. Les textes plus longs sont sériés, à la manière des romans de Charles Dickens, d’abord publiés sous forme de feuilletons de revue.

Un travail scientifique (déjà cité) de notes publiées sous forme de série est le feuilleton de la réforme des retraites par Antoine Bozio, sur Ecopublix. Au passage, Antoine Bozio (que je ne connais pas et dont je doute qu’il lise ce blog) est en train d’écrire un monument du blogging scentifique en langue française, je l’écris pour la postérité de l’analyse : allez donc le lire.

Voici un autre exemple, avec un autre doctorant en économie, Roy Mill, qui a détourné le format du blog pour produire un court manuel de manipulation de données sous Stata. Et encore un autre exemple : Daniel Little, que je cite dès que j’en trouve l’occasion pour partager ce joyau qu’est son blog, publie sous la forme d’un ouvrage généraliste d’épistémologie et de sciences sociales. J’ai aussi souvenir d’un enseignant en philosophie à la retraite qui publiait ses mémoires sous cette forme, en rajoutant des numéros de chapitres.

Les formats varient, mais en règle générale, toujours, il faut se limiter à des paragraphes courts et à une longueur de texte qui corresponde au lectorat : dans le cadre d’un blog qui vise même marginalement au-delà d’un public de niche, le format scientifique classique doit être adapté à la lecture en ligne.

Pour terminer sur une illustration un peu déviante mais d’excellente qualité, je signale les quasi-aphorismes de Martin Kusch, sur son pseudo-blog qu’il transforme aussi en recueil annuel. La concision n’est pas un carcan, il suffit de réfléchir à la demande (le lectorat) avant de penser à l’offre (le texte), et de trouver un point optimal.

Blogging scientifique et périodicité

Ce blog semble avoir trouvé sa périodicité à raison d’un billet grosso modo tous les quatre jours quitte à prendre un peu de retard sur l’actualité. Je garantis qu’il y aura des plages de silence de temps à autre. Cette stratégie de publication a fonctionné peu ou prou pour mon blog personnel, où je tournais à un billet quotidien, mais vais désormais viser une périodicité différente.

Une périodicité fixe force à passer un peu de temps à coordonner les dates de publication de chaque note, ce qui oblige à retourner régulièrement dans ses archives ; l’intérêt de cette contrainte est qu’elle permet du coup de mieux connaître ses propres archives, d’y apporter plus de soin (au niveau des mots-clés, par exemple), et d’y faire plus souvent référence.

La pré-publication induit aussi un décalage avec l’actualité immédiate : par exemple, un événement qui se produit à t ne pourra être couvert que vers t+16 si la périodicité est de quatre jours et que trois notes sont déjà prévues. On peut évidemment substituer la note prévue vers t+4 avec celle qui porte sur l’actualité “brûlante” pour réduire le délai à son niveau minimal. Dans tous les cas, ce décalage est aussi une forme de recul utile au blogueur et au lecteur.

J’en profite pour signaler que mon bien-aimé co-blogueur Joël est en congés prolongés dans le-vrai-monde-du-travail, comme me le disait le notaire de mes parents il y a quelques mois en apprenant que je faisais “une thèèèse” (prononcer avec la voix d’un prêtre au chevet d’un convalescent), mais qu’il va bien (Joël, pas le notaire ; il faut suivre un peu dans les parenthèses et les appositions).

Il m’arrive aussi de poster d’autres types de contenu sur Facebook, Twitter, Delicious, quelques blogs d’amis et un autre blog personnel plutôt discret, mais Polit’bistro concentre la plupart de mes notes sur les sujets scientifiques en langue française.

Blogging scientifique, la suite

Dans la suite des quelques notes partagées sur ce blog au sujet des blogs scientifiques, je me suis fait une petite liste des points sur lesquels j’aimerais bien revenir un peu plus tard. Les liens deviendront actifs au fur et à mesure de la publication des notes (les dates de publication sont indiquées entre parenthèses, suivant ma pratique de pré-publication).

  • La périodicité (24/11/2010) : j’expérimente depuis cette année la pré-publication à des fins de publication périodique fixe, et je le recommande fortement pour le recul que cela procure sur l’actualité et sur ses propres archives.
  • La taille des textes (22/12/2010) : pour une meilleure lecture en ligne, je recommande des textes courts, quitte à utiliser les notes de bas de page pour stocker les informations secondaires.
  • La gestion des commentaires (18/01/2011) : je réponds quasi-systématiquement aux commentaires, en tout cas au moins une fois pour chaque auteur de commentaire ; leur nombre total est sans intérêt.
  • Les statistiques de fréquentation : à partir de mes différentes expériences du blogging, je dirais qu’il est possible, sinon souhaitable, de n’accorder aucune valeur à ces indicateurs.
  • La critique argumentée (14/01/2011) : la défiance constructive (ou pas) des autres opinions en ligne est probablement consubstantielle à la tenue d’un blog sur le moyen terme.

