Ce blog a dix ans

Publier ce billet alors que ce blog patine et peine à publier quoi que ce soit depuis la rentrée me laisse une impression un peu étrange. N’empêche que, ce blog a dix ans.

unbirthday

Ten Years After, 2007-2017

Le 30 octobre 2007, je recensais, sur le blog « Science politique en ligne« , le bilan scientifique d’un congrès de l’Association Française de Science Politique. Dix ans plus tard, la version 2 de ce « blog de politiste » tourne encore, grâce à la plateforme Hypothèses1, et dans une version plus libre que l’originale, qui se contentait de recenser les – à l’époque rares – papiers de science politique nouvellement publiés en ligne.

Sur le modèle du blog « Political Science Weblog » d’Henry Farrell2, les recensions du blog consistaient alors en un simple résumé avec un lien vers le full-text, comme ci-dessous :

La politique et la question du voile en Iran et en Afghanistan

Notre objectif dans cet article est de montrer que le voile n’est pas qu’un enjeu central pour les droits et la condition des femmes iraniennes et afghanes. Il s’agit aussi d’un moyen de protestation utilisé par les femmes à l’encontre du gouvernement et pour montrer leur opposition aux obligations auxquelles entend les soumettre l’autorité patriarcale, au nom de la tradition.Deux événements historiques viennent à l’appui de ce constat : les tentatives d’enlèvement du voile en 1926 en Afghanistan et en 1936 en Iran, sous l’ordre de Reza Pahlavi, le shah d’Iran. Ensuite l’obligation du port du voile, en Iran, dans les années 1980 à la suite de la Révolution de 1979, ainsi que depuis 2001, en Afghanistan, pour des raisons liées à la sécurité. Dans cet article nous allons analyser et comparer des événements consécutifs à des réformes politiques qui ont provoqué la mobilisation des femmes pour leurs droits, au moyen du voile. [halshs-01356685]

Maintenant que les outils comme HAL-SHS sont plus connus et plus souvent utilisés par les chercheurs et/ou par leurs laboratoires, ce travail de recension aurait moins de sens, et serait surtout plus difficile à faire : les chercheurs déposent aussi des papiers sur Academia, sur ResearchGate, et sur des sites personnels toujours plus nombreux.

Plein d’autres choses ont changé depuis 2007 : c’était avant Facebook et Twitter, et même s’il y avait peu de blogs (et encore moins de blogs tournés vers les discussions scientifiques), il y en avait suffisamment pour animer une conversation à quelques-uns. J’en garde de bons souvenirs et plusieurs amitiés distendues mais durables.

En juin 2008, la faible présence de la science politique en ligne m’avait amené à cesser de publier mes recensions, en expliquant pourquoi. C’était encore l’époque où l’on se devait, quelque part, de signaler la mise en ligne des revues scientifiques francophones : il n’y en avait pas tant que ça de disponibles en version numérique, ce qui a changé, en particulier grâce aux portails Cairn, Persée et Revues.org, qui se sont énormément enrichis ces dernières années.

Ce blog a ensuite rouvert en février 2009 sur la plateforme Hypothèses. Joël et moi en avons un peu parlé à droite à gauche, y compris, comme l’indique la page « Blogs« , dans un chouette séminaire de l’EHESS. Jetez un coup d’oeil à notre texte d’intervention de 2009 et à mes slides de 2010 pour vous faire une idée du chemin parcouru.

En 2009 toujours, la présence des politistes sur les blogs était tellement faible que j’avais même réussi à en faire un sujet pour le bulletin de l’ANCMSP (Système D, septembre 2009, page 11), en prenant l’un de mes anciens enseignants comme exemple de politiste-blogueur, ce qu’il est encore aujourd’hui :

bouillaud-blog-ancmsp-2009
Le blogging et le micro-blogging via Twitter se sont depuis largement démocratisés, et beaucoup de monde tient une sorte de blog semi-public sur Facebook. Plus personne ou presque ne demande ce que « ça rapporte », alors qu’au temps du début des blogs, les questions sur les risques et les bénéfices du blogging revenaient tout le temps. Ce qui semble évident aujourd’hui était apparemment loin de l’être il y a dix ans, ou même cinq.

Dix ans et un peu plus de 400 billets plus tard, ce blog a pris la liberté d’emprunter quelques tangentes à ses objectifs initiaux. Il a aussi gagné, puis perdu, un co-blogueur qui repassera peut-être un de ces quatre, quand il en aura le temps.

Quant à la suite, je la conçois relativement identique à ce qui s’est publié cette année, moins les séries de billets maintenant que la « preuve du concept » me semble bien établie, et sur un rythme un peu plus lent, avec à nouveau des billets en lien avec des papiers publiés ou en voie de l’être.

