Annals of Youtube Science 1(2) : From Obama to Trump

De l’avalanche de conférences organisées autour de l’élection présidentielle américaine et du phénomène Trump, je retiens celle-ci, qui se concentre sur la phase de transition entre deux équipes présidentielles :

La conférence, disponible sur la chaîne Youtube du Watson Institute for International and Public Affairs, fait intervenir deux personnes qui ont connu les transitions présidentielles de l’intérieur (spécifiquement, celle de Bush Senior vers Clinton/Gore).

Ce qu’ils ont à dire de la transition « Omaba vers Trump » est, à dessein, édifiant, Trump ayant déjà violé un nombre hallucinant des règles mises en place pour assurer que les périodes de transition entre deux « administrations » fédérales ne créent pas de vulnérabilité dans l’appareil d’État américain.

Vu l’absence totale d’ethos du service public chez Trump, et vu le primat de la compétence bureaucratique qui s’exprime très clairement chez les deux conférenciers, leur bilan extrêmement négatif de Trump comme « président-élu » est peu étonnant. Le détail de leur bilan est intéressant.

Sur un sujet proche, voir « President Trump’s First Term« , un excellent texte publié en septembre 2016 par le New Yorker, dans lequel l’auteur faisait le point sur la marge de manoeuvre du pouvoir présidentiel aux États-Unis.

Depuis la préparation de ce billet il y a quelques semaines, Trump est devenu président des États-Unis, a littéralement décimé certains ministères fédéraux, et a pris toute une suite de mesures qui confirment le fonctionnement autocratique et anti-légaliste de son administration rapprochée. Les plus optimistes s’attendent à une procédure réussie d’impeachment, les plus pessimistes parlent de ballon d’essai pour un coup d’État.

La situation est navrante au plus haut point, et je ne pense pas que je vais réussir à chroniquer Trump ce semestre, mais d’autres s’en chargent très bien.

À écouter également

L’unes des choses que je trouve compliquée à comprendre au sujet de l’opinion publique américaine est sa réception des accords commerciaux internationaux. Trump en a fait un chapitre important de sa proto-politique économique, et si ses annonces sur le sujet (NAFTA, TPP) sont amenées à être suivies d’effets, on peut supposer que ce sera au début de son mandat qu’il devra expliquer de quoi il en retournera vraiment.

Sur les accords commerciaux internationaux, je recommande la conférence « Votes, Vetoes & International Trade Agreements« , donnée par Helen Milner à Princeton en 2013 :

La conférence reprend le contenu de son livre sur le sujet.

La création des administrations sociales sous la III° République

Cet article de D. Renard caractérise un phénomène – les cycles de vie  suivis par les administrations publiques  – déjà analysé de la même manière  par l’étude de C. Tuohy sur les politiques de santé en Amérique du Nord, publiée sous le titre Accidental Logics :

Une difficulté de l’analyse des politiques publiques est de comprendre comment s’articulent dans la prise de décision les logiques de court terme propres à la vie politique et les logiques de programme d’action qui se développent normalement à terme plus long. L’histoire des créations successives d’administrations centrales en charge des questions sociales sous la III° République, outre son intérêt propre, fournit un matériau intéressant pour aborder cette question. L’effet de perspective propre aux terrains historiques favorise l’ identification de logiques d’ensemble. L’examen au cas par cas met en évidence au contraire le poids de l’accident et de l’aléa dans la décision. [halshs-00223121]