La liste de questions est élaborée à partir des discussions entre auteurs de blogs sur Hypothèses et à partir de mes propres idées sur la question. Les thèmes concernent le blogging en général, scientifique ou autre. J’essaierai de revenir sur chaque point, sauf sur les statistiques de fréquentation, où je pense que chacun peut réaliser rapidement que cet indicateur n’a pas d’importance, sauf pour mesurer des cas particuliers (comme le succès hors du commun d’une note particulièrement reprise).

J’en profite pour signaler qu’une des notes citées dans ma présentation à l’EHESS sur ce thème vient de remporter le prix du meilleur billet d’économie aux Journées de l’économie de Lyon.

Pose du zinc en cours

Les auteurs du Polit’bistro travaillent sur l’installation du comptoir, d’où le look pas très sexy du blog à l’heure actuelle. La situation devrait heureusement s’améliorer rapidement. En attendant, vous pouvez d’ores et déjà rajouter le feed du Polit’bistro à votre agrégateur RSS (instructions). Vous pouvez aussi fouiller un peu dans la colonne de liens et dans notre listing de blogs, il y a d’autres choses intéressantes à lire en ligne sur la politique et les politiques.

Mise à jour : le comptoir est désormais bien posé.

Clap de fin : une discipline discrète

Science politique en ligne a commencé en octobre 2007. Je m’étais donné un an pour en éprouver le concept initial : suivre l’actualité de la science politique française par les publications en ligne. L’expérience va s’arrêter prématurément parce que ma première intuition était correcte. S’informer sur la science politique française en se limitant à ce qui est accessible à tous en ligne est une cause perdue d’avance ; pour le meilleur ou pour le pire, les revues et les colloques scientifiques restent le seul support de diffusion de l’actualité de la discipline.

À l’heure actuelle, la plus-value apportée par les archives institutionnelles est très faible : le dépôt n’y est pas spontané, et l’on y trouve que quelques chercheurs publiant leurs dernières contributions. Les dépôts spontanés (par pages personnelles) et les séries de working papers représentent un volume de publications extrêmement faible.

Le recensement des apparitions de la science politique dans les médias montre l’apport déterminant d’une émission de radio diffusée sur France Culture. Hormis cette émission, on peut considérer comme quasi-nul le nombre d’interactions entre la discipline et la sphère publique, ce qui ne doit pas aider dans les discussions institutionnelles sur le maintien des postes en science politique ou la préservation des sciences sociales en général dans le système de recherche.

Signe des temps, la blogosphère, qui absorbe, traite et commente une grande partie de l’information disponible en ligne, y compris l’information scientifique, n’a pas grand chose à dire de la science politique française. Ce qui n’empêche que certains aient montré un intérêt pour la discipline, ou que celle-ci n’ait fourni quelques blogueurs de très grand talent, trop peu nombreux (tous mes encouragements à ceux qui ont déjà mis la main au clavier). La blogosphère universitaire reste structurellement faible en France, et la science politique n’apparaît en tête de peloton.

Le volet “dissémination” de la science politique repose, en France, sur un nombre restreint d’organisations : le CNRS, qui finance une part substantielle de la recherche dans la discipline ; les universités et Instituts d’Études Politiques qui hébergent cette recherche ; la Fondation Nationale des Sciences Politiques, dont l’identité se fond avec Sciences Po et qui finançait autrefois des postes, le recrutement étant gelé pour l’instant ; et les associations professionnelles de la science politique, parmi lesquelles l’Association Française de Science Politique assume le rôle de “société savante” – au sens faible du terme, étant donné qu’elle ne partage l’autorité nécessaire à l’accréditation professionnelles comme c’est le cas dans d’autres groupements professionnels répondant au titre de “société savante”.

Le travail de communication de chaque organisme semble s’effectuer par isolats, de manière atomisée, et l’initiative la plus fédératrice, HAL-SHS, ne renvoie pas l’image d’une discipline très dynamique. De plus, les chercheurs ne sont soumis qu’à des incentives très faibles (issus principalement de leur éthique individuelle) en ce qui concerne la dissémination, qui n’est pas valorisée (sic) dans les avancements de carrière. En définitive, le contact avec l’actualité de la discipline ne s’effectue réellement que dans une seule instance, le congrès de l’AFSP, dont la prochaine édition se tiendra à Grenoble.

Ma dernière impression est donc celle d’une discipline discrète, ce qui ne dit rien de son dynamisme interne, et moins encore de la qualité des travaux : il y a des recherches plus pertinentes, intéressantes ou rigoureuses que d’autres, mais ce n’était pas l’objet de ce blog que d’en faire l’analyse. Je me suis limité à une appréciation de la visibilité de la discipline en ligne, en partant d’une idée américaine.

Une semaine avant de fermer ce blog, je me suis engagé dans une des “centrales électriques” de la science politique française – là où le courant des idées passe et où la discipline trouve son énergie. Bonne continuation à tous !

Statistiques

Textes les plus lus :

Visites mensuelles pour les mois octobre 2007-septembre 2008, soit douze mois d’activité :

Statistiques de fréquentation, 12 mois