Bref, tout ça pour dire :

Merci à vous de venir vous balader ici de temps à autre,

Et à bientôt !

Annexe statistique : les lecteurs du ‘Bistro laissent peu de commentaires (un peu plus de 600 quand même au total, ce qui semble légèrement en-deçà du reste de la plateforme). Selon les mois, il y a entre 3 000 et 7 000 lecteurs mensuels uniques, dont pas mal semblent abonné(e)s au ‘Bistro via son flux RSS.

  1. Voir la partie « Support technique » de notre page « À propos« . On ne remerciera jamais assez les architectes d’Hypothèses et leurs financeurs, qui ont accompli quelque chose qu’aucun autre acteur public ou privé n’a accompli : un service public de blogs scientifiques. []
  2. Henry Farrell est l’un des co-fondateurs du blog américain Crooked Timber. Il co-fondera aussi, quelques années plus tard, le blog The Monkey Cage, devenu une véritable vitrine de la science politique anglophone, et désormais hébergé sur le site Internet du Washington Post. []

La saison de la chasse n’était pas ouverte. Au sujet de Russeurope

Récemment, des scientifiques respectables – au-delà du fait que certains d’entre eux peuvent légitimement aspirer au statut de chercheurs éminents – ont protesté contre la fermeture, par la plateforme qui héberge également le blog que vous êtes en train de lire, du blog Russeurope, rédigé par l’économiste Jacques Sapir.

La « fermeture » du blog n’a pas supprimé ses archives, qui restent disponibles à la même adresse, et partout ailleurs sur Internet où Jacques Sapir aura souhaité reproduire ses billets—ce qu’il a longtemps fait sur un blog hébergé par l’hebdomadaire Marianne. Cette reproduction de billets à l’identique sur deux plateformes aux objectifs très différents vous donne un indice sur ce qui suit, et l’exemple ci-dessous illustre la reproduction à l’identique, fautes d’orthographe incluses :

Ce n’est pas la première fois que je parle du blog de Jacques Sapir : ce billet de mars dernier en parlait déjà. La date de publication du billet vous laisse deviner qu’à l’époque, le Conseil scientifique francophone d’Hypothèses – auquel j’appartiens depuis des plombes – discutait déjà du « cas Sapir ». Cela vous donne une idée de la longueur des débats ayant eu lieu en amont de la décision de fermeture mise en place fin septembre1.

Quelques éléments de discussion

Le billet que je viens de citer contient tout ce que j’avais à dire, à l’époque, sur la distinction savant/politique. Je ne vois rien à y rajouter dans le cadre de l’actuel « débat » – ou plutôt, de l’effusion de réactions sur les réseaux sociaux, et l’on m’accordera, j’espère, que ces deux choses sont différentes, dans la mesure où les coups de sang sur Facebook ou Twitter sont rarement accompagnées d’une preuve que leurs auteurs se sont convenablement renseignés sur l’historique de la décision2.

Deux blogueurs ont réagi, plus en longueur que par des messages laconiques, à la fermeture du blog de Jacques Sapir : Olivier Ertzscheid, hébergé en dehors de la plateforme Hypothèses (et il explique pourquoi), et Éric Verdeil, sur son blog Rumor (merci à Loïc Le Pape pour le signalement des deux blogs).

Ces deux blog ont – chose rare sur les blogs scientifiques – suscité de véritables discussions dans les commentaires de leurs billets : le billet d’Olivier Ertzscheid contient plusieurs commentaires de Sylvain Piron, qui publie régulièrement sur plusieurs blogs d’Hypothèses, et le billet d’Éric Verdeil contient lui aussi différents commentaires, dont un commentaire de Pierre Mounier, ami de longue date et lui aussi membre du Conseil scientifique d’Hypothèses.

Je renvoie à tous ces éléments pour ne pas perdre mon temps à répéter ce qui a déjà été dit et écrit, le plus souvent mieux que je ne serai jamais capable de le faire.

En revanche, je passe sous silence ici celles des défenseurs de Jacques Sapir, dûment rameutés par le blog qui héberge désormais ses billets ; vous aurez tout le loisir de les découvrir par vous-mêmes, dans plusieurs dizaines de versions différentes, voire plusieurs centaines si, comme Marin Dacos (directeur de la plateforme OpenEdition, également un ami) ou son « supérieur hiérarchique » (sic !), vous avez eu l’occasion de les voir se rabattre sur vos coordonnées professionnelles.

Un résumé personnel de la décision

Pour compléter ces éléments, je copie ci-dessous, avec ajustements mineurs, un commentaire que j’ai posté sur mon mur Facebook en réponse au commentaire d’un ami. Je n’ai pas demandé l’autorisation de publier ce commentaire à qui que ce soit, mais ne vois aucune raison valable de ne pas le reproduire en public. Le texte répond à la question : pourquoi suspendre la publication du blog de Jacques Sapir ?

De mémoire, l’hébergement [du blog] n’a posé aucun problème pendant plusieurs années, les contenus n’étant de toute façon surveillés ni avant, ni après publication (le Conseil scientifique n’intervient qu’à la demande d’ouverture des blogs). En revanche, des signalements [de billets inappropriés] sont parvenus [au Conseil scientifique] au moment où Jacques Sapir s’est rapproché du Front national et a commencé à politiser ses billets, avec des « pics » observables aux périodes électorales.

S’il faut un repère plus précis, j’ai personnellement gardé en tête le passage sordide de son blog où Jacques Sapir s’en est pris très directement à un journaliste du Monde, en faisant tout le nécessaire pour rameuter la meute de l’extrême-droite française vers ce journaliste, photo de visage et coordonnées – personnelles ? professionnelles ? je ne sais plus – à l’appui. Ce n’est qu’un exemple, récent, mais je me souviens avoir signalé et examiné d’autres comportements inadmissibles de Jacques Sapir sur son blog [voir le commentaire pré-cité de Pierre Mounier]. Aucun contenu n’ayant été censuré, sinon par Jacques Sapir lui-même, [le lecteur pourra] retrouver tout ça sur son blog.

Je pense pouvoir dire, sans trahir la confiance du Conseil scientifique, que le délibéré dudit Conseil a pris suffisamment de temps pour que les problèmes évoqués ci-dessus ne soient pas traités de manière légère ou épidermique, mais ont bien donné lieu à un débat contradictoire (dont je ne me souviens plus du détail, sinon que [plusieurs amis ou connaissances siégeant au Conseil scientifique d’Hypothèses] y avons pris part, avec des avis différents), et à un délibéré indépendant de la direction de la plateforme, en la personne de Marin [Dacos], qui confirmera ou infirmera mon souvenir de la chose, et qui corrigera aussi peut-être un élément de la discussion : le Conseil scientifique (où je siège) n’est pas responsable de la suspension du blog—c’est l’équipe d’OpenEdition qui a pris cette décision, sur avis, et après consultation et délibération, dudit conseil.

Ce que j’appelle « billets inappropriés » dans mon annotation ci-dessus a, je le rappelle, déjà fait l’objet d’un billet précédent.

En revanche, ce que j’appelle « billets inadmissibles » est d’un autre ordre. Plus haut, je fais allusion à une opération de « rameutage », cette opération de guidage d’une meute vers un gibier généralement inférieur en nombre. Dans le cas de Marin et de son « supérieur hiérarchique » (je rigole encore de l’expression), il s’agit d’un rameutage sur des coordonnées et des « hiérarchies » professionnelles, et l’on devra admettre qu’il puisse s’agir d’une opération menée « de bonne guerre », comme cela peut se dire.

Néanmoins, lorsque le rameutage se fait menaçant et se fonde sur des éléments de la vie privée des individus-devenus-gibiers, comme ce fut le cas lorsque Jacques Sapit prit l’initiative de publier, à plusieurs reprises, le portrait du journaliste du Monde cité plus haut, on rentre dans la catégorie du doxing, du téléguidage malsain, et des incitations, à mon sens, inadmissibles.

En réponse aux futures objections

Pour terminer, un message aux lecteurs de ce billet qui souhaiteront peut-être m’objecter :

  1. que je n’ai pas d’humour (noir)
  2. que je prends les choses trop à coeur
  3. que le visage d’un journaliste fait partie de ses coordonnées professionnelles
  4. que tout ce qui est public au sujet d’un individu doit pouvoir être librement réutilisé
  5. et que n’importe laquelle des objections ci-dessus est suffisante

Je répondrais :

  1. lolwat
  2. C’est vrai dans certains cas.
  3. lolwat
  4. lolwat
  5. C’est vrai, mais lolwat.

Pour conclure, désormais.

Ce billet fournit les éléments qui m’ont personnellement amené à estimer légitime l’arrêt de la publication des billets de Jacques Sapir sur la plateforme Hypothèses. Peut-être s’agit-il, comme objecté au point 2 ci-dessus, d’une position déséquilibrée ; néanmoins, ayant largement eu le temps de la formuler au sein du débat contradictoire évoqué plus haut, je pense pouvoir éliminer cette objection dans le cas présent.

Le reste des membres du Conseil scientifique francophone de la plateforme, de même que la direction de la plateforme, ont produit d’autres motifs. Néanmoins, de mon point de vue, Jacques Sapir a, au moins une fois, versé dans le « rameutage » tel que défini plus haut, et personnellement, ce seul élément me suffit.

Car sur une plateforme de blogs scientifiques, la saison de la chasse n’est jamais ouverte.

Il ne me reste qu’à souhaiter à Jacques Sapir d’aller pratiquer ses méthodes d’établissement du débat d’idées où bon lui semble, et de préférence, ailleurs que là où l’on me demandera mon avis sur ces méthodes.

  1. Quant au billet que vous êtes en train de lire, il a été rédigé en fin de semaine dernière, dimanche 8 octobre ; comme souvent, je rédige mes billets quelques jours avant leur publication, afin de jeter un dernier coup d’oeil avant publication effective. []
  2. J’emploie le terme « historique » à dessein, ne serait-ce que pour me détacher de l’ironie qui veut que les réactions les plus outrées que j’ai lues çà et là émanent d’historien(ne)s reconnu(e)s, et à très juste titre pour le peu que j’en sais, pour leurs contributions à cette discipline. []

sleep 5 && reboot – Reprise retardée (à nouveau)

Peut-être est-ce une forme d’épuisement post-séquence électorale 2015-2017 : régionales, Brexit, Trump, présidentielle et législatives – et encore, j’ai le mauvais goût de ne rien suivre de ce qui se passe en Allemagne, en Autriche, en Espagne, en Italie, et me contente de vaguement suivre la lente ascension vers l’éligibilité de Jeremy Corbyn, en parallèle de la lente descente aux enfers de Theresa May, dont j’espère seulement qu’elle n’emmènera pas l’Irlande du Nord avec elle.

Peut-être est-ce aussi une forme de dégoût vis-à-vis du jeu politique du gouvernement français actuel, le président ayant choisi d’être Merkel à Paris / shadow-président de la Commission européenne / le meilleur élève du Haut Conseil des Finances Publiques pendant qu’un Premier ministre – de droite – se charge d’exploiter au mieux les faiblesses du corporatisme français de dialoguer sereinement avec les partenaires sociaux pour finaliser les réformes Attali / Hartz III / Hollande du code du travail. Quelle révolution1 ! Quelle expansion des horizons d’attente !

Et puis peut-être est-ce encore ce constat accablant : la lutte contre le terrorisme est apparemment une chose trop grave pour être confiée aux hommes politiques.2 Dans la droite lignée de la version stupide de la controverse expliquer/comprendre par un ancien Premier ministre, redevenu député avec le nihil obstat de l’exécutif actuel, on a eu droit à John Stuart Mill moins l’intelligence, par le porte-parole du gouvernement. Ne rien comprendre aux causes ni aux mesures de remédiation, ne rien apprendre du passé ; au lieu de ça, pérenniser ce qui devrait rester l’exception, et tenter de « terroriser les terroristes » en les traitant de déséquilibrés, de fous, alors même que les faits vont dans l’autre sens : quelle excellente manière d’envisager le terrorisme et ses corrélats. Bravo les gars ! Ça donne vraiment envie de « marcher » avec vous.3

Mais peut-être est-ce plutôt les températures extérieures clémentes, qui me permettent de bouquiner en terrasse avec un thé à la menthe quand je ne suis pas en train d’écrire un email à mes groupes de travaux dirigés, ou de leur donner cours. Le mois de septembre est toujours plus intensif que prévu, avec certaines journées de 10 heures de cours, et de nombreuses sessions nocturnes pour être sûr que tout est bien enclenché pour la suite.

Ou alors peut-être est-ce un éloignement mi-volontaire, mi-contraint (septembre…) de l’actualité ? J’ai résilié mon abonnement au Monde, contracté il y a au moins dix ans, fait de même pour Médiapart, et me suis désabonné des newsletters afférentes. Je ne me souviens pas non plus avoir acheté le Canard enchaîné depuis juin. Tout juste me reste-t-il les quelques articles en anglais du Spiegel, chaque weekend ; et je ne consulte plus mes « réseaux sociaux » qu’une fois par semaine. À part ça, je me contente – amplement – du journal du matin de la RTBF La Première quand je suis à Lille, et de quelques émissions de France Culture.

Enfin, peut-être est-ce une forme de lassitude face à lente fausse mort des blogs scientifiques, prophétie partiellement auto-réalisatrice, mais bien aidée par au moins deux facteurs de taille : Twitter, et avant ça, la fermeture de Google Reader (je ne leur pardonnerai jamais) et le retrait (ou la dissimulation) des flux RSS par des éditeurs scientifiques tels que Cambridge University Press4.

Toujours est-il qu’au mois de septembre, j’ai différé à nouveau la reprise de ce blog, qui fêtera bientôt ses dix ans. Les quelques billets apparus en septembre ont été rédigés longtemps à l’avance, avant les vacances estivales.

Je reprends aujourd’hui afin de publier, dans quelques jours, un billet sur la fermeture du blog de Jacques Sapir—et aussi parce qu’il me fallait un prétexte pour rester à mon ordinateur, près des enceintes, pendant l’écoute de la bande originale de Blade Runner 2049, tout aussi excellente que le film lui-même.

  1. Notons, au passage, que si l’offre partisane a radicalement changé ces derniers mois, les préférences électorales n’ont pas tant changé que ça de leur côté. Cette note de bas-de-page remplace le billet que je voulais écrire au sujet des élections législatives de cette année, et que je n’aurai probablement jamais le temps d’écrire. []
  2. Malgré l’allusion à Clemenceau, je ne suggère pas qu’on la confie aux militaires : je verrais plutôt un système qui la confierait aux juges anti-terroristes, sur nomination des deux autres branches du gouvernement. []
  3. Sans même parler du reste, qui est tout aussi inspirant. Je précise que je ne bénéficie d’aucune aide publique au logement, et que je me contrefiche royalement – sic – de tout ce qui peut avoir rapport à Stéphane Bern. []
  4. Bande d’imbéciles ; c’est pas faute, pourtant, de vous l’avoir réclamé de toutes les manières possibles, en allant même jusqu’à accepter de figurer dans les « testeurs » de votre plateforme. Peine perdue. Idiots. []

Annals of Youtube Science 1(16): La Russie de Poutine

Plus tôt cette année, le Center on Global Interests (chaîne Youtube) a organisé une excellente conférence autour d’un ouvrage récent, « Arrested Development: Rethinking Politics in Putin’s Russia » :

La première intervenante, Maria Lipman, dont on trouve des articles et des interviews un peu partout dans la presse américaine, résume très bien la stratégie de démobilisation politique de Vladimir Poutine depuis son accession au pouvoir, et les autres intervenants fournissent un excellent aperçu de ce qui se joue dans l’espace politique russe.

Voir aussi

Annals of Youtube Science 1(15): Data Analysis

Dans la suite des conférences sur la science des données et sur leur visualisation, voici une conférence de Roger D. Peng, « The Past and Future of Data Analysis », diffusée par Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health dans sa série « Deans Lectures » :

Roger D. Peng est l’un des auteurs du génialissime blog Simply Statistics. C’est aussi l’auteur (ou le co-auteur) d’un nombre impressionnant de très bons bouquins sur l’analyse de données, bouquins qui présentent le double avantage d’accompagner des cours de la plateforme Coursera, et d’être gratuits : payez ce que vous voulez.

La conférence est souvent drôle, et intéressante de bout en bout.

sleep 5 && reboot – Reprise retardée

Je viens de publier, avec un peu de retard, le billet du jour, « Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08 » – qui est antidaté au 29 août, date à laquelle j’ai malencontreusement publié la version brouillon. Tout ça pour vous dire que j’ai déjà deux semaines de retard sur à peu près tout, mais que ce blog va néanmoins reprendre une fois les complications habituelles de la rentrée universitaire passées.

Annals of Youtube Science 1(14): Survey Methods 101

Le Pew Research Center (chaîne Youtube), qui fournit d’excellentes données socio-démographiques sur la population américaine, a lancé une série de vidéos sur les méthodes d’enquête, dont voici le premier épisode sur l’échantillonnage aléatoire :

Cette vidéo tranche avec les erreurs et les approximations que l’on trouve malheureusement dans plusieurs autres descriptions « grand public » des méthodes d’enquête, ce à quoi il faudrait faire quelque chose, mais le temps manque.

Les autres vidéos de la série « Methods 101 » du Pew Research Center sont identifiables via leur blog Fact Tank, également présent sur Twitter.

Et pour un autre exemple de très bonne vidéo explicative sur les difficultés des enquêtes en population générale, voir « How Pew Research Center Conducted Its 2017 Survey of Muslim Americans », au sujet de cette enquête.

Women Also Know Stuff, édition personnelle 2017/08

La suite de ce billet. Éditions précédentes : 2017/01, 2017/02, 2017/03, 2017/04, 2017/05, 2017/06. Billet publié début septembre, avec un peu de retard—pardon !

  1. Je ne l’ai encore jamais lue au format roman, mais j’aime bien Virginie Despentes. Ci-dessous, un entretien de septembre 2016 enregistré à Nancy, la ville de son enfance, à l’occasion de la sortie de Vernon Subutex, t. 3 :

    J’aime bien aussi cet entretien dans le Journal du dimanche, repéré grâce à un tweet de Jean-Raphaël (merci !).

  2. J’ai bien aimé aussi, il y a quelques mois, écouter Najat Vallaud-Belkacem mettre une « journaliste » télévisée face à son absence totale de professionnalisme. Voir cet article du Monde pour le contexte.

  3. Jennifer (Jenny) Bryan enseigne, avec Shaun Jackman, le génialissime cours « Data Wrangling, Exploration, and Analysis with R », où l’on trouve notamment ces slides, qui expliquent tout ce qu’il faut savoir pour écrire un makefile :

  4. J’adore la personnalité et le jeu d’actrice de Charlotte Rampling, et cette interview du Guardian m’a conforté dans cette opinion.

  5. Un spectre hante les comptes Twitter de sciences sociales : le spectre de James M. Buchanan, accusé, dans un ouvrage récent de Nancy MacLean, d’être à l’origine d’une cabale libertarienne de subversion du régime démocratique américain. Le débat sur l’ouvrage n’est pas tranché, mais si je ne devais recommander qu’une seule réaction au texte, ce serait celle d’Elizabeth Popp Berman, qui écrit :

    …I wish MacLean had written a different book. I find Democracy in Chains, as it is actually written, hard to defend. But it touches on two themes that deserve books of their own—books written with equal power as the one MacLean has produced, but that are written as history rather than polemic.

  6. Ybrid, a.k.a. Sylvie Egret, pour sa techno lente, sombre et industrielle, repérée dans un set de Manu Le Malin (dans plusieurs, en fait). Attention, vous risquez de trouver ça inintéressant si vous n’êtes pas un(e) fan inconditionnel(le) d’Einstürzende Neubauten et de « Metall auf Metall » de Kraftwerk :

  7. Jackie White, « The Rise to Success in the Office: Female Style » :

    If you stay enough years and the company grows, attrition will probably force them to make you an officer of the company. This will be an “Assistant” something. (There isn’t anything else they can do with you.)

  8. Alias Grace, un autre roman de Margaret Atwood, mentionnée il y a deux mois pour The Handmaid’s Tale, est en cours d’adaptation pour la télévision canadienne.

    J’en profite pour vous remettre une photo de la très, très talentueuse actrice principale, Elizabeth Moss (déjà citée, donc), qui explique très bien la série dans les colonnes du Guardian :

    Moss s’en sort également bien dans les deux saisons assez étranges de la série Top of the Lake, dont je n’arrive pas à décider si je l’ai trouvé bien écrite ou pas. L’absurdité des personnages est définitivement très australienne (note : je ne connais rien de l’Australie, sinon Mad Max et Bad Boy Bubby).

  9. Bridget Kendall, pour cette conférence sur la place de la Russie dans le monde :

  10. À de très rares et notables exceptions près (je pense, en France, à Dounia Bouzar), on ne trouve pas de femmes dans le champ de l’expertise sur le terrorisme—champ fascinant à observer d’un point de vue sociologique, au-delà de la saine exaspération qu’il suscite.

    Pour quelques éléments d’explication, voir les travaux de Lisa Stampnitzky sur la construction de ce champ. Lisa Stampnitzky travaille désormais sur la torture (aux États-Unis post-11 septembre), toujours dans une perspective de déconstruction des récits d’autorité, et cela promet d’être tout aussi intéressant à lire.

Mention spéciale : Siouxsie Sioux, ma chanteuse favorite. Ci-dessous, un titre du premier album de Siouxsie and the Banshees.

Annals of Youtube Science 1(13): Prévoir le terrorisme

J’ai pris le temps, ce mois-ci, d’accomplir un de mes rituels estivaux : aller voir sur quoi Aaron Clauset travaille en ce moment. J’ai redécouvert, à cette occasion, sa conférence sur « le futur du terrorisme », où il parle en réalité surtout de ses recherches sur le sujet, et en particulier de son papier « On the Frequency of Severe Terrorist Events ».

La vidéo est en assez basse qualité (la conférence date de 2010), et elle est hébergée par le Santa Fe Institute (chaîne Youtube) :

Il faut attendre la toute dernière partie de la conférence, lorsque sont rapidement abordés le terrorisme nucléaire et le cyber-terrorisme, pour réellement avoir affaire à une vision de « l’avenir du terrorisme », à compléter par les risques liés au terrorisme biochimique, qui n’est cité que dans les questions-réponses de la conférence.

Néanmoins, l’intérêt de la présentation ne réside pas, de mon point de vue, dans ces parties finales : ce que je trouve plus utile ici, c’est d’observer, avec 7 ans de recul, un chercheur qui ne disposait que d’un catalogue raisonné des attaques terroristes passées, et qui, à partir de ce catalogue (remplacé par un autre catalogue depuis), pouvait déjà esquisser une partie de la situation actuelle d’un strict de point de vue quantitatif.

Tout l’intérêt de la prédiction vient justement ici du fait qu’elle est largement indépendante du détail des événements étudiés : Aaron Clauset le dit clairement à la 55e minute de son intervention, et le répète par la suite en réponse à l’une des premières questions qui lui sont posées. Le raisonnement ne porte pas sur les origines (acteurs et motifs) des attaques étudiées, mais sur leur volume (le nombre) et sur la dynamique (le timing).

Avec très peu de variables à l’entrée, dont l’une des plus cruciales est que la plupart des attaques sont uniques (i.e. perpétrées par un seul groupe qui ne sera pas en mesure d’en conduire d’autres), le modèle utilisé par Clauset aboutit à une vision de moyen-long terme qui bat complètement en brèche la gestion quasiment au jour le jour des attaques terroristes, gestion dont on a pu observer, au cours des dernières années, la totale inutilité.

Sur le même sujet, je vous renvoie aux Annals of Youtube Science 1(1), sur les profils des jihadistes, 1(3), sur le Moyen-Orient, et 1(10), sur Daech.

Reprise : Trump en Khomeini

Je ne sais pas par où commencer.

En un mois sous Trump, il s’est passé plus de choses aux États-Unis qu’en cinq ans en France sous Hollande. C’est en tout cas de cette manière que j’ai vécu l’écoulement du temps entre l’escalade nucléaire avec la Corée du Nord1 et le défilé néo-nazi meurtrier de Charlottesville, que je n’ai même pas besoin de chroniquer : les deux événements ont largement occupé les « unes » des médias, au moins jusqu’au jour des attentats en Espagne (ou du transfert de Neymar, je ne sais pas et ne veux pas savoir).

Il y aurait énormément à écrire sur Trump : sur sa campagne, sur son élection et sur la domination subséquente des institutions politiques américaines par le Parti républicain, sur les « cent premiers jours », sur le fonctionnement chaotique de la Maison Blanche, sur ses relations tendues avec le Congrès autour de l’abrogation (ratée, à plusieurs reprises) de la réforme Obama du système de santé, sur l’homologie entre Trump candidat et Trump président, sur la polarisation de l’électorat, sur la stratégie anti-analytique consistant à détruire toute forme d’intelligence bureaucratique autour de la présidence, sur…2

J’ai essayé d’écrire quelque chose dans l’immédiat après-élection, mais il a fallu plusieurs mois pour que certains aspects du vote soient convenablement documentés et explorés, et je me suis dégonflé. C’était d’autant plus facile qu’une fois élu, Trump s’est tout de suite lancé dans une série d’actions à peu près toutes aussi dangereuses (dans tous les sens du terme) les unes que les autres, à l’exception peut-être de sa politique de nominations massives dans les circuits judiciaires, qui constituera en toute probabilité son héritage politique le plus durable.

Il faudrait aussi que je retourne lire sur les modèles de leadership, et que je commence à classer mes sources : j’ai archivé plein de choses, mais de manière assez désordonnée, en utilisant des catégories sans intérêt. Bref, je ne trouve pas vraiment de manière de me consoler de mon incapacité à m’organiser (mais aussi, me calmer) suffisamment pour écrire sur Trump—ce que j’ai déjà beaucoup trop fait sur ce blog, de manière anarchique et généralement impulsive.

Le risque d’un mandat incomplet

Un ami me demandait hier quelle était la probabilité que Trump termine son premier – et espérons-le, unique – mandat présidentiel. Je lui ai répondu que c’était une erreur de raisonner dans cette direction, cette probabilité n’étant pas le complément de la somme des risques que court Trump de ne pas terminer son mandat actuel.

Il me semble que le risque de destitution par un grand jury, à l’issue de l’enquête supervisée par Robert Mueller, est très faible : vu les pressions qui s’exercent sur cette enquête, celle-ci aurait déjà aboutie à une procédure de destitution si cette opportunité s’était révélée possible. Je tend donc à penser que ces conditions n’existent pas, ce qui n’exclut toutefois pas qu’un autre « dossier » que la campagne de Trump ne le place à nouveau dans une situation susceptible de déclencher une telle procédure3.

Quant à la procédure du 25e Amendement, déjà discrètement évoquée en début d’année (note 5), c’est un mystère constitutionnel à mes yeux, et je ne sais pas quoi en penser.

Reste la possibilité, terrible mais très réelle au regard de l’histoire politique américaine, et de l’histoire politique tout court, d’un assassinat. C’est d’ailleurs, de mon point de vue, la seule raison authentique pour laquelle Trump courtise, encourage et ménage, selon le contexte, la frange radicale, nationaliste, raciste, antisémite – et armée – de son électorat4.

Renouvellement de prédiction

Dans la note de bas-de-page évoquée plus haut, je formulais également une prédiction, que je reprends ici verbatim :

Le désastre qui s’annonce est compliqué, mais permettez-moi juste une prédiction : dans les deux années qui arrivent, le président des États-Unis d’Amérique sera publiquement à l’origine de l’assassinat ciblé d’un citoyen américain à l’intérieur de ses frontières, via Twitter ou autre medium lui permettant de communiquer avec la frange psychopathe de la population des États-Unis.

L’attentat domestique perpétré à Charlottesville se situe en périphérie de cette prédiction, qui reste néanmoins, et heureusement, incorrecte. Trump a toutefois déjà indirectement appelé au meurtre, et tout dans son comportement m’autorise à anticiper d’autres appels similaires, avec la possibilité tragique qu’ils soient suivis d’effets réels, y compris « en sens inverse », sous la forme d’actions meurtrières contre les individus se revendiquant de l’actuel président américain5.

À ce stade du raisonnement, et pour bien signifier à quel point je suis consterné par les faits, Trump m’évoque plus l’ayatollah Khomeini qu’Abraham Lincoln. En condamnant Salman Rushdie à mort, Khomeini avait « weaponizé » l’instrument de la fatwa, dont ce n’est pas du tout l’objectif théologique doctrinal. Trump est un homme de son temps, et il a très bien compris, comme d’autres, l’usage stratégique des réseaux sociaux pour faire peser la menace de la violence physique sur des cibles plus ou moins bien identifiées.

De plusieurs manières, Khomeini est aussi un très bon symbole du retour à un conservatisme qu’on espérait définitivement abandonné. Dans le contexte américain, la contre-révolution raciale n’a jamais été aussi visible qu’à Charlottesville, mais comme au moment de la révolution iranienne, toutes les pièces du puzzle étaient déjà en place. C’est sur la base de cette idée – Trump est une régression d’environ soixante ans en arrière – que je pense que ma prédiction se réalisera sans doute par l’assassinat d’un Noir américain, au nom, et avec l’assentiment à peine voilé, du président des États-Unis.

(Rapide mise à jour : quelques liens en plus.)

Complément, 24 août : Chris Hanretty a déniché un très bon résumé des trois manières dont Trump pourrait quitter le pouvoir vivant. Au passage, vous vous souvenez quand je blaguais sur Trump réclamant les codes nucléaires ? Ce n’est plus très drôle.

  1. J’en ai profité pour apprendre comment le président américain peut déclencher une guerre thermonucléaire. Par ailleurs, la Doomsday Clock n’a pas bougé, mais elle avait déjà avancé en partie à cause de déclarations précédentes de Trump. []
  2. Trump ne résume évidemment pas la société américaine actuelle, qui traverse notamment l’une des pires épidémies qu’elle ait jamais connue. Ne serait-ce que pour le détournement d’attention qu’elle occasionne vis-à-vis de ce qui devrait être un thème (encore plus) saillant dans le débat public, la présidence Trump est déjà, en soi, un échec politique retentissant. []
  3. Je tend également à penser que l’objectif latent de cette procédure est avant tout la destruction de son népotisme familial plus que son removal from office, Trump ayant spectaculairement violé les règles tacites de l’homogamie politique jusqu’alors en place. []
  4. Autant être clair pour celles et ceux qui tomberaient sur ce billet sans connaître le ‘Bistro : vous vous trouvez en zone pacifiste, où personne n’incitera jamais qui que ce soit à user de la violence contre qui que ce soit—ce qui n’interdit pas de raisonner sur son emploi par d’autres. []
  5. Les probabilités des différents scénarios ne sont pas les mêmes, mais la normalisation de la violence verbale peut avoir toutes sortes d’effets, et les événements rares interdisent de se défausser des scénarios « moins probables » au seul titre qu’ils ne constituent pas le risque majeur d’une situation